Posez vos questions d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, de ponctuation… sur Question orthographe Voltaire.

Un nouveau site collaboratif dédié aux questions d’orthographe vient d’ouvrir à l’initiative du Projet Voltaire. En vous rendant sur www.question-orthographe.fr, vous pouvez interroger gratuitement des experts et des passionnés d’orthographe afin d’obtenir rapidement une réponse à votre question de grammaire, de syntaxe, de sémantique, de ponctuation…

logo question orthographe
Il n’est pas rare de buter sur une question d’orthographe pour laquelle les correcteurs automatiques ne sont d’aucune aide, et de se perdre dans les méandres des dizaines de réponses de votre moteur de recherche. Le site Question orthographe vous apporte une solution simple, gratuite et rapide à ce problème.

En vous connectant grâce à une adresse e-mail et un mot de passe, vous pouvez questionner la communauté en quelques clics. Basé sur la collaboration et l’entraide, ce site vous propose des réponses précises et argumentées. Votez pour la réponse qui vous convient le mieux.

Vous pouvez également mesurer l’expertise des membres qui vous répondent grâce à l’affichage de leur score au Certificat Voltaire et aux points cumulés lorsque les auteurs de questions votent pour leurs réponses. Les experts dignes de confiance sont ainsi facilement identifiables.

Rendez-vous donc sur le site www.question-orthographe.fr pour poser vos questions ou développer votre notoriété en y apportant des réponses !

Articles liés

Répondre à TANIA.A Annuler la réponse

Je n’arrive pas à trouver de réponse fiable sur un accord.

Stéphanie dit : « il m’a proposé de venir quelques jours à la montagne avec lui »

Proposé ou proposée ?
En tant que COI ça ne devrait pas, mais comme c’est elle qui s’exprime, et donc ça devient réflexif, est-ce que ça ne change pas l’accord en le mettant au féminin ?

    Bonjour robin, on écrit « les types de phrases », avec un « s » à « types » et un « s » à « phrases ». On met au pluriel le nom qui suit « des types de » (mais aussi « des genres de », « des espèces de », « des sortes de », « des variétés de ») quand le nom qui suit renvoie à quelque chose de concret, que l’on peut compter. On écrit donc : « des types de phrases » (il y a plusieurs phrases, on peut effectivement les compter). En revanche, on écrira « des types de cuisson », « des genres d’humour », « des types de courage »… Bonne journée.

Bonjour,
Voici ma question:
Dans les phrases où l’on trouve la formule « c’est que » je ne comprends pas quelle est la nature de la proposition subordonnée qu’elles intruiduisent.
Exemple: « Ce que nous voulons, c’est que cela cesse » est ce que la proposition subordonnée est introduite par  » c’est que » ou par « que » ? Parce qu’en fonction de la réponse, la nature de la propoproprsition est totalement différente, puisque:
– « c' » est un pronom démonstratif ( = proposition sub relative)
-« Que » est une conjonction de coordination ( = proposition sub conj. complétive)

    Bonsoir Max, quand on dit « jeudi prochain », c’est assez vague, ce peut être le jeudi qui arrive immédiatement ou le suivant. C’est pourquoi il est d’usage de préciser « jeudi de la semaine prochaine » (certains disent même plaisamment « jeudi prochain prochain », pour indiquer que ce n’est pas le jeudi de la semaine où l’on se trouve) ou encore jeudi « en huit » (jeudi de la semaine prochaine), voire « jeudi en quinze » (jeudi dans deux semaines) : https://dictionnaire.orthodidacte.com/article/definition-en-huit. Bonne soirée.

Bonjour,
Je suis en train d’écrire un poème et je bute sur une phrase qui me semblait pourtant correcte à l’oreille
« Mais crois-tu qu’un jour j’accepte ta loi ? « . Mais en la passant ensuite à l’affirmative
 » Un jour, je crois que j’accepte ta loi », cela me semble horriblement faux.
Comme je veux un vers en décasyllabe, je la préfère ceci dit à « Crois-tu qu’un jour j’accepterai ta loi ? » car le « mais » m’est utile.
Est-ce que le passage au futur est obligatoire quand on utilise « un jour » ? Après tout, l’on peut bien dire par exemple « Un jour, il est mélancolique. Un autre jour, il est guilleret. »
Peut-être est-ce différent quand il s’agit d’une description ?
Merci d’avance pour vos explications.

Bonjour,
Faut-il écrire Michèle et Marie vous présentent leurs meilleurs vœux ou Michèle et Marie vous présente leurs meilleurs vœux.
Je penche pour la première solution mais le correcteur orthographique me met le doute.
Merci de votre aide.

Bonjour,

Je m’appelle Imré Simon.
Je suis nouveau sur le forum. J’aurais besoin de votre aide.

Je suis Écrivain et enseignant en développement personnel, mais l’orthographe est une de mes faiblesses.

Je viens d’écrire un texte court, et j’ai l’impression que 2 orthographes sont possibles, je vous le laisse ici :

« J’ai l’intime conviction que c’est au sein de la population ordinaire, qu’il y a les gens au plus grand potentiel. »

J’hésite avec : « les gens aux plus grands potentiels ».

En effet, je sous-entend « le potentiel individuel de chacun, avec un sens appuyé sur « LE potentiel ».

Donc j’insiste sur le singulier, dans le sens donné à la phrase. Mais si j’essaie de me conformer à une orthographe basique, j’aurais tendance à mettre un « s » aux derniers mots. Seulement je sais que l’orthographe, dépend aussi du contexte, des sous-entendus, surtout à un niveau plus élevé.

Dites-moi ce que vous en pensez.

( aussi, précision hors-sujet, concernant la virgule devant « qu’il », je l’utilise pour illustrer le ton, avec une pause, pas pour une question de structure en soi. )

    Bonsoir Imré Simon, je laisserais au singulier. On dirait bien « … des gens qui ont un plus grand potentiel ». Donc « des gens au plus grand potentiel », voire « des gens à plus grand potentiel. » Bonne soirée. PS : Votre niveau en orthographe semble tout à fait correct ! 🙂

Est ce que l’expression « on s’en parle » est correcte ?

Exemple : T’inquiète, on s’en parle demain.

Elle sonne extrêmement faux dans mes oreilles, mais d’après mes proches, il n’y a pas d’erreur.

Pour moi c’est : on en parle ou on se parle de, mais pas on « s’en » parle…

Merci d’avance !

Bonjour, je me suis questionné des heures à propos de l’utilisation du demi-cadratin. J’ai trouvé de nombreuses réponses à mes interrogations mais je ne sais toujours pas si je peux l’utiliser autrement que sur un logiciel de traitement de texte. Est-ce que je peux l’employer dans une écriture manuscrite* ?

Dans une évaluation scolaire par exemple ?

Bonjour,
Est il correct d’utiliser l’expression « Il va de soi » avec un sujet défini et, ainsi, devrait-on l’accorder en genre et en nombre ?
Par exemple « C’est un raisonnement qui va de soi. » est-elle une phrase correcte ? et comment devrait-on l’écrire si « des raisons » y remplaçait « un raisonnement » ?
On pourrait en effet dire « des raisons évidentes » mais une telle formulation me paraît un peu agressive et ne transmet pas la même idée que lesdites raisons sont évidentes SI l’on y réfléchit, tandis que « il va de soit » donne un mouvement de déduction logique à la chose concernée.

Merci

Bonjour. Doit-on écrire « des questions auxquelles j’ai déjà peut-être répondu très brièvement », ou bien « des questions auxquelles j’ai déjà peut-être répondues très brièvement ». Merci d’avance pour votre réponse, ainsi que pour tout votre travail. Bien à vous.

    Bonjour Gaël, on écrit « des questions auxquelles j’ai déjà peut-être répondu très brièvement ». « Des questions » est ici COI (on répond à quoi ? à une une question), donc pas d’accord du participe passé avec un COI, même placé avant le verbe. Bonne journée.

« […] j allais enfin savoir si Nathalie ou Claire s etait enfin décidées […] ?
Ou s etait enfin décidée […] ?
Ou ?
J ai un gros doute sur la conduite à adopter pour accorder en nombre ?
Singulier ou pluriel ?
À cause du « ou » j hésite…
Par avance merci de votre aide
Bien à vous

Dans le texte suivant je me demande si on doit considérer qu’il y a plusieurs sujets (fourniture et communication) ou un seul et donc je doute sur l’accord du verbe.

« Dans ce contexte, il est précisé que la fourniture desdites données personnelles, de même que leur éventuelle communication, à des entités, organismes publics et/ou tiers, lorsqu’elle est requise, s’avèrent nécessaires, de telle sorte que si ces données n’étaient pas fournies ni/ou communiquées comme précédemment indiqué, les soumissionnaires concernés se verraient dans l’impossibilité de participer au processus contractuel, ainsi qu’à la formalisation et à l’exécution du contrat correspondant ».

Pouvez-vous m’aider ?

Bonjour, ma question est la suivante: dans la phrase « je l’aurais mariée, si j’eus été beau. » Est-ce que « je l’aurais mariée » peut se suffire comme une phrase principale ou il faut nécessairement un complément. Et est-ce l’emploi du verbe avoir au passé simple de l’indicatif fonctionne dans cette phrase dans le but d’introduire une subordonnée si il y en a une. Merci pour votre éventuelle considération.

    Bonjour Pierre, en France, on dit plutôt « se marier avec quelqu’un ». « Marier quelqu’un » s’emploie plutôt en Belgique, notamment. Ainsi dans la chanson de Pierre de Maere, « Un jour je marierai un ange ». On écrira donc : « Je me serais marié avec elle, si j’avais été beau ». Bonne journée.

    Bonjour Pauline, si cette personne fait partie de vos partenaires privilégiés, ce qui semble être le cas, vous écrirez « Un de nos partenaires privilégiés ». Sinon, vous pourrez tout simplement écrire « Notre partenaire privilégié, Untel… » s’il n’y en a pas d’autres ;-). Bonne journée.

Bonjour, pourriez-vous me dire s’il est possible d’utiliser la préposition à dans ce cas : « il l’a empêché à faire une bêtise ». Est-ce que la locution « empêcher de » est toujours préférable à « empêcher à » ? Est-ce toujours erroné d’utiliser empêcher à ?

    Bonjour Nani, oui c’est correct. « La place est attribuée », « la place vous est attribuée »… La présence du pronom « vous » n’a aucune incidence sur l’accord du participe passé (lequel s’accorde naturellement avec le sujet « place ») car ce dernier est complément d’objet indirect (COI). Or, on n’accorde jamais un participe passé avec un COI. Bonne journée.

Bonsoir,

J’aurais une question concernant l’orthographe d’une phrase de ma lettre de motivation. Dis-t’on : » qui me permettront d’apprendre et d’évoluer au sein des différentes missions » ou « d’apprendre et évoluer au sein des différentes missions »?

Merci beaucoup pour votre réponse !

Bonjour, je me pose une question sur cette phrase :

« Au plaisir de lire vos conseils, avis et opinions sur mes productions, je vous souhaite une bonne lecture. »

Est-il possible de la construire ainsi, considérant la formule « au plaisir » avec la tournure qui suit ?

Merci pour vos éclaircissements et… au plaisir de vous lire

    Bonjour Théo, on emploie plutôt « Au plaisir », « Au plaisir de vous lire », etc., sans que la formule introduise une phrase complète. Si vous voulez conserver votre phrase, vous pouvez plutôt écrire « Dans l’attente (ou l’espoir) de lire vous conseils…, je vous souhaite… » Bon dimanche.

    Bonjour Gisou, il s’agit d’une interrogation indirecte (car introduite par « Elle se demandait »…). Il n’y a donc pas de point d’interrogation à la fin, mais bien un point, comme votre intuition vous le souffle :-). D’où : « Elle se demandait ce que pouvait bien être la surprise. » Bonne journée.

    Bonjour, nous ne trouvons pas la formule telle quelle dans le dictionnaire. Sur Internet, les occurrences « sport à risque » / « sport à risques » semblent à peu près équivalentes. On peut considérer qu’un sport comporte plusieurs risques et opter pour le pluriel. En revanche, nous ne trouvons pas, ni dans les dictionnaires ni sur Internet, l’expression « sport à risque de chute », ni au singulier ni au pluriel. Bonne journée.

Bonsoir,
Je m’interroge sur l’emploi de « aussi bien que ». Les deux phrases suivantes sont-elles correctes ? « Mes compétences me rendent en conséquence à l’aise dans les tâches administratives aussi bien qu’éditoriales » ; « Mes compétences me rendent en conséquence à l’aise aussi bien dans les tâches administratives qu’éditoriales ».
Merci à vous,
Bonne soirée

    Bonjour NcAc, les deux tournures sont correctes. On pourrait aussi dire « Il n’est pas nécessaire de faire cela et cela ». Vous pouvez d’ailleurs supprimer les virgules dans vos deux exemples. Bon après-midi.

Bonjour,

Je me pose la question suivante. Je suis en cours d’élaboration d’un site qui gère des dossiers au format papier et au format électronique. Je dois faire un tableau récapitulatif et en faire une synthèse avec :
* Dossiers électroniques
* Dossiers papier

Je me pose la question sur l’orthographe de « électroniques » et « papier ». C’est le format qui est électronique donc normalement pas de « s ». Pourtant « Dossiers électronique » me choque. Si j’écris « Dossiers électroniques » alors c’est « Dossiers papier » qui me choque.

Quelle est la bonne orthographe ? Merci

Bonjour à tous,
J’ai quelques doutes de grammaire, comment accorder certains adjectifs, pourriez-vous m’aider pour ces phrases et me rappeler les règles associées ?

1/ Quelle est l’histoire la plus incroyable qui te soit arrivée pendant ton voyage?
Je ne sais pas comment accorder « arrivé » : est-ce avec « histoire » ou avec la personne à qui je pose la question, ou ne pas accorder du tout ?
2/ Elle nous a invités à passer le réveillon du nouvel an à Caleta Chanaral où elle a une maison juste à côté de la plage qu’elle a construite avec l’aide de quelques personnes.
Dois-je accorder « invité » avec « nous » ? Et « construite » avec « maison » ?

3/ Ça nous a beaucoup aidés d’en savoir un peu plus sur les problèmes que nous risquions de rencontrer!
Dois-je accorder « aidé » avec « nous » ?
4/ C’est juste que la famille de Charlaine est venue lui rendre visite en Indonésie pendant un mois et je l’ai rejointe après.
Dois-je accorder « rejointe » avec « Charlaine » ?
5/ Au final, ça a été la plus belle histoire d’amour que j’ai jamais vécue.
Dois-je accorder « vécue » avec « histoire » ?
6/ Une chose que tes voyages t’ont enseigné?
Dois-je accorder « enseigné » avec le genre de la personne à qui je pose la question ou avec « chose » ou ne pas accorder ?
7/ Je peux te raconter la dernière que j’ai apprise.
Dois-je accorder « apprise » avec « dernière » ?
8/ Je pense que la première chose qui me soit arrivée est la meilleure chose qui me soit arrivée en Nouvelle-Zélande pour le moment.
Dois-je accorder « arrivée » avec « chose » ou le genre de mon interlocuteur ?
9/ Une chose que tu as apprise grâce à ton voyage.
Dois-je accorder « apprise » avec « chose »?

Un immense merci à vous pour votre temps !

Bonjour,
Une interrogation sur l’existence du mot ‘Coutoyer’ me vient

Je vois que ce mot fut utilisé dans les années 1980 https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/coutoyer

Je vois que sa conjugaison est donnée sur divers sites
Mais impossible de trouver son étymologie ni sa définition (peut-être de côtoyer ?) ni même s’il existe réellement

Pourriez-vous m’éclairer ?
Merci par avance
Bonne soirée !
Arnaud

    Bonjour Arnaud, aucune trace de ce verbe dans les dictionnaires de référence : Larousse et Le Robert. S’il avait été utilisé dans les années 1980, il devrait y figurer. Même si sa conjugaison figure sur certains sites (qui semblent conjuguer quantité de verbes de façon très « automatique »), considérons donc que c’est un « hapax », un néologisme qui n’a pas pris ;-p. Bon dimanche.

    Bonsoir Rodolphe, oui, vous pouvez écrire les mots qui suivent « ni » au pluriel puisque s’il y en avait, il pourrait y avoir plusieurs colis et plusieurs lettres. En revanche, on a l’habitude d’écrire, par exemple, « Ni Dieu ni maître » au singulier. Bonne soirée.

Bonjour,

écrivant un e-mail, je demande à mon interlocutrice « Pourriez vous me dire si vous l’avez bien reçu(e) ». Ici, « l' » fait référence à une convention de stage. Ce n’est pas explicitement dit dans le courrier, mes nous savons tous deux que c’est le cas. Le COD étant placé avant le participe, mon intuition est de l’accorder. Cependant, je sais qu’une règle de français veut que le COD se rapportant à « l' » soit invariable car il remplace une proposition. Mais l’exemple donné pour illustrer cette règle, « Cette ville est plus belle que je ne l’avais imaginé », me semble différent de mon cas. Quelle est donc la forme correcte ? N’accorde-t-on jamais un COD avec « l' » quelle que soit la situation ? Merci par avance pour votre aide.

    Bonjour Antoine, dans votre courriel, vous avez certainement évoqué ladite convocation préalablement à votre question. Donc vous devez accorder « reçu » au féminin singulier avec le pronom COD « l' », mis pour « convocation », placé avant le verbe. Exemple : « Je vous ai adressé lundi la convocation de stage. Pourriez-vous me dire si vous l’avez bien reçue ? ». Attention « l' » n’est pas du tout impersonnel, il est mis forcément pour un objet connu ici : la convocation, le document, le courriel… Bonne journée.

    *** BONJOUR *** loudiaw, pour que la concordance des temps soit correcte, il faut choisir entre :
    – Depuis le 26 février 2019, nous sommes choqués par les événements.
    – Le 26 février 2019, nous avons été choqués par les événements.
    Bonne journée.

    Bonjour Camille, je conserverais « peinture » au singulier. Une galerie qui est dédiée à la peinture, en quelque sorte. Voici ce qu’indique Le Robert : « Galerie : Salle où sont réunies des collections d’œuvres d’art. ? exposition, musée. Magasin où sont exposées des œuvres d’art en vue de la vente. Galerie de peinture. » Le mot figurerait déjà au pluriel dans cette expression si c’était le cas. Bonne journée.

Rebonjour
J’ai aussi un doute sur un accord du participe passé :
La tâche de sang qui s’est formé
La tâche de sang qui s’est formée
Si quelqu’un avait la gentillesse de me rappeler la règle dans ce cas précis, je serais très reconnaissante !
Merci mille fois.

Bonjour !
J’ai un affreux doute : existe-t-il une règle stricte concernant la prononciation du S de PLUS quand il est suivi d’un nombre ?
J’ai plus de 36 ans.
Il y a plus de 20 ans.
Plus de 3 fois.
Pour moi, les deux sont parfaitement corrects, S prononcé ou non. J’aurais tendance à dire que la version non prononcée est plus soutenue mais qu’il n’est pas interdit de prononcer le S non plus…
Est-ce que quelqu’un a la réponse ?
Merci beaucoup !

Hello !
Dans le cadre d’un roman, est-il possible d’employer un point d’interrogation pour exprimer l’incertitude ou le doute dans une réponse affirmative ? Dans l’exemple qui suit, ce qui est entre [] donne le contexte.
 » Tu en conviendras, je suppose, que ces informations [capitales pour notre enquête] sont retenues par l’Ordre Mondiale [Gouvernement ultra dystopique qui torture les gens] ?
– Ça me semble aller de soi, oui.
– Donc je peux fouiller [hacker leur siège, et donc risquer notre torture commune] ?
– Absolument pas ? »
Le dernier point d’interrogation dans cet échange est-il possible / juste ? À mon sens, il est censé exprimer l’incertitude du second personnage qui ne sait pas si son interlocuteur est sérieux en suggérant de fouiller. Merci pour votre réponse ?

    Bonjour QuestionRoman, il semble assez étrange, à la lecture, de mettre un point d’interrogation après une affirmation aussi absolue, aussi catégorique que « Absolument pas ». Si vous tenez à exprimer l’incertitude ou le doute, et mettre un point d’interrogation, il vaudrait sans doute mieux modifier la phrase. Bon dimanche.

Bonjour,
Pouvez-vous me dire si je dois accorder le mot groupe et privé dans cette phrase? et donc écrire en groupes et en privées ou en groupe et en privé, merci de votre aide.

 »Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur mes visites guidées, en groupe ou en privé, n’hésitez pas à me contacter et je vous répondrai au plus vite. »

Bonjour,

Les amis je dois préparer une dictée pour mon groupe et je n’arrive pas a trouver la bonne orthographe pour ces phrases ainsi que s’il y a un tiret ou pas entre les couleurs.Pouvez vous avoir la bonté de m’éclairer

1 Les bleus azur et les verts émeraude se mêlaient harmonieusement aux nuances mauves, orangées, fauves et écarlates des massifs de fleurs.
2 les coraux bleu-turquoise et les algues vertes des bassins bleu-vert ravissants

3 les corolles des orchidées fusionnaient des rouges écarlates à des bleus foncés.

4 Les pétales veloutés des iris s’étendaient du turquoise aux bleus violacés, créant ainsi un dégradé saisissant de couleurs.

    Bonjour Philippe, on écrira « Interdiction de déposer vos ordures, de quelque nature que ce soit. » Ou alors « Interdiction de déposer vos ordures, quelle que soit leur nature. » (= la nature de vos ordure). Bonne journée.

Bonjour,

Petite question, nous savons que la préposition DU intervient souvent devant une consonne d’un mot masculin, mais je n’arrive pas à expliquer ou me rappeler cette règle qui fait que parfois nous allons aussi trouver DE dans un tel contexte.

Exemple :

Je ne veux pas acheter du poisson.

Je n’ai pas de chien.

Nous avons ici deux noms masculin qui commencent par une consonne et pourtant, on utilise du et de. Comment l’expliquer ?

Merci.

    Bonjour Calimero, « Lorsque deux groupes infinitifs sujets sont coordonnés, l’accord du verbe se fait au singulier si l’on veut insister sur la neutralité des sujets ou sur le fait qu’ils représentent des actions faisant partie d’un même ensemble. L’accord au pluriel est possible si l’idée d’addition ou d’actions distinctes est prédominante. Regarder un film et lire un roman me permet de me détendre. (ou : Regarder un film et lire un roman me permettent de me détendre.). » Source : https://vitrinelinguistique.oqlf.gouv.qc.ca/index.php?id=24217.

On dit « sans qu’aucune prédomine » ou « sans qu’aucune ne prédomine ». Je sais bien qu’après « sans que » le ne explétif est proscrit, mais dans la phrase négative où aucun est sujet, le verbe doit être obligatoirement précédé du ne négatif. Alors?

Bonjour,
Alors qu’un collègue demande à un autre comme s’appelle le stagiaire qui l’accompagne, il réponds « demandes-y ». Avec l’accent provençal.
Ca n’existe pas ! Le débat s’ouvre…
Est-ce une expression dialectale, si c’est le cas, peut-on considérer une quelconque « validité » ?
Cela a t il un sens grammatical ? Demander, sur le lieu de la personne, comment elle s’appelle ? Avec un sens imagé

Merci

    Bonjour Manu, pour savoir comment accorder le participe passé « transformé », il faut savoir qui représente le pronom COD « vous » :
    – Si c’est un homme : « En quoi cette épreuve vous a-t-elle transformé ? »
    – Si c’est une femme : « En quoi cette épreuve vous a-t-elle transformée ? »
    – Si ce sont des hommes ou des hommes et des femmes : « En quoi cette épreuve vous a-t-elle transformés ? »
    – Si ce sont des femmes : « En quoi cette épreuve vous a-t-elle transformées ? »
    Bonne journée !

    Bonjour Kondja, je ne suis pas docteur(e), mais je vais quand même tenter de répondre à votre question ;-). On écrit « réalisés » (accord au masculin pluriel avec « travaux d’étude »). Bonne journée.

Bonjour,
Doit on écrire : une procuration pour que mon frère ou ma soeur puisse signer en mon nom ou bien une procuration pour que mon frère ou ma soeur puissent signer en mon nom ?
Singulier ou pluriel pour le verbe signer ?
Merci pour votre réponse

    Bonjour ZOZO4973, pour une indication comme celle-ci, les deux sont possibles, l’impératif « Appuyez » ou l’infinitif « Appuyer ». De la même façon, on écrirait « Ascenseur en panne, prenez l’escalier » ou « Ascenseur en panne, prendre l’escalier ». L’impératif est plus « personnel », l’infinitif, plus « général ». Bonne journée.

Bonjour,
Je suis sur la rédaction d’un devoir, je n’arrive pas à me décider dois je mettre :
« Etant présente que 3 semaines » ou plutôt « n’étant présente que 3 semaines ».
Question un peu de dernière minute, je dois le rendre en fin de journée. Je n pense pas que l’erreur soit dramatique si vous ne pouvez y répondre avant mon échéance.

Merci de votre retour,

    Bonjour Mathilde, on écrira « N’étant présente que 3 semaines ». La tournure « ne… que », exprimant la restriction, nécessite ces deux éléments. On dirait, de la même façon : « Je ne suis présente que trois semaines. » (et non « Je suis présente que trois semaines. ») Bon après-midi.

    Bonjour Marie, il manque un verbe dans votre phrase. « La DRH est la seule personne ayant évoqué et reconnu ma souffrance au travail (ou éventuellement : « La DRH, seule personne ayant…). Bonne journée.

    Bonjour, « bénéficier » ou « profiter » se construisent dans ce sens avec la préposition « de ». On écrira donc « Bénéficiez ou profitez de remises allant jusqu’à – 50 %… » ou éventuellement « Bénéficiez ou profitez de -20 %, -30 %, -50 %. » Bonne journée.

Bonjour, voici ma question, dans la phrase suivante, comment accorde-t-on « émancipé »? Emanciper est à la forme pronominale, or, ils ne se sont pas émancipés eux-mêmes ni d’eux-mêmes, mais se sont « émancipé » de l’aspectivité, qui n’est pas un COD. Le pronom « se » ne fait pas office de complément, j’aurais tendance à ne pas l’accorder.
Phrase: Les peintres grecs ont donc d’abord repris l’aspectivité égyptienne mais s’en sont « émancipés » peu à peu pour développer un regard perspectiviste c’est-à-dire la vision de la réalité telle qu’elle apparaît à un sujet.

    Bonjour Anne, avant la féminisation des noms de métiers, on disait « une docteur », « une femme docteur ». Désormais, on peut écrire « une docteure » (plutôt que « une doctoresse »), et donc « chère docteure ». Bon après-midi.

Bonjour,
Je sais qu’il faut écrire « Ils se sont échangé des propos » et non « Ils se sont échangés des propos » car le pronom « se » est COI (arrêtez-moi si je me trompe).
J’avoue ne pas très bien comprendre les différences entre les différents types de verbes pronominaux (verbe essentiellement pronominal, accidentellement pronominal etc.) : du coup, je ne m’occupe que de la nature du pronom, et n’accorde que s’il s’agit d’un COD. C’est une solution par défaut mais elle me semble relativement fiable.
En revanche, j’ignore si l’on met un « s » ou non à « échangé » dans la phrase « des propos se sont échangé(s) ». Quelle est la nature de « se » dans cette phrase ?
Je vous remercie d’avance pour vos éclaircissements.

Bonjour,

Je tente d’analyser grammaticalement le 1er vers du monologue de Médée, Corneille (Acte V, 2) :

« Est-ce assez, ma vengeance, est-ce assez de deux morts ? »

– Quelle est la fonction de « ma vengeance » ? (Je dirais a priori que c’est un sujet éloigné de « est ».)

– Quelle est la fonction de « de deux morts »? (Je pense à : complément de l’adverbe « assez »)

Merci par avance.

Bonjour, une petite question sur une phrase de traduction.
La phrase en anglais est :
There are now fears that the mudslinging campaign is starting to hit home.

Le modèle de traduction en français est :
On craint à présent que cette campagne de dénigrement ne commence à porter ses fruits.

Dans la traduction en français, pourquoi rajoute-t-on « ne »? Pourquoi n’écrit-on pas « que cette campagne de dénigrement commence à porter ses fruits » à la place ?

Bonjour,

Je souhaiterais avoir une réponse à cette interrogation, comment dois-je écrire  » Le livre que vous me proposez comporte … », est-ce correcte ou non? Cela me semble bizarre et je n’arrive pas à trouver une explication.
Merci et bonne journée,

Bonjour, ma compagne et moi-même sommes en désaccord sur la conjugaison du verbe continuer dans cette phrase : »Si je ne fais rien aujourd’hui et que je n’ai pas fini je continuerai demain ». Pouvez-vous nous aider? Merci!

    Bonjour Suzette, lorsque deux groupes infinitifs sujets sont coordonnés, l’accord du verbe se fait au singulier si l’on veut insister sur la neutralité des sujets ou sur le fait qu’ils représentent des actions faisant partie d’un même ensemble. L’accord au pluriel est possible si l’idée d’addition ou d’actions distinctes est prédominante. Exemple : Regarder un film et lire un roman me permet de me détendre. (ou : Regarder un film et lire un roman me permettent de me détendre.) Source : https://vitrinelinguistique.oqlf.gouv.qc.ca/index.php?id=24217. Dans votre exemple, « aimer » et « apprécier » étant de quasi-synonymes, la conjugaison au singulier semble être de mise. Bonne journée.

Bonjour,

J’ai une question concernant la conjugaison d’une phrase.

Doit-on écrire :

Il a été convenu que dès qu’elle aura des nouvelles elle me les transmettra
Ou
Il a été convenu que dès qu’elle aurait des nouvelles elle me les transmettrait

À l’oreille la seconde semble plus indiquée et usitée, cependant si l’on décompose la phrase et son sens, la première me semble plus correcte. On entend souvent la 2e mais elle me semble erronée car mixant du subjonctif et du conditionnel. Or, il s’agit ici d’une certitude puisqu’à l’instant où elle obtient ces informations, la personne me les donne. Et donc, si c’est demain (futur) qu’elle les obtient, elle me les donnera. Il n’y aucun doute sur le fait que ces informations arriveront et me seront transmises.

Cependant, je souhaiterais une confirmation car j’ai l’impression qu’il s’agit ici d’une déformation linguistique d’utiliser  »aurait » (conditionnel) avec  »que » (subjonctif), même en cas d’incertitude. À moins qu’il y ait une autre règle que je méconnaisse.

Pourriez-vous donc me dire quelle phrase est correcte mais aussi si  »aurait » +  »que » est une déformation de langage, ou est juste en d’autres circonstances ?

J’espère avoir été assez claire dans ma demande.
En vous remerciant par avance pour votre réponse.

Bonjour, je viens de recevoir les résultats dictée du brevet blanc de ma fille en 3e, dans le texte suivant, écrit par ma fille :
« De plus, il demeure inacceptable, qu’en ce début de 20e siècle, une femme, au prétexte qu’elle est une femme, voit son salaire n’être que de moitié celui d’un homme. »
La professeur a corrigé  » voit  » comme une erreur en mettant  » voie  » comme correction. Je conteste la réalité de cette correction, car à mon avis, « voit » est un verbe conjugué et ne s’accorde pas en genre et en nombre avec le sujet (femme) contrairement au participe passé qui s’accorde en G et en N avec le COD, pouvez vous me donner votre avis ?
Merci par avance

    Bonjour Philippe, « voie » est ici le verbe « voir » conjugué à la 3e personne du subjonctif présent. Or, c’est bien « voie » qu’il faut écrire ici, que le sujet soit un homme ou une femme, d’ailleurs. « Il demeure inacceptable qu’une femme voie son salaire… », « Il demeure inacceptable qu’un homme voie son salaire ». Si l’on remplace par un autre verbe, le subjonctif s’entend plus clairement « Il demeure inacceptable qu’une femme prenne… » (et non qu’une femme « prend »). Voilà pourquoi on n’écrit pas « voit », dans votre exemple, qui correspond à l’indicatif présent. Bon après-midi.

Bonjour, je me questionne sur l’emploi du subjonctif ou de l’indicatif dans le contexte suivant :
J’ai offert un cadeau à ma sœur. Elle me dit qu’elle l’adore. Dois-je répondre
– Je suis ravie qu’il te plaît/plait
– Je suis ravie qu’il te plaise
Merci 🙂

    Bonjour Marie-Paule, nos meilleurs vœux également ! On écrit « Mais la vie et ses cris ensanglantent les heures. » Le verbe ensanglanter se conjugue ici avec le sujet pluriel « La vie et ses cris », donc à la 3e personne du pluriel. Bon après-midi.

Bonjour à tous.
Alors voilà, je me trouve dans une situation assez urgente.
Quelle est, en bon français, la forme exacte entre « l’heure qui vous plaît » ou « l’heure qu’il vous plait »?
Y a-t-il une réelle différence ou les deux s’écrivent ils?
Dans l’attente d’une réponse de votre part,
Passez de très belles fêtes de fin d’année.

Bonjour, j’ai écrit un haiku (petit poème japonais) sur les illuminations de Noel et je voulais savoir si la tournure et l’orthographe de ma deuxième phrase est correcte :

Au cœur de la nuit,
Tombe par gouttes au centre-ville
Une fine pluie d’étoiles.

Doit-on dire par gouttes ou en gouttes?
De plus, faut-il mettre le mot goutte au pluriel?
Merci beaucoup !

    Bonjour Myriam, très joli, votre haïku ! D’après Le Petit Robert, on dit « verser ou arroser par gouttes ». « En gouttes » se rencontre plutôt dans les expressions « réduire en gouttes », « se condenser en gouttes ». S’agissant de médicaments, les deux sont possibles : « administrer en gouttes » ou « par gouttes ». Dans votre exemple, c’est la tournure « tomber par gouttes » qui semble la mieux adaptée. Notons que dans ces deux expressions, « gouttes » est au pluriel. Bonne journée et bonnes fêtes.

Bonjour,
Nous aimerions savoir si l’écriture suivante est correcte : « J’achète des noyaux d’avocats. » Avocats se met-il forcément au pluriel ? J’aurais tendance à dire oui, car il n’y a qu’un noyau par avocat, mais si non, pourquoi ?
Un grand merci par avance
Julia

    Bonjour Julia, voici ce qu’indique Le Robert en ligne :

    Lorsque le complément du nom n’est pas précédé d’un article indiquant s’il est singulier ou pluriel, il s’accorde selon le sens.
    – Il est au singulier lorsqu’il désigne une matière, une abstraction, une classe d’objets ou une espèce :
    des bagues en or ; de beaux exemples de courage ; des livres de cuisine ; des œufs de cane
    – Il est au pluriel lorsque l’on veut insister sur la quantité :
    de la lessive en paillettes ; des bruits de bottes
    – Il se met indifféremment au singulier ou au pluriel dans les autres cas :
    de la gelée de groseille(s) ; une salle de bain(s)

    Bonne journée !

Bonjour,
Je ne suis pas sûre pour trouver les différentes propositions dans cette phrase:

À trois heure et demie,tout dormait dans un bleu originel,humide et confus,et quand je descendait le chemin de sable, le brouillard retenu par son poids baignait d abord mes jambes, puis mon petit torse bien fait, atteignait mes lèvres, mes oreilles et mes narines plus sensibles que tout le reste de mon corps.

Proposition princ= à trois…confus
Prop subordonnée circonstancielle = et quand…sable
Prop participiale =le brouillard retenu par son poids
Prop subordonnée. Circ=baignait…mes jambes
Prop participiale = puis…fait
Proposition subordonnée circonstancielle =atteignait…mon corps

Pourriez vous m aider merci d avance

Bonjour,

Au sujet du pronom relatif où, comment savoir quand utiliser où plutôt que là où?

Pourquoi dit-on: « Je vais où je veux. » mais « Je me rends là où il est hospitalisé. » Ou encore  « Je vais là où il ne fait pas trop chaud » ?

Merci

Bonjour,

Considérant l’expression « exophore mémorielle » employée à propos de structures stylistiques proustiennes, j’ai beau chercher mais ne parviens pas à trouver la raison de cet accord. Car si « exophore » possède bien une acception au masculin et au féminin (faisant alors référence à une personne souffrant de strabisme), l’acception qui concerne l’expression relève d’un nom uniquement masculin. Pourquoi donc trouve-t-on la marque du féminin à l’adjectif « mémorielle » quand on aurait pu s’attendre à « mémoriel » ?
Il semble impensable que ce soit une erreur orthographique, au vu des personnes de renom qui ont utilisé et réutilisent cette expression. Puissiez-vous m’éclairer !

Bonjour,
Je me permets de vous questionner car je ne trouve pas de solution à ma question de concordance des temps.

Dans la phrase :
« Certes, je comprends que vous puissiez penser que la ferme d’à côté n’est pas bénie des dieux »

Je m’interroge au temps adapté à « n’est pas ». En effet, il s’agit d’un enchâssement de subordonnée.
La principale est donc au présent de l’indicatif, la première subordonnée est au présent du subjonctif, et la seconde subordonnée doit-elle être au subjonctif ou à l’indicatif ?

Merci d’avance.

Bonjour ,

Je me permets de vous écrire, car je n’ai pas trouvé une seule bonne réponse à question.
Ma question semble simple, mais je n’arrive pas à savoir s’il est possible de mettre à la fin d’un mail :
« Cordialement, bien à vous !  »
ou bien « bien à vous « !

Merci pour votre réponse !

    Bonjour OzO, je vous invite à choisir entre les deux : « Cordialement » (voire « Bien cordialement ») est la formule de politesse passe-partout. Puis, quand on connaît un peu mieux l’interlocuteur, on peut écrire : « Bien à vous ». Bon après-midi.

Bonjour,
Je souhaiterais savoir si vous pouvez m’aider à répondre à une interrogation que j’ai par rapport à une phrase qui ne me semble pas correcte et qui comporte, à mon sens, une voire 2 erreurs…
J’espère sincèrement que vous pourrez m’aider.
Voici la phrase :
« J’attends avec impatience la réponse du comité pour savoir si j’aurai la chance d’être volontaire. »

1. A mon sens, étant donné qu’il il a le « si » devant je mettrais un « s » à j’aurais…

2. Par ailleurs, je trouve que cette tournure fait beaucoup penser au « si j’aurais su, j’aurais pas venu »… Et dans ce cas, je mettrais « si j’ai la chance ».

Qu’en pensez-vous ?

Merci d’avance pour votre aide.
Bonne soirée et bon weekend.
Bien à vous.
Christine

Bonjour,
Le syntagme « une mise en scène directement inspirée de leurs comédiennes » me paraît incorrect, il me semble qu’il faut « par » (‘une mise en scène directement inspirée par leurs comédiennes »).
Mais je ne saurais pas dire pourquoi. « De » et « par » n’auraient pas tout à fait la même valeur quand il s’agit d’introduire un complément d’agent?
Merci par avance de votre réponse et bien cordialement!
Blaise

    Bonsoir Blaise,
    Cela dépend du sens :
    Inspiré (par) : 1. Animé d’un souffle divin, guidé par une lumière surnaturelle. Exemple : « Les apôtres furent inspirés par l’Esprit-Saint. » ; 2. Animé d’un élan, d’un enthousiasme créateur. Exemples : « Poussin a représenté le poète inspiré par Apollon et par la Muse. », « Au XVIIIe siècle, bien des écrits ont été inspirés par l’idée de paix universelle. »
    – Inspiré (de) : fait à l’imitation de, influencé par. Exemple : « Un décor inspiré des fresques pompéiennes. »
    Source : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9I1509
    Bonne soirée.

Bonjour !

Je bloque sur le choix de l’emploi du passé simple ou de l’imparfait dans un récit au passé à la 1ère personne du singulier avec le verbe « s’apprêter ».

Doit-il toujours être à l’imparfait puisqu’on ne peut pas vraiment le considérer comme une action (si ?) ou le passé simple doit-il être préféré selon le contexte ?

Quelques exemples :
« Je m’apprêtai(s) à répliquer mais me rétractai et me remis en marche. »
« Je m’apprêtai(s) à répondre, mais la sonnerie d’alarme retentit dans tout l’établissement à ce moment-là. »
« Je m’apprêtai(s) à la suivre, quand soudain un craquement retentit derrière nous. »

Je ne sais pas pourquoi, je bloque avec ce verbe-là, j’ai envie de l’utiliser uniquement à l’imparfait car je n’arrive pas à le situer dans un contexte « d’action définie », mais je me trompe probablement…

Pourriez-vous m’éclairer ? Merci !

    Bonjour Gilles, oui, c’est mieux de mettre une virgule pour souligner l’apposition du prénom. Il est vrai qu’à l’oral on ne marque pas forcément la pause. Et comme la langue écrite retranscrit de plus en plus la langue orale… Bonne journée.

Bonsoir,

je ne sais pas si cela entre en compte, mais j’ai réellement besoin d’aide et besoin de savoir si ce que porte des joueuses d’un dieu ou non du temps de l’Egypte grecque et gréco-romaine est un costume, une tenue, un habit ou un uniforme. J’explique : elles portent un vêtement que n’importe qui peut porter dans la vie de tous les jours, mais elles arborent des attributs en plus (coiffures particulières, accessoires de tête rituels, instruments de musique). Je ne sais pas encore si certaines ont des coiffures liées uniquement à leur travail, mais du coup…
sont-ce des costumes, des tenues, des habits ou des uniformes ?
Les dévotes d’Isis (ce n’est pas un métier, mais une fonction qui est métier à cette époque) sont habillées de la même manière ; les autres instrumentistes en vêtement de tous les jours.
Merci d’avance. Cela m’aiderait beaucoup parce que je bloque totalement avec ces 4 termes… Difficile mais pas impossible, je pense.

Bonjour,
J’aimerais savoir si la tournure suivante est correcte :
Un ami s’est levé d’un bon,
et il disait : « Celui qui meurt sans avoir transmis meurt en voleur! »
La concordance des temps est elle correcte ? Merci beaucoup

    Bonjour Julia, on écrit « un bond », avec un « d » final. Par ailleurs, « transmettre » est un verbe transitif, qui nécessite un complément d’objet direct (on transmet quelque chose). Que transmet « celui qui meurt », dans votre phrase ? Quant à la concordance des temps, je vous propose : « Un ami s’est levé d’un bond et il a dit ». Bon après-midi.

    Bonjour Marie-Dominique, soit il manque l’auxiliaire avoir pour former le passé composé « j’ai douté », soit il y a un accent de trop sur le « e » pour former le présent « je doute », soit il s’agit de l’inversion clitique de « je doute » : « douté-je » ou « doutè-je ». Bonn journée.

Bonjour,

Est-il correct d’utiliser « y » comme pronom adverbial (remplaçant le complément circonstanciel de lieu) même si éloigné du sujet ?

Exemple : puis-je dire « dans le respect de la législation locale y applicable » ?

    Bonjour fire, « tous » (pluriel de « toute ») est ici un adjectif, qui se place devant un nom précédé d’un article, d’un possessif, d’un démonstratif. Ainsi, dans votre exemple : « tous les trains ». Bonne journée.

Bonjour, j’ai une question concernant l’emploi du pluriel dans la phrase suivante :
« Contraints d’accepter ce délai, j’ai réussi à faire la photo. »
Il s’agit d’une équipe formée d’un journaliste et d’un photographe, mais seul le photographe fait la photo. L’emploi du pluriel pour « Contraints » est-il automatique ici (les deux sont contraints par le temps) ou discutable (car le sujet de la phrase est singulier) ?
Merci !

    Bonjour Amy, votre phrase n’est pas correcte en l’état. Si vous voulez vraiment préciser le rôle de chacun, voici deux propositions : « Contraint d’accepter ce délai, auquel le journaliste était également soumis, j’ai réussi à prendre la photo ». OU « Contraints d’accepter ce délai, le journaliste a pu écrire son article et j’ai réussi à prendre la photo. » Bonne journée.

Bonjour à tous,

Je me pose une question que je me permets de vous poser (j’ai un doute sur la façon correcte d’écrire mon idée).

Par exemple:

Pierre ou Paul sera (ou seront) au Rendez-vous.

Le choix A ou le choix B est (ou sont) possibles

Je ne sais plus s’il faut utiliser le singulier ou le pluriel quand on place « ou » dans le groupe nominal.

Auriez-vous une idée pour m’éclairer ?

Merci beaucoup et à bientôt

Bruno

Bonjour
j’ai un doute sur cette phrase: « les équipes se sont approprié l’outil et le considère »
Je suis à peu prés sur qu’il ne faut pas accorder se sont approprié mais j’ai un doute sur le considère, ne faut-il pas écrire le considèrent (le prennent)?
Merci d’avance pour vos retours

Bonjour,
j’aimerais savoir comment on utilise les corrections orthographiques de 1990 je m’explique souvent j’hésite sur l’orthographe de mots comme diner et quand je recherche sur internet je constate que diner peut s’écrire diner ou dîner et pendant une dictée comment savoir lequel des deux utiliser ?
Merci encore de votre éventuelle réponse.

    Bonjour Pluenet, en général, les dictées prennent en compte les deux orthographes : l’orthographe traditionnelle (ici: dîner) et l’orthographe rectifiée (ici : diner). Dans le doute, vous pouvez conserver l’orthographe traditionnelle. Le mieux reste encore de demander à l’animateur de la dictée :-). Bonne journée.

Bonjour,
Aujourd’hui, un collègue m’a repris sur la phrase suivante : « ce programme vise à inscrire ce produit parmi les offres d’itinérance aux échelles régionales et nationale ».
L’échelle nationale faisant référence à l’échelle de la France. La marque du pluriel « s » paraissait pour moi un non-sens, puisqu’elle impliquerait à plusieurs échelles nationales.
Qu’en pensez-vous ? Merci.

Bonjour,
Apparemment il n’est pas correct d’associer « primer » à « sur ».
Mais dans la phrase « l’industrie fait primer la quantité sur la qualité » est-ce que je dois remplacer « sur la » par « à la » pour qu’elle soit correcte ?

    Bonjour Victo, on écrit « Je suis malade, je ne saurai pas venir. » (ou « je ne pourrai pas venir. »). On en est certain de ne pas venir au moment ou l’on parle. Il n’y a pas de condition. Pour s’en assurer, on peut changer la personne : « Nous sommes malades, nous ne saurons / pourrons pas venir. » En revanche, on écrira : « Si j’étais malade, je ne saurais / pourrais pas venir. » Ici, il y a une condition ! Bon après-midi.

Bonsoir,

Je me demandais si dans la phrase « Je deviendrai peut-être député. », le verbe être devait se conjuguer au futur, ou au conditionnel.

Bien que la phrase sous-entende une hypothèse, la formulation « Nous deviendrions peut-être députés. » me semble étrange.

Cordialement

    Bonjour Axel, le futur est correct dans votre exemple, la présence de l’adverbe « peut-être » n’implique pas le conditionnel. En revanche, on écrira (par exemple) « Si je m’en donnais les moyens, je deviendrais peut-être député ». Bon après-midi.

Bonjour, je cherche à savoir si l’emploi du subjonctif imparfait est correct dans cette phrase : « Il grandissait, sans qu’aucun bénéfice ne me parvint. »

Je me demande aussi la forme grammaticale change dans le cas suivant :

« Il grandissait, sans qu’aucun bénéfice ne me parvint jamais. »

    Bonjour Napo, voici ce qu’il est écrit sur le site de la « Banque de dépannage linguistique » : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1460
    « Enfin, si l’un ou l’autre des sujets est au pluriel, le verbe s’accorde obligatoirement au pluriel, et ce, même si seul l’un des deux peut faire l’action.
    Exemples :
    – Ma sœur ou mes parents s’occuperont de mon chien en mon absence.
    – La police ou les pompiers peuvent intervenir dans ce genre d’accident.
    – Toi ou tes amis pourrez passer la semaine au chalet.
    Le verbe s’accorde en personne avec celle qui a la priorité : la première personne l’emporte sur la deuxième et la troisième, et la deuxième personne, sur la troisième.
    Exemple :
    – Moi ou mon mari pourrons vous aider à déménager.
    Dans certains cas, pour éviter toute ambiguïté, l’expression et/ou peut être utilisée au lieu du coordonnant ou. »
    Bonne journée.

Bonjour,
Dans la phrase suivante:
La zone proximale de développement se définit comme la zone où l’élève, à l’aide de ressources, est capable d’exécuter une tâche.

Pourriez-vous me donner la fonction du pronom relatif « où »? Habituellement, celui a comme fonction complément circonstanciel de lieu ou de temps. Néanmoins, dans ce cas-ci, j’en doute puisqu’on ne peut ni supprimer ni déplacer son antécédent, à savoir « la zone »… Je penche pour un attribut du sujet puisque le verbe « être » au participe présent est sous entendu (comme « étant » la zone où…).
D’avance, je vous remercie de votre réponse.
Tristan.

    Bonjour Helyette, on écrit « De nous avoir aimés, de nous avoir éduqués », si « nous » représente des hommes ou des hommes et des femmes, ou « De nous avoir aimées, de nous avoir éduquées », si « nous » représente uniquement des femmes. Bon après-midi.

Bonjour,
je me posais la question de l’utilisation dans une même phrase du terme « soin minutieux ». Ce terme me parait être un pléonasme et je doute que cela soit juste de l’utiliser donc un éclaircissement extérieur me serait d’une grande aide.
Exemple : C’est avec un soin minutieux que nous effectuons notre travail.
Merci d’avance de votre réponse
Jean Toussaint

    Bonjour JeanT, voici ce qu’indique Le Petit Robert : « 2 (CHOSES) Qui marque ou suppose de la minutie. ? attentif, soigneux. Préparation minutieuse. Soin minutieux. Inspection minutieuse. Travail long et minutieux. Dessin minutieux. ? soigné. Exposé minutieux. ? détaillé. » On en déduit donc que ce n’est pas un pléonasme, qu’un « soin » peut être plus ou moins marqué. Bon après-midi.

Bonjour,

Je vous sollicite afin de conjuguer correctement un verbe d’action, appliqué à un sujet « œuvre littéraire » lui-même au pluriel ou hybride.

Exemple

Titre : Des conséquences de la première guerre mondiale et de sa postérité

Verbe : jouer

Ecrit-on bien : « Des conséquences de la première guerre mondiale et de sa postérité a joué un rôle décisif dans les représentations…. » ? Ou faut-il écrire « ont joué » ?

Même question si le titre est uniquement « Des conséquences de la première guerre mondiale »

Merci d’avance !

Bonjour,
Je souhaiterais savoir si l’accord « quelle que soit » est correct dans la phrase citée ci-dessous… car personnellement j’aurais accordé au masculin pluriel (car absence de la conjonction « ou » ou bien de l’adjectif possessif « leur », qui auraient pu justifier l’accord avec le 1er sujet à savoir « naissance » donc au féminin singulier… Mais dans le cas présent, il n’y a que des virgules qui forment donc un groupe et à mon avis la priorité est au masculin pluriel) :
« Nous pouvons cultiver notre unité, en considérant chaque citoyen quelle que soit sa naissance, son milieu social, ses croyances, sinon nous acceptons de voir des Françaises et des Français stigmatisés en raison de leur religion ».

Pourriez-vous m’éclairer ?

Merci pour votre réponse.

Claire Joly

    Bonjour Claire, « quel que soit » doit s’accorder et se conjuguer au pluriel, avec « sa naissance, son milieu social, ses croyances », donc au masculin pluriel, ce qui donne : « Quels que soient sa naissance, son milieu social, ses croyances ». Bonne journée.

Bonjour
je sèche sur un point : « voici une idée de questions basée sur le questionnaire……  » Basée ( au féminin singulier ) car c’est l’idée qui est basée ou basées car cela se réfère aux questions ? je vous remercie de votre aide.

    Bonjour Syb, c’est à vous de le dire, il s’agit de votre phrase ;-). Il semble néanmoins plus logique que les questions soient basées (ou, pour éviter l’anglicisme, « fondées ») sur le questionnaire. Bonne journée.

Madame, Monsieur,

J’ai adoré les heures passées sur la plateforme du projet Voltaire.

J’ai pu ainsi renouer avec ma langue maternelle qui s’était un peu perdue au fil du temps par manque de pratique.

En effet, je vis dans un pays non francophone, à Tunis en l’occurrence.

J’étais déjà amoureuse des cours de français durant ma scolarité, et toutes mes lectures n’ont fait que renforcer ce sentiment.

Le projet Voltaire fut mon meilleur choix pour l’année 2021.

J’ai passé l’examen le 29 mars 2022.
J’ai obtenu un score de 950/1000.

J’avoue m’en être voulue de n’avoir pas su gérer mon temps durant l’épreuve, j’ai n’ai donc pas eu la possibilité de me relire, me corriger ou même vérifier d’avoir coché la bonne case.

Je voulais absolument atteindre le plus haut score.

Le plateforme est très bien conçue. Ce fut un plaisir pour moi de l’utiliser, même si certaines règles m’ont quand même donné du fil à retordre !

Bien cordialement.

Mariem Naloufi.

    Chère Mariem, merci beaucoup pour votre message, si bien rédigé :-). L’équipe Projet Voltaire vous adresse toutes ses félicitations pour votre excellent score au Certificat Voltaire. Nul doute que les 1000 points étaient à votre portée, mais vous avez déjà accompli une très belle « performance », et vous pourrez toujours repasser l’examen un peu plus tard pour atteindre votre objectif. Encore bravo ! Bonne journée.

    Bonjour Rado, je vous réponds, même si le Projet Voltaire n’est pas un correcteur en ligne… On écrira « L’adulte que je suis devenu(e) », « Les adultes que nous sommes devenus », voire « L’adulte que nous sommes devenus ». Bonne journée.

Accord de l’attribut avec « on ».
Deux filles se préparent. Peuvent-elles dire : « on est prêt » ou doivent-elle dire « on est prêtes ». Autrement dit l’accord est-il obligatoire avec le sujet représenté par le pronom indéfini ? (Je sais, la deuxième forme est acceptée et même commmune. ) Merci !!! ??

    Bonjour Elo, si l’on part du principe qu’on est « formé à un métier, on écrira « les métiers auxquels je souhaiterais être formée ». Bon après-midi (et bon courage pour l’épopée Parcours sup ;).

Bonjour,
Dans un dialogue avec des guillemets, quelle est la longueur acceptable de l’incise ?
Jusqu’où puis-je aller sans refermer et rouvrir les guillemets ?
Arrêtez-moi quand c’est trop ?
« Bonjour, dit-elle, comment vas-tu ? »
« Bonjour, dit-elle faussement, comment vas-tu ? »
« Bonjour, dit-elle faussement en arrivant, comment vas-tu ? »
« Bonjour, dit-elle faussement, en arrivant, une tasse de café à la main, comment vas-tu ? »
Etc.

Je me pose la même question lorsque le dialogue est formé avec des guillemets et des cadratins.
L’exemple ci-dessous est-il acceptable ?
« Bonjour, dit-elle alors qu’ils ne s’étaient pas vus depuis un bon moment.
— Salut, que deviens-tu ? répondit-il.
— Rien de spécial et toi ? »
Il se toisèrent.

Ou devrais-je l’écrire ainsi :
« Bonjour », dit-elle alors qu’ils se n’étaient pas vus depuis un bon moment.
« Salut, que deviens-tu ? répondit-il.
— Rien de spécial et toi ? »
Il se toisèrent.

Je ne trouve aucune réponse claire à ce sujet. D’avance merci pour votre aide.

Dans la phrase qui suit :
« Les statistiques deviennent ici un outil supplémentaire, qui permet de faciliter l’analyse de bases de données à grande échelle. »
– Avec quel sujet le verbe « permettre » doit-il être rattaché ? « Statistiques » ou « outil » ?
– Est-ce que la virgule a une quelconque influence sur ce choix ?

    Bonjour « Nullos », si vous écrivez « permet », c’est que son sujet est « outil supplémentaire », et que l’on peut se passer de la virgule ! Pour écrire « permettent », il faudrait ajouter le pronom « elles », par exemple : « Les statistiques deviennent ici un outil supplémentaire, elles permettent de faciliter… »Bonne journée.

Bonjour, dans les phrases :

« Les peurs qu’il devra créer dans son activité devront êtres »

« Les hommes testèrent un nombre de modèles politique »

Les accords des mots « êtres » et « modèles » sont ils corrects ?

Bonjour,
Les 2 accords sont-ils autorisés dans le groupe nominal «  60 heures de travail hebdomadaire/hebdomadaires ».
On accorderait donc soit avec « 60 heures » soit avec « travail ».
Qu’en pensez-vous ?
Merci de votre réponse