Actualités Culture générale

Panda
Publié le 11 mars 2017

Espèce, glu, qualité… Ces noms féminins qui n’en ont pas l’air !

Poursuivons notre série sur les féminins difficiles. Après les adjectifs comme béni(t), inclus et tabou qui changent bien de forme en changeant de genre, intéressons-nous à ces noms à la « féminité discrète », soit parce qu’ils ne prennent pas de « e » final (et ce n’est pas l’envie d’en ajouter un qui nous manque !), soit parce qu’on s’obstine à les masculiniser. Voici quelques-uns de ces trublions (« trublionnes » n’existe pas !), étymologies et exemples à l’appui. espèce Il ne vous viendrait pas à l’idée de dire que le panda est un espèce en voie de disparition, n’est-ce pas ? Alors pourquoi persistons-nous à faire d’espèce un…

Visage d'homme avec une croix sur la bouche
Publié le 10 mars 2017

Béni(t), inclus, tabou… Quel est le féminin de ces adjectifs ?

La journée du 8 mars a fait des droits des femmes une cause internationale. Et si nous aussi, au Projet Voltaire, mettions le féminin à l’honneur ? Commençons par quelques adjectifs courants qui sont cause de nombreuses erreurs dès qu’il s’agit de changer leur genre. Faut-il ajouter un « e » final ou peut-on s’en passer ? Doit-on aller jusqu’à modifier leur terminaison ? Voici de quoi apaiser vos hésitations ! bénit —> bénite Le verbe bénir a deux participes passés et adjectifs : béni et bénit, qui, au féminin, donnent bénie et bénite. Comment choisir entre les deux ? Avec un « t », bénit(e) se dit de certaines choses…

La Grande Muraille de Chine
Publié le 3 mars 2017

Méprisance, bravitude… les néologismes politiques (2/2)

Qu’est-ce qu’un néologisme ? Un mot nouveau, mais pas seulement : ce peut être aussi un mot existant affecté d’un sens nouveau. Le néologisme est alors ressenti comme tel, il est subjectif. Or, en la matière, nos politiques ont fait preuve de plus ou moins d’audace. Alors que trois présidents (Charles de Gaulle, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy) se sont contentés de « recycler » des mots désuets, Ségolène Royal a inventé de toutes pièces un concept qui a fait couler beaucoup d’encre (et pas que de Chine !). Sarkozy : le mot ne suffit pas Le néologisme sarkozien emprunte au néologisme gaullien son caractère dénonciateur. En…

Charles de Gaulle en conférence de presse
Publié le 2 mars 2017

Chienlit, abracadabrantesque… les néologismes politiques (1/2)

Quel est le point commun entre le général de Gaulle, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ? Ils ont tous utilisé, durant leur mandat ou au cours d’une campagne, au moins un néologisme. Que se cache-t-il derrière ces mots oubliés, soudain promis à une seconde vie ? Sont-ils le fruit d’une stratégie de communication bien définie, ou au contraire celui de la spontanéité, voire de la maladresse de leurs auteurs ? Retour sur quelques bons mots passés à la postérité. De Gaulle : un mal, des mots Sans surprise, le général de Gaulle, qui possédait de nombreux livres et le sens de la…

Jeune fille debout à la fenêtre, de Salvador Dalí
Publié le 1 mars 2017

Inexorable, inexpugnable, inextinguible : les adjectifs en « inex »

Les adjectifs en « inex » ne sont pas des rigolos. Composés des préfixes in- (négation) et ex- (hors), ils expriment tous une forme d’échec, d’impuissance ou de fatalité. Heureusement, avec cette petite mise au point, vous n’aurez plus peur de vous mesurer à eux, d’en saisir le sens exact, et de les employer à bon escient. INEXHAUSTIBLE Plutôt que de dire que quelque chose est « inépuisable », pourquoi ne pas employer son équivalent littéraire : inexhaustible ? On reconnaît dans cet adjectif le verbe latin exhaurire, « vider, épuiser », qui a donné « exhaustif ». S’il existait déjà en moyen français sous la forme inexhaust, il a certainement été…

Publié le 20 février 2017

La concaténation en trois leçons

Quel est le point commun entre la tirade d’une pièce de Molière, une comptine pour enfants et la chanson d’un boys band anglais ? À première vue pas grand-chose ! Pourtant elles utilisent toutes les trois un procédé stylistique fondé sur la répétition et qui répond au doux nom de « concaténation ». Explications. « Mourir pour des idées, l’idée est excellente », chante Georges Brassens. Avez-vous remarqué que le mot qui termine la première proposition est repris au début de la proposition suivante ? Ce procédé de redoublement s’appelle l’anadiplose. Et une suite d’anadiploses forme une concaténation. La concaténation, comme d’autres figures fondées…

Lune bleu avec un visage
Publié le 6 février 2017

Petit traducteur des chansons de notre enfance (2/2)

Voici le second volet de notre article consacré aux chansons de notre enfance et à leurs mots énigmatiques. Reconnaissons-le, nous les fredonnions sans toujours bien en comprendre le sens ! Et pour cause : la plupart d’entre elles, à l’origine des marches militaires, datent du XVIIIe siècle et contiennent des termes d’ancien français qui ont depuis disparu ou dont le sens a évolué. Mais il est encore temps de corriger le tir à l’aide de ces nouvelles définitions à transmettre aux jeunes générations. Guérets « Mon beau sapin, roi des forêts, que j’aime ta verdure. Quand par l’hiver, bois et guérets sont…

Enfants dansant la capucine
Publié le 5 février 2017

Petit traducteur des chansons de notre enfance (1/2)

Elles nous ont fait rire et danser, elles ont inspiré nos plus beaux dessins, elles nous ont aidés à trouver le sommeil : ce sont… les chansons de notre enfance ! À l’époque, nous apprenions sagement les paroles sans toujours bien les comprendre. Et pour cause : la plupart d’entre elles, à l’origine des marches militaires, datent du XVIIIe siècle et contiennent des mots d’ancien français qui ont depuis disparu ou dont le sens a évolué. Parce qu’il n’est jamais trop tard, voici la liste non exhaustive des principaux mots qui nous ont échappé. Blonde « Auprès de ma blonde, Qu’il fait bon,…

Publié le 4 février 2017

Du baise-en-ville au va-nu-pieds : ces mots composés à rallonge

En règle générale, les noms composés sont formés de deux éléments : un verbe et un nom (un tire-bouchon), deux noms (un balai-brosse), un adjectif et un nom (une belle-fille)… Mais parfois, ils comportent plus de deux éléments, tous reliés par des traits d’union. Ces noms, également appelés « phrases-mots », sont toujours invariables. Si certains sont passés dans le langage courant, voire populaire, d’autres, plus rares, ont un charme délicieusement désuet. Voici quelques exemples. un baise-en-ville Le nom désigne un petit sac destiné aux effets personnels pour passer une « nuit » hors de chez soi…. À ne pas confondre avec le « je-ne-baise-plus », ruban…

Publié le 3 février 2017

Fuchsia, dahlia et forsythia : trois fleurs issues de noms propres

Le point commun entre les noms « fuchsia », « dahlia » et « forsythia » ? Ils contiennent des « h » et des « y », rendant leur écriture (voire leur prononciation) difficile. Et pour cause, ces trois fleurs tirent leur appellation de noms propres d’origine étrangère, généralement ceux de botanistes. Et si, pour mémoriser leur orthographe, nous commencions par faire les présentations ? Fuchsia / Leonhart Fuchs À la fin du XVIIe siècle, le père Charles Plumier découvre à Saint-Domingue un arbrisseau exotique aux fleurs pourpres qu’il appelle « fuchsia », en mémoire du botaniste allemand Leonhart Fuchs…

Publié le 28 décembre 2016

10 barbarismes à éradiquer d’urgence (suite)

À la suite de notre inventaire des barbarismes courants, vous avez été nombreux à nous suggérer de nouveaux accrocs lexicaux ! Pour rappel, un barbarisme enfreint la « morphologie » des mots, c’est-à-dire leur forme, la manière dont on les écrit. Commettre un barbarisme revient donc à inventer une orthographe qui n’existe pas. Généralement, l’erreur est perceptible à l’oral. Voici donc, pour notre plus grand plaisir, dix nouveaux barbarismes à traiter manu militari ! 1- « antidiluvien » au lieu d’antédiluvien C’est le préfixe ante- (avant) qui compose cet adjectif signifiant littéralement « avant le Déluge » (diluvium), c’est-à-dire l’épisode biblique. Il qualifie ironiquement quelque chose d’ancien,…

Publié le 6 décembre 2016

Antiphrase, euphémisme, litote : 3 figures d’atténuation

Voici trois procédés rhétoriques qui tournent autour du pot ! Mais attention, chacun a sa spécificité. Contrairement à l’antiphrase et à l’euphémisme, la litote est construite à la forme négative. De même, l’antiphrase et la litote atténuent un propos en apparence, pour mieux le renforcer dans la réalité, tandis que l’euphémisme l’adoucit pour de vrai. Pour comprendre ces trois figures de style, le contexte et l’intonation de la voix sont indispensables. Mais trêve de blabla, faisons sans plus tarder les présentations. L’antiphrase Le mot vient du grec anti-, « contre », et de phrazeïn, « exprimer, dire ». L’antiphrase revient donc à « dire le contraire ». Comment ?…

Page 1 sur 712345...7