« les fraises que j’ai mangé » ou « les fraises que j’ai mangées » ?

Erreur d’accord du participe passé

La règle étant qu’un participe passé employé avec « avoir » ne s’accorde jamais avec son sujet (« elle a mangé »), on oublie qu’il peut s’accorder avec autre chose… et on écrit « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder » au lieu de « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs !

Règle avec l’auxiliaire « avoir »

Le participe passé employé avec « avoir » s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct si celui-ci précède le verbe :

Le principe est simple : si l’on sait, au moment d’écrire le participe, de quoi il est question, on en tient compte pour l’accord. Sinon, le participe reste invariable :Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Voilà une règle que l’on respecte de moins en moins, à l’oral comme à l’écrit, et que nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver artificielle ! Elle n’en reste pas moins en vigueur depuis que le poète Clément Marot l’a établie au XVIe siècle. Vaugelas reconnaissait déjà : « Dans la grammaire française, il n’y a rien de plus important, ni de plus ignoré. » Il parlait d’or, et ne serait guère dépaysé dans notre millénaire…

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Il n’a pas tenu la promesse qu’il nous avait faite.
  2. La douleur que j’ai ressenti ne me dit rien qui vaille.
  3. Le garçon a rapidement ramassé la monnaie que j’avais laissé sur la table.
  4. Il est bien temps de regretter les bêtises que tu as dit !
  5. Les dictionnaires que j’ai consultés allaient tous dans le même sens.
  6. Je n’ai pas lu tous les journaux que j’ai achetés.
  7. L’offre qu’a refusé notre correspondant était pourtant alléchante.
  8. La secrétaire que le patron a renvoyé a aussitôt retrouvé du travail.
  9. La lettre que lui a adressée le client mécontent était d’une rare violence.
  10. La journée de repos que j’ai prise m’a fait le plus grand bien.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : La douleur que j’ai ressentie ne me dit rien qui vaille.
    Le verbe « ressentir » a un complément d’objet direct (« que », mis pour « la douleur ») et celui-ci le précède. Le participe passé doit donc s’accorder avec lui et se mettre au féminin singulier.
  3. Faux. Il faut écrire : Le garçon a rapidement ramassé la monnaie que j’avais laissée sur la table.
    Le complément d’objet direct (« que », mis pour « la monnaie ») est placé avant le participe passé : il faut en tenir compte et mettre ce dernier au féminin singulier.
  4. Faux. Il faut écrire : Il est bien temps de regretter les bêtises que tu as dites !
    Le participe passé est précédé du complément d’objet direct « que », mis pour « les bêtises », féminin pluriel. Il doit donc s’accorder avec lui.
  5. Phrase correcte.
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : L’offre qu’a refusée notre correspondant était pourtant alléchante.
    Le verbe « refuser » a pour complément d’objet direct « qu’ », mis pour « l’offre », féminin singulier. Comme ce COD le précède, le participe passé doit s’accorder avec lui.
  8. Faux. Il faut écrire : La secrétaire que le patron a renvoyée a aussitôt retrouvé du travail.
    Qui le patron a-t-il renvoyé ? « Que », mis pour « la secrétaire », et ce complément d’objet direct est placé avant le participe : il faut donc accorder ce dernier avec lui…
  9. Phrase correcte.
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! 

Auteurs : Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes, Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle, Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire.

Articles liés

Laissez un commentaire
*

Bonjour, j’aimerais vraiment avoir une définition claire de « participe passé »….
En effet je me borne a l’employer sans pour autant savoir à quoi il correspond ! Merci 🙂

    Bonsoir Floriane, un participe passé est une des formes d’un verbe. Il peut avoir le rôle d’un adjectif qualificatif (un enfant endormi, des fleurs séchées) ou servir à conjuguer des temps composés (comme le passé composé). Il est alors employé avec l’axillaire être ou avoir. Exemple : « J’ai mangé les fraises » (J’ = pronom sujet, ai = auxiliaire avoir, mangé = participe passé du verbe manger, les fraises = COD). De même, « les fraises que j’ai mangés » (Les fraises = COD placé avant le verbe, j’ = pronom sujet, ai = auxiliaire avoir, mangées = participe passé qui s’accorde avec le COD (féminin pluriel) placé avant l’auxiliaire avoir. Est-ce plus clair pour vous ? Excellente soirée !

    Bonjour Abdel, alors vous êtes au bon endroit :-). Je vous invite à vous inscrire sur notre site http://projet-voltaire.fr, qui propose une remise à niveau en orthographe. L’entraînement se passe en ligne. N’hésitez pas à tester gratuitement nos différents modules. Bonne découverte !

Bonjour,

La phrase est elle bonne? Je me pose des questions sur plusieurs mots en fait…
« Si tu pars après que Mathis est rentré, tu lui dis qu’il mange les pâtes qui reste »

Bonjour,
Je ne suis pas sûre de l’accord du verbe demander dans cette phrase Je vous envoie ce courrier pour vous expliquer ma situation comme me l’a demadé votre collègue .
Merci pour votre réponse .

    Bonjour SAS, n’avez-vous pas trouvé la réponse dans notre article ? On écrit : « Merci pour les grâces que tu m’as faites ». Bonne journée.

Ca fait du bien de remettre un peu à jour ses connaissances.
Par contre je ne comprends pas votre phrase du début (…on écrit « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder » au lieu de « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder »)
Justement, si le participe passé avec avoir se conjugue en fonction du cod si celui-ci précède le verbe. on a ici cod= »les verbes » + auxiliaire avoir + cod avant verbe donc j’aurais écrit exactement le contraire:
on écrit « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder » au lieu de « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder »

    Bonjour Tof, le paragraphe que vous citez s’intitule « Erreur d’accord du participe passé ».
    Donc quand on écrit « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder », on commet une erreur ; la phrase correcte étant « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder ». Bonne journée !

    La règle étant qu’un participe passé employé avec « avoir » ne s’accorde jamais avec son sujet (« elle a mangé »), on oublie qu’il peut s’accorder avec autre chose… et on écrit « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder » au lieu de « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder ».

Bonjour,
J’ai un petit doute sur la conjugaison de ma phrase?
« Les enseignements se placent dans la prolongation de ceux que j’ai eu (ou eus?) l’occasion de suivre sur.. »
Merci d’avance!

Bonsoir, je pense que, ça pourrait écrire Comme ça. » » » Les verbes que j’ai conjugés » » » les pommes que j’ai fait acheter' » » » envoie la correction je vous attends.

Je ne comprends pas l’accord de « adressée » dans la phrase : La lettre que lui a adressée le client mécontent était d’une rare violence.

Pour moi, le sujet c’est « le client » et pas « la lettre » donc « adressé ».
Pouvez vous m’éclairer ?
Par avance, merci !!!!

    Bonjour Marieee, « la lettre que lui a adressée le client ».
    (On pourrait aussi tourner la phrase de la manière suivante : « La lettre que le client lui a adressée »).
    Le client : sujet (c’est lui qui a adressé la lettre)
    La lettre : COD (il a adressé quoi ? la lettre).
    Lui : COI (il a adressé la lettre à qui ? à lui).
    Par conséquent, le participe passé « adressée » s’accorde avec le COD « la lettre », féminin singulier, car il est placé avant le verbe.
    En espérant vous avoir éclairée, je vous souhaite une bonne journée !

Chère projet-voltaire.fr,I am going to write to you in English.I like your website very much but I find it very difficult to be reading it from my I pad.Usually I like to print things as I am rather old .I do want to perfect m’y French and would be most grateful if you can help me in making it possible to print from your website and in a reasonable size.Thank you very much for your help

    Bonjour Faryal, dommage que vous n’ayez pas tenté d’écrire en français ;-). Toutes les occasions sont bonnes quand on est en plein apprentissage ! Je transmets votre remarque à notre équipe technique. Bonne soirée.

    Bonjour Elyakim, la réponse est : « que nous avons remises ». Il suffit de poser la question : « Nous avons remis quoi ? », « dix bicyclettes », COD féminin-pluriel placé avant le verbe, d’où l’accord du participe passé : « remises ». Bon après-midi.

Bonjour,

Je m’interroge sur l’accord du verbe « suivre » dans la phrase suivante:
Quelles démarches ont-ils suivi / suivies ?

Je vous remercie par avance pour votre réponse.

Bien cordialement

    Bonjour Leslie, dans votre exemple, la question porte sur le COD « quelles démarches ». On accorde donc le participe passé au féminin-pluriel : suivies. D’ailleurs, si l’on mettait la phrase à l’affirmative, cela donnerait : « Je ne sais pas quelles démarches ils ont suivies. »

[email protected]

Bonjour,

Je m’interroge sur cette phrase :

« La production de l’usine a commencée »

Est-il justifié de conjuguer le participe passé ?

Bien cordialement,

Bjr, j ai un doute à propos de l écriture de cette phrase. Quand est ce qu on écrit( les crêpes, apres les avoir manger) à l’infinitif
Ou on ecrit ( les crêpes , après les avoir mangées) participe passé
Et c la même chose avec l auxiliaire être.

    Bonjour Sara, on écrit « les crêpes, après les avoir mangées ». La question à se poser est la suivante : après avoir mangé quoi ? « les », pronom COD mis pour « les crêpes ». Il est placé avant le verbe, d’où l’accord du participe passé au féminin pluriel : mangées. Bonne soirée

Bonsoir,
Je m’interroge sur la manière d’orthographier la phrase suivante:
La photo que j’ai pris du balcon
Ou
La photo que j’ai prise du balcon.
Selon moi, selon le sens à donner, on utilise l’une ou l’autre orthographe .
La première sous entend que c’est du balcon que j’ai pris la photo.
La seconde, quant à elle, sous entend que j’ai pris le balcon en photo.
Est-ce exact? Si oui, à quelles règles grammaticales cela répond-Il?
.je vous remercie de m’éclairer

    Bonjour Juliette, la présence de « du balcon », complément circonstanciel de lieu ou complément de nom, ne change absolument rien à l’accord ! La photo que j’ai prise (d’où ? balcon) / La photo du balcon que j’ai prise : accord du participe passé avec le COD placé avant le verbe dans les deux cas :-). Bonne soirée

Bonjour,
J’ai un doute sur un accord.
Doit-on écrire:
« Et c’est justement Yseult qu’il a choisi pour femme. » ou « Et c’est justement Yseult qu’il a choisie pour femme ».
La première phrase a été relevée dans un cahier d’exercices.
Merci par avance pour votre réponse.
Merci pour vos explications.

    Bonjour Angèle, c’est pourtant la seconde phrase qui est correcte. Il a choisi qui (pour femme) ? Yseult, COD placé avant le verbe, d’où « Et c’est justement Yseult qu’il a choisie pour femme ». Bon après-midi

Bonjour,

Dans les deux phrases ci-dessous, sachant qu’il s’agit d’une femme, accorde t-on « frappé » au féminin :

Est-ce qu’il y a d’autres choses qui t’ont frappé ?
Tu m’as dit que ce qui t’avait frappé…

Merci à vous.

    Bonjour Christine, voici les questions à vous poser :
    1/ Est-ce qu’il y a d’autres choses qui ont frappé qui ? « t' » (mis pour « toi », féminin singulier). Ici, le pronom « t' » est COD. Or il est placé avant le verbe. Par conséquent, le participe passé s’accorde au féminin singulier : frappée.
    2/ Tu m’as dit que ce qui avait frappé qui ? « t' »… C’est le même raisonnement. Il faut accorder au féminin singulier : frappée.
    Bon après-midi.

Bonjour,
Je m’aperçois que ma question postée il y a une semaine n’a pas été publiée (fausse manipulation de ma part?). Dans tous les cas, je me permets de vous la réitérer.

Dans la phrase: « C’est une recette que Paul semble avoir confié/ée à Pierre. » , comment s’accorde le participe passé de « confier »? La difficulté me semble venir à la fois du verbe avoir à l’infinitif, mais aussi et surtout du verbe « sembler » qui le précède.

En vous remerciant de votre attention.

Aucune question pour ma part, article très utile !
Je tenais juste à vous remercier, « Sandrine » pour votre disponibilité et votre pédagogie. C’est grâce à des personnes comme vous que des personnes comme moi feront l’effort d’orthographier correctement cette si belle langue dont nous avons hérité. Enfin héritée ahah

Bonjour,

Comment accorde-t-on le participe passé de « confier » dans cette phrase, et en vertu de quelle règle?

« La recette que Sandra semble avoir confié/ée à John »

Je ne sais pas si le fait qu' »avoir » soit à l’infinitif annule l’accord au féminin; et je ne sais pas non plus si grammaticalement on doit considérer que l’action de Sandra est « confier » ou « sembler ».

Merci beaucoup de votre attention.

    Bonjour K, Le « que » est le pronom relatif qui reprend « recette »; il est placé avant le verbe. Par conséquent, on écrit « confiée ».
    De même, on dirait « la direction qu’il semble avoir prise ». Bon après-midi.

Bonjour,

Énorme doute quant à l’accord pour la phrase suivante (je suis une fille) :

« Elle m’a obligé(e) à faire du théâtre »

Elle m’a obligé à faire quoi ? : du théâtre donc pas d’accord

Mais je me dis que je pourrais aussi dire :

Elle a obligé qui à faire du théâtre ? Moi et alors là accord

Comment savoir quelle question poser pour ne pas se tromper ?
Que c’est compliqué !

Merci encore,

    Bonjour Félix, « Elle a obligé qui ? » m’ (à faire du théâtre). Le pronom m’ est bien COD puisqu’il répond à la question qui ? De plus, il est placé avant le verbe. D’où l’accord du participe passé au féminin singulier : obligée. Bonne journée

      Bonjour Sandrine,
      Je ne suis pas d’accord avec votre réponse. Le COD est effectivement  » m’ « . Or, ce COD renvoie à l’interlocuteur Félix (donc masculin et singulier). Par conséquent, je pense bien que l’on écrit « Elle m’a obligé à faire du théâtre », non ?…

On écrit « Madame Simone a appelé  » ou « Madame Simone a appelée  »
Les letres que j’ai utilisé ou les lettres que j’ai utilisée
Je fais toujours confusion

    Bonjour Fernanda, « Madame Simone a appelé » : pas d’accord quand le participe passé est employé avec l’auxiliaire avoir (et qu’il n’y a pas de COD placé avant le verbe). En revanche, on écrira « Madame Simone est appelée » : ici le participe passé est employé avec l’auxiliaire être, d’où l’accord (ici avec Madame Simone, donc au féminin singulier). « Les lettres que j’ai utilisées » : j’ai utilisé quoi ? les lettres. Le COD « lettres » est placé avant le verbe, d’où l’accord du participe passé avec « lettres », au féminin pluriel. En espérant vous avoir éclairée, je vous souhaite une bonne soirée.

bonjour, j’ai un gros doute sur l’accord…
pourriez-vous me corriger et m’expliquer ?

« je me permet de vous renvoyer ses factures car je ne sais pas si vous les avez reçues »
reçu avec es ou pas
qu’elle est la bonne question : – reçu quoi ?
– qui n’à pas reçu les factures ?

merci d’éclairer ma lanterne !

cordialement

    Chère homonyme, il suffit de poser la question magique ! « Je ne sais pas si vous les avez reçues » : « Je ne sais pas si vous avez reçu quoi ? », « les ». Ce pronom COD, qui remplace « ces factures », est placé AVANT LE VERBE. Dans ce cas, le participe passé s’accorde avec ce COD, ici au féminin singulier. En espérant vous avoir éclairée (avoir éclairé qui ? vous !), je vous souhaite une bonne soirée.

    Bonjour Florian, attention à ne pas confondre conjugaison du verbe et accord du participe passé !
    Dans votre phrase, il n’y a pas de participe passé. Il s’agit du verbe « placer », conjugué à la 3e personne du singulier (on).
    C’est sans doute le COD placé avant le verbe qui vous a mis sur une mauvaise piste.
    Or, « Les personnes que l’on place » = « On place les personnes », tout simplement !
    Bonne journée

Bonjour,
Ce n’est pas la première fois que je lis cet article et je pense que j’aurai de plus en plus de doutes sur la justesse de mon écriture correcte.
La raison est simple. On présente une alternative et au lieu de dire tout de suite qu’elle forme est juste on entretien le suspens durant toute explication théorique en ajoutant au même temps l’avis d’expert. Comme je suis d’origine étrangère je beaucoup de mal à suivre les délibérations gramairiennes qui m’éloigne de la réponse juste. Vos réponses aux cas par cas personnalisés sont claires. Mais quand je reviens sur l’entête de l’article je reste toujours perplexe. Donc ma question simple est: pourquoi ne pas souligner tout haut tout en debut qu’elle réponse est correcte. Répéter une options erronées la renforcé 😉

    Bonjour et merci de votre message. Montrer la faute pour ne plus la commettre fait partie de l’ADN du Projet Voltaire. Notre programme de remise à niveau fonctionne de la même manière : il faut cliquer sur la faute contenue dans la phrase. Néanmoins, nous utilisons d’autres techniques, notamment dans le module « Les Fondamentaux » qui s’adresse aux enfants ou aux personnes qui ont besoin d’apprendre ou de réapprendre les bases du français. Voir notre site dédié : http://www.les-fondamentaux.fr. Bon dimanche et bon apprentissage !

Bonjour,
petite question pour un accord qui semble juste, mais étrange à l’oreille :
« trois femmes que la puissance de leur génie a conduites à la folie » ou « trois femmes que la puissance de leur génie a conduit à la folie » ?

merci de votre aide
Cordialement

    Bonjour LeCed, aucune raison de ne pas accorder le participe passé « conduites » dans votre phrase, d’où « Trois femmes que la puissance de leur génie a conduites à la folie ». En effet, « que » est le pronom relatif qui remplace « trois femmes » et il est COD. Le COD précédant le verbe, on accorde ! Cela étant, la phrase ainsi tournée est un peu tarabiscotée. Pourquoi ne pas écrire, plus simplement : « Trois femmes conduites à la folie par la puissance de leur génie » ? Bonne soirée.

Bonjour,
Je bloque sur une formulation, semblable à une question déjà posée, mais pas exactement :

Il me fallait d’autres informations, que j’ai demandé au travers d’une prestation.

Ou bien

Il me fallait d’autres informations, que j’ai demandées au travers d’une prestation.

Je vous remercie par avance.

    Bonjour Guillaume, conformément à la règle d’accord du participe passé employé avec « avoir » expliquée dans l’article, c’est la seconde phrase qui est correcte. À noter que la virgule avant « que » est superflue. Bon après-midi.

Bonjour,

Les musiciens que j’ai entendus (entendu) jouer étaient remarquables.
La mélodie que j’ai entendu (entendue) jouer était magnifique.
Qu’est-ce qui est correct ?

Merci. Salutations.

La tendance étant actuellement à la féminisation à outrance, pouvez-vous m’aider ?

Marie est un médecin ou une femme médecin ou une médecin ou une médecine
Marie est recteur d’ académie ou rectrice (comme directrice) ou recteure
Marie est écrivain ou femme écrivain ou écrivaine
Cette femme est une assassin ou une assassine.
etc…, etc…
Merci.

    Bonsoir Itachi, la première et la deuxième sont fausses : le pronom COD les, placé avant le verbe, étant pluriel, le participe passé offert doit forcément s’accorder au pluriel. Reste à savoir si « les » remplace un nom masculin ou féminin.
    S’il est masculin (ex : des bonbons), on écrira : Il les a offerts.
    S’il est féminin (ex: des fleurs), on écrira : Il les a offertes.
    Bonne soirée.

Bonjour,

J’ai passé un concours dernièrement dans lequel on m’a demandé de choisir entre :
1/ inquiète, vous examinez les routes que vous n’avez pas suivies
2/inquiète, vous examinez les routes que vous n’avez pas suivi
3/inquiète, vous examinez les routes que vous n’avez pas suivie
4/inquiète, vous examinez les routes que vous n’avez pas suivie.

J’ai répondu la numéro 1 mais j’ai un vrai doute avec la proposition numéro 3. Pouvez-vous éclairer ma lanterne?
Merci par avance.

    Bonsoir Joh, la bonne réponse est bien la première : Inquiète, vous examinez les routes que vous n’avez pas suivies. Dans cette phrase, « routes » (COD placé avant le verbe) est féminin-pluriel. L’accord du participe passé « suivi » doit donc se faire au féminin-pluriel, d’où « suivies« . C’est la même chose dans l’exemple mis en avant dans notre règle : « les fraises que j’ai mangées« , « fraises » étant féminin-pluriel. Bonne soirée.

    Bonjour Leila, oui cela se dit, mais il faut écrire « avait » et non « avais », d’où « La soupe que Mme untel nous avait faite ». Par ailleurs, il est toujours conseillé de remplacer « faire », verbe fourre-tout, par un verbe plus précis : ici, préparer, cuisiner… Bonne journée.

Bonjour

« Les sommes d’argent qu’ont ramassées ce groupe de personnes ont servi à aider les enfants du quartier »

Dans l’exemple ci-dessus, je ne comprends pas bien pourquoi on n’accorde pas le participe passé « servi » avec « les sommes d’argent » comme complément d’objet placé avant l’auxiliaire avoir.

Merci

    Bonjour Marcelo, il n’y a pas d’accord car « Les sommes d’argent » est le sujet (et non le COD) du verbe servir, conjugué au passé composé (ont servi), donc avec l’auxiliaire avoir. Bonne journée.

Bonjour,

J’ai un doute pour la phrase suivante :
« Le top des nouvelles technologies qu’ont adopté les musées. »
Si on inverse la phrase : Les musées ont adopté le top des nouvelles technologies, donc « ont adopté » s’accorde bien dans la 1ère phrase avec le COD « Le top des nouvelles technologies » ?
Merci beaucoup et bonne journée.

 » règle […] que nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver artificielle  » ?? Pourtant l’accord du participe passé influe sur le sens. Par exemple,  » elle s’est servie du poison  » pour empoisonner quelqu’un et  » elle s’est servi du poison « s’intoxiquant ainsi accidentiellement. Et j’en passe…
Une liste qui recense non sans humour d’autres exemples : http://www.schachmann.com/francais

Bonjour,
Pouvez-vous m’indiquer quelle phrase est correcte ?
Une vie qu’ils n’ont pas choisiE de vivre
OU
Une vie qu’ils n’ont pas choisi de vivre.
Merci

    Bonjour, « ils n’ont pas choisi quoi ? » « De vivre… ». Le COD n’étant pas « vie », il n’y a pas de raison d’écrire « choisie » au féminin singulier.
    La phrase correcte est bien « Une vie qu’ils n’ont pas choisi de vivre ». Bonne journée.

• Le meilleur moyen c’est d’écrire les phrases sous « word » lui au moins les détecte si bien, vous pouvez tester avec les 10 phrases

Bonjour,
Pouvez-vous me dire si ces phrases sont correctes svp

– La personne qui vous a reçu a-t-elle écouté votre demande ?
– Vous a-t-elle informé dans des termes simples ?

En vous remerciant

    Bonsoir Justine, si c’est le « vous » de politesse, qui désigne-t-il : un homme ou une femme ?
    Homme : La personne qui vous a reçu a-t-elle écouté votre demande ? Vous a-t-elle informé dans des termes simples ?
    Femme : La personne qui vous a reçue a-t-elle écouté votre demande ? Vous a-t-elle informée dans des termes simples ? Bonne soirée.

Bonsoir, pour la phrase
J’ai eu l’occasion de faire deux stages grâce auxquels j’ai découvert un autre milieu. En effet je les ai réalisés au centre social.

Réalisés ou réalisé ?

    Bonjour Élodie, j’ai réalisé quoi ? « Les » (mis pour « stages »). Le pronom « les », COD, est placé avant le verbe. Il faut donc accorder le participe passé « réalisé » au masculin pluriel d’où « Je les ai réalisés ». Bonne journée.

Bonjour,

Qu’en est-il de l’accord si on rajoute  » le nombre de  » devant fraises ? D’ailleurs, est-ce que « fraises » conserve le S ?

Le nombre de fraise(S) que j’ai mangé(ES).

Merci pour votre réponse.

    Bonjour Anne-Laure, avec « (le) nombre de », les deux accords (singulier ou pluriel) sont possibles. Si prévaut l’idée d’une pluralité (ici, de fraises), on met le verbe au pluriel (et donc le participe passé). Mais si l’accent est mis sur l’idée de globalité, on accorde le verbe au singulier. Dans votre exemple, le pluriel, qui permet d’insister sur chaque fraise avalée, semble mieux convenir. Bonne journée

    Oui, Alexia ! Ils ont conforté qui ? m’ (mis pour « elle », féminin singulier), pronom placé avant le verbe, d’où accord du participe passé : « confortée ». Bonne journée.

Bonjour,

J’ai deux phrases et je ne sais pas si j’accorde la dernière :

Indiquez la date de votre dernière Fête de la musique. Indiquez où vous l’avez fêtée. (ou fêté ?)

Merci

    Bonjour, pour le savoir il faut poser la question suivante : Indiquez où vous avez fêté quoi ? L’ (mis pour « la fête », féminin singulier). Ce pronom était placé avant le verbe, le participe passé s’accord en genre et en nombre avec lui. D’où : « Indiquez où vous l’avez fêtée » (On pourrait dire également « Indiquez où vous l’avez prisE »). Bonne journée.

    Bonjour, c’est la même règle que celle indiquée dans le billet qui s’applique.
    – Vous avez trouvé des fautes. (COD après l’auxiliaire avoir, pas d’accord)
    – Les fautes que vous avez trouvées. (COD avant l’auxiliaire avoir, accord)
    – Quelles fautes avez-vous trouvées ? (COD avant l’auxiliaire avoir, accord)
    Bon dimanche.

Bonjour Sandrine,

Je poste ma question ici, bien que je ne pense pas que ce soit le meilleur endroit.
J’ai un doute sur l’accord du participe passé dans cette expression, sachant que c’est une femme qui parle :
« Voici une tendance qui m’a tapée/tapé dans l’œil. »
La participe passé reste-t-il figé au masculin ?

Merci d’avance,
Diane

Bonjour
Nous avons un doute sur l’accord du verbe dire dans cette phrase :
« Elle répète des phrases qu’elle ne se souvient pas avoir dites » ou « Elle répète des phrases qu’elle ne se souvient pas avoir dit » ?
Merci pour votre aide !

Boujour, je crois que ça date un peu, mais j’aimerais que vous m’aidiez pour cette phrase : Il porte la machette sur ses épaules. Quel est le fonction de SUR SES ÉPAULES.
Merci d’avance.

Bonjour,
Je m’interroge sur deux utilisations : il m’a invitée à participer à sa conférence.
Il a invité qui ? moi, je suis une femme donc invitée ? C’est bien ça ? Même s’il y a un infinitif pas loin derrière…(à participer).
Et aussi avec : Le fait que je sois distraite ne les a pas inquiétés ?
Inquiété qui ? eux ou plutôt « les » ?
Là je ne sais quelle règle appliquer.
Merci Sandrine

    Bonsoir Isabelle, votre raisonnement est le bon ! « Il m’a invitée (à participer…) » : il a invité qui ? Moi (une femme). Le pronom COD « m' » est placé avant le verbe, d’où l’accord au féminin-singulier du participe passé : « invitée ». De même, « Le fait que… ne les a pas inquiétés » : n’a pas inquiété qui ? « Les », qui représente dans votre exemple un masculin pluriel : d’où « inquiétés ». Mais si « les » représentait seulement des femmes, on aurait écrit : « inquiétées ». Bonne soirée et bon week-end :-).

      C’est vrai qu’on voit bcp d’excès de zèle avec l’accord des doubles participes : « la robe que j’ai faite faire » au lieu de « la robe que j’ai fait faire » …

    Bonsoir Nicolas, avec l’adverbe « combien » il est question de quantité ; or il n’y a pas d’accord du participe passé avec un complément de quantité, même placé avant le verbe. « J’aimerais bien savoir quelles fautes j’ai commises. » MAIS « J’aimerais bien savoir combien de fautes j’ai commis. » Bonne soirée.

La présence du grand nombre de commentaire atteste de la mauvaise présentation de la règle. Le texte du billet est ambigu. Pourriez-vous éviter l’usage de tournures comme « on oublie qu’il peut s’accorder avec autre chose…  » ?
C’est quoi « autre chose »?
Pourquoi … ? Il y aurait peut-être plus que autre chose?

Plus bas, vous écrivez: On écrit « les verbes que j’ai conjugué » a de quoi perturber. J’ai conjugué quoi ? les verbes et le COD est placé avant le participe passé donc devrait s’écrire avec un s à la fin. Ou alors je n’ai rien compris.

    Bonsoir Philippe, les extraits que vous citez ne font pas partie de « la règle », mais de « l’erreur couramment admise ». Cette partie de l’article est là pour introduire le sujet, il faut bien évidemment poursuivre la lecture pour avoir des précisions.
    Attention à bien lire les phrases en entier : « (…) on oublie qu’il peut s’accorder avec autre chose… et on écrit (= parce qu’on oublie… on écrit) « les verbes que j’ai conjugué, j’ai oublié de les accorder » au lieu de « les verbes que j’ai conjugués, j’ai oublié de les accorder ». Pas d’erreur possible : la bonne et la mauvaise réponse sont clairement indiquées.
    De même, en poursuivant votre lecture, vous découvrirez que l' »autre chose » est le COD placé avant le verbe. Mais vous l’aviez sans doute deviné !
    Bonne soirée.
    PS : pourquoi ne pas attribuer le grand nombre de commentaires au fait que la règle d’accord du participe passé avec le COD placé avant le verbe est l’une des plus difficiles de la langue française ? Voir notre baromètre : http://www.projet-voltaire.fr/documents/barometre_voltaire.pdf.

Règle élémentaire qui ne pose problème que lorsque le COD est remplacé par « en »

Les bêtes que j’ai vues et j’en ai vu beaucoup…

Pourquoi l’accord ne s’applique-t-il pas au deuxième « vu »?

Merci
Ode

Et comme je suis une fille, je coche la case pour être prévenuE…
La préséance du masculin est peut-être une cause indirecte de la disparition de l’accord en question. Au Québec, on ajoute souvent l’accord au féminin entre parenthèses dans un cas comme celui de prévenu(e). Ça complique un peu la typographie et quand on est de langue maternelle Fr-Fr, ça fait sourire… au début… Or, cet exemple montre que la précaution québécoise n’est pas si superflue qu’il y paraît. Par contre, visuellement, ça peut sembler brouillon quand il y en a beaucoup.

      On dira « tu m’as fait la grâce… », mais si grâce (qui est le COD) est placé avant le verbe, alors oui on accorde le participe passé et c’est donc la première phrase qui est la bonne.

      À mon avis, s’il demande c’est probablement qu’il n’est pas sûr de son avis… Vous ne pensez sans doute pas à mal mais votre réponse fait maîtresse d’école qui affiche sa supériorité sous des airs de fausse confiance :(.

        Bonjour Laurie, je n’ai fait qu’indiquer à Philippe la manière dont la règle était articulée. Il est vrai qu’en faisant abstraction des titres des parties, on peut s’emmêler les pinceaux, d’où l’intérêt de tout lire ! Mon but n’est pas de jouer la maîtresse d’école mais bien d’aider les lecteurs de ce blog à y voir plus clair. Bonne journée.

bonjour,
j’ai un doute : on accorde quand même dans ce cas où le sujet passe après le verbe, n’est-ce-pas ?
« ouvrir la boite que lui a laissée sa grand-mère »
merci !

      Bonjour Sandrine et merci pour cet article 🙂
      Etes-vous sûre que c’est la deuxième proposition ?
      Pourtant j’aurais juré que c’est la première !

      Coucou
      L’exemple donné par Deschamps (les informations qu’il m’a demandé de transmettre) ne ressemble-t-il pas à celui proposé par Brigitte (ouvrir la boîte que lui a laissée sa grand mère ) ?
      Pourquoi dans le deuxième il y a accord mais pas dans le premier, quelle est la différence ?

      Merci beaucoup .

        Bonjour Hanane, ce n’est pas exactement la même chose.
        Dans l’exemple « Les informations qu’il m’a demandé de vous transmettre », on doit poser la question suivante : il m’a demandé quoi ? De vous transmettre les informations. Le participe passé reste invariable.
        Dans l’exemple « Ouvrir la boîte que lui a laissée sa grand-mère », le sujet et le verbe sont simplement inversés. On la remet la phrase dans l’ordre « ouvrir la boîte que sa grand-mère lui a laissée » et l’on pose la question : sa grand-mère lui a laissé quoi ? La boîte. Accord car COD placé avant le verbe.
        Ce n’est pas elle qui lui a demandé de l’ouvrir :-).
        En espérant vous avoir éclairée, je vous souhaite une excellente journée.

          Bonjour Sandrine,

          dans l’exemple de  » Les informations qu’il m’a demandé de vous transmettre  » si le pronom me avant l’auxilliaire avoir est féminin ,
          y aura-t-il accord ?

          Cordialement;

          Bonjour Yalda, on écrit « les informations qu’il m’a demandées » MAIS « les informations qu’il m’a demandé de vous transmettre ».
          Dans la seconde phrase, on pose la question suivant : Il m’a demandé quoi ? de vous transmettre des informations.
          Par conséquent, le participe passé reste invariable.
          Bonne journée !

Bonsoir,
j’ai un doute sur l’orthographe de cette phrase :
« Chouchouté(e), abreuvé (e) d’amour et arrosé (e) de mots doux, elle grandit… »
Dois je mettre un « e » ou non ?
Merci par avance

    Bonjour Val, on accorde en effet les participes passés, employés ici comme adjectifs qualificatifs, avec le pronom auxquels ils se rapportent, c’est-à-dire « elle », féminin singulier. D’où « chouchoutée », « abreuvée, « arrosée ». Bon après-midi.

Doit-on écrire :

Elle vous a toujours bien accueilli, toi et ton ami
ou
Elle vous a toujours bien accueillie, toi et ton ami
ou
Elle vous a toujours bien accueillis, toi et ton ami

Merci

    Bonsoir Dan, si « toi et ton ami » sont deux hommes, ou un homme et une femme, on écrira « Elle vous a toujours bien accueillis, toi et ton ami ». : le COD « vous » (masculin pluriel) étant placé avant le verbe, on accorde « accueilli » au masculin pluriel : « accueillis ». Attention, si « toi et ton amie » sont deux femmes, alors on écrira « Elle vous a toujours bien accueillies, toi et ton amie ». Bonne soirée.

        Bonjour Nanou, s’il est plus courtois de dire « mon ami et moi » plutôt que « moi et mon ami », il semble que rien n’empêche une tierce personne de d’employer « toi et ton ami » comme « ton ami et toi ». Néanmoins, si vous avez des sources qui prouvent le contraire, n’hésitez pas à nous les faire parvenir 🙂 Bonne journée !

Bonjour,

– Il remet en cause les droits que je me suis arrogés.
ou
– Il remet en cause les droits que je me suis arrogé.

Merci de votre aide !

    Bonsoir Diane, comme indiqué dans l’article : le participe passé employé avec « avoir » s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct si celui-ci précède le verbe. Ici, le COD « droits », masculin pluriel, étant placé avant le verbe, le participe passé prend la marque du masculin pluriel, d’où : « il remet en cause les droits que je me suis arrogés ». Bonne soirée.

      Alors là vous m’avez grillé tous les neurones :

      Il remet en cause les droits que je me suis arrogé(s)
      « suis »
      c’est l’auxilliaire être, non ?
      => accord avec le sujet
      => arrogé, éventuellement arrogée

      Il remet en cause les droits que je me suis arrogé(e)

      Ou alors en plus cette histoire de COD se combine avec l’auxilliaire être (et là je hurle à la réforme) ?
      Merci d’avance de votre réponse !

Bonjour Sandrine,

 » Revendez les notes de cours qui vous ont menées au succès  »
ou plutôt
 » Revendez les notes de cours qui vous ont menés au succès  »

Merci pour votre retour !

    Bonjour Ilan, dans votre exemple le COD « vous » est placé avant le verbe « mener » (Vous avez mené qui ? Vous). L’accord du participe passé se fait donc avec ce pronom, selon le nombre et le genre de la ou des personnes qu’il représente.
    1/ « Vous de politesse »
    – si c’est un homme : « Revendez les notes de cours qui vous ont mené au succès ».
    – si c’est une femme : « Revendez les notes de cours qui vous ont menée au succès ».
    2/ « Vous collectif »
    – si ce sont des hommes : « Revendez les notes de cours qui vous ont menés au succès ».
    – si ce sont des femmes : « Revendez les notes de cours qui vous ont menées au succès ».
    – si ce sont des hommes et des femmes : « Revendez les notes de cours qui vous ont menés au succès ».
    Bonne journée !

Bonjour,

Pour une lettre de motivation :
« les échanges que j’ai eus avec des anciens de votre école m’ont confortée dans mon choix »
Le « je » désigne un sujet féminin.
Doit on dire : « M’ont confortée » ou « m’ont confortés » ?

Merci d’avance !

    Bonjour ! « Les échanges que j’ai eus avec des anciens de votre école… » ont conforté qui ? moi (m’), COD placé avant le verbe « conforter ».
    Il y a donc accord, ici au féminin, d’où « … m’ont confortée. » Bon après-midi !

Bonjour Monsieur,

Merci pour cet article.
J’ai un petit souci au sujet d’une forme passive et je sollicite donc votre aide.
Doit-on dire « les équipes auxquelles j’ai été affecté » ou « les équipes auxquelles j’ai été affectées ». La phrase complète est : « je me suis rapidement intégré aux diverses équipes auxquelles j’ai été affecté ».
Je penche pour la première solution car on dit : « j’ai été affecté » et « elles ont été affectées ».
Merci.

    Bonjour Youssef, la phrase correcte est : « les équipes auxquelles j’ai été affecté ». Il suffit de poser la question « j’ai été affecté à quoi ? aux équipes » pour se rendre compte que le nom « équipe » est ici un COI (à quoi) et non un COD (quoi); donc même s’il est placé avant le verbe « affecter », il n’y a pas d’accord du participe passé.

      Bonjour,
      Je ne comprend pas votre réponse.
      ici , c’est l’auxiliaire « être », donc on doit accorder.
      Ici le sujet est un homme donc on a bien  » j’ai été affecté »,mais si le sujet est une femme la réponse est « j’ai été affectée » non ?
      Merci de votre réponse.

        Bonjour Martin, la question (en lien avec le sujet de ce billet) portait sur l’accord ou non du participe passé « affecté » avec le pronom « auxquelles » mis pour « équipes », nom féminin pluriel. La réponse est qu’il n’y a pas d’accord du participe passé avec le sujet « équipes », puisque c’est un COI et non un COD. Mais il va de soi que le participe passé varie en genre suivant le sexe de « je » ! La personne m’ayant questionnée étant un homme, on écrit « affecté » ; dans le cas d’une femme, on aurait écrit « affectée ». Bon après-midi.

Bonjour,

Doit-on écrire :

Quelles explications, la banque vous a-t-elle données ?
ou
Quelles explications, la banque vous a-t-elle donné ?

Par avance, je vous remercie.

    Bonjour Henri,
    C’est bien la première phrase (la virgule en moins) qui est correcte : Quelles explications la banque vous a-t-elle données ?
    En effet, le participe passé « donné » s’accord avec le COD « explications » (féminin pluriel) placé avant le verbe, d’où « données ».
    Bon après-midi.

Bonjour,

J’ai un petit doute avec cette phrase : « Une chose que j’ai apprécié(e) pour « ceci et cela » »…
Avec ou sans « e » ?

Le COD est « une chose » ou est-ce « ceci et cela » ?

Merci d’avance.

    Bonsoir Wallace, dans votre exemple, le COD est bien « une chose » (j’ai apprécié quoi ? une chose) placé avant le verbe. Il faut donc accorder le participe passé « apprécié » au féminin, ce qui donne « appréciée ». Bonne soirée et à bientôt.

Bonjour,

Dans la phrase qui va suivre ,pouvez-vous m’expliquer pourquoi on n’accorde pas le dernier participe passé ?

« J’ai salué plus de personnes que je n’en ai connu. »
Personnellement j’aurais écrit « je n’en ai connues ».

Merci d’avance 🙂

j’ai une question , il s’agit d’un homme qui parle de sa femme mais elle n’est pas indiquée avant, le texte commence par : il comparaît devant un juge , il explique comme il l’a aimé .
Je n’ai pas accordé aimé puisqu’on ne sait pas encore s’il s’agit d’une femme ou d’un homme ou d’un chien…On me dit que j’ai tort ! Dois-je accorder aimé et écrire : Il explique comme il l’a aimée ? cela me dérange car si on me faisait la dictée de cette phrase ne sachant pas encore que l’ est une femme je ne vois pas comment je peux l’accorder ! Merci

    Si une dictée fonctionnait de la sorte, elle serait très mal venue.
    Il faut en effet accorder, même si le sujet ne sera connu que plus tard. Vous, l’auteur, savez qui est ce sujet. Par l’accord, vous donnez d’ailleurs un indice au lecteur.

      Merci pour votre réponse mais je ne comprend pas , cela contredit la règle qui dit que on accorde si l’on sait de quoi il est question , hors là ce n’est pas le cas , le lecteur ne sait pas de qui il s’agit ! Je pourrais très bien ( c’est le cas) sous-entendre  » son double, son « autre » !

Il semblerait que le style numéroté n’aie pas été appliqué à la liste et des questions et de leur réponse respective.
C’est plus difficile de lire dans ce cas.

    « Celles qu’on a » n’est pas vraiment correct. Il faudrait lui préférer « Celles que nous avons ».
    Ensuite, nous appliquons la règle de l’accord avec le COD s’il y en a un et si celui-ci est placé avant l’auxiliaire avoir. Nous avons balancé quoi ? Des propositions. Il y a donc accord et on écrira « que nous avons balancées ».
    Par extension, et bien que cet emploi soit incorrect, on fera le même accord avec « Celles qu’on a ».

Voila j’ai une question
Imaginons qu’un livre commence par

Je les ai aimé. Toutes ces fraises, je les ai aimées.
Êtes vous d’accord ?

Dans la première phrase aimé ne s’accorde pas logiquement puisqu’on ne sait pas si « les » est masculin ou féminin. par contre dans le deuxième oui puisqu’on sait qu’on parle de toutes ces fraises.
Je me trompe ? ou pas ?

    Dans tous les cas, il faudra accorder avec le pluriel indiqué par « les ».
    Ensuite, tout est histoire de contexte et de ce que l’auteur souhaitera dire : il aura le choix d’écrire « Je les ai aimés » ou « Je les ai aimées », à sa convenance.

Pourquoi le « que » est COD ?
> J’ai adoré quoi ? les fraises, non ?

« si l’on sait, au moment d’écrire le participe, de quoi il est question, on en tient compte pour l’accord »
Et s’il est dans la phrase précédente ?
> Les fraises étaient délicieuses. Je les ai adoré/ées ?