Questions d'orthographe Règle d'orthographe

« langage » ou « language » ?

Bien qu’écrivant dans la langue de Molière, certains ajoutent un « u » inutile à notre beau langage.

« sitôt » ou « si tôt » ?

Lorsqu’on peut remplacer le terme qui pose problème par « si tard », on écrit « si tôt ». Sinon, on écrit « sitôt ». C’est aussi ce dernier terme qui entre dans la formation de « pas de sitôt » (c’est-à-dire « pas avant longtemps »).

« res- » ou « ress- » ?

Pour exprimer la répétition d’une action exprimée par un verbe commençant par un s suivi d’une voyelle, on ajoute le préfixe re- en doublant normalement le s qui suit pour éviter d’entendre [z].

« La paie » ou « la paye » : que faut-il écrire ?

L’orthographe nous donne bien du fil à retordre ! Parfois l’on croit commettre une erreur, alors qu’il s’agit d’une variante. Est-ce le cas pour « paie » et « paye » ? Y a-t-il une forme correcte ? Une forme fautive ? Les deux sont-elles acceptées ?

« En deçà » et « au-delà » : des termes complexes ? Mais non !

À première vue, ces deux locutions, de sens contraire, paraissent difficiles à écrire. Comme elles sont composées de deux mots, on se demande s’il faut mettre un trait d’union. De plus, il y at-il un accent grave sur le « a » ? On vous explique tout !

« Quand même », « quand bien même » : comment les utiliser correctement

Ce sont deux expressions qui se ressemblent, à un mot près. La seconde contient en plus l’adverbe « bien ». Un ajout qui fait toute la différence ! En effet, « quand même » et « quand bien même » n’ont pas le même sens. Voici comment les employer.

« vous contrefaisez » ou « vous contrefaites » ? La conjugaison du verbe « contrefaire »

Qui n’a jamais écrit « vous contrefaisez une signature » pour « vous contrefaites une signature » ?

« aussi que » ou « autant que » ?

« Aussi que » s’emploie avec un adjectif ou un adverbe, « autant que » avec un nom ou un verbe. Aussi grand qu’eux, aussi vite qu’eux... Autant d’exemples que vous voudrez.

« Au jour d’aujourd’hui » est-il un pléonasme ?

Rarement tic de langage n’aura plus divisé les Français ! « Au jour d’aujourd’hui » : certains l’emploient spontanément, se moquant qu’il soit redondant. D’autres bannissent l’expression, s’agacent en l’entendant. A-t-on raison d’être aussi intransigeant ? Avant de trancher une bonne fois pour toutes, quelques arguments : Genèse d’un vieux pléonasme Ce n’est pas l’histoire de Oui-Oui, mais celle de hui, un petit mot d’ancien français né au XIe siècle, qui signifiait « le jour où l’on est ». Il avait un ancêtre latin hodie, et deux cousins, hoy l’espagnol et oggi l’italien. Hui avait la belle vie, jusqu’à ce qu’on le trouve trop court et qu’on lui ajoute...

« caféine » ou « caféïne » ?

Le stylo tremblant entre vos doigts parce que vous aviez absorbé trop de caféine, vous avez mis deux points sur le « i » de ce dernier mot au lieu d’un seul. Sinon, jamais vous n’auriez commis cette faute !

« c’est moi qui ai » ou « c’est moi qui a » ? « c’est moi qui fais » ou « c’est moi qui fait » ?

— Est-ce moi qui va devoir t’apprendre la grammaire ?
— Si j’en crois mes oreilles, ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela !

« elle s’est faite faire » ou « elle s’est fait faire » ?

C’est une erreur bien compréhensible que de vouloir suivre les règles générales d’accord du participe passé pour le verbe « faire » et d’écrire « elle s’est faite renvoyer » au lieu de « elle s’est fait renvoyer », ou « les stagiaires qu’elle a faits embaucher » au lieu de « les stagiaires qu’elle a fait embaucher ».