Questions d'orthographe Homophones lexicaux

« repaire » ou « repère » ?

Pour se... repérer, rien de plus facile : le « repaire » est un lieu qui sert de refuge ; le « repère » est une marque qui permet de s’orienter, au propre comme au figuré.

« différend » ou « différent » ?

Ces deux mots ne sont en rien différents à l’oreille. N’allez pourtant pas écrire « un différent oppose les copropriétaires » pour « un différend oppose les copropriétaires ».

« accro » ou « accroc » ?

Un « accroc », avec un « c » final, est une déchirure au sens propre, une infraction ou une difficulté au sens figuré.

« suggestion » ou « sujétion » ?

Comme les mots « sujétion » et « suggestion » ont des prononciations assez proches, il n’est pas rare que l’on écrive l’un pour l’autre.

« fond » ou « fonds » ?

Cela semble aller contre toutes les règles d’écrire « fonds » avec un « s » au singulier. C’est pourtant ce qu’il faut faire pour le fonds ancien d’une bibliothèque, un fonds de roulement, etc.

« cote » ou « côte » ?

Si l’on vous demande d’écrire : « S’étant brisé deux côtes, le président éveille la sympathie des Français et voit sa cote de popularité remonter », saurez-vous placer sans hésiter l’accent circonflexe sur la bonne « cote » ?

« davantage » ou « d’avantage(s) » ?

N’écrivez pas « Avide, il en veut toujours d’avantage » au lieu de « Avide, il en veut toujours davantage ».

« voie » ou « voix » ?

N’écrivez pas « la voix est libre » pour « la voie est libre », même si votre gorge est parfaitement dégagée !

« gril » ou « grill » ?

L’expression « être sur le gril » fait référence au « gril » (avec un seul « l »), ustensile destiné à faire cuire à feu vif les aliments. Venu de l’anglais, le « grill » est un restaurant où l’on mange essentiellement des grillades.

« satire » ou « satyre » ?

Un « satyre » est un demi-dieu rustique de la mythologie grecque et, par extension, un être lubrique ; une « satire » est une œuvre qui s’attaque à quelque chose ou à quelqu’un en s’en moquant. Souvenez-vous que le satyre qui garde le y (le i grec) est celui qui vient de la mythologie grecque.

« détoner » ou « détonner » ? « détonant » ou « détonnant » ?

Attention à ces homonymes, qui n’ont pas du tout le même sens ! « Détoner », c’est exploser avec un bruit violent. D’où les mots « détonation, détonant ». « Détonner » signifie « sortir du ton » et, par extension, « contraster, choquer ». Ce qui sort du ton est donc « détonnant ».

« septique » ou « sceptique » ?

Comme le « c » de sceptique ne s’entend pas, il est tentant d’écrire « je suis septique » au lieu de « je suis sceptique ».