Questions d'orthographe Syntaxique

« est-ce que le repas est prêt ? » ou « est-ce que le repas est-il prêt ? » ?

Erreur d’écriture de la forme interrogative N’écrivez pas : « Est-ce que l’imprimante a-t-elle été réparée ? », mais : « Est-ce que l’imprimante a été réparée ? » ou encore : « L’imprimante a-t-elle été réparée ? ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! « Est-ce que » et l’inversion du sujet Vous avez le choix. Soit vous dites : « Est-ce que le repas est prêt ? », soit vous dites : « Le repas est-il prêt ? », mais n’associez pas les deux tournures, « est-ce que » + inversion du sujet. Vidéo Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes…

« on se demande ce qu’elle va faire » « on se demande qu’est-ce qu’elle va faire » ?

Mauvaise construction de l’interrogation indirecte Il n’est pas rare d’entendre « j’aimerais savoir qu’est-ce qu’il va faire », alors qu’il faudrait dire « j’aimerais savoir ce qu’il va faire ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! écrire « ce que » plutôt que « qu’est-ce que » Quand on passe de l’interrogation directe à l’interrogation indirecte, « est-ce que » disparaît, et on remplace « que » ou « qu’est-ce que » par « ce que » : Quand est-ce qu’il compte partir ? a Je me demande quand il compte partir. Est-ce que tu es d’accord ? a Je te demande si tu es…

Transitif ou intransitif ?

Est-ce parce que « déblatérer » commence comme « démolir », et « échapper » comme « ébaucher », que l’on pense pouvoir « déblatérer quelqu’un » ou « échapper un sourire » ?

« malgré que » ou « bien que » ?

Erreur couramment commise Même si l’on comprend ce que vous voulez dire par « malgré qu’il m’ait trompée, je reste avec lui », cette tournure n’en demeure pas moins fausse. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Vous pouvez écrire « malgré la pluie » mais pas « malgré qu’il pleuve ». Dans ce cas, écrivez plutôt « bien qu’il pleuve ». N.B. L’expression figée « malgré que j’en aie », « malgré qu’il en ait », qui signifie « malgré moi », « malgré lui », est correcte. Avis de l’expert – Bruno Dewaele,…

« lorsqu’Anne est arrivée » « lorsque Anne est arrivée » ?

Erreur couramment commise Parce que le prénom « Anne » commence par une voyelle, on a envie d’écrire « lorsqu’Anne est arrivée » au lieu de « lorsque Anne est arrivée ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) « Lorsque » s’élide (c’est-à-dire qu’il échange son « e » contre une apostrophe) uniquement devant « il(s) », « elle(s) », « on », « un(e) », et éventuellement « en » : Lorsqu’on voit une étoile filante, il faut faire un vœu. Le voleur s’apprêtait à ouvrir le coffre lorsqu’une sonnerie l’a fait sursauter. mais Il était presque 19 heures…

« pallier quelque chose » « pallier à quelque chose » ?

Erreur couramment commise N’écrivez pas que le dictionnaire pallie à vos lacunes en orthographe, mais qu’il pallie les lacunes en question. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Si l’on « remédie à quelque chose », en revanche on « pallie quelque chose ». Ce dernier verbe est transitif direct, ce qui signifie qu’il est inutile de le faire suivre de la préposition « à ». Ne pas confondre le verbe « pallier » avec le « palier » sur lequel vous rencontrez votre voisin, et qui ne prend qu’un…

« autrement » ou « autrement plus » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise Tout comme on dit « nettement plus grand », il est tentant de dire « autrement plus grand », ce qui signifie littéralement « bien plus plus grand ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Utilisé comme comparatif, l’adverbe « autrement » signifie à lui seul « bien plus ». Je le croyais autrement motivé. = Je le croyais bien plus motivé. « Autrement plus » est donc un pléonasme, qu’il vaut mieux éviter. Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion…

« aussi que » ou « autant que » ?

« Aussi que » s’emploie avec un adjectif ou un adverbe, « autant que » avec un nom ou un verbe.
Aussi grand qu’eux, aussi vite qu’eux… Autant d’exemples que vous voudrez.

À trancher une bonne fois pour toutes : « au jour d’aujourd’hui »

Rarement tic de langage n’aura plus divisé les Français ! « Au jour d’aujourd’hui » : certains l’emploient spontanément, se moquant qu’il soit redondant. D’autres bannissent l’expression, s’agacent en l’entendant. A-t-on raison d’être aussi intransigeant ? Avant de trancher une bonne fois pour toutes, quelques arguments : Genèse d’un vieux pléonasme Ce n’est pas l’histoire de Oui-Oui, mais celle de hui, un petit mot d’ancien français né au XIe siècle, qui signifiait « le jour où l’on est ». Il avait un ancêtre latin hodie, et deux cousins, hoy l’espagnol et oggi l’italien. Hui avait la belle vie, jusqu’à ce qu’on le trouve trop court et qu’on lui ajoute…

« s’il neige, je prendrai mes skis » ou « s’il neige, je prendrais mes skis » ?

Confusion entre futur et conditionnel après une condition Même si les formes « prendrai » et « prendrais » sont homophones, n’employez pas l’une pour l’autre ! Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle de concordance des temps « Si » est suivi d’un présent ? On aura, dans la proposition qui suit ou qui précède, recours au futur. Pour vous en assurer, remplacez « je » par « nous » : S’il fait beau, je sortirai. = S’il fait beau, nous sortirons. « Si » est suivi d’un imparfait ? On aura, dans la proposition qui suit ou qui précède, recours…

« j’ai été » ou « je suis allé » ?

L’erreur, utiliser le verbe « être » au lieu du verbe « aller » Trop souvent, on entend « elle a été chez le coiffeur » à la place de « elle est allée chez le coiffeur ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Pour choisir entre « avoir été » et « être allé » S’il y a une notion de mouvement, dites plutôt « je suis allé » que « j’ai été ». L’emploi de « être » pour « aller » lorsqu’on le fait suivre d’un verbe à l’infinitif ou d’un complément de lieu relève du langage familier. Ne dites donc pas : J’ai…

« deux à trois » ou « deux ou trois » ?

L’erreur, écrire « quatre à cinq personnes » Pourquoi est-il faux de dire « on a besoin de quatre à cinq bénévoles pour la collecte » ? Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! L’approximation, choisir entre « à » et « ou » Pour exprimer l’approximation, on emploie la préposition « à » entre deux nombres dans deux cas : – quand les deux nombres que « à » sépare ne se suivent pas. > J’ai repéré dix à douze soldats cachés dans les fourrés. – quand les deux nombres que « à » sépare se suivent mais que l’écart entre…

Page 1 sur 212