Questions d'orthographe Mauvais usages

« Résoudre » ou « solutionner » ?

Ne cherchez pas une erreur d’orthographe, ces deux verbes sont correctement écrits ! La subtilité est à trouver dans leur emploi. À votre avis, lequel est d’usage courant ? Lequel est critiqué, et donc à éviter ?

« Mettre à jour » ou « mettre au jour » ?

Ces deux expressions se ressemblent fortement et pour cause : seule une préposition les différencie. Faut-il écrire « à » ou « au » ? Tout dépend de ce que vous voulez dire, car chacune a une signification bien précise.

Doit-on écrire des « scénarios » ou des « scénari » ?

Qui ne s’est jamais demandé, au moment de l’écrire, comment franciser le nom italien « scenario » ? Faut-il ajouter un accent aigu sur le « e » ? Et s’agissant du pluriel, que faire ? Conserver la forme italienne ? Ajouter un « s » ?

« Dans » ou « sur » ?

En français, le choix des prépositions peut être un véritable casse-tête. Par exemple, lorsqu’il est question de choisir entre « dans » et « sur » qui, placés devant un objet, indiquent une localisation.

« à l’instar de » : définition et usage

Si vous êtes un homme, ne dites pas « à l’instar de ma mère, je suis un homme » mais « contrairement à ma mère, je suis un homme ».

« En terme de » ou « en termes de » ?

Quelle est l’orthographe de cette expression couramment employée : « en terme de » ou « en termes de » ? Le nom terme s’écrit-il au pluriel ou au singulier ? Et que signifie-t-elle exactement ?

« panacée » ou « panacée universelle » ?

S’il n’est pas difficile de reconnaître (et d’éviter) certains pléonasmes, tels que « des brigands malhonnêtes » ou « séparément les uns des autres », certains sont plus difficiles à identifier. Méfiez-vous donc, et ne dites pas qu’une chose s’avère vraie (« s’avérer » signifie déjà « se révéler vrai ») ou encore que tel médicament est une panacée universelle (« panacée » signifie « remède universel »).

« Ingambe » : comment bien employer cet adjectif ?

La langue française est facétieuse ! Certains mots, par leur tour, leur sonorité, leur connotation peuvent nous induire en erreur. On croit qu’ils veulent dire une chose alors qu’ils en signifient une autre, et parfois même l’inverse ! C’est le cas d’ingambe.

« Réanimer » ou « ranimer » ?

Une simple voyelle d’écart entre ces deux verbes, et le sens s’en trouve changé. Certes, pas radicalement, mais il existe tout de même une nuance que les amateurs du « bien parler » auront à cœur de respecter. La voici.

« Quasi-totalité » mais « quasi mort » : trait d’union ou pas avec « quasi » ?

Quasi : voilà un petit mot directement emprunté au latin, sans avoir subi aucune modification. Et malgré cette apparente simplicité, il pose quelques difficultés. Quand s’écrit-il avec un trait d’union : lorsqu’il est placé devant un nom ou devant un adjectif ?

« Intéressé par », « intéressé de », « intéressé pour » ?

Il est intéressé par aller au cinéma... Il est intéressé d’aller au cinéma... Il est intéressé pour aller au cinéma... ? « Intéressé de », « par » ou « pour », on ne sait pas quelle préposition choisir. De plus, toutes ces tournures « sonnent » étrangement, n’est-ce pas ? Et si aucune n’était correcte ?

du bon usage de « s’avérer »

S’il est une erreur qui s’échappe de toutes les bouches, c’est bien celle-là. Qui n’a jamais entendu un présentateur de journal télévisé dire que telle rumeur s’était « avérée fausse » ?