Questions d'orthographe Signes grammaticaux

« va-t-en » ou « va-t’en » ?

Erreur couramment commise L’apostrophe et le trait d’union ne sont pas deux signes équivalents : veillez donc à ne pas confondre « mange-t’il » et « mange-t-il ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Le « t » placé entre une forme verbale de la 3e personne (par exemple, « déclare ») et un pronom personnel (par exemple, « elle ») est encadré de deux traits d’union : « Tout est en ordre », déclare-t-elle. Comment va-t-il ? En revanche, le « t » qui résulte de l’élision du pronom « toi », après un verbe à…

« trois quarts » ou « trois-quarts » ?

Erreur couramment commise Attention ! N’ajoutez pas un trait d’union inutile entre « trois » et « quarts » si vous avez affaire à une fraction (3/4, en l’occurrence). Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Quand « trois quarts » exprime une quantité, on l’écrit sans trait d’union. > Ajoutez trois quarts de litre de lait. En revanche, on met un trait d’union entre « trois » et « quarts » s’il s’agit du substantif, que celui-ci désigne un violon d’enfant, un manteau court ou un joueur de rugby….

« caporal chef » ou « caporal-chef » ? « chef-correcteur » ou « chef correcteur » ?

Erreur couramment commise Si vous écrivez à votre sergent-chef, veillez à ne pas oublier le trait d’union entre « sergent » et « chef ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) On met un trait d’union quand « chef » est le second élément d’un nom composé. > caporal-chef On ne met pas de trait d’union dans les deux cas suivants : – quand « chef », placé devant un nom de métier, indique un grade. > chef correcteur – quand on le trouve dans la locution…

« le dit » ou « ledit » ?

Erreur couramment commise On a envie d’écrire « la dite femme », en trois mots, comme on écrirait « la belle femme ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) On écrit en un seul mot les termes composés d’un article et de « dit » ou de « dite ». > Ladite fillette va porter un petit pot de beurre à sa grand-mère. Il en va de même pour « susdit » et « susdite ». > La grand-mère susdite a fini dans le ventre du loup. Avis de l’expert…

« les Duponts » ou « les Dupont » ?

Erreur couramment commise Pourquoi ne peut-on écrire « les Duponts déménagent », alors qu’ils sont plusieurs ? Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Un nom de personne reste en général invariable, même précédé d’un déterminant pluriel. > Les Durand ne seront pas présents. Cependant, il peut prendre un « s » dans deux cas : –  s’il s’agit du nom français ou francisé de certaines familles royales ou princières ou de dynasties illustres. > La mort d’Élisabeth Ire marque la fin de l’ère des Tudors. –…

« m’entend-il » ou « m’entend-t-il » ? Le t euphonique.

Tendance à utiliser à tort le « t » euphonique Difficile de savoir quand il faut mettre un « t » entre le verbe et le pronom sujet ! D’un côté, on écrit : « Qui l’auteur évoque-t-il dans ce paragraphe ? » ; de l’autre : « Qui l’auteur dépeint-il dans ce paragraphe ? » Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle d’usage du « t » euphonique Si l’on place un « t » entre un verbe se terminant par une voyelle (ou par un « c » non prononcé) et un pronom tel que « il », « elle » ou « on », on n’en met pas…

« jusque chez lui » ou « jusqu’à chez lui » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise Doit-on dire qu’il a marché « jusque chez lui » ou « jusqu’à chez lui » ? Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) « Jusque » s’élide toujours devant une voyelle. > jusqu’assez tard, jusqu’à lundi « Jusque » garde son « e » et ne s’accompagne pas de « à » : – quand le mot qui suit est une préposition commençant par une consonne : « chez », « dans », « vers »… > Je l’ai raccompagné jusque chez lui. – quand le mot qui suit…

« elle se fait fort » ou « elle se fait forte » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise On a envie d’écrire « elle se fait forte » à l’image de « elle se fait belle », mais c’est souvent à tort. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Devant un infinitif, « se faire fort de » signifie « se dire capable de ». Il s’agit d’une expression figée, qui ne se met jamais au féminin ni au pluriel : « fort » reste invariable, de même que le participe passé « fait » lorsque le verbe est conjugué…

« saint » ou « Saint- » ?

Quand on parle du personnage lui-même, l’adjectif « saint » s’écrit avec une minuscule et n’est pas suivi d’un trait d’union : « L’un des apôtres devint saint Jean. »