« elle s’est faite faire » ou « elle s’est fait faire » ?


Erreur couramment commise

C’est une erreur bien compréhensible que de vouloir suivre les règles générales d’accord du participe passé pour le verbe « faire » et d’écrire « elle s’est faite renvoyer » au lieu de « elle s’est fait renvoyer », ou « les stagiaires qu’elle a faits embaucher » au lieu de « les stagiaires qu’elle a fait embaucher ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable :

La fillette s’est fait gronder par son père.
Les robes que la princesse a fait confectionner sont d’or et d’argent.

Mais, bien sûr, quand il n’est pas suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » suit les règles d’accord habituelles :

Je retiens les leçons des erreurs que j’ai faites.
La paysanne devenue princesse s’est faite au luxe.

Vidéo


Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert –
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Rien que de très logique, finalement, dans cette règle : le complément d’objet direct avec lequel on serait – à tort ! – tenté d’accorder le participe sous prétexte qu’il le précède n’a rien à voir avec ce dernier, mais avec le verbe à l’infinitif qui suit. Il est donc normal qu’il ne soit d’aucune influence sur l’accord dudit participe…

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Ils se sont faits renvoyer pour insubordination.
  2. Les techniciens qu’il a faits embaucher seront sur place mardi.
  3. Les travaux qu’on a fait voter n’ont jamais été effectués.
  4. La banquette qu’elle s’est faite livrer ne tient pas dans son salon.
  5. Le client a-t-il payé la facture qu’on lui a fait parvenir ?
  6. La société s’est faite connaître grâce à une vidéo postée sur Internet.
  7. Les devis qu’elle a fait établir ont été approuvés par l’intendant.
  8. Les ouvriers se sont faits payer en liquide.
  9. Les radiateurs qu’on a fait installer sont en fonte.
  10. Les badges que j’ai faits imprimer ne sont pas encore disponibles.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Ils se sont fait renvoyer pour insubordination.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « renvoyer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « ils se sont fait renvoyer ».
  2. Faux. Il faut écrire : Les techniciens qu’il a fait embaucher seront sur place mardi.
    « Faits » est suivi immédiatement d’un infinitif, « embaucher ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les techniciens qu’il a fait embaucher ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : La banquette qu’elle s’est fait livrer ne tient pas dans son salon.
    « Faite », participe passé du verbe « faire », est suivi immédiatement d’un infinitif, « livrer ». Il ne s’accorde donc pas, et on n’écrit pas « qu’elle s’est faite livrer », mais « qu’elle s’est fait livrer ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : La société s’est fait connaître grâce à une vidéo postée sur Internet.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faite » est suivi de « connaître ». Le participe passé ne s’accorde donc pas et on écrit « la société s’est fait connaître ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Les ouvriers se sont fait payer en liquide.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « payer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les ouvriers se sont fait payer ».
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Les badges que j’ai fait imprimer ne sont pas encore disponibles.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « imprimer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les badges que j’ai fait imprimer ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

45 réponses à « elle s’est faite faire » ou « elle s’est fait faire » ?

  1. Christian F. dit :

    Bonjour, j’ai bien compris que le pp du verbe ‘faire’ suivi de l’infinitif est toujours invariable (c’est également le cas de ‘laisser’ selon la nouvelle orthographe 1990). Par contre d’autres verbes comme ‘voir’ suivent toujours l’ancienne règle : accord si le sujet fait l’action exprimée par l’infinitif. Exemple classique : elle s’est vue mourir. Or dans le corrigé de la dictée du championnat suisse d’orthographe 2005 (demi-finale), je relève la phrase « je me suis toujours imaginé entretenir des relations » (c’est une femme qui parle). Ne s’agit-il pas d’une construction strictement analogue à « je me suis vue mourir » et ne faudrait-il pas alors écrire « je me suis imaginée entretenir… » ? Sinon où est la nuance ? Merci de vos lumières, à bientôt…

  2. merlin dit :

    Bonjour, j’hésite sur cette phrase humouristique que je vais faire imprimer sur un tee shirt pour ma fille: « Vous en rêviez, ma mère m’a fait !  »  » Vous en rêviez, ma mère m’a faite !  » étant donné qu’il y a le « m’  » pour moi qui est féminin, je ne sais pas quelle phrase est correct… Merci d’avance, Sabine.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, pour être correcte, la phrase doit être orthographiée de la façon suivante : « Vous en rêviez, ma mère m’a faite ! ».
      En effet, le pronom « m' » (féminin singulier puisqu’il représente votre fille) est COD (ma mère a fait qui ? m’). Or, il est placé avant le verbe, d’où l’accord du participe passé « fait » au féminin singulier : « faite ». Bonne journée !

  3. bintou dit :

    Bonjour,

    faut-il écrire :

    « la réunion qu’elles ont faitE récemment » ou « la réunion qu’elles ont fait récemment »?

    Merci

  4. Yves dit :

    Bonjour. On lit souvent, et encore, malheureusement, très récemment (hier dans le journal Le Parisien) « une jeune étudiante de 22 ans s’est fait violer ». Sur le plan de la grammaire, rien à dire, mais je considère cette forme comme d’une extrême violence compte tenu qu’elle tend à présenter la victime (victime et donc la forme préférée selon moi serait « a été violée »), comme étant responsable de « son » agression, puisque précisément, « elle S’est fait … »
    Cela fait longtemps que je me pose la question sans jamais obtenir de réponse satisfaisante. Je vous la soumets. Qu’en pensez-vous ?
    Merci
    http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/ligne-paris-melun-une-etudiante-violee-dans-le-train-16-02-2015-4538073.php

    • Sandrine dit :

      Bonjour Yves, au Projet Voltaire, ne nous exprimons que sur le « plan de la grammaire » :-). Je vous invite à faire de part de votre remarque au journaliste qui a rédigé l’article. Bonne journée.

  5. ghislain dit :

    Je viens de parcourir l’ensemble des commentaires mais je reste un peu confus. J’ai eu une discussion ce matin avec des collègues à propos du titre du magazine sportif « l’EQUIPE » qui a titré « Elles se sont fait peur » à propos des handballeuses françaises. Correct ou pas?

  6. Jego dit :

    Bonjour,
    Quelqu’un peut-il me dire quelle est la bonne orthographe :
    « Et la chair s’est fait verbe »
    ou
    « Et la chair s’est faite verbe »
    Merci cordialement

  7. Lefèvre dit :

    Que faut-il écrire? (ici fait est suivi d’une préposition puis d’un infinitif et non directement d’un infinitif)?
    « Belle promesse qu’elle s’est fait de vieillir ensemble. » ou « Belle promesse qu’elle s’est faite de vieillir ensemble. »

    Merci

  8. Bonjour,

    D’après la règle de l’accord du participe passé suivi d’un infinitif, la phrase:
    « Elle s’est senti piquer par un moustique » est correcte car ce n’est pas elle qui pique, mais le moustique.
    De même pour celle-ci:
    Elle s’est laissé attraper par les gendarmes.
    Alors pourquoi ces phrases me semblent-elles accordées de façon illogique?

    Merci de me convaincre que la règle doit s’appliquer ici.
    Françoise

  9. Achère dit :

    Réponse à Sandrine : Merci pour votre explication – qui ne m’a cependant pas convaincu . En effet dans mon exemple  » elle s’est fait exploser » , c’est bien elle qui  » fait l’action exprimée par l’ infinitif », exactement comme dans « elle s’est vue mourir » . J’ai trouvé une explication dans le Grevisse .( Le bon usage article 794 remarque): « Le participe passé suivi immédiatement d’un infinitif est toujours invariable parce qu’il fait corps avec l’infinitif et constitue avec lui une « périphrase factitive » (!) ». Inutile donc de raisonner à partir des règles d’accord des participes . Le participe passé « fait » suivi d’un infinitif est toujours invariable. Point final.

  10. Anthony dit :

    Je pense que vous devriez expliquer qu’étant donné que les expressions [se faire + infinitif] expriment en réalité un passif (exemple : elle a été grondée –> elle s’est fait gronder), faire ne peut en aucun cas être porteur de l’action du verbe, qui est ici contenue dans le verbe à l’infinitif. En d’autres termes, le verbe « se faire » n’a pas de COD et il marque ici l’expression d’un passif (souvent d’adversité).

    • Sandrine dit :

      Bonjour Anthony, je ne suis pas certaine que cette explication soit particulièrement source de clarté. Retenons que le participe passé fait suivi immédiatement d’un infinitif fait corps avec lui et ne varie pas. Citons également la construction « elle s’est laissée faire », qui, depuis les rectifications orthographiques de 1990, peut également s’écrire « elle s’est laissé faire », sur le modèle de « fait + infinitif ». Bonne journée !

  11. Achère dit :

    Orthographe de « S’est fait » D’accord pour » elle s’est fait gronder »gronder est le COD et « s » le COD de gronder. Mais que dire de » « Elle s’est fait exploser » . Dans ce cas « s' » est le sujet de exploser et fait donc partie du COD . Ne devrait-on donc pas écrire  » Elle s’est faite exploser », comme on écrit  » Elle s’est vue mourir » ( désolé pour le caractère sombre des exemples, actualité oblige!)?

  12. Gaël dit :

    Bonjour, concernant l’expression « se faire avoir » ; par exemple « elle s’est fait/ou faite avoir ». J’imagine que la règle s’y applique aussi mais ma mère m’a fait douter.

    • Sandrine dit :

      En effet Gaël, la même règle s’applique à l’expression « se faire avoir », d’où « elle s’est fait avoir ». Il est vrai que la liaison « fait_avoir » prête à confusion. Bon week-end.

  13. ayoub dit :

    est ce que cela est vrai pour tous les verbe ou en exception le verbe se faire

  14. Baron dit :

    Bonjour, j’aimerais savoir où je peux trouver une règle de grammaire, afin de la montrer à un ami qui ne veut pas comprendre qu’il n’est pas souhaitable de faire la liaison entre « fait » et « opérer »
    Parce qu’il y a risque de confondre, justement, avec l’accord fautif: « elle s’est faite opérer ».
    cette personne me dit que j’ai tort et qu’il est possible de faire la liaison, comme une liaison ordinaire…

    Pour ma part, je trouve ça maladroit et à éviter à tout prix car cela heurte les oreilles, on a en effet l’impression qu’il accorde effectivement le pp fait + infinitif.
    Merci de me guider.
    VB

  15. Roué dit :

    J’ai la phrase : « Elles se sont faites sérieusement grondées », ici « faire » n’est pas immédiatement suivi d’un verbe, mais d’un adverbe, et en plus ici « grondées » n’est pas à l’infinitif. Est-ce qu’il faut écrire : elles se sont fait sérieusement gronder? Et comment faire l’accord de faire quand celui-ci n’est pas immédiatement suivi d’un verbe?

    • Erick dit :

      En effet, c’est bien l’infinitif « gronder » qui s’impose dans votre phrase, et pas le participe « grondé ». L’adverbe n’étant pas obligatoire pour la compréhension de la phrase, on peut l’enlever pour se rendre compte de la manière dont l’accord doit se faire. Je pense que vous avez ainsi la réponse à votre question.

  16. Pendeggia Alyssa dit :

    Pourtant je l’ai faite ( mon expression écrite )
    On dit fait ou faite ?

    • Roué dit :

      Ici il s’agit simplement du verbe « faire » et non du verbe pronominal « se faire ». Dans votre phrase on a le COD (« mon expression écrite ») placé avant le verbe « faire » : on accorde.

  17. Pierre Eugène dit :

    « elle s’est fait souvent méchamment, et par d’éminents grammairiens, gronder pour cette faute »
    Ici fait n’est pas IMMÉDIATEMENT suivi par l’infinitif !
    En fait il faut passer par l’explication que – s’ – n’est pas complément direct mais est mis pour – à elle –

    • Erick dit :

      Pierre Eugène, je loue votre expertise et votre maîtrise. Mais il me semble que, sauf exceptions que vous mettez très justement en avant, il est plus simple et plus accessible pour tout le monde de suivre la règle proposée dans le billet : elle n’est pas parfaite, mais elle est simple :)

  18. Ermort dit :

    Bonjour,

    à propos de « s’est fait »
    doit-on dire: « elle s’est fait chair » ou « elle s’est faite chair » ?

    Je me dis que le nom « chair » à comme une valeur d’adjectif, et que la deuxième formule serait la bonne.
    « elle a fait elle-même chair »
    Merci de me confirmer :)

  19. Mirande dit :

    Remarque. Moi-même, dans la formulation de ma question, je me suis « pris les pieds dans le tapis » j’ai écrit « participe PRÉSENT » au lieu de « participe PASSÉ » dans la phrase « … on n’accorde pas le participe PRÉSENT avec le sujet. ». Je tiens à faire cette remarque pour que le niveau de mon ignorance en grammaire déjà très élevé, ne soit encore « surévalué ».

  20. Mirande dit :

    Merci Éric.

  21. Mirande dit :

    J’ai omis de cocher la case ci-dessous qui me permettra d’« être prévenu lorsqu’il y aura des réponses à [mon] commentaire ». Je re-publie donc mon commentaire. Je vous pris de m’en excuser.
    Je ne suis pas un fin grammairien mais il me semble qu’il y a d’autres cas dans lesquels, en utilisant l’auxiliaire Être, on n’accorde pas le participe présent au (avec ?) le sujet. Exemple : elle s’est PRIS les pieds dans le tapis. Dans cette phrase il n’y a pas d’infinitif…

    • Erick dit :

      Dans votre exemple, ce sont ses pieds qui se sont pris dans le tapis, pas elle. Ces pieds étant placés après l’auxiliaire, il n’y a donc pas d’accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *