« moi qui fais » ou « moi qui fait » ? « toi qui mange » ou « toi qui manges » ?

Erreur d’accord du verbe derrière « moi qui » ou « toi qui »

— Est-ce moi qui va devoir t’apprendre la grammaire ?
— Si j’en crois mes oreilles, ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela !

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs !

Règle derrière « moi qui » et « toi qui »

Pour accorder correctement le verbe qui suit le pronom relatif « qui », reportez-vous au mot que « qui » reprend (son antécédent) : c’est avec lui qu’il faut accorder le verbe, en nombre et en personne.

Méfiance, par conséquent, quand « qui » représente un mot qui relève de la 1re ou de la 2e personne du singulier : n’écrivez pas « moi qui va, toi qui va », mais « moi qui vais, toi qui vas » !

C’est le gendarme qui a brûlé la maison. « Qui » = « le gendarme » : on conjugue donc « brûler » à la 3e personne du singulier, comme si le sujet de « brûler » était « le gendarme ».

mais

Ce n’est pas moi qui ai brûlé la maison. « Qui » = « moi », pronom personnel de la 1re personne du singulier : on conjugue donc « brûler » à la 1re personne du singulier.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Quand l’antécédent est un attribut qui se rapporte à un pronom personnel de la 1re ou de la 2e personne, l’accord se fait avec cet attribut quand il est précédé d’un article défini ou d’un adjectif démonstratif (« Vous êtes l’homme/cet homme qui a traversé l’Atlantique à la nage » et non « qui avez traversé ») ou encore quand la principale est négative ou interrogative (« Nous ne sommes pas ceux qui vous ont téléphoné » et non « qui vous avons téléphoné »).

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Toi qui sait tout, explique-nous ce qui se passe.
  2. Ce n’est pas moi qui vais protester !
  3. C’est moi qui fais tout le travail, et c’est à moi que l’on fait des reproches ?
  4. Ce n’est pas toi qui décide de la conduite à tenir.
  5. C’est toi, et personne d’autre, qui as pris la responsabilité d’ouvrir ce conflit.
  6. Moi qui lis lentement, j’en ai pour des semaines avec ce roman !
  7. Ce n’est pourtant pas toi qui vas me donner des ordres !
  8. Pour moi qui veut changer d’horizon, c’est l’occasion rêvée !
  9. Toi qui est le plus âgé, dis-nous ce qu’il convient de faire.
  10. Il va falloir se serrer la ceinture, c’est moi qui vous le dit !

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Toi qui sais tout, explique-nous ce qui se passe.
    La forme du verbe « savoir » doit ici se terminer par un « s » puisque son sujet, le relatif « qui », reprend un pronom de la 2e personne du singulier (« toi »).
  2. Phrase correcte.
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Ce n’est pas toi qui décides de la conduite à tenir.
    La forme du verbe « décider » doit ici se terminer par un « s » puisque son sujet, le relatif « qui », renvoie à un pronom de la 2e personne du singulier (« toi »).
  5. Phrase correcte.
  6. Phrase correcte.
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Pour moi qui veux changer d’horizon, c’est l’occasion rêvée !
    Le pronom relatif « qui » se rapporte à un pronom de la 1re personne du singulier : il convient donc d’écrire « veux » et non « veut », qui correspondrait à une 3e personne !
  9. Faux. Il faut écrire : Toi qui es le plus âgé, dis-nous ce qu’il convient de faire.
    Le verbe « être » doit ici être conjugué à la deuxième (et non à la troisième) personne du singulier, son sujet, le pronom relatif « qui », reprenant le pronom « toi » (et non « lui »).
  10. Faux. Il faut écrire : Il va falloir se serrer la ceinture, c’est moi qui vous le dis ! L’antécédent de « qui » est ici un pronom de la 1re personne du singulier : il est normal que la terminaison du verbe soit « s » et non « t ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire
Articles liés

Laissez un commentaire
*

Bonjour,
Je suis actuellement en train de corriger un roman et suis confronté à un doute : si j’utilise par exemple la formule « Toi, sage qui… », dois-je employer « qui sais tout » ou « qui sait tout » ?

    Bonjour Seb, n’avez-vous pas trouvé de réponse dans l’article que vous commentez ? Tout y est pourtant bien expliqué.
    On écrit « tu sais » ; or « toi qui = tu » ; d’où « toi qui sais ». Bonne soirée

    Bonjour, « toi que » = « tu », donc on écrit « toi qui me heurtes », sous-entendu « tu me heurtes », avec un « s » final (« heurter » étant un verbe du 1er groupe qui se conjugue comme « chanter »). Bon week-end.

      Bonsoir,
      Cette partie de la règle est claire, et je n’avais pas de souci avec cela. Je me rends compte que j’ai mal formulé mon explication. Ce qui me fait hésiter est en fait une phrase dans laquelle on s’adresse à un personnage sans utiliser de pronom, mais en lui parlant directement en utilisant son prénom ou sa fonction/caractéristique. Cela se formule par exemple ainsi : « Dis-moi, sage qui sait tout… ». Je suis tenté de mettre le verbe savoir à la deuxième personne, mais je ne suis pas absolument certain de ne pas commettre une erreur.
      Bonne soirée à vous, et pardon pour le désagrément.

        Bonjour Seb, je vous confirme qu’on écrit bien « Dis-moi, sage qui sait tout » ; le sujet de savoir étant (le) « sage », lequel appelle un verbe conjugué à la 3e personne du singulier, d’où « sait ». Bonne journée !

    Oui, Dominique. « Moi qui » = « je », d’où « ai ». Et si vous parlez d’une tarte, par exemple, vous écrirez « C’est moi qui l’ai faite » ;-). Bon dimanche.

Un cas particulier pour lequel je ne sais que choisir :
« Savoir si c’est lui ou toi qui vient/viens. » On peut je pense écrire « Savoir qui de lui ou toi vient » pour contourner la difficulté, mais la première phrase est-elle correcte et que choisir ?

Merci !

      Merci, donc si j’ai bien lu, d’ailleurs pas directement dans l’article cité ou il est simplement stipulé :

      « Lorsque les sujets sont au singulier et qu’un seul d’entre eux peut exécuter l’action exprimée par le verbe, l’accord se fait au singulier; c’est l’idée d’exclusion qui domine et qui impose l’accord avec un seul des sujets. »

      , mais dans

      http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3996 :

      Doublet formé avec ou

      « Lorsque la coordination est faite avec la conjonction ou, la question est plus complexe. Traditionnellement, la grammaire traite les cas où la conjonction ou unit deux noms qui renvoient à des notions différentes. La règle établit alors que le verbe se met à la troisième personne du pluriel lorsqu’il y a idée de conjonction et à la troisième personne du singulier lorsqu’il y a idée d’opposition ou de disjonction. »

      Ce devrait donc être

      « Savoir si toi ou lui vient ».

      J’ai tout bon ? 😉

« ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela »
Pourquoi est-ce noté dans les erreurs commises ? « Qui » se rapporte bien à « toi », non ?

    Bonjour Séverine, c’est la première phrase du dialogue « Est-ce moi qui va devoir t’apprendre la grammaire ? » qui contient « l’erreur couramment commise » (« va » au lieu de « vais »). La réponse donnée signale cette erreur : « Si j’en crois mes oreilles, ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela ! ». Bonne journée.

      Merci pour votre réponse. Je n’ai même pas fait le lien entre les deux phrases, pensant qu’il s’agissait de plusieurs erreurs. J’aurais du voir que « erreur commise » était au singulier !

Bonjour , c’est super bien! Ces exercices me font comprendre énormément, de plus leurs explications sont facile à comprendre j’y arrive de plus en plus c’est cool merci !!

Vraiment précieux d’avoir ces précisions sauf effectivement que la réponse à l’exercice 4 me semble contradictoire avec l’avis de l’expert … Pas d’accord avec une forme négative …

Bonjour, je suis très content de voir ce genre d’exercice et je crois maintenant je vais faire moins d’erreurs dans mes courriers. Merci

J’ai un cas similaire dans des paroles d’un chant :
« Sois béni Saint Esprit qui souffles en cet instant. »
Je milite pour le « s » en considérant que le sujet de souffle est le groupe « sois béni Saint Esprit ».
Le sens sous-jacent est : « tu souffles en cet instant. »
et se rapproche du cas étudié : « Toi qui souffles en cet instant. »
Qu’en pensent les spécialistes ?

    Bonjour,
    Je ne suis pas spécialiste et votre message date désormais d’un an mais constatant l’absence de réponse j’ose une réponse : ici la phrase semble faire référence à un discours direct avec le-dit « Saint-Esprit », c’est pourquoi l’usage de la 2e personnes du singulier me paraît adaptée.
    Bonne journée.

Les règles d’orthographe et la logique ne font pas nécessairement bon ménage. Accorder avec l’antécédent quand on écrit : « c’est toi qui le dis » est parfaitement légitime. Par contre, la tournure négative « ce n’est pas toi qui le dis » me paraît beaucoup moins logique : en effet, la négation ne porte pas sur le fait de dire, mais sur la personne qui dit (ou plutôt, en l’occurrence, qui ne dit pas). Par conséquent, comme ce n’est plus le sujet à la seconde personne du singulier qui parle, c’est forcément un tiers … L’accord à la seconde personne n’a donc plus de sens ! La logique voudrait qu’on accorde le verbe à la troisième personne, qui est celle du pronom indéfini : « ce n’est pas toi qui le dit … »

    Votre proposition (d’écrire : Ce n’est pas toi qui le « dit ») est absurde.
    Ah bon ? La logique voudrait qu’on fasse une différence entre la forme affirmative et la forme négative, cette dernière faisant passer le verbe à la troisième personne même si le sujet est à la première ou à la deuxième ??
    Au fond, vous ne comprenez pas la construction présentative « c’est… qui ».
    Faudrait-il écrire aussi : C’est toi qui le « dit » ? Bien sûr que non.

J’adore, très bonne idée d’avoir proposé ces petits exercices ! L’exercice avec les erreurs m’a beaucoup aidé, je suis assez exigeant en orthographe et maintenant plus de doutes sur la conjugaison, merci a vous!