Icône question orthographe

« elle s’est faite faire » ou « elle s’est fait faire » ?

C’est une erreur bien compréhensible que de vouloir suivre les règles générales d’accord du participe passé pour le verbe « faire » et d’écrire « elle s’est faite renvoyer » au lieu de « elle s’est fait renvoyer », ou « les stagiaires qu’elle a faits embaucher » au lieu de « les stagiaires qu’elle a fait embaucher ».

Icône réponse question orthographe

Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable :

  • La fillette s’est fait gronder par son père.
  • Les robes que la princesse a fait confectionner sont d’or et d’argent.

Mais, bien sûr, quand il n’est pas suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » suit les règles d’accord habituelles :

  • Je retiens les leçons des erreurs que j’ai faites.
  • La paysanne devenue princesse s’est faite au luxe.

Lisez aussi notre article sur l’accord du participe passé.

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
testez gratuitement nos modules d’entraînement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 7 millions d’utilisateurs !

Icône avis expert orthographe

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographe Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Rien que de très logique, finalement, dans cette règle : le complément d’objet direct avec lequel on serait – à tort ! – tenté d’accorder le participe sous prétexte qu’il le précède n’a rien à voir avec ce dernier, mais avec le verbe à l’infinitif qui suit. Il est donc normal qu’il ne soit d’aucune influence sur l’accord dudit participe…

Icône exercices orthographe

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Ils se sont faits renvoyer pour insubordination.
  2. Les techniciens qu’il a faits embaucher seront sur place mardi.
  3. Les travaux qu’on a fait voter n’ont jamais été effectués.
  4. La banquette qu’elle s’est faite livrer ne tient pas dans son salon.
  5. Le client a-t-il payé la facture qu’on lui a fait parvenir ?
  6. La société s’est faite connaître grâce à une vidéo postée sur Internet.
  7. Les devis qu’elle a fait établir ont été approuvés par l’intendant.
  8. Les ouvriers se sont faits payer en liquide.
  9. Les radiateurs qu’on a fait installer sont en fonte.
  10. Les badges que j’ai faits imprimer ne sont pas encore disponibles.
Icône réponses exercices orthographe

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Ils se sont fait renvoyer pour insubordination.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « renvoyer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « ils se sont fait renvoyer ».
  2. Faux. Il faut écrire : Les techniciens qu’il a fait embaucher seront sur place mardi.
    « Faits » est suivi immédiatement d’un infinitif, « embaucher ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les techniciens qu’il a fait embaucher ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : La banquette qu’elle s’est fait livrer ne tient pas dans son salon.
    « Faite », participe passé du verbe « faire », est suivi immédiatement d’un infinitif, « livrer ». Il ne s’accorde donc pas, et on n’écrit pas « qu’elle s’est faite livrer », mais « qu’elle s’est fait livrer ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : La société s’est fait connaître grâce à une vidéo postée sur Internet.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faite » est suivi de « connaître ». Le participe passé ne s’accorde donc pas et on écrit « la société s’est fait connaître ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Les ouvriers se sont fait payer en liquide.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « payer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les ouvriers se sont fait payer ».
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Les badges que j’ai fait imprimer ne sont pas encore disponibles.
    Immédiatement suivi d’un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est invariable : ici, « faits » est suivi de « imprimer ». Il ne s’accorde donc pas et on écrit « les badges que j’ai fait imprimer ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Testez gratuitement nos modules d’entraînement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 7 millions d’utilisateurs !

Icône auteur règle orthographe
Auteurs Projet Voltaire :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire
Articles liés

Répondre à Sandrine Campese Annuler la réponse

Laissez un commentaire
*

Personnellement, l’explication de l’expert ne m’apporte pas grand chose dans ce cas précis car en l’espèce, le COD, je m’en moque un peu… Car selon ce qui m’a été enseigné, le COD on ne s’en préoccupe qu’avec « avoir ». Or ici,
ce qui me turlupine c’est « être »… On m’a pourtant appris que lorsqu’on emploie « être », d’une manière ou d’une autre, ce qui suit s’accorde en genre et en nombre. Et c’est bien ça qui me déroute…

Je chéris notre langue et ses nombreuses spécificités qui en font sa richesses et ses subtilités, mais franchement, à partir d’un certain moment, trop de règles tue la règle, trop d’exceptions tue l’exception…

Bien cordialement.

Bonjour,
J’ai un doute avec cette phrase :
Je t’ai fait / faite venir. (le COD est féminin)
Je pensais que lorsque l’action du verbe à l’infinitif était faite par le COD, on pouvait accorder le participe passé… Non ?
Merci de votre réponse !

    Bonjour Louis, on écrit « Elle s’était fait de fines tresses ». Elle avait fait quoi ? De fines tresses (COD), à qui ? À « s' », c’est-à-dire « elle-même » (COI). Le COD est donc placé après le verbe, donc pas d’accord. De plus, on n’accorde jamais le participe passé avec un COI. De même : « Ils se sont lavé les dents. » Bonne journée.

la tache qu’elle a » réussi » à enlever
ou « réussie » à enlever . Je pense que c’est sans « e », mais je n’en connais pas la régle

Bonjour,
Après avoir beaucoup cherché, je ne suis toujours pas convaincu de devoir accorder le participe passé du verbe faire dans une phrase du type : « il peignait les images qu’il s’était faites (ou fait) de leurs visages » ?
Merci pour votre réponse.

Bonjour,

Pouvez-vous me dire comment s’écrit « fait » dans cette phrase :
– En fonction des choix qu’elle a faits préciser
OU
– En fonction des choix qu’elle a fait préciser.
Puisque faire ne s’accorde pas après un infinitif, dans ce cas ne s’écrit t-il pas « fait »?

Merci

Bonjour,
pourriez-vous me dire, je vous prie, si la phrase « T’aies tu préparé à manger? », est correcte; ou s’il est même possible de poser une question en commençant par t’, et non par « Comment, Quand, Que, Est-ce que, etc. »?
Je me demande, aussi, si « tu t’aies » est correcte, (tu avoir préparé à toi), ou s’il faut toujours employer l’auxiliaire être comme, par exemple, dans la phrase « tu t’es fait avoir »?
Merci, par avance, de votre réponse.

    Bonjour Marie, il faut écrire « T’es-tu préparé à manger ? ». Il s’agit bien de l’auxiliaire être. À la forme affirmative, il apparaît plus clairement : « Tu t’es préparé à manger » (ou : « Je me suis préparé à manger »). Bonne journée.

      Bonjour Zahra, dans le nom injection est féminin, tout comme le nom dose (une injection, une dose). Par conséquent, on écrira de la même façon : « La première injection est faite. », « La première dose est faite. » Bonne journée.

    *** BONJOUR *** Jallat, si vous voulez dire qu’elle s’est blessée, ce sera « Elle s’est fait mal ». « Elle s’est faite mal » = « elle s’est mal faite », autrement dit « elle s’est ratée, elle ne s’est pas réussie » ;-). Bon après-midi.

Bonjour,
Est ce qu’on peut dire : il s’est fait contacter par….?
Ma collègue m’a reprise, et me dit que ça ne se dit pas comme ça.
Merci pour votre réponse

Bonjour,
Je souhaiterais savoir, si un adjectif se glisse entre « fait » et l’infinitif, cette règle est toujours valable, ou alors faut-il impérativement que « fait » et l’infinitif soit coller l’un à l’autre ?
Exemple : elle s’est fait(e) doucement mordre…

    Bonjour Dimitri, je vous confirme que la présence d’un adverbe ne change absolument rien à la règle. On écrira « Elle s’est fait doucement mordre. » (ou : « Elle s’est fait mordre doucement. », ou « Doucement, elle s’est fait mordre. » ;)). Bonne journée.

Bonjour,
Dans le cas où je suis une fille qui parle de quelque chose de masculin, je dois dire  » je m’y suis fait » ou  » je m’y suis faite »?
Merci

    Bonjour Moi, on écrira, si l’on est une femme, « je m’y suis faite », sous-entendu, je me suis faite à quelque chose (« y », qui est donc complément d’objet direct, sans influence sur l’accord du participe passé). Bon après-midi.

      Bonjour!
      Se faire (= s’habituer) est un verbe pronominal sans COD donc accord avec le sujet. Le ‘y » est complément indirect (se faire à…)
      *Sauf erreur! ^^

Est ce que la personne qui fait les vidéos dans projet voltaire ; peut faire une video avec sa tete qui apparaît?
Ou qu’elle envoie une photo sur se site?
Je voudrais savoir à quoi elle ressemble!
Bcp de personnes son du même avis;

    Bonjour Cath, la même règle s’applique dans votre exemple, le participe passé de « faire » étant suivi d’un infinitif, il reste invariable, d’où « Je l’ai fait pleurer ». Bon après-midi.

Bonsoir,
en lisant un roman de Sarah Gysler, je suis tombé sur cette phrase: « N’empêche que je me suis fait quelques amis’.
je me demandais pourquoi le participe passé ‘fait’ ne s’accorde pas sachant que l’auteur est une femme?!
Je vous remercie.

    Bonjour Nomade, ici le COD « quelques amis » est placé après le verbe. Je me suis fait quoi ? quelques amis. Le pronom réfléchi « me » est donc COI, pas COD. On pourrait décortiquer de la façon suivante : « J’ai fait quoi ? quelques amis ; à qui ? à me (moi) ». Voilà pourquoi on n’accorde pas le participe passé fait au féminin dans ce verbe pronominal. Bonne fin d’année.

Bonjour
Pouvez-vous m’aider ?
Dit-on : « la mousse que cela a fait ? » Ou « la mousse que cela a faite ? »
Et pourquoi ?
Merci par avance
Cordialement

Bonjour,
Dans l’expression « se faire jour », au sens d’émerger, faut-il donc faire l’accord svp?
ex:  » L’idée s’est faite jour. »

Bonne journée.

    Bonjour Laetitia, « se faire jour » est une locution figée. Par conséquent, le participe passé fait reste invariable. On écrira : « Elle s’est fait jour ». De même « se faire mal » (Elle s’est fait mal). Bon après-midi.

Votre article est très bien mais ne répond pas à la question : quand fait n’est pas suivi d’un infinitif et qu’il est conjugué avec l’auxiliaire être, pourquoi j’ai l’impression qu’on le conjugue malgré tout avec la règle qu’on applique avec l’auxiliaire avoir, c’est à dire conjugaison avec le COD s’il se trouve avant. Par exemple, est-ce qu’on dit bien « L’image qu’il s’est faite de lui est…. » ou « L’image qu’il s’est fait de lui est… » ?

Re-bonjour,

Qu’en est-il de « Il l’a laissée dormir dans son lit. » (s’il est question d’une fille)

Est-ce correct ou devrait-on écrire « Il l’a laissé dormir dans son lit » ?

Bonjour !
Les phrases suivantes sont-elles correctes ?

– « Ces mots, elle se les est dits dans sa tête. »

(dits ou dit ?)

– « les brownies qu’elle a faits pour ses collègues »

(faits ou fait ?)

Un grand merci d’avance !

bonjour
malgré la règle d’invariabilité de laissé suivi d’un infinitif , j’aurai tendance à écrire :
elle nous a, toutes, laissées partir.
qu’en pensez-vous ? merci

    Bonjour, depuis les rectifications orthographiques de 1990, le participe passé laissé suivi d’un infinitif peut s’accorder ou rester invariable (sur le modèle de faire). Bonne soirée.

Pas si logique que ça. Par exemple dans la phrase : « Il l’a fait jouir ». La logique voudrait qu’on dise : « Il l’a faite jouir ». Car le pronom « l' » n’est pas ici COD de « jouir » mais COD de « fait ». On ne jouit pas quelqu’un mais quelqu’un jouit (jusqu’à preuve du contraire!). Je serais vraiment curieux de la réponse de l’expert.

Bonjour, j’ai beau avoir parcouru de nombreux sites, je ne trouve pas la réponse à ma question…

« Elles se sont fait (ou faites) plaisir » ?

Merci d’avance!

Doit-on dire:je suis venu après qu’elle est partie ou ce qui est beaucoup mieux pour moi:je suis venu après qu’elle soit partie-Merci

Bonjour.

C’est vraiment tordu les verbes pronominaux. Si je retiens depuis l’école qu’on accorde pas faire avec un infinitif qui suit, quand c’est un nom c’est bcp plus compliqué.

Pourquoi disons-nous « je me suis faite belle? » mais pas « je me suis faite mal »?

Car je retiens bien l’exemple ils se sont lavés (laver qui? eux-mêmes) mais « ils se sont lavé les mains » (laver quoi? Les mains, cod après donc pas d’accord).

Alors pourquoi ici ce n’est pas la même règle: « Je me suis fait quoi? » (belle. belle est après). Comme je me suis fait quoi? (mal…). Donc pourquoi on accorde à belle ou d’autres noms/adjectifs mais certains non… C’est vraiment au cas par cas en français…

En tout cas merci pour ce site très complet! Je le consulte beaucoup.

Bonjour,
J’écris un poème et j’ai une incertitude sur un accord :
« le nom et la fonction que lui a attribués la Bête »
Est-ce correct ? Merci beaucoup !

Bonjour,

J’aurais besoin d’aide:
Dit-on,
– Mon apprentissage ne m’a pas formée pour un seul poste prédéfini
OU BIEN
– Mon apprentissage ne m’a pas formé pour un seul poste prédéfinis?

    Bonsoir, tout dépend du sexe de la personne qui parle.
    La première phrase : c’est une femme.
    La seconde : c’est un homme. (Attention, pas de « s » à « prédéfini »).
    Bonne soirée.

    Bonjour Ginette, la présence de la préposition « par », qui introduit ici le complément d’agent « le directeur », n’a aucune incidence sur l’accord du participe passé « fait ». Ce sont les demandes (nom féminin pluriel) qui sont faites (accord de « fait » avec le nom « demandes », donc au féminin pluriel). Bonne journée.

elle s’est fait ou elle a été : harcelée par exemple, sachant que le sens est différent selon qu’on emploie l’une ou l’autre formule merci

    Bonjour Pompilia1943, les deux tournures sont correctes. « Elle s’est fait harceler » met l’accent sur l’action ; elle a été harcelée met l’accent sur le résultat. Bonne journée.

Bonjour
J’aimerai savoir quelle formulation est correcte :
Elle devra donc considéré / considérer ?
Elle devra s’arrêté / s’arrêter ?
Son habitude à maintenant changé ?
En vous remerciant d’avance.

Doit-on dire (en parlant d’une femme) : Je l’ai prise par la main ou Je l’ai pris par la main ? (sachant qu’en fait c’est la main que j’ai prise).

    Bonjour Francky, on écrira : « Je l’ai prise par la main » ; le pronom ‘l' », COD, étant placé avant le verbe. Bonne journée.

Bonjour
Je me pose la question sur la phrase suivante:
Elle m’a vu où vue souffrir. C’est-à-dire « m » est une femme, donc est-ce vu où vue car derrière il y a un infinitif.
Merci de m’informer sur le sujet.
Cordialement
Clo

Bonjour, j’ai une question … Si je dis la phrase « On dirait que tu t’es prise un rateau »
Est ce que ma phrase est correcte? Car ma copine me dit que pour cela je dois regarder le « t' » et voir ce qu’il remplace.

    Le « tu » remplace une fille, donc tu es prise comme un rateau. « Prise » est un participe passé employé avec l’auxiliaire être donc accord avec tu. Lorsque « tu » est un homme : tu t’es pris comme…..

    Bonjour Johnny, la bonne orthographe est : « On dirait que tu t’es pris un râteau » (le COD est « râteau », placé après le verbe). De la même manière, on écrirait : « Elle s’est permis (et non permise) de lui mettre un râteau ». Bonne journée.

        Bonjour Germain, on écrit « Elle s’est permis ». « S' » est ici complément d’objet indirect (COI), il répond à la question « à qui ? » (Elle a permis à elle-même…). Or, on n’accorde jamais un participe passé avec un COI. Bonne journée.

Bonjour,
De nombreuses personnes, a priori susceptibles de connaître les règles d’accords, diront :  » c’est mes problèmes », « c’est les habitudes qui font cela »…etc…bref, ne pas accorder le verbe être dans ce cas est ce possible ?

    Bonjour Sidonie, traditionnellement, le verbe « être » ayant comme sujet le pronom « ce » se met au pluriel devant un nom ou un pronom au pluriel. À l’inverse, l’emploi du singulier « c’est » (au passé « c’était ») est considéré comme familier. Certes, à l’oral, le problème ne se pose qu’au présent, les formes « était » ou « étaient », « soit » ou « soient » se prononçant de la même manière. Dans la pratique, les deux sont possibles. Il y a même certains cas où le singulier est requis, notamment devant les pronoms personnels pluriels « vous » et « nous ». Il en est ainsi du nom de la célèbre émission Coucou, c’est nous ! présentée par Christophe Dechavanne dans les années 1990. De même, le singulier est utilisé par Jean-Paul Sartre dans « L’enfer, c’est les autres », citation extraite de la pièce de théâtre Huis clos (1944). Bonne journée !

      Désolé Sandrine, il est plus correct de dire: ce sont mes problèmes…plutôt que c’est mes problèmes, problèmes étant masculin pluriel. Ce sont des habitudes…et non c’est des habitudes. C’est des enfants ou ce sont des enfants. Sans animosité.

    Bonjour Bernard, oui, c’est correct. De la même manière, on écrira : « Ils se sont aperçus de leur erreur. » Bonne fin d’après-midi.

Bonjour,

Une question qui me turlupine, sur la dernière phrase du paragraphe de Bruno Dewaele : « Il est donc normal qu’il ne soit d’aucune influence sur l’accord dudit participe. » Je m’interroge sur la formulation « qu’il ne soit d’aucune influence ». J’entends tout le temps « avoir une influence » ou « avoir de l’influence », mais ça se dit avec le verbe être ? J’en ai trouvé trace nulle part à part ici !

Cordialement,

Cyprien

    Bonjour Cyprien, un professeur agrégé de français doublé d’un champion du monde d’orthographe n’emploierait pas une tournure fautive. Je crois que vous pouvez lui faire confiance :-). Bonne fin d’après-midi

      Bonjour Cyprien, il y a deux formes : « avoir de l’influence » et « être influent », à vous d’employer l’une ou l’autre avec le sens que vous voulez leur donner. Un proverbe dit: Même un pur-sang peut tré