Questions d'orthographe Grammaire

« elle se fait fort » ou « elle se fait forte » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise On a envie d’écrire « elle se fait forte » à l’image de « elle se fait belle », mais c’est souvent à tort. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Devant un infinitif, « se faire fort de » signifie « se dire capable de ». Il s’agit d’une expression figée, qui ne se met jamais au féminin ni au pluriel : « fort » reste invariable, de même que le participe passé « fait » lorsque le verbe est conjugué…

« avoir à faire » ou « avoir affaire » ?

Erreur couramment commise On a envie d’écrire « à faire » en toutes circonstances, aussi bien dans « il n’y a plus rien à faire » que dans « elle a à faire à plus fort qu’elle », alors qu’il faut écrire « elle a affaire à plus fort qu’elle ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Vous pouvez remplacer cette expression par « avoir à réaliser (quelque chose) » ou « avoir à refaire » ? Il faut alors écrire « à faire ». Sinon, c’est de « affaire » qu’il s’agit, et il est presque…

« les enfants que j’ai entendu crier » « les enfants que j’ai entendus crier » ?

Erreur d’accord du participe passé Attention ! Même si le COD précède apparemment le verbe, n’écrivez pas « les papiers que j’ai envoyés chercher » mais « les papiers que j’ai envoyé chercher ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle devant un infinitif Quand le participe passé est suivi d’un infinitif, il s’accorde avec le complément d’objet direct placé avant lui si ce dernier fait l’action exprimée par l’infinitif : Les acteurs que j’ai vus jouer. ? On accorde le participe passé avec le COD « que », mis pour « les acteurs », car…

« la », « là » ou « l’a(s) » ?

Confusion entre diverses façons d’écrire le son [la] N’écrivez pas, dans le feu de l’action, « le loup la dévoré » pour « le loup l’a dévoré ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Pour ne plus confondre « la », « là », « l’a » et « l’as » Vous pouvez remplacer ce mot par « les » ? C’est alors « la », qu’il s’agisse de l’article ou du pronom personnel : La femme, il la courtise.  « Les femmes », il les courtise. Vous pouvez remplacer ce mot par « l’avais » ou « l’avait » ? Il faut écrire « l’as » ou « l’a », en fonction du sujet :…

« les roues arrière » ou « les roues arrières » ?

Erreur couramment commise « Arrière » se rapportant à « roues », on est tenté de l’accorder avec lui et de lui mettre un « s ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Quand ils sont employés comme des adjectifs (en l’occurrence après un nom dans un groupe nominal), « avant » et « arrière » ne s’accordent jamais. Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes La chose se justifie par le fait qu’il s’agit d’une ellipse : on veut…

« aie », « aies » ou « ais » ?

Erreur couramment commise Veillez à ne pas écrire « n’aies pas de regrets » pour « n’aie pas de regrets ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) La terminaison « s », que l’on trouve à la 2e personne du singulier (« tu pars », « tu chanteras », etc.), ne s’applique pas à l’impératif du verbe « avoir », lequel s’écrit « aie » : N’aie pas peur de ce que tu ne peux changer. Aie conscience qu’une telle chance ne se représentera pas. N.B. Rappelez-vous qu’on reconnaît l’impératif au fait que le…

« vous dites » ou « vous dîtes » ?

Erreur couramment commise On se rappelle vaguement que « dire » a une conjugaison bizarre et, pour cette raison, on ajoute – à tort – un accent circonflexe à « dites » chaque fois qu’on l’écrit, même quand il s’agit de l’indicatif présent ou de l’impératif présent. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) « Dites » ne prend jamais d’accent sur le « i » au présent. Rappelons que « vous disez » n’existe pas. Vidéo Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de…

« la plupart est » ou « la plupart sont » ?

Erreur couramment commise « La plupart » étant un nom féminin singulier, on a tendance à vouloir mettre systématiquement le verbe qui suit au singulier et, par conséquent, à écrire « la plupart des mariages a lieu en été » au lieu de « la plupart des mariages ont lieu en été ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Le verbe s’accorde toujours, en genre comme en nombre, avec le complément de « la plupart » : La plupart des robes ont été vendues. La plupart du temps est…

« saint » ou « Saint- » ?

Quand on parle du personnage lui-même, l’adjectif « saint » s’écrit avec une minuscule et n’est pas suivi d’un trait d’union : « L’un des apôtres devint saint Jean. »

« j’envoie » ou « j’envois » ?

Erreur couramment commise Il n’est pas rare de trouver « envoyer » conjugué comme « voir ». Pourtant, si l’on voit son bien-aimé au loin, on lui envoie un baiser, on ne le lui envoit pas ! Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) À la différence de « voir », verbe du 3e groupe, « envoyer » est un verbe du 1er groupe (il se termine par « er ») qui, à la 1re personne du singulier (« je ») du présent de l’indicatif, prend la terminaison « -e », et non « -s » : « j’envoie »….

« un envoi » ou « un envoie » ?

Erreur couramment commise « Envoi » et « envoie » étant de la même famille et se prononçant de la même façon, il n’est pas rare de trouver l’un écrit pour l’autre : « l’envoie du colis est gratuit » pour « l’envoi du colis est gratuit ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Ne confondez pas le nom « envoi » (« un envoi », « vos envois »…), qui ne prend jamais de « e », et les formes du verbe « envoyer » qui se prononcent de la même façon mais prennent toujours un « e » :…

« elle s’est souvenu » ou « elle s’est souvenue » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise Les règles d’accord du participe passé des verbes pronominaux sont un vrai casse-tête… sauf pour les verbes essentiellement pronominaux ! Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Est dit essentiellement pronominal un verbe qui n’existe qu’accompagné d’un pronom personnel, comme « s’évanouir » ou « se méfier » : on ne peut pas employer « évanouir » ou « méfier » seuls. Le participe passé de ces verbes-là s’accorde toujours avec le sujet. > La duchesse s’est évanouie. >…

Page 11 sur 111...7891011