« je ferai » ou « je ferais » ?


Erreur couramment commise

— Si je connaissais la règle, je l’appliquerai, a-i.
— Non.
— Comment ça, non ?
— Si tu connaissais la règle, tu écrirais : « Si je connaissais la règle, je l’appliquerais. »

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

En remplaçant « je » par « nous », vous obtenez « appliquerons » ? C’est que vous êtes au futur et qu’il faut écrire « appliquerai », sans « s » :


J’appliquerai la règle si on me l’explique. = Nous appliquerons la règle si on nous l’explique.

En remplaçant « je » par « nous », vous obtenez « appliquerions » ? Il s’agit alors du conditionnel, lequel suggère l’espoir, le souhait, le désir, le regret, le rêve… Bref, quelque chose qui pourrait bien ne jamais avoir lieu ! Il faut alors écrire « appliquerais » :

J’appliquerais la règle si je la connaissais. = Nous appliquerions la règle si nous la connaissions.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Si, à l’instar des instituteurs d’antan, nous faisions toujours entendre la différence entre le « ai » (é fermé) du futur et le « ais » (è ouvert) du conditionnel, pareille question ne se poserait pas. Hélas ! le temps n’est plus à ces distinguos phonétiques. Il nous faut donc raisonner en termes de grammaire et réserver au futur ce qui sera très probablement réalisé, au conditionnel ce qui est encore loin de l’être…

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. J’aimerais connaître votre chiffre d’affaires pour 2008.
  2. Je renseignerai le bon de commande dès demain.
  3. À l’avenir, je mettrais toujours en concurrence plusieurs entreprises.
  4. L’année prochaine, je changerais de poste.
  5. Je vous communiquerai les dates d’examen dès qu’on les aura fixées.
  6. Si l’on me faisait confiance, je parviendrai à gérer ce dossier seul.
  7. À la place du recruteur, je vous embaucherai tout de suite.
  8. J’aimerai tant que Laurence me remarque !
  9. Je ferais mieux de me dépêcher de boucler ce dossier.
  10. Si je maîtrisais cette technique, je trouverai plus facilement du travail.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : À l’avenir, je mettrai toujours en concurrence plusieurs entreprises.
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « À l’avenir, nous mettrons toujours… » La phrase est donc au futur, et il faut écrire « je mettrai », sans « s ».
  4. Faux. Il faut écrire : L’année prochaine, je changerai de poste.
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « L’année prochaine, nous changerons de poste. » La phrase est donc au futur, et il faut écrire « je changerai », sans « s ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Si l’on me faisait confiance, je parviendrais à gérer ce dossier seul.
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « Si l’on nous faisait confiance, nous parviendrions à gérer ce dossier seuls. » La phrase est donc au conditionnel, et il faut écrire « je parviendrais ».
  7. Faux. Il faut écrire : À la place du recruteur, je vous embaucherais tout de suite.
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « À la place du recruteur, nous vous embaucherions tout de suite. » La phrase est donc au conditionnel, et il faut écrire « je vous embaucherais ».
  8. Faux. Il faut écrire : J’aimerais tant que Laurence me remarque !
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « Nous aimerions tant que Laurence nous remarque ! » La phrase est donc au conditionnel, et il faut écrire « j’aimerais ».
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Si je maîtrisais cette technique, je trouverais plus facilement du travail.
    En remplaçant « je » par « nous », on trouve : « Si nous maîtrisions cette technique, nous trouverions plus facilement du travail. » La phrase est donc au conditionnel, et il faut écrire « je trouverais ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

12 réponses à « je ferai » ou « je ferais » ?

  1. Nicolas dit :

    Très bon article merci 😉 Dans le même genre à propos de j’aimerais et j’aimerai : http://www.lalanguefrancaise.com/aimerai-ou-aimerais-conjugaison

  2. Carlito dit :

    Le bien sera évalué en valeur vénale en réunissant les conditions suivantes :
    – Moyens de publicité mise en œuvre de façon adéquate ;
    – Marché immobilier stable pendant la période de mise en vente.

    Mis, mise ou mises ??

    Dans les deux phrases ci-dessus, les mots composés « mise en œuvre » et « mise en vente » sont-ils correctement orthographiés ?
    – Mise en œuvre est-il lié aux « moyens » ou à la « publicité » ?
    – Mise en vente est-il lié à la période ou au marché immobilier ou est-il simplement toujours écrit comme ça ?

    • Sandrine dit :

      Bonsoir Carlito, dans la première phrase, il semble plus logique de parler des moyens (de publicité) mis en œuvre. Dans la seconde, il est d’usage de parler d’une mise en vente, de la mise en vente, d’où « mise » au féminin singulier. Bonne soirée

  3. Eveline De Gregorio dit :

    Merci à vous deux car je suis anglophone et j’ai plusieurs lacunes…..mais en vous lisant, j’apprends beaucoup.

    Merci pour ce merveilleux site.

  4. Libre Édu dit :

    Je me demande si la règle est applicable pour des non-francophones qui apprennent la langue. J’aurais (avec un « s ») tendance à penser qu’il faut plus raisonner avec la définition du futur et du conditionnel.

  5. prior dit :

    Quand il y a « si » dans la phrase, le verbe de la seconde proposition est automatiquement au présent du conditionnel. Cela supprime pas mal d’erreurs, très facilement.
    Concernant le remplacement par le « nous », je suis loin de le trouver évident et d’éviter les pièges.
    Cordialement.

    • Pascal dit :

      « Si tu arrives en retard, tu seras puni. »

      Cette phrase contrevient à la règle que vous énoncez. Il y a « si » dans la phrase et le verbe de la seconde proposition n’est pas au présent du conditionnel.
      Ce n’est pas si simple…

      • prior dit :

        Oups. Ma réponse était incomplète. La règle énoncée ne vaut, bien sûr, que si la première proposition est à l’indicatif imparfait. Et, dans ce cas, il n’y a pas de doute : la seconde proposition est bien au conditionnel.
        Dans votre exemple, la 1ère proposition est à l’indicatif présent, et donc cela ne peut fonctionner car c’est plus une « certitude » qu’une supposition. Cette dernière étant renforcée par l’indicatif imparfait (qui suit le « si).
        Cordialement.

  6. GICQUEL _ Alias gigi dit :

    Merci tout plein Erick 😉

  7. GICQUEL dit :

    Merci pour ces exercices de remise à niveau (j’en ai bien besoin).
    L’orthographe n’est pas mon fort et m’handicape au quotidien, surtout au travail.
    Un soutien en orthographe n’est pas du luxe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *