« saint » ou « Saint- » ?


(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE)

Erreur couramment commise

On ignore souvent comment écrire les dénominations comportant le mot « saint » : rue saint Jean ? rue saint-Jean ? rue Saint Jean ?…

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Quand on parle du personnage lui-même, l’adjectif « saint » s’écrit avec une minuscule et n’est pas suivi d’un trait d’union : « L’un des apôtres devint saint Jean. »

Si le nom du saint contribue à la dénomination d’une rue, d’un édifice, d’un ordre religieux, d’une fête, etc., majuscule et trait d’union s’imposent : « rue Saint-Jean ».

La même règle s’applique avec l’adjectif « sainte ».


Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert –
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Seule exception à cette règle qui a le mérite de la clarté : Louis IX, alias « Saint Louis » ! Si l’absence de trait d’union est en tout point conforme à ce qui est expliqué plus haut (il s’agit d’un saint authentique, puisque celui qui rendait la justice à l’ombre d’un chêne a été dûment canonisé en 1297), chacun constatera qu’en revanche personne n’a eu le cœur de le priver de sa majuscule. Mais à quoi servirait d’être roi si cela ne vous mettait pas au-dessus des lois, jusques et y compris grammaticales ?

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. La chapelle dédiée à Sainte-Rita reçoit de nombreuses visites.
  2. C’est saint François d’Assise qui a inspiré l’opéra de Messiaen.
  3. La tradition des feux de la saint Jean est très ancienne.
  4. Le tableau représente sainte Blandine dans la fosse aux lions.
  5. Nos locaux sont situés en face de l’école Sainte-Thérèse.
  6. À Compostelle, le tombeau de Saint Jacques attire les pèlerins.
  7. Ils se sont rencontrés dans une galerie, rue saint Vincent.
  8. Je suis musicien et né un 22 novembre, jour de la Sainte-Cécile.
  9. Il s’est pris d’intérêt pour la vie de Sainte-Thérèse de Lisieux.
  10. Le concert aura lieu samedi soir dans l’église saint Laurent.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : La chapelle dédiée à sainte Rita reçoit de nombreuses visites. On parle de Rita elle-même, il n’y a donc ni majuscule à « sainte » ni trait d’union.
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : La tradition des feux de la Saint-Jean est très ancienne. Il est question de la fête, majuscule et trait d’union s’imposent donc : « la Saint-Jean ».
  4. Phrase correcte.
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : À Compostelle, le tombeau de saint Jacques attire les pèlerins. On parle de Jacques lui-même, il n’y a donc ni majuscule à « saint » ni trait d’union
  7. Faux. Il faut écrire : Ils se sont rencontrés dans une galerie, rue Saint-Vincent.
    Dans un nom de rue, majuscule et trait d’union s’imposent pour le mot « saint ».
  8. Phrase correcte.
  9. Faux. Il faut écrire : Il s’est pris d’intérêt pour la vie de sainte Thérèse de Lisieux. On parle de Thérèse elle-même, il n’y a donc ni majuscule à « sainte » ni trait d’union.
  10. Faux. Il faut écrire : Le concert aura lieu samedi soir dans l’église Saint-Laurent. Le mot « saint » appartient ici au nom d’un édifice, majuscule et trait d’union s’imposent donc.
  • Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
    Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

    Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

    Auteurs :
    Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
    Marie-France Claereboutcorrectrice d’édition et formatrice
    Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

16 réponses à « saint » ou « Saint- » ?

  1. Les membres de l’Association réunis en Assemblée générale éliront le Conseil d’administration. Si un poste demeure vacant, le Conseil d’administration peut coopter certains membres. Le trésorier gérera et organisera l’émission de tous effets de commerce ou de banque de la Région de l’Estrie.

    .Les majuscules dans ce texte sont-elles appropriées

  2. Lebourg dit :

    Bonjour,

    J’ai bien compris la différence entre :
    Il a rencontré saint Jean.
    et
    Il célèbre la Saint-Jean.

    Mais que doit-on écrire quand il s’agit d’un saint au nom composé ? C’est tout de même très lourd de mettre des tirets partout, y compris entre le prénom et le nom.
    Il a rencontré saint Jean Bosco.
    Il a créé l’institution Saint-Jean-Bosco / Saint-Jean Bosco / Saint Jean Bosco.
    Il tient la pharmacie Saint-Hildegarde-de-Bingen. (?)

    Merci.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, je confirme l’usage des traits d’union, y compris lorsque le saint a un nom composé ! Exemple : l’église Saint-François-d’Assise, à Paris. Bonne journée !

    • Chambaron dit :

      Que dire alors de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, à Rome ?

      Ce n’est ni lourd ni léger, c’est juste une mesure de clarté : les traits d’union attestent du nom propre à un lieu, à un monument, à une fête et évitent la confusion avec les éléments exogènes de la phrase.
      On écrit donc l’institution « Saint-Jean-Bosco » malgré nombre de graphies erronées de la part d’établissements portant ce même nom.

  3. Pauline dit :

    une petite question, doit-on écrire : Ville Sainte, ville Sainte ou ville sainte?

    Merci d’avance de votre réponse!

    • Sandrine dit :

      Bonsoir Pauline, on écrit « ville sainte ». Exemple : « Jérusalem était considérée comme la ville sainte de la chrétienté ». Bonne soirée.

    • Chambaron dit :

      Hors contexte spécifique, on emploiera la minuscule pour les deux mots, surtout s’ils sont suivis d’un complément.
      Néanmoins, dans le cas où l’expression désigne sans aucune ambigüité une cité bien identifiée, on peut employer la majuscule, mais uniquement pour « Ville ». Par exemple, si dans un roman l’action se déroule à Rome, on est fondé à remplacer le nom par l’expression sous cette forme : « Il erra toute la journée dans la Ville Sainte. » Il s’agit là d’un emploi en valeur absolue qui justifie la majuscule.
      Il en va de même avec « Terre sainte » ou les « Lieux saints », et cela ne vaut que pour la religion chrétienne, riche en spécificités. C’est une nuance très littéraire…

  4. lila dit :

    Merci beaucoup, c’est très bien expliqué!

  5. eMmA dit :

    Le Grand Mufti n’a pas moufté…

  6. eMmA dit :

    Merci pour l’humour de l’expert !
    Je me demande s’il ne mériterait pas d’être canonisé…

    • Erick dit :

      J’espère que Bruno ne prendra pas mal votre souhait de le canoniser de son vivant.

      • Chambaron dit :

        En marge de l’autoroute de la règle, prenons le temps de savourer les atypies des vicinales mal répertoriées !
        – Dans les adjectifs, les gentilés et les noms communs, « saint » ne prend jamais la marque du pluriel : des socialistes saint-simoniens, des Saint-Affricains, des saint-bernard.
        – Noms étrangers non francisés : les saints germaniques (Sankt), italiens (San), espagnols (Santa) portugais (Santo ou São) et anglo-saxons prennent une majuscule mais pas de trait-d ‘union ! Contre l’historique et la logique, le nom de la capitale du Missouri s’écrit donc « Saint Louis »…
        – Hormis le calendrier et quelques rares cas de manque de place (cartes), on n’abrège pas en St- ou en Ste- ! Pas de « Stes-Maries-de-la-Mer » !
        – Produits (gâteaux, fromages, vins) : jamais de majuscule, mais toujours un trait d’union, sauf si le lieu est mentionné en tant que tel :  » Préférez-vous ce vin de Saint-Estèphe, ou prendrez-vous un de nos saint-émilions ?  »
        – Dans le domaine strictement catholique, seul un dictionnaire fait foi (c’est le mot) : la règle devient en effet indiscernable de l’exception : le Saint-Siège ou le Saint des Saints, la Sainte Bible mais le Saint-Esprit, le Saint-Père contre la Sainte Vierge ou la sainte Famille… Allez savoir.
        Je comprends que Luther en ait jeté bas son encrier, et qu’il y ait encore beaucoup de Protestants. Le Christ nous a légué une incroyable couronne d’épines typographiques qui n’en finit pas d’égayer les championnats d’orthographe, pourtant généralement si athées.

        Bien littérairement,
        Chambaron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *