« avoir à faire » ou « avoir affaire » ?


Erreur couramment commise

On a envie d’écrire « à faire » en toutes circonstances, aussi bien dans « il n’y a plus rien à faire » que dans « elle a à faire à plus fort qu’elle », alors qu’il faut écrire « elle a affaire à plus fort qu’elle ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Vous pouvez remplacer cette expression par « avoir à réaliser (quelque chose) » ou « avoir à refaire » ? Il faut alors écrire « à faire ».

Sinon, c’est de « affaire » qu’il s’agit, et il est presque toujours suivi de « à ». Pour vous en assurer, remplacez l’expression « avoir affaire à » par « être en rapport avec » :

Le médecin à qui le malade a eu affaire était un charlatan. = Le médecin avec qui le malade a été en rapport était un charlatan.

mais

Il a fort à faire pour rattraper son retard. ≠ Il est fort en rapport avec pour rattraper son retard.

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Il est à noter que si la forme « avoir affaire » n’a pas disparu, comme on l’a vu plus haut, de nos habitudes langagières, il n’en va pas de même quand elle est suivie de la préposition « de ». On n’a aujourd’hui plus rien… à faire de la construction « avoir affaire de », laquelle fut pourtant plébiscitée par nos écrivains classiques.

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. J’espère n’avoir jamais à faire un tel choix.
  2. Ici, les médecins ont à faire à un ennemi redoutable : le choléra.
  3. Il a encore affaire valider le devis par le client.
  4. On a affaire à un négociateur coriace.
  5. Dans le cadre de cette mission, il aura affaire à divers corps de métier.
  6. Dans l’industrie du luxe, on a à faire à des clients exigeants.
  7. Au guichet, il a eu affaire à une nouvelle recrue qui l’a mal renseigné.
  8. Elle refuse catégoriquement d’avoir à faire à lui.
  9. Je souhaite avoir à faire à un responsable.
  10. Comment être sûr qu’on a à faire à un artisan compétent ?

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Ici, les médecins ont affaire à un ennemi redoutable : le choléra.
    Le remplacement de « avoir affaire à » par « être en rapport avec » est-il possible ? Oui : « Ici, les médecins sont en rapport avec un ennemi… » est correct. C’est le signe qu’il faut écrire « affaire » et non « à faire ».
  3. Faux. Il faut écrire : Il a encore à faire valider le devis par le client.
    Le remplacement de « avoir affaire à » par « être en rapport avec » est-il possible ? Non : « Il est encore en rapport avec valider le devis… » n’a aucun sens. Il ne faut donc pas écrire « affaire valider », mais « à faire valider ».
  4. Phrase correcte.
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Dans l’industrie du luxe, on a affaire à des clients exigeants.
    On peut parfaitement dire : « Dans l’industrie du luxe, on est en rapport avec des clients exigeants. » Il s’agit donc ici de la locution « avoir affaire à », dans laquelle « affaire » s’écrit en un seul mot.
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Elle refuse catégoriquement d’avoir affaire à lui.
    Le remplacement de « avoir affaire à » par « être en rapport avec » est-il possible ? Oui : « Elle refuse catégoriquement d’être en rapport avec lui » est correct. C’est le signe qu’il faut écrire « affaire » et non « à faire ».
  9. Faux. Il faut écrire : Je souhaite avoir affaire à un responsable.
    « Je souhaite être en rapport avec un responsable » est correct : il s’agit donc ici de la locution « avoir affaire à », et on n’écrit pas « à faire », mais « affaire ».
  10. Faux. Il faut écrire : Comment être sûr qu’on a affaire à un artisan compétent ?
    Le remplacement de « avoir affaire à » par « être en rapport avec » est-il possible ? Oui : « Comment être sûr qu’on soit en rapport avec un artisan compétent ? » est correct. Il faut donc écrire « affaire » et non « à faire ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

11 réponses à « avoir à faire » ou « avoir affaire » ?

  1. Muriel dit :

    Merci beaucoup pour cet éclairage.

  2. bennecer dit :

    Bonjour,

    comment écrit-on « Notre histoire nous a habitué à relever des défis sans précédent ».

    Habitué s’écrit avec un « s » ou sans « s » ?

    Merci.

  3. Liliôlili dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ces informations très claires. Désormais, je ne ferais plus cette faute !

    Bonne journée.

  4. Mihovilovic dit :

    Je viens encore chercher un peu de lumière…

    Après une matinée passée assis devant son ordinateur, il crut bon (de) marcher un peu pour se dégourdir les jambes.

    Est-ce que le « de » est nécaissaire ?

  5. Mihovilovic dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse.

  6. mihovilovic dit :

    J’aimerais savoir quelle est de ces deux expressions « affaire » ou « à faire » correcte ou, du moins, la plus usitée dans la phrase suivante :

    On l’a cherché partout : dans le bois, dans la rivière – rien affaire. Ou … rien à faire.
    Je sais que « peine perdue » irait mieux, mais j’ai besoin de l’autre expression.

    • Erick dit :

      « Nous n’avons rien pu faire pour le retrouver » donc c’est « (…) rien à faire (…) » qu’il faut choisir.

      • Mihovilovic dit :

        Bonjour,

        j’ai une autre question dans le même registre.
        Exemple :
        – Où est le problème ?
        – Il se situe dans sa façon d’accueillir cette nouvelle. On aurait dit qu’il n’en avait rien à faire (ou : … qu’il n’en avait « rien affaire » ?) Je sais que « il n’en avait cure » résoudrait mon problème, mais j’ai besoin d’utiliser l’autre expression.

        Cordialement et merci par avance.

        Michael

        • Erick dit :

          Michael, après vous avoir proposé de trouver la réponse à votre question dans notre billet – où elle se trouve, d’ailleurs -, après vous avoir aidé en répondant à un exemple, nous vous invitons désormais à utiliser nos services afin de pouvoir trouver seul la réponse à votre nouvelle question.
          Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *