Le Projet Voltaire dès le CE1 : le retour d’expérience d’une enseignante en primaire

Institutrice depuis trente ans, Anne-Sophie de GUERRY a un goût prononcé pour l’orthographe, puisqu’elle forme également des adultes à cette compétence. Depuis quatre ans, elle a mis en place Les Fondamentaux, le parcours Projet Voltaire adapté aux primaires, dès le CE1. Elle nous livre son retour d’expérience, notamment sur la façon dont l’outil lui permet d’avoir une approche différenciée, adaptée au niveau de chacun de ses élèves.

Depuis combien de temps utilisez-vous Les Fondamentaux avec vos élèves de primaire ?

Lorsque le Projet Voltaire a développé Les Fondamentaux, on a demandé à quelques enseignants de se porter volontaire pour tester l’outil avec leurs classes et leur apporter leur retour d’expérience sur l’utilisation de la plateforme avec des primaires. J’ai fait partie de ce panel et aujourd’hui, quatre ans plus tard, toutes les classes de mon école, du CE1 au CM2, s’entraînent avec Les Fondamentaux

Comment l’utilisez-vous avec vos classes ?

Je projette Les Fondamentaux en classe, et on voit ensemble les niveaux que j’aimerais qu’ils fassent. Ensuite ils vont en salle informatique et s’entraînent en fonction des consignes. Les exercices sont bien sûr choisis en fonction de mes leçons. 

Ça permet aux enfants qui ont des facilités d’aller beaucoup plus loin : une fois qu’ils ont fait les exercices que j’ai listés, je peux leur en confier d’autres. Pour les enfants qui ont plus de difficultés, on réinitialise le niveau jusqu’à ce qu’ils maîtrisent les règles. 

Parfois je les fais aussi travailler en binôme, quand un élève est en difficulté, son binôme doit lui donner des indices pour l’aider à trouver la règle. Puis l’élève en difficulté devra à son tour expliquer la règle, ce qui lui donne l’occasion de la reformuler pour se l’approprier.

Qu’en pensent les élèves ?

Les élèves adorent ! On fait à peu près une heure de Projet Voltaire tous les quinze jours, et je suis obligée de leur interdire de s’exercer chez eux, sinon ils font tous les exercices ! Ils aiment voir les étoiles qui s’affichent quand ils maîtrisent une règle, voir qu’ils ont réussi un niveau… ça fonctionne très bien, c’est ludique ! Ça leur donne l’impression qu’ils ne sont pas en train de faire du français.

Quels avantages y a-t-il à utiliser le Projet Voltaire avec des enfants de primaire ?

L’entraînement est totalement personnalisé, il permet à chaque enfant d’aller à son rythme. Ça permet aux enfants en difficulté de prendre plus de temps pour intégrer des notions sans que les autres le voient. Ils sont devant leur écran, il n’y a que moi qui sais où ils en sont, et le reste de la classe ignore qu’ils sont en difficulté sur tel ou tel niveau. 

En début d’année, pour les enfants en grande difficulté, je peux les faire commencer par revoir le niveau inférieur pour les mettre en confiance. C’est un petit contrat entre eux et moi, personne dans la classe ne le sait ! 

Par ailleurs, j’ai deux enfants dyslexiques dans ma classe, et l’outil permet de s’adapter à eux. Grâce à la solution, le graphisme change pour être plus aéré, plus lisible, plus accessible.

Que pensez-vous de la méthode pédagogique utilisée dans Les Fondamentaux ?

Ce que je trouve très bien, c’est qu’on les met en position de relecture. C’est une chose à laquelle ils ne sont pas du tout habitués. Quand on leur enseigne l’orthographe, on leur donne les règles et ensuite ils doivent écrire. Là, c’est déjà écrit et c’est à eux de voir s’il y a une erreur, et si oui laquelle. Ça les amène à faire une gymnastique pour vérifier tous les mots, pour voir si le verbe est bien accordé au sujet, etc. Et cette position de relecteur, elle n’existe pas vraiment dans l’enseignement traditionnel : c’est passionnant et efficace ! 

Au bout de quatre ans, je constate que les enfants sont plus à l’aise. Dans notre école, on travaille beaucoup l’orthographe avec le Projet Voltaire mais aussi avec des dictées fréquentes… Le niveau général dans l’école est plutôt très correct : l’orthographe est travaillée quotidiennement.

Est-ce que vous recommandez Les Fondamentaux du Projet Voltaire aux enseignants de primaire ?

En plus de mon activité d’enseignante, je forme d’autres enseignants de primaire à la didactique de l’orthographe. Parmi les outils que je leur conseille, je parle bien sûr des Fondamentaux, et de la façon de le déployer dans son établissement. Je connais bien les difficultés d’un enseignant de primaire : j’enseigne depuis trente ans. Je connais les niveaux, les difficultés des enfants , les problématiques de gestion de classe, la différenciation nécessaire : je suis donc à même de répondre aux questions des autres enseignants. Je suis une convaincue du Projet Voltaire !

Articles liés

Laissez un commentaire
*