Dyslexie et dysorthographie : comment travailler son français

En France, on estime que 6 à 8 % des personnes présentent de « troubles dys ». Au premier rang de ces difficultés, on trouve la dyslexie, c’est-à-dire un trouble de la lecture, que ce soit pour la maîtriser ou pour la mettre en œuvre au quotidien. Dans la majorité des cas, la dyslexie s’accompagne d’une dysorthographie, qui est un trouble spécifique à l’écriture. 

Comprendre un texte, le lire à haute voix, appliquer des règles d’orthographe (en apparence) simples… La lecture et l’écriture sont à la base de nombreuses actions quotidiennes essentielles, que ce soit en milieu scolaire, pour trouver un emploi et travailler ou tout simplement être à l’aise en société. Les personnes concernées peuvent donc être fortement gênées par ces troubles au niveau du langage écrit. Heureusement, des stratégies de contournement existent à tout âge. 

Alors, qu’est-ce que la dyslexie ? Comment améliorer son français et son orthographe lorsque l’on est dyslexique ? Comment aider son enfant présentant des troubles dys à l’école, au collège ou au lycée ? Comment faire face à sa dyslexie au cours de ses études ou sur le marché de l’emploi ?

Sommaire

Dyslexie, dysorthographie, orthographe et écriture 

Il est possible de mener une scolarité ordinaire malgré la dyslexie et la dysorthographie.

Qu’est-ce que la dyslexie et la dysorthographie ? 

La dyslexie est un trouble d’apprentissage de la lecture (identification des lettres, des mots et des phrases). De son côté, la dysorthographie est un trouble spécifique à l’orthographe, et donc à l’écriture. On estime que les deux tiers des personnes dyslexiques présentent également des signes de dysorthographie. 

Nous ne le répéterons jamais assez, la dyslexie et la dysorthographie ne sont pas liées à des déficits intellectuels ou sensoriels. Si vous êtes parent d’un enfant dyslexique, pas de panique : votre enfant peut suivre une scolarité ordinaire, exprimer sa créativité sous de nombreuses formes, faire des mathématiques, et vivre une vie tout à fait épanouie.

Quels sont les signes de la dyslexie et de la dysorthographie ?

La dyslexie et la dysorthographie sont des troubles qui requièrent un diagnostic médical. Si vous pensez que votre enfant présente des signes de dyslexie ou de dysorthographie, nous vous conseillons de consulter un spécialiste (médecin généraliste, pédiatre, orthophoniste…). 

La dyslexie ne se manifeste pas de la même façon chez l’adulte et chez l’enfant. Entre 2 et 5 ans, si votre enfant présente une dyslexie, cela peut se traduire par : 

  • un langage qui tarde à se développer ; 
  • des difficultés dans l’apprentissage des mots ; 
  • des difficultés dans l’identification et l’apprentissage des lettres ; 
  • une mémoire de travail altérée ; 
  • des problèmes pour se repérer dans l’espace. 

Chez les enfants et les adolescents, la dyslexie peut se manifester par : 

  • un retard dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ; 
  • des difficultés à différencier les mots ou les lettres graphiquement proches ; 
  • des difficultés à épeler les mots inconnus ou trop longs ; 
  • des difficultés à apprendre des langues étrangères. 

Chez l’adulte, la dyslexie peut se traduire par : 

  • des difficultés pour lire à haute voix, ainsi que pour écrire et rédiger ; 
  • des difficultés dans la prise de notes, et pour rédiger des résumés ou des synthèses ; 
  • plus globalement, des difficultés d’orthographe. 

Les liens entre dyslexie, dysorthographie, lecture, écriture et orthographe 

La plupart des enfants dyslexiques présentent une dyslexie phonologique : il s’agit de la forme du trouble la plus courante. Elle se traduit par des difficultés, voire une incapacité pour l’enfant à associer une lettre à un son. De là découlent : 

  • des difficultés pour reconnaître des lettres, des syllabes et des mots ; 
  • des problèmes pour lire des mots peu utilisés ou inconnus ; 
  • des difficultés pour épeler les mots…

C’est, entre autres, pour cette raison que la majorité des personnes dyslexiques sont également dysorthographiques (dyslexie orthographique). Les problèmes d’orthographe et d’écriture sont directement liés aux troubles d’apprentissage causés par la dyslexie, et aux confusions sonores entraînées par la dyslexie phonologique. 

De fait, plus votre enfant ou votre élève aura de difficultés à reconnaître et comprendre les mots qu’il voit, plus il aura de difficultés à les mémoriser. Lorsque l’on est dyslexique, les problèmes de lecture et d’écriture sont souvent liés. 

Toutefois, il est possible d’être dysorthographique sans être dyslexique. La dysorthographie peut être isolée : en d’autres termes, si vous êtes dysorthographique et que vous avez du mal à écrire des phrases sans erreur, il est possible que vous n’ayez aucun problème de lecture. Raison de plus pour faire établir un diagnostic médical par un professionnel.

Je découvre les solutions du Projet Voltaire

Que ressent une personne dyslexique quand elle lit et écrit les mots ?

Comment les personnes dyslexiques ressentent-elles le trouble de la lecture et de l’écriture ? Il est compliqué de comprendre comment votre enfant ou votre élève perçoit les lettres, les mots et les phrases si vous n’êtes pas vous-même dyslexique. Pour aider l’entourage (parents, professeurs…) à comprendre ce que vivent certaines personnes dyslexiques, un chercheur suédois a créé un site qui simule des « lettres qui jouent à saute-mouton ». Il en résulte des difficultés dans l’apprentissage de l’orthographe.

Quelles difficultés en français les personnes dyslexiques et dysorthographiques rencontrent-elles ? 

À l’écrit, la dyslexie et la dysorthographie peuvent susciter des difficultés, notamment des erreurs phonologiques, ou de liaison entre le son entendu et les lettres transcrites : 

  • des erreurs auditives liées à des sons proches (cache/gâche) ; 
  • des erreurs visuelles liées à des graphies proches (chemin/chenin) ; 
  • des inversions de lettres (optimal/otpimal) ou de syllabes ; 
  • des erreurs liées à la complexité de certaines règles, mal maîtrisées par l’enfant (oi, gn, mp…). 

Les troubles orthographiques peuvent également causer des erreurs sémantiques (liées au sens des mots) : 

  • des erreurs d’homophones (a/à, et/est, et/ait…) ; 
  • des erreurs de décomposition des mots (lentement/lent te ment). 

Les troubles orthographiques peuvent également être à l’origine d’erreurs liées à la construction des phrases?: 

  • des confusions grammaticales : fautes d’accord, confusion sur la nature des mots (nom, verbe, adverbe…) ; 
  • des difficultés avec les marques syntaxiques (différence de genre et de nombre, par exemple). 

Enfin, les troubles peuvent venir de difficultés avec le lexique orthographique. En mémorisant mal l’orthographe d’usage, l’enfant aura souvent des difficultés à écrire certains mots, même s’ils lui sont familiers.

Les difficultés quotidiennes rencontrées par les personnes dyslexiques et/ou dysorthographiques

Au quotidien, la dyslexie et la dysorthographie peuvent donc perturber la vie des personnes touchées, et ce à tous les âges. Chez l’enfant et l’adolescent, elles peuvent entraîner des difficultés scolaires sérieuses, dans l’apprentissage du français comme dans d’autres matières où la lecture et l’écriture sont importantes. Chez l’adulte, la vie étudiante et la vie professionnelle peuvent également pâtir d’une dyslexie ou d’une dysorthographie non accompagnée. 

De ces difficultés peut également découler un manque de confiance en soi, qui peut freiner les progrès, même lorsque l’enfant fait des efforts. Un dégoût de l’écrit et de la lecture peut s’installer et causer du retard dans les études. Heureusement, des stratégies existent, et nombre de personnes dyslexiques et/ou dysorthographiques parviennent à faire des études, à trouver un emploi qui leur plaît et à s’épanouir.

Comment améliorer son orthographe et son français en cas de dyslexie ou de dysorthographie ?

Comment accompagner son enfant dyslexique ou dysorthographique à l’école, au collège ou au lycée ?

La dyslexie et la dysorthographie se manifestent souvent dès les petites classes (CP, CE1, CE2, CM1, CM2), lorsque l’apprentissage de la lecture et de l’écriture est le plus intensif. Toutefois, les difficultés perdurent au collège, au lycée et à l’université, où la lecture et l’écriture sont essentielles.

La première étape pour accompagner un enfant, un élève ou un étudiant dyslexique et/ou dysorthographique est de le soutenir. Ainsi, l’enfant aura de meilleures chances de relever les défis qui l’attendent sans se décourager. Il est également essentiel de le déculpabiliser et, au besoin, de vous déculpabiliser si vous êtes parent. Le risque de voir votre enfant se dévaloriser peut être plus important s’il ne se sent pas soutenu ou s’il pense que ses parents se reprochent son trouble de l’apprentissage.

Il est impératif de faire établir un diagnostic par un professionnel de santé et de le transmettre à l’établissement scolaire. L’équipe pédagogique prendra alors en compte ce diagnostic et pourra proposer des aménagements et un suivi adaptés. Aménagements pédagogiques, tiers temps, intervenants spécialisés… Il existe différentes options pour faciliter la scolarité des enfants atteints de dyslexie et/ou de dysorthographie. Dans la très grande majorité des cas, le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) développé avec l’établissement, l’équipe médicale et la famille permettent à l’enfant de suivre une scolarité adaptée à ses besoins.

Il existe des méthodes pour améliorer la lecture et l’écriture des dyslexiques et des dysorthographiques.

Des méthodes pour améliorer la lecture et l’écriture des dyslexiques et des dysorthographiques 

L’apprentissage de la lecture et de l’écriture peut être facilité grâce à certains jeux et exercices, ou en s’appuyant sur des supports visuels et/ou gestuels. Pour améliorer leur orthographe, outre une éventuelle rééducation orthophonique, notamment, les enfants dyslexiques peuvent : 

  • jouer avec les mots, avec des chansons pour épeler un mot ou pour apprendre l’alphabet, par exemple ; 
  • s’appuyer sur des supports visuels pour identifier les terminaisons de mots, les homophones, ou encore pour les lettres fréquemment confondues (« b » et « d », par exemple) ; 
  • apprendre par cœur des mots ou des listes de mots liés à un même sujet ou qui appartiennent à la même famille orthographique (bain = ain comme gain, main, grain…) ; 
  • reprendre à la maison les exercices vus en classe ; 
  • classer certaines informations en colonnes ou par couleur dans les cahiers : surligner les nouveaux mots appris chaque semaine, par exemple ; 
  • prioriser les informations, surtout lorsque les nouveautés sont fréquentes (au collège et au lycée, par exemple), afin de ne pas crouler sous la masse de nouveaux éléments à apprendre. 

Tenir compte, tout au long de ces méthodes et exercices, du fait que l’enfant fait des efforts de concentration et qu’il peut se fatiguer rapidement : la pause s’impose ! 

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, et doit s’adapter à chaque situation : la personne la plus à même de prescrire les bonnes méthodes pour votre enfant sera le médecin ou l’orthophoniste.

Dyslexie et dysorthographie : quelques stratégies pour améliorer la lecture et l’écriture au quotidien

En plus de leur entourage et d’une scolarité aménagée, les personnes dyslexiques et dysorthographiques peuvent se reposer sur certaines stratégies pour mieux vivre leur trouble. 

Le recours à des correcteurs d’orthographe, par exemple, peut réduire grandement le nombre de fautes dans un devoir ou un courriel. Grâce à cette aide numérique, la personne dyslexique ou dysorthographique peut se concentrer sur le fond de ce qu’elle écrit, et beaucoup moins sur l’angoisse d’être stigmatisée par ses nombreuses erreurs.

De même, les personnes dyslexiques parviennent mieux à lire certaines polices d’écriture que d’autres. Une étude récente a montré que quatre polices étaient particulièrement adaptées aux personnes dyslexiques :

  • Helvetica ; 
  • Courier ; 
  • Arial ; 
  • Verdana. 

Améliorer son orthographe lorsque l’on est dyslexique : des outils pédagogiques adaptés

Grâce aux avancées technologiques, certains sites internet, outils et logiciels s’adaptent aux difficultés des personnes dyslexiques. En d’autres termes, au lieu de demander à l’utilisateur de faire des efforts pour lire les informations, l’outil facilite la lecture. C’est notamment le cas du Projet Voltaire, qui propose des programmes et exercices pour améliorer le niveau de français de tous les publics, et notamment des personnes dyslexiques.  

Grâce à une application complémentaire d’adaptation aux troubles dys, notre solution de remise à niveau en expression et en orthographe peut s’afficher différemment pour les personnes atteintes de dyslexie. L’outil est enclenché via le bouton « loupe » sur la barre supérieure de l’application Projet Voltaire. Cette assistance permet de configurer son profil de lecture au travers de 20 fonctionnalités d’ajustement textuel et d’affichage et/ou de 6 profils. 

L’ajustement sur mesure permet aux utilisateurs de modifier l’apparence du site de manière totalement personnalisée à travers les ajustements textuels, les ajustements d’affichage, et les ajustements complémentaires.

Je découvre les solutions du Projet Voltaire

Le profil « dyslexie » va automatiquement modifier l’affichage des textes en utilisant une police plus lisible. Il est également possible d’opter pour un profil sur mesure, à paramétrer en fonction des difficultés de chacun et en fonction des recommandations médicales : police d’écriture, couleurs, interligne, mise en valeur de certaines lettres, des sons, de la ponctuation, des chiffres ou des majuscules…

Nous recommandons à nos utilisateurs de paramétrer leur outil en étant accompagnés de leur orthophoniste, afin de définir les meilleurs réglages selon leur trouble. Ces paramètres seront ensuite sauvegardés dans notre outil et l’utilisateur pourra l’activer ou le désactiver pendant l’entraînement, à sa convenance. 

Tous nos modules d’apprentissage incluent cet outil d’adaptation. De l’école au lycée, en passant par le collège, l’université ou la vie active, il est possible d’améliorer son orthographe, son expression écrite et de passer l’examen du Certificat Voltaire, et ce malgré les difficultés rencontrées lorsque l’on est dyslexique. 

La dyslexie et la dysorthographie sont donc des troubles qui peuvent avoir un impact important. Mais dès lors qu’un diagnostic est posé, et qu’une prise en charge adaptée permet d’aider la personne concernée, il est tout à fait possible de connaître une scolarité, des études et une vie professionnelle épanouies !

Article réalisé avec Isabelle Ducos-Filippi, enseignante spécialisée.

Fautes d'orthographe : comment ne plus en faire ?

Découvrir aussi sur le blog du Projet Voltaire :

Articles liés

Laissez un commentaire
*