« aborigène » ou « arborigène » ?


(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE)

Erreur couramment commise

Sous l’influence du mot « arbre », il est fréquent d’écrire « arborigène » au lieu de « aborigène ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Dans le mot « aborigène » on entend non pas « arbre » mais « origine » : aborigène signifie « originaire du pays où il vit ». On l’emploie également pour qualifier ce qui est lié aux peuples aborigènes (art, coutumes, etc.).


Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert –
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

De telles déformations, hélas, ne sont pas rares : on n’entend que trop souvent la « rénumération » prendre le pas sur la rémunération, l’« opprobe » l’emporter sur l’opprobre, le « frustre » faire plier le fruste, l’« aéropage » éclipser l’aréopage, l’« infractus » marginaliser l’infarctus… Quelquefois même, on « rassénère » celui qu’il vaudrait mieux rasséréner ! Mais ce n’est pas une raison pour se laisser « omnibuler »… pardon, obnubiler : le dictionnaire est là pour nous remettre dans le droit chemin…

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. La communauté aborigène a longtemps vécu dans ces collines.
  2. Ces plantes ne sont pas arborigènes, elles se sont acclimatées.
  3. Notre prochaine exposition sera consacrée à l’art arborigène.
  4. Plus d’une fois les aborigènes ont repoussé les envahisseurs.
  5. Le programme vise à l’intégration des communautés arborigènes.
  6. Une épidémie avait alors décimé les populations aborigènes.
  7. Cette grotte renferme de très anciennes peintures arborigènes.
  8. Les nouveaux venus ont été bien acceptés par les arborigènes.
  9. Nous préparons un exposé sur les arborigènes d’Australie.
  10. Les relations entre colons et aborigènes n’ont pas été aisées.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Ces plantes ne sont pas aborigènes, elles se sont acclimatées.
    Le mot « arborigène » ne s’emploie pas, même s’il est question de plantes.
  3. Faux. Il faut écrire : Notre prochaine exposition sera consacrée à l’art aborigène.
    Le mot « arborigène » n’existe pas.
  4. Phrase correcte.
  5. Faux. Il faut écrire : Le programme vise à l’intégration des communautés aborigènes.
    Il s’agit de communautés présentes depuis l’origine : « ab/origènes ».
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : Cette grotte renferme de très anciennes peintures aborigènes.
    Les peintures sont dues aux peuples présents depuis l’origine : « ab/origènes ».
  8. Faux. Il faut écrire : Les nouveaux venus ont été bien acceptés par les aborigènes.
    Le mot « arborigène » n’existe pas.
  9. Faux. Il faut écrire : Nous préparons un exposé sur les aborigènes d’Australie.
    Il s’agit de communautés présentes depuis l’origine : « ab/origènes ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Marie-France Claereboutcorrectrice d’édition et formatrice
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

2 réponses à « aborigène » ou « arborigène » ?

  1. Chambaron dit :

    Aborigène : profitons-en pour rappeler que ce mot est franc synonyme d’autochtone, mais se différencie d’indigène, qui n’a fait que naître dans ledit pays. Dans tous les cas, l’antonyme est allogène (à ne pas confondre avec les lampes… halogènes).
    C’est une occasion aussi de fustiger l’abus de ce mot pour ce qui touche spécifiquement l’Australie ou la Nouvelle-Zélande : aborigènes de tous les pays, unissez-vous !

    • Sandrine dit :

      Bonsoir Chambaron, étymologiquement, l’aborigène est « là depuis l’origine » (ab + origines en latin). Autrement dit, ses ancêtres sont les premiers habitants connus de sa terre natale. L’indigène, du latin indu- (dans) et gena (né de) est né dans le pays qu’il habite (les indigènes d’Amérique). L’autochtone, du grec autos (soi-même) et du grec khthôn (terre), est issu du même sol où il vit. Pour moi, ces trois mots sont des quasi-synonymes et ont le même contraire, allogène, qui se dit d’une population d’arrivée récente dans un pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *