« m’entend-il » ou « m’entend-t-il » ? Le t euphonique.


Tendance à utiliser à tort le « t » euphonique

Difficile de savoir quand il faut mettre un « t » entre le verbe et le pronom sujet ! D’un côté, on écrit : « Qui l’auteur évoque-t-il dans ce paragraphe ? » ; de l’autre : « Qui l’auteur dépeint-il dans ce paragraphe ? »

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Règle d’usage du « t » euphonique

Si l’on place un « t » entre un verbe se terminant par une voyelle (ou par un « c » non prononcé) et un pronom tel que « il », « elle » ou « on », on n’en met pas quand le verbe se termine par un « t » ou un « d » :

Penset-il ce qu’il dit ?
Qui convainct-il ?

 

Mais

 

Pourquoi l’interrompt-il ?
Que répond-elle quand on lui demande son âge ?

Vidéo

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Si le « t » analogique dont nous avons parlé précédemment s’impose souvent pour faciliter la prononciation et éviter un hiatus, autrement dit la rencontre cacophonique de deux voyelles, il est superfétatoire quand la forme verbale se termine par un « d » : celui-ci ne se prononce-t-il pas comme un « t » quand il se lie à une voyelle ? Point trop n’en faut, par conséquent !

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Votre client japonais comprend-t-il le français ?
  2. Le gouverneur a gracié le condamné, aussi suspend-t-on l’exécution.
  3. Le nouveau standardiste répond-il avec aisance au téléphone ?
  4. Combien d’exemplaires l’auteur s’attend-t-il à vendre ?
  5. La description du poste correspond-t-elle à la réalité du travail ?
  6. Pourquoi n’apprend-il pas à se servir de ce logiciel ?
  7. Comment écrit-t-on ce mot ?
  8. Quels articles la boutique vend-t-elle le plus cette saison ?
  9. S’attend-on que je sois autonome dès mon premier jour de travail ?
  10. Quelle thèse cet historien défend-il ?

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Votre client japonais comprend-il le français ?
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « d », on ne met pas de « t » entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « comprend-il » et non « comprend-t-il ».
  2. Faux. Il faut écrire : Le gouverneur a gracié le condamné, aussi suspend-on l’exécution.
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « d », on ne met pas de « t » entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « suspend-on » et non « suspend-t-on ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Combien d’exemplaires l’auteur s’attend-il à vendre ?
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « d », on ne met pas de « t » entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « s’attend-il » et non « s’attend-t-il ».
  5. Faux. Il faut écrire : La description du poste correspond-elle à la réalité du travail ?
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « d », on ne met pas de « t » entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « correspond-elle » et non « correspond-t-elle ».
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : Comment écrit-on ce mot ?
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « t », on n’en met pas un autre entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « écrit-on » et non « écrit-t-on ».
  8. Faux. Il faut écrire : Quels articles la boutique vend-elle le plus cette saison ?
    Lorsqu’il y a inversion du sujet, comme ici, et que le verbe se termine par un « d », on ne met pas de « t » entre lui et le pronom sujet : on écrit donc « vend-elle » et non « vend-t-elle ».
  9. Phrase correcte.
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 3 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

13 réponses à « m’entend-il » ou « m’entend-t-il » ? Le t euphonique.

  1. Tony dit :

    Merci Sandrine

  2. Lallemand dit :

    Bonjour,
    Je suis très étonné que les auteurs considèrent comme correcte la phrase 9 : S’attend-on que je sois autonome dès mon premier jour de travail ?, non pas dans le cadre du sujet de l’article mais dans sa syntaxe. Soit on supprime le « S' », soit on écrit = s’attend-on à ce que je ….Du moins, c’est que je pense, mais je ne suis pas grammairien!
    Cordialement

    • Sandrine dit :

      Bonsoir, voici ce qu’indique Larousse : Les deux constructions s’attendre que ou à ce que (+ subjonctif) sont correctes. On emploie plus souvent à ce que dans la langue courante (je m’attends à ce qu’il m’écrive) et que dans un registre soutenu (il s’attend qu’on le choisisse). Dans notre phrase, tout est donc à sa place :-). Bonne soirée.

      • Lallemand dit :

        Bonjour,
        Alors la syntaxe est comme le droit : « tout ce qui est légal n’est pas juste! Dans votre phrase du registre soutenu, pourquoi ne pas simplement écrire : « il attend qu’on le choisisse » ? Qu’apporte le S’? Si ce n’est une lourdeur superflue….;-)
        Bonne et lumineuse journée

        • Sandrine dit :

          Tout simplement parce que le verbe « attendre » et sa forme pronominale « s’attendre » n’ont pas le même sens !
          Attendre : rester (dans un lieu ou non) jusqu’à ce que quelque chose se produise.
          S’attendre (à) : prévoir quelque chose, le considérer comme probable ou compter dessus.
          Belle soirée

          • Lallemand dit :

            Oui, j’avais saisi cette « nuance », mais justement :
            -attendre est suivi d’un COD
            -s’attendre, pronominal, est suivi d’un COI. Donc quand on écrit « s’attendre que » la proposition relative commençant par le que est COD du verbe s’attendre!
            C’est pourquoi cette construction me paraît encre incorrecte, malgré vos explications!
            Bonne et belle journée

          • Sandrine dit :

            Vous avez raison d’être pointilleux :-).

            Voici ce que dit le Trésor de la langue française :

            S’attendre que + ind. [L’obj. de l’attente est assuré, le suj. est certain que l’attente se réalisera] : Le domaine des ultra-virus constitue vraisemblablement une des zones frontières entre la pathologie générale et la génétique. Leur étude directe échappe présentement aux pouvoirs du savant, mais on peut s’attendre que les mêmes perfectionnements techniques qui nous livreront le secret du gène nous livreront celui des ultra-virus. (L. Cuénot, J. Rostand, Introd. à la génét.)

            S’attendre que + subj. [L’obj. de l’attente n’est pas assuré, le suj. doute que l’attente se réalise]
            Je ne m’attendais pas que les choses dussent tourner si mal (Ac.1798-1932).
            Il faut donc s’attendre que l’effet des mouvements actuels de la France surpasse infiniment celui des troubles de la Grèce. (Chateaubriand, Essai sur les Révolutions)

            Par conséquent, je persiste et signe pour dire que la construction proposée par Bruno Dewaele, professeur agrégé de lettres modernes et champion du monde d’orthographe est… correcte !

            Bonne journée !

  3. Nath. dit :

    Super clair merci!

  4. Tony dit :

    Bonjour,
    Je m’interroge, doit-on dire « quand récolte-on les tomates?  » ou « quand récolte-t-on les tomates? « . Même interrogation avec le verbe planter et plus généralement les verbes finissant en « te ».
    Merci

    • Sandrine dit :

      Bonjour Tony, comme indiqué dans la règle, si l’on place un « t » entre un verbe se terminant par une voyelle (ou par un « c » non prononcé) et un pronom tel que « il », « elle » ou « on », on n’en met pas quand le verbe se termine par un « t » ou un « d ». Par conséquent, on demandera « Quand récolte-t-on les tomates ? », puisque « récolte » se termine par un « e » et qu’il est suivi du pronom « on ». Idem pour « planter » et tous les autres verbes finissant par une voyelle 😉 : « Quand plante-t-on les tomates ? ». Bonne journée.

  5. ZOURDANI dit :

    Bonjour,
    dans la phrase ci-dessous, faut-il mettre un T- devant le pronom elle?:

    la machine infectée ci-dessus dépend t-elle de votre périmètre ?

    Cordialement.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, comme indiqué dans l’article : « Si l’on place un « t » entre un verbe se terminant par une voyelle (ou par un « c » non prononcé) et un pronom tel que « il », « elle » ou « on », on n’en met pas quand le verbe se termine par un « t » ou un « d » ». Il faut donc écrire : « La machine infectée ci-dessus dépend-elle de votre périmètre ? ». Bon après-midi.

  6. Thierry Chauveau dit :

    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *