Questions d'orthographe Les règles d’orthographe du quotidien expliquées

« si » ou « s’y » ?

— S’attend-on à un sans-faute de votre part ?
— Oui, on s’y attend.
— Alors, n’écrivez pas « on si attend » !

« des gaz » ou « des gazs »

Attention à la marque du pluriel, qui n’est pas toujours « s » : il n’existe pas plus de « gazs rares » que de « chous à la crème ».

« hormi » ou « hormis » ?

Lorsqu’il s’agit d’écrire « parmi » ou « hormis » revient toujours la même question : lequel des deux prend un « s » ?

« septique » ou « sceptique » ?

Comme le « c » de sceptique ne s’entend pas, il est tentant d’écrire « je suis septique » au lieu de « je suis sceptique ».

« certe » ou « certes » ?

Ce mot étant un terme invariable, on répugne à lui mettre un « s » final, celui-ci étant souvent la marque du pluriel.

« tache » ou « tâche » ?

Bien que « tache » et « tâche » ne se prononcent pas exactement de la même façon, il n’est pas rare de voir écrit : « Des tâches de peinture constellent sa salopette » au lieu de : « Des taches de peinture constellent sa salopette ».

« il croit » ou « il croît » ? Les conjugaisons de « croire » et « croître »

Si vous voulez dire que le mécontentement augmente, n’écrivez pas « le mécontentement croit » mais « le mécontentement croît ».

« notre » ou « nôtre » ? « votre » ou « vôtre » ?

Un petit accent peut tout changer, alors n’oubliez pas d’en ajouter un quand vous écrivez que vous y mettez du « vôtre ».

« plutôt » ou « plus tôt » ?

Si vous avez tendance à écrire « les chiffres sont plus tôt meilleurs que prévu » au lieu de « les chiffres sont plutôt meilleurs que prévu », corrigez-vous au plus tôt !

« soi-disant » ou « soit-disant » ?

On a envie d’accorder « soi-disant » comme n’importe quel adjectif et d’écrire « une soi-disante championne » au lieu de « une soi-disant championne ».

« tu tries » ou « tu tris » ? La conjugaison de « trier »

Ne conjuguez pas « trier » comme « finir ». Si l’infinitif de « tu finis » est « finir », celui de « tu tries » est « trier », et non « trir », qui n’existe pas : écrivez donc « tu tries tes déchets », et non « tu tris tes déchets ».

« quoique » ou « quoi que » ?

On n’entend pas de différence entre « quoique » et « quoi que » quand on les prononce, ce qui explique que certains écrivent « quoiqu’il fasse, je le soutiens » au lieu de « quoi qu’il fasse, je le soutiens ».