Questions d'orthographe Les règles d’orthographe du quotidien expliquées

« es » ou « ès » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise On a oublié que « ès » signifie « en les » : rien d’étonnant, donc, à ce que certains le fassent suivre d’un nom au singulier ! Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs !   Règle (comment ne plus commettre cette erreur) « Ès » est une préposition qui ne s’emploie que devant un nom pluriel. Elle prend un accent grave. > Ayant soutenu sa thèse, il est maintenant docteur ès lettres. On trouve aussi la préposition « ès » dans des noms de lieux….

« Forces conseils » ou « force conseils » ?

Erreur couramment commise On est tenté d’accorder « force » en lui mettant un « s », puisqu’il se trouve à la place du déterminant devant un nom pluriel. Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Employé sans déterminant devant un nom pluriel, « force » signifie « beaucoup de » et est invariable. Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes Faut-il voir là un adverbe ou un déterminant indéfini ? Les avis sont partagés sur ce point. Toujours…

« mystifier » ou « mythifier » ? « démystifier » ou « démythifier » ?

(Difficulté traitée dans le module Projet Voltaire EXCELLENCE) Erreur couramment commise Si vous voulez dire qu’on vous a trompé(e), direz-vous que vous avez été mystifié(e) ou mythifié(e) ? Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) « Mystifier » quelqu’un, c’est le tromper. Le « démystifier », c’est le détromper. > Il a mystifié tout le monde en se faisant passer pour le fils de Brad Pitt. « Mythifier » quelqu’un ou quelque chose, c’est lui donner un caractère de mythe. À l’inverse, « démythifier » signifie enlever à quelqu’un…

« arête » ou « arrête » ?

Erreur couramment commise N’écrivez pas « une arrête de poisson », mais « une arête de poisson ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Une « arête » est un os de poisson, une ligne ou une saillie (anguleuse, rocheuse) ; « arrête » est une forme du verbe « arrêter ». Si vous pouvez remplacer le terme qui pose problème par « cesse (-s, -nt) », « stoppe » (-s, -nt) ou tout autre synonyme du verbe « arrêter », c’est qu’il faut écrire « arrête », « arrêtes » ou « arrêtent ». Sinon, il faut écrire « arête » : Le groupe…

« recouvrer », « recouvrir » ou « retrouver » ?

Le verbe « recouvrer » est souvent confondu avec ses voisins « recouvrir » et « retrouver ».

« décade » ou « décennie » ?

Une décade est une période de dix jours, une décennie est une période de dix ans.

Pour ne plus les confondre, retenez cette phrase : « Si les décennies n’étaient que des décades, que je serais jeune encore ! » soupire le vieillard.

« empirer » ou « s’empirer » ?

Erreur couramment commise Ne dites pas, sous l’influence de « s’aggraver », que votre rhume « s’empire », mais plutôt qu’il « empire ». Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) On dit « empirer », et non « s’empirer » : c’est déjà bien assez grave comme ça sans qu’on y ajoute un « s ». Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes Certains ouvrages semblent incliner à l’indulgence en précisant que la construction pronominale « s’empirer » relève de la langue littéraire. Mieux vaudrait dire qu’elle…

« gril » ou « grill » ?

L’expression « être sur le gril » fait référence au « gril » (avec un seul « l »), ustensile destiné à faire cuire à feu vif les aliments. Venu de l’anglais, le « grill » est un restaurant où l’on mange essentiellement des grillades.

« satire » ou « satyre » ?

Un « satyre » est un demi-dieu rustique de la mythologie grecque et, par extension, un être lubrique ; une « satire » est une œuvre qui s’attaque à quelque chose ou à quelqu’un en s’en moquant. Souvenez-vous que le satyre qui garde le y (le i grec) est celui qui vient de la mythologie grecque.

« nombre de » ou « nombres de » ? « quantité de » ou « quantités de » ?

Quand ils ne sont pas précédés d’un article, les collectifs « nombre » et « quantité » ont le sens de « un grand nombre », « beaucoup ». Ils restent au singulier… même si le verbe qui suit est au pluriel.

« détoner » ou « détonner » ? « détonant » ou « détonnant » ?

Attention à ces homonymes, qui n’ont pas du tout le même sens ! « Détoner », c’est exploser avec un bruit violent. D’où les mots « détonation, détonant ».

« Détonner » signifie « sortir du ton » et, par extension, « contraster, choquer ». Ce qui sort du ton est donc « détonnant ».

« entracte » ou « entr’acte » ?

Quand un nom ou un verbe commençant par a, i, o ou u se soude à la préposition « entre », il constitue désormais avec elle un seul mot. À noter que certains verbes admettent les deux orthographes : « s’entraimer » ou « s’entr’aimer », « s’entradmirer » ou « s’entr’admirer ».
Il entrouvre le rideau pendant l’entracte.

Page 3 sur 2212345...22