Grand oral du bac : préparation des élèves et déroulement

grand oral 2021 préparer ses élèves

Le Grand oral fait désormais pleinement partie des épreuves du baccalauréat. Il concerne les candidats au bac général et technologique et fait l’objet d’une préparation dès la classe de seconde. Professeurs, comment aider vos élèves à réussir cette épreuve inédite ? Comment celle-ci se présente-t-elle ? Quelles ressources pédagogiques vous permettent d’entraîner votre classe à s’exprimer avec aisance et pertinence ? Dans cet article, les experts du Projet Voltaire vous donnent des conseils et des outils. 

SOMMAIRE : 

I. Qu’est-ce que le Grand oral du baccalauréat ?

La réforme du baccalauréat

Annoncée par le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer en 2018 et mise en place à la rentrée 2020 pour les classes de terminale, la réforme du baccalauréat a constitué un véritable virage éducatif. Mieux préparer les élèves aux études supérieures et à leur entrée dans le monde professionnel : telle était l’ambition affichée 

Les filières, longtemps considérées comme discriminantes, ont été supprimées pour laisser place à des spécialités choisies dès la classe de seconde par les lycéens selon des critères et souhaits personnels. 

L’examen du baccalauréat intègre à présent le contrôle continu. Toutes les évaluations communes qui ont eu lieu aux 2e et 3e trimestres de l’année de première et au 3e trimestre de l’année de terminale comptent pour 40 % de la note finale. Les 60 % restants se répartissent dans quatre épreuves :  

  • l’épreuve écrite et orale de français en classe de première (ou épreuves anticipées) ;  
  • l’épreuve écrite de philosophie en classe de terminale ;  
  • deux épreuves écrites sur les enseignements de spécialité sélectionnés par le candidat ;  
  • l’épreuve du Grand oral préparée au cours de l’année de terminale. 

Tout ne se passe donc plus en centre d’examen, et le Grand oral constitue une épreuve pas tout à fait comme les autres. 

Les objectifs

Cette épreuve, qui se tient en fin d’année de terminale, a pour objectif d’évaluer la maîtrise de l’expression orale et la capacité de l’élève à défendre un propos convaincant. Son rôle est d’anticiper la poursuite des études dans l’enseignement supérieur, où l’oral a une place importante. 

préparer ses élèves au épreuves orales du baccalaureat

Le déroulé de l’épreuve

Le candidat aura choisi pendant son année de terminale deux questions correspondant à ses enseignements de spécialité. Ces questions peuvent soit aborder l’une des spécialités, soit traiter d’un thème transversal à ces deux enseignements.  

Sur le même modèle que l’oral de français, cette nouvelle épreuve se déroule en trois étapes. Après avoir présenté les deux questions au jury, l’élève disposera d’un temps de préparation de 20 minutes pour rassembler ses idées et construire un argumentaire autour de la question sélectionnée par le jury. 

  • Un temps de 5 minutes lui sera ensuite accordé pour justifier la problématique choisie et convaincre ses interlocuteurs. Cette présentation se fait sans notes. À noter qu’il est possible, pour les candidats qui le souhaitent, de présenter cette première partie dans la langue étrangère ou régionale de la spécialité.  
  • Dans un second temps, l’élève échangera pendant 10 minutes avec le jury et pourra s’appuyer sur les supports créés en amont et sur son programme de terminale pour appuyer les arguments exposés.  
  • Les 5 dernières minutes sont consacrées à l’échange sur le projet d’orientation du candidat. Ce dernier devra répondre aux questions posées par le jury. Il s’agit ici d’évaluer la capacité de l’élève à mener à bien une réflexion personnelle par le biais d’exemples concrets.

La grille d’évaluation

Comme les autres épreuves du baccalauréat, celle-ci est notée sur 20. Le candidat sera évalué sur sa capacité à argumenter de façon claire et pertinente à partir de ses connaissances dans un temps imparti, ainsi que sur la qualité de ses connaissances. L’esprit critique et la prise de recul seront appréciés pour démontrer sa curiosité sur le sujet mené et sa motivation sur le projet visé.  

L’engagement des propos tenus et la capacité à convaincre un public extérieur permettront au candidat de mettre en avant ses qualités oratoires. Cette épreuve met également en lumière l’autonomie et la responsabilité acquises au cours de l’année de terminale, deux compétences fondamentales pour entrer dans la vie professionnelle.

Critères d’évaluation pris en compte par le jury :

grille d'évaluation du grand oral du bac

Le jury est composé de deux enseignants de matières différentes, dont un qui représente une des spécialités sélectionnées par le candidat. Ces enseignants sont choisis parmi les examinateurs et correcteurs de l’académie dans laquelle se présente le candidat.

Le coefficient

coefficient nouveau baccalaureat

Le coefficient du Grand oral est le suivant : 

  • il compte pour 10% des points au bac général ; 
  • il compte pour 14% des points au bac technologique.

Quelles différences avec les TPE ?

Les « travaux personnels encadrés » sont plus connus sous le nom de TPE. Les élèves de première n’ont plus à présenter cette épreuve dans leur cursus de formation. Cet enseignement, qui avait pour but d’approfondir les compétences transversales des élèves et le travail en équipe, a été remplacé par le Grand oral.  

Sur le fond, l’épreuve se rapproche beaucoup de ces travaux pratiques, qui proposaient aux élèves de s’approprier une problématique et d’en proposer une réflexion personnelle à partir d’une analyse et d’importants travaux de recherche.  

Cette liberté d’expression est fortement appréciée par les élèves, qui voient en cet exercice l’occasion de parler d’un sujet qui leur tient à cœur et une certaine liberté également sur le rendu final. Une différence est néanmoins notable : le Grand oral est une épreuve individuelle, contrairement aux TPE.

II) Comment préparer mes élèves au Grand oral ?

À partir de quelle classe faut-il préparer l’élève ?

Bien qu’il ne soit pas obligatoire de préparer ses élèves dès la classe de seconde, il sera plus confortable pour eux de recevoir cet apprentissage le plus tôt possible. Ainsi, ils s’approprieront plus facilement le sujet, et montreront plus d’aisance le jour du Grand oral. Cette épreuve demande un entraînement progressif pour ancrer durablement une méthodologie qui sera efficace et utile pour la suite de leur parcours, scolaire comme professionnel.  

La compétence orale n’est pas innée, mais s’acquiert par la pratique : exercices, mise en situation, échanges… S’entraîner à prendre la parole devant la classe est un bon moyen de familiariser les élèves avec l’épreuve. L’enseignant a donc un rôle majeur à jouer dans cet apprentissage, c’est pourquoi il est intéressant de l’intégrer dès les premiers mois du parcours scolaire au lycée.

travailler l'oral avec ses élèves

Comment choisir les questions ?

La qualité de l’argumentation représente une part importante de la notation finale. Plus le candidat tiendra un discours clair et justifié, plus son évaluation sera positive. Pour encourager les élèves à s’engager et être efficaces le jour de l’oral, il existe de nombreuses solutions d’accompagnement qui les aideront à préparer au mieux cette prise de parole, souvent source de stress et de préoccupation.  

Par exemple, vous pouvez utiliser le programme de l’année ou des situations personnelles pour les entraîner à pratiquer l’oral. Ces exercices les conduiront à travailler leur réflexion et à mettre en forme leurs idées.  

Tout comme on ne naît pas en sachant écrire, la prise de parole devant un public nécessite un apprentissage continu et requiert l’acquisition de codes précis. Il est important de préciser que l’élève montrera plus d’assurance face à son public s’il s’exprime sur un sujet qu’il maîtrise, autrement dit un sujet qui le passionne ou par lequel il se sent concerné.  

Plus il sera familiarisé avec la question et plus son discours aura de chance d’être audible et convaincant. Il est donc primordial de laisser le choix de la problématique au lycéen et de lui accorder une certaine liberté sur l’analyse et les recherches personnelles.  

Bien que les problématiques puissent être préparées en groupe, la réflexion autour de la question devra être individuelle. En effet, plusieurs candidats peuvent présenter la même question le jour de l’oral, mais l’argumentation devra varier selon les élèves. 

La solution Projet Voltaire Mon oral

projet voltaire mon oral préparation au grand oral

Pour vous accompagner dans la préparation de l’épreuve, le Projet Voltaire a co-conçu avec des enseignants un outil qui s’utilise en asynchrone et en distanciel pour entraîner vos élèves à réussir leurs oraux. Personnalisable par chaque professeur, cette méthode brevetée s’adapte aux besoins de vos classes et vous donne accès à la progression de chacun grâce à un portail de suivi statistique. Ce dispositif vous permettra d’évaluer la compétence orale avec précision et impartialité en faisant la distinction entre la qualité de l’argumentaire et la manière de prendre la parole.  

Son approche ludique dédramatise le passage à l’oral pour les élèves. Grâce à son système de grilles d’évaluation personnalisables, il s’adapte aux enjeux de chaque enseignant, pour en faire un outil évolutif, collaboratif et interdisciplinaire.  

Avec Projet Voltaire Mon oral, les élèves se forment au fil de l’année aux attendus de toute prestation orale. Ils s’approprient les grilles d’évaluation officielles et améliorent leur capacité à argumenter. Multiplier les oraux blancs est enfin possible. De quoi aborder sereinement examens, soutenances, entretiens ou concours.

Je découvre l’outil Mon Oral

Comment impliquer les lycéens dans ce projet ?

Nombreux sont les élèves qui redoutent le passage de cette épreuve finale. Pour les motiver, il est important de leur préciser que cet exercice leur sera profitable tout au long de leurs études et sera indispensable pour leur entrée dans le monde professionnel.  

Face à des recruteurs, des maîtres de stage, des jurys, des clients, ils devront prendre la parole sur des sujets qu’ils ne maîtriseront pas forcément ; le Grand oral, dans ce sens, permet de leur montrer qu’ils ont toute légitimité pour parler, et ce, quelle que soit la situation, quel que soit leur interlocuteur.  

Pour illustrer l’importance de l’oral dans notre quotidien, vous pouvez leur présenter des témoignages de professionnels en lien avec leur spécialité ou faire intervenir des étudiants pour susciter leur curiosité et les faire réagir sur l’importance de maîtriser la langue et l’expression.

III) Les outils pédagogiques à la disposition des enseignants pour la préparation du Grand oral

Malgré les ressources diffusées par l’Éducation nationale, les enseignants peuvent parfois se sentir démunis quant à la préparation. Ils ne disposent pas d’outil spécifique pour entraîner les élèves à acquérir ces compétences. Dès lors, comment cibler les bonnes compétences ? Comment évaluer la prise de parole ? Quels outils mettre à leur disposition ?

grand oral du bac 2021

Structurer la préparation

Cette épreuve évalue à la fois le fond et la forme de la prestation orale du candidat. Il est donc primordial de privilégier certains aspects basés sur les attendus du jury.

S’approprier la grille d’évaluation : c’est en connaissant les critères sur lesquels ils seront évalués que vos élèves pourront réellement améliorer leur performance le jour J. Il est primordial de consacrer plusieurs séances à la compréhension et à l’utilisation de la grille d’évaluation. 

Vous pouvez par exemple diffuser des débats, interviews, discours… et leur demander d’évaluer eux-mêmes la prise de parole de l’orateur à l’aide de la grille de notation, pour qu’ils s’approprient les critères sur lesquels ils vont être eux-mêmes évalués.  

Savoir prendre la parole : le candidat présentera, le jour de l’oral, son raisonnement selon un fil conducteur qu’il aura lui-même construit. Il devra également tenir compte du temps de parole imposé par le jury, c’est pourquoi il est recommandé de chronométrer les élèves pendant leurs sessions d’entraînement.  

À ce stade, vous jouez le rôle de conseiller. Il est important de les laisser maîtres de leurs choix ; ils doivent organiser eux-mêmes leur argumentation pour la mémoriser plus facilement.  

Mettre en avant son savoir, son savoir-être et son savoir-faire : au cours de cet oral, le candidat devra mettre en lumière les connaissances acquises au cours de ses dernières années scolaires et justifier le choix de sa spécialité.  

Il est indispensable d’accompagner les élèves pour les conseiller et leur donner des pistes à exploiter pour la rédaction de leur projet professionnel.  

Savoir anticiper une question et interagir avec un public extérieur : les deux dernières parties de l’épreuve demandent au candidat de prendre des initiatives et de montrer sa capacité d’écoute et de reformulation.  

Pour cet exercice, nul besoin de chercher très loin : votre programme peut être un excellent support pour entraîner les élèves à reformuler une interrogation et proposer un argument recevable en réponse. 

Maîtriser sa gestion du temps : il est primordial de se souvenir qu’on ne dispose que de 20 minutes pour réaliser sa présentation. Il convient donc d’être efficace et de s’assurer rapidement que les idées principales sont présentes dans l’exposé réalisé. 

Prendre en main la grille d’évaluation

Pour évaluer la prestation de vos élèves, vous pouvez reprendre la grille de notation proposée par l’Éducation nationale, mais rien ne vous empêche de créer votre propre grille inspirée de la grille officielle. L’objectif est que vous soyez à l’aise avec la méthodologie afin de préparer les élèves sereinement. Plus tôt ils assimileront la grille d’évaluation, plus leur prestation aura de chances d’être qualitative. Chacun doit être en mesure de s’auto-évaluer et de déterminer lui-même ses axes d’amélioration. Des activités de co-évaluation sont intéressantes à mener, une fois la grille de notation maîtrisée par toute la classe.

S’entraîner grâce au Projet Voltaire 

La capacité à prendre la parole à l’oral ne s’improvise pas… et en la matière, tout le monde n’est malheureusement pas logé à la même enseigne. Aisance naturelle, participation préalable à un concours d’éloquence, ou autre raison… Le fait est que certains lycéens disposent de compétences solides en expression et en orthographe. D’autres non. 

Le meilleur moyen de leur faciliter les choses est de les encourager à prendre la parole et à écrire le plus souvent possible. Ainsi, on se rend mieux compte de difficultés éventuelles en expression, et on est en mesure de reprendre et de corriger. Sachez-le : le Projet Voltaire permet d’améliorer son expression grâce à plusieurs modules que vous pouvez utiliser avec vos élèves.

J’aide mes élèves à améliorer leur orthographe et leur expression

Peut-on parler d’épreuve phare ?

Le Grand oral ne doit certainement pas être négligé, et ce au moins pour deux raisons. En premier lieu, cette épreuve compte de manière significative dans les résultats du bac (et l’obtention éventuelle d’une mention). En second lieu, elle constitue un premier pas vers le monde du travail, dans la mesure où le candidat doit justifier à la fois d’un parcours et d’un choix et justifier son projet d’orientation. D’une certaine manière, cette épreuve peut préfigurer un entretien d’embauche. Il est donc important de préparer ses élèves avec soin. 

Articles liés

Laissez un commentaire
*