L’évaluation des connaissances, un levier d’engagement pour la formation et un enjeu pour Qualiopi

Anciennement connue sous le nom de PCIE – passeport de compétences informatique européen –, la certification ICDL est le leader international de la certification des compétences numériques. Depuis 1996, ICDL France est engagé dans la reconnaissance des compétences numériques. Christopher Sullivan, directeur général d’ICDL France, partage, au travers de ce témoignage, les fondamentaux pour engager les formateurs et motiver les apprenants.

Pouvez-vous vous présenter et définir votre rôle au sein de l’ICDL ?

Je travaille dans le secteur de la formation depuis un peu plus d’une quinzaine d’années et je dirige la branche française de la certification ICDL. Depuis peu, je suis également administrateur de la FFP (Fédération de la formation professionnelle) et coprésident de la commission Numérique, ce qui me permet d’interagir avec les acteurs majeurs de la formation en France.

Pouvez-vous présenter la certification ICDL ?

ICDL, anciennement connue sous le nom de « passeport de compétences informatique européen », est une certification qui existe dans plus de 170 pays avec plus de 17 millions de certifiés à travers le monde. Nous existons en France depuis plus de 25 ans et comptons 300 000 certifiés. Nous couvrons plus de 35 logiciels sur lesquels il est possible de se certifier dans plus de 800 centres d’examen.

Pourquoi l’évaluation avant une formation est-elle importante ?

Il y a une différence entre la perception de notre niveau et la réalité. L’évaluation de nos connaissances est intéressante, car elle permet une remise en question. Cette prise de conscience permet d’intégrer de nouvelles compétences et assure une progression. Lorsque vous proposez une évaluation aux collaborateurs d’une entreprise par exemple, l’appréciation va être objective et va mettre en évidence un besoin éventuel de formation. L’évaluation est donc très intéressante sur le plan pédagogique et commercial. 

Si elle est suffisamment bien faite, l’évaluation avant la formation va vous permettre d’optimiser vos formations et de les cibler. L’offre de formation peut être personnalisée en fonction de ce que la personne sait faire ou ne sait pas faire.

Comment motiver les apprenants à se soumettre à une évaluation ?

Dans le cadre d’une formation en entreprise, certains collaborateurs s’opposent à l’idée d’être évalués par peur d’être jugés. Pour pallier ces difficultés, il est important de sensibiliser et d’avoir une vraie pédagogie sur l’intérêt de cette évaluation. Il s’agit de ne pas présenter l’évaluation comme une sanction, mais bien comme un axe d’amélioration pour être plus à l’aise dans le domaine de compétences concerné.

Quelles solutions pour engager ses collaborateurs ?

Chaque acteur au sein d’une entreprise a un rôle à jouer pour embarquer le personnel dans cette démarche. Si on prend l’exemple d’un DRH, il se doit d’accompagner le salarié tout au long de l’évaluation en s’assurant qu’il ne rencontre pas de difficultés particulières. De par cette approche, il sera plus facile de motiver le personnel à suivre une formation.

Est-il plus judicieux de proposer une évaluation pendant ou après la formation ?

L’évaluation pendant la formation permet aux apprenants de constater leur marge de progression assez tôt. Ainsi, la motivation va augmenter et ils vont continuer de s’investir pour élargir leur socle de compétences. Elle est aussi intéressante pour visualiser les objectifs. Plus vous allez avancer dans votre formation, plus vous allez constater cette réussite en atteignant les différents objectifs fixés. À noter qu’il est possible de proposer cette évaluation à plusieurs moments pendant la formation. 

L’évaluation post-formation permet de mesurer la progression des compétences. Elle apporte à l’apprenant une certaine satisfaction, car elle met en lumière les acquis. C’est aussi le moyen de fournir à un donneur d’ordre un retour sur investissement au travers des compétences et des objectifs atteints. C’est encore plus enrichissant si vous avez une certification à la clé.

Quels outils d’évaluation utiliser ?

Il est important d’utiliser des outils d’évaluation indépendants. Si vous développez vos propres outils, vous prenez le risque que les personnes en face de vous vous reprochent de vendre vos propres formations par le biais de ces évaluations. Il est important que l’outil que nous utilisons pour évaluer soit indépendant du centre, justement pour apporter un regard objectif sur le niveau de compétences. Il existe aujourd’hui un grand nombre de solutions, quel que soit le domaine de formation.

Quel lien faites-vous avec la certification Qualiopi ?

La notion de qualité se démocratise dans le domaine de la formation avec l’évaluation des stagiaires, des formateurs ou encore de l’organisme de formation. Cette certification permet aux acteurs de la formation d’avoir une offre de services de meilleure qualité pour tous les bénéficiaires. Les nouvelles entrées en vigueur annoncées pour l’année 2021-2022 ont pour objectif de sécuriser les parcours de formation au travers d’une certification qui reconnaît les compétences de chaque individu.

L’évaluation est un levier d’engagement intéressant pour toute entreprise qui souhaite développer les compétences de ses salariés. Comment le résumeriez-vous ?

Prendre conscience de son niveau réel, c’est certes une remise en question, mais c’est surtout un bon moyen de progresser. La finesse et la qualité de l’évaluation permettent d’optimiser les différents parcours de formation. La personnalisation encourage l’implication des salariés, dès lors qu’ils sentent que la formation est adaptée à leurs besoins et à leur niveau. Il est important de comprendre que l’auto-évaluation est peu pertinente pour évaluer réellement son niveau réel. Mesurer la progression de vos collaborateurs permet d’évaluer l’efficacité de la formation et du formateur Si vous avez une mesure indépendante, elle sera d’autant plus crédible et valorisante pour votre centre.

Articles liés