Entraîner ses élèves à la prise de parole avec Projet Voltaire Mon oral : le retour d’expérience d’un enseignant en école supérieure

Marc Carrey est professeur en génie civil à l’IUT de Bordeaux. Dans le cadre de son programme universitaire, il a été amené à utiliser l’outil Mon oral pour professionnaliser l’apprentissage des étudiants. Il nous livre son retour d’expérience.

Comment avez-vous découvert la méthode Mon oral ?

Il est très compliqué aujourd’hui de mettre les étudiants en situation réelle et le distanciel n’arrange pas les choses. Cette perte de temps nous a conduits à repenser notre méthodologie de travail. C’est en discutant avec des collaborateurs que j’ai découvert la méthode Mon oral proposée par le Projet Voltaire.

Quel constat vous a amené à vouloir entraîner vos étudiants à cette compétence ?

Issus de parcours différents, les jeunes arrivent en études supérieures avec certaines carences, que ça soit en expression écrite ou orale. En plus de ces difficultés déjà identifiées, les contenus proposés en classe ne traitent plus des questions grammaticales, orthographiques, de syntaxe… On se retrouve donc avec des jeunes qui ont un déficit de vocabulaire, de syntaxe, d’orthographe qui les met en péril lors des phases de sélection pour entrer dans l’enseignement supérieur ou dans le monde professionnel. 

Face à ce constat, j’ai essayé plusieurs méthodes. Très vite, je me suis aperçu que les exercices en masse n’intéressaient pas les étudiants ; j’ai donc eu recours à des outils numériques dont le Projet Voltaire pour redonner envie à chacun de devenir acteur de sa propre formation. 

À travers l’utilisation du numérique, j’ai pu leur faire prendre conscience qu’il était important d’acquérir ces compétences, fondamentales pour l’insertion professionnelle.

Quelle plus-value trouvez-vous à l’outil Mon oral ?

J’ai trouvé un intérêt majeur à cet outil pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je trouve que la solution est ludique et facile à prendre en main. En tant qu’enseignant, ça nous enlève un poids : on leur transmet les consignes sans se soucier des contraintes techniques. 

Le système vidéo de la plateforme permet d’entreprendre des séquences pédagogiques plus ou moins difficiles selon les niveaux. Il est possible d’augmenter ou de diminuer la cadence de manière à mettre en valeur l’acquisition des compétences. 

Ensuite, l’outil permet de revenir sur des valeurs fondamentales que l’on retrouve dans l’univers professionnel. Techniquement, la solution va les aider à préparer un acte de communication avec un temps d’analyse, une cible, un objet de communication… Ces phases permettent progressivement à l’étudiant de s’acclimater et de s’adapter à la méthodologie.

Quelle a été votre première appréciation par rapport à cette solution ?

C’est un investissement personnel, mais intellectuellement parlant, j’y ai trouvé un grand intérêt. Très rapidement, les étudiants travaillent sur un sujet donné et prennent conscience de l’enjeu qui se cache derrière la prise de parole. Par l’intermédiaire de cet exercice, ils se rendent compte de certains tics de langage et apprennent des moyens mnémotechniques pour structurer un discours.

Comment vous êtes-vous approprié la plateforme ?

J’ai pris soin de créer ma propre grille d’évaluation pour adapter mes arguments en fonction de ma spécialité ou d’une thématique particulière. Je propose également à mes étudiants de s’évaluer entre eux et d’endosser le rôle de jury pour prendre conscience des axes d’amélioration. Cet exercice oblige à une certaine concentration et à une grande écoute. Les commentaires servent à l’ensemble de la classe et permettent une progression générale. L’outil offre une liberté pédagogique permettant de diversifier les consignes et de créer des thématiques qui motivent les jeunes.

Quelle est la place de l’expression orale dans vos parcours de formation ?

Très vite, on se rend compte que la réussite amène la motivation. L’investissement n’a plus d’importance lorsqu’ils réussissent et, finalement, ce sont eux qui vont faire la promotion de l’outil. Ils se motivent entre eux et comprennent que l’expression orale a un vrai intérêt et peut impacter l’image de soi ou d’autrui selon la qualité du discours tenu. On ne s’improvise pas orateur du jour au lendemain : ça demande d’acquérir une certaine méthodologie et de se préparer en amont. 

Outre la réussite scolaire, ils sont également confrontés au milieu professionnel par l’intermédiaire des stages qui leur permettent de valider leur cursus universitaire. Les recruteurs étant de plus en plus sensibles au niveau d’orthographe et d’expression des candidats, les étudiants prennent conscience de l’importance des oraux et arrivent à se mettre en avant. Notre rôle est de les accompagner dans la prise de parole qui favorisera leur insertion professionnelle. On n’est plus là en tant qu’enseignant d’une matière spécifique, mais plutôt comme un acteur complémentaire pour les aider dans leur projet et rectifier des erreurs s’il y en a.

Comment la crise sanitaire a-t-elle accéléré l’utilisation d’outils numériques ?

La crise sanitaire a imposé le travail en distanciel, nous forçant à nous adapter à de nouveaux outils numériques. Cette pandémie a mis en lumière la pratique de l’oral. On s’en rend compte par l’intermédiaire des CV qui sont de plus en plus sous format vidéo. 

L’apport du numérique permet une certaine autonomie et une maturité intellectuelle chez les étudiants, et les résultats sont là. De plus, cette pratique favorise l’acquisition de nouvelles compétences en orthographe, en syntaxe…

Comment la maîtrise du français favorise-t-elle l’insertion professionnelle des étudiants ?

Le système double orthographe-expression permet d’accompagner les jeunes dans la réussite de leur parcours en leur montrant qu’il existe des recours pour favoriser leur entrée dans le monde professionnel. Un des plus gros avantages de la plateforme, c’est son accessibilité : l’outil est disponible depuis un portable ou un ordinateur facilitant la connexion n’importe où et n’importe quand.

Est-ce que vous conseilleriez Mon oral à d’autres enseignants ?

La plateforme permet de rectifier certains tics de langage que l’on traîne avec le temps. Son côté ludique favorise l’apprentissage de certaines méthodologies qui sont utiles dans le parcours scolaire et professionnel. Les employeurs étant sensibles au niveau de langage, il est primordial de mettre en avant la pratique orale le plus tôt possible dans l’enseignement. Le côté réel de l’outil sur cette forme orale est une vraie valeur ajoutée qui peut servir pour élaborer des choses pédagogiquement.

Articles liés

Laissez un commentaire
*