Questions d'orthographe Les règles d’orthographe du quotidien expliquées

« vous contrefaisez » ou « vous contrefaites » ? La conjugaison du verbe « contrefaire »

Qui n’a jamais écrit « vous contrefaisez une signature » pour « vous contrefaites une signature » ?

« aussi que » ou « autant que » ?

« Aussi que » s’emploie avec un adjectif ou un adverbe, « autant que » avec un nom ou un verbe. Aussi grand qu’eux, aussi vite qu’eux... Autant d’exemples que vous voudrez.

« Au jour d’aujourd’hui » est-il un pléonasme ?

Rarement tic de langage n’aura plus divisé les Français ! « Au jour d’aujourd’hui » : certains l’emploient spontanément, se moquant qu’il soit redondant. D’autres bannissent l’expression, s’agacent en l’entendant. A-t-on raison d’être aussi intransigeant ? Avant de trancher une bonne fois pour toutes, quelques arguments : Genèse d’un vieux pléonasme Ce n’est pas l’histoire de Oui-Oui, mais celle de hui, un petit mot d’ancien français né au XIe siècle, qui signifiait « le jour où l’on est ». Il avait un ancêtre latin hodie, et deux cousins, hoy l’espagnol et oggi l’italien. Hui avait la belle vie, jusqu’à ce qu’on le trouve trop court et qu’on lui ajoute...

« caféine » ou « caféïne » ?

Le stylo tremblant entre vos doigts parce que vous aviez absorbé trop de caféine, vous avez mis deux points sur le « i » de ce dernier mot au lieu d’un seul. Sinon, jamais vous n’auriez commis cette faute !

« c’est moi qui ai » ou « c’est moi qui a » ? « c’est moi qui fais » ou « c’est moi qui fait » ?

— Est-ce moi qui va devoir t’apprendre la grammaire ?
— Si j’en crois mes oreilles, ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela !

« elle s’est faite faire » ou « elle s’est fait faire » ?

C’est une erreur bien compréhensible que de vouloir suivre les règles générales d’accord du participe passé pour le verbe « faire » et d’écrire « elle s’est faite renvoyer » au lieu de « elle s’est fait renvoyer », ou « les stagiaires qu’elle a faits embaucher » au lieu de « les stagiaires qu’elle a fait embaucher ».

« cote » ou « côte » ?

Si l’on vous demande d’écrire : « S’étant brisé deux côtes, le président éveille la sympathie des Français et voit sa cote de popularité remonter », saurez-vous placer sans hésiter l’accent circonflexe sur la bonne « cote » ?

« ni » ou « n’y » ?

S’ils se prononcent de la même façon, « ni » et « n’y » n’ont rien en commun. Aussi ne faut-il pas écrire « il ni voit rien » mais « il n’y voit rien ».

« les cent euros que cela m’a coûtés » ou « les cent euros que cela m’a coûté » ?

Dans cette phrase, « les cent euros » semble être un COD, et on a envie d’accorder le participe passé en conséquence.

« intéresser » ou « interresser » ?

Plus le mot est long, plus le risque de faire des erreurs est grand : voilà qui explique sans doute pourquoi l’on trouve parfois écrit « désinterressement » pour « désintéressement ».

« jusque chez lui » ou « jusqu’à chez lui » ?

Doit-on dire qu’il a marché « jusque chez lui » ou « jusqu’à chez lui » ?

« les bleu ciel », « les bleus ciel » ou « les bleus ciels » ?

« Les bleus ciel du tableau » sont-ils des « bleus clairs » ou des « bleu-gris » ? Et surtout, comment faut-il les écrire ?