Améliorer sa grammaire et son orthographe – 10 astuces et 10 règles

« Faire quelques fautes n’est pas très grave », entend-on parfois. « Tout le monde en fait. » Certes, mais cela peut avoir des conséquences. En atteste cette étude Ipsos réalisée à la demande du Projet Voltaire et publiée en octobre 2021. Elle indique que, pour 83 % des recruteurs, les fautes de grammaire, de conjugaison et d’orthographe constituent un critère rédhibitoire à l’embauche. Mieux vaut donc les éviter autant que possible. Comment ?

Il ne suffit pas bien sûr de lire un article comme celui-ci… mais les conseils donnés ci-après permettent tout de même d’en éliminer une grande partie. Nous vous proposons par ailleurs de (re) découvrir une petite sélection de grandes règles de grammaire à maîtriser. Enfin, découvrez nos offres de formation en grammaire, orthographe et expression.

Progressez en orthographe et en expression grâce à nos formations

Sommaire

Améliorer sa grammaire grâce au Projet Voltaire

10 astuces pour ne plus faire de fautes de grammaire et d’orthographe

1- S’appuyer sur ses connaissances

Non, vous n’ignorez pas tout en grammaire ! Vous avez forcément des souvenirs ! Même si vous écrivez peu, vous connaissez des règles. L’accord de l’adjectif avec le nom par exemple. Ou bien l’accord du verbe avec son sujet. Oui, ce sont des choses simples (encore que…) mais ce sont des bases solides. Tentez tout d’abord de vous rappeler ce que vous maîtrisez déjà. Prenez quelques minutes, notez sur une feuille ce que vous savez faire. Cela vous mettra en confiance pour la suite.

2- Identifier ses lacunes

Dès lors que vous souhaitez améliorer votre niveau, un « état des lieux » est nécessaire. Sur quels mots butez-vous régulièrement ? Vos difficultés concernent-elles plutôt la grammaire, l’orthographe ou la conjugaison ? Y a-t-il des remarques que l’on vous fait régulièrement sur votre niveau d’écriture ou d’expression ? Si vous êtes en mesure de repérer vos lacunes, c’est par cela qu’il faut commencer. Vous verrez, beaucoup de difficultés s’estompent dès lors qu’on les affronte !

3- Acheter une méthode d’orthographe et de grammaire

Rassurez-vous, toutes les méthodes ne sont pas austères ! Le Projet Voltaire répertorie sur cette page plusieurs ouvrages rédigés par ses experts. Ils permettent de revenir sur les fondamentaux de la grammaire française. Sinon, pourquoi ne pas vous laisser tenter par Exercices d’orthographe pour les Nuls de Julien Soulié ? Humour garanti !

4- Utiliser des applications d’orthographe

Vous disposez peut-être déjà d’applications pour faire du sport, pour faire la cuisine, pour compter vos pas… Pourquoi ne pas en ajouter une qui permet de mieux maîtriser la langue française ? Il en existe beaucoup. L’une d’entre elles correspondra certainement à vos attentes. Notez que le Projet Voltaire dispose de son application :

5- Faire des dictées en ligne

C’est une méthode efficace pour progresser, pour peu que vous commenciez au bon niveau. Inutile en effet de s’infliger un exercice « à la Pivot » si l’on souhaite revoir les bases de la grammaire ! YouTube regorge de vidéos qui vous aideront. Là encore, il vous suffit de travailler de manière régulière. Ainsi, vous progresserez. N’hésitez pas par ailleurs à refaire les mêmes dictées d’une semaine sur l’autre, afin de mesurer vos progrès. Notez-le, le Projet Voltaire propose chaque dimanche une dictée sur Facebook et Twitter !

6- S’imposer une règle par jour : « é » ou « er », « leur » ou « leurs », etc.

Autre possibilité : apprendre ou réapprendre une règle de grammaire par jour, tout simplement ! Faut-il écrire « é » ou « er » à la fin de ce verbe ? Comment utiliser l’expression « bien que » ? Faut-il écrire « je suis allé » ou « j’ai été » ? Comment accorder « demi » ? Faut-il écrire « leur » ou « leurs » ? Une fois votre liste établie, il suffit de vous tenir à votre engagement initial : faire en sorte d’en maîtriser chaque jour une de plus ! En seconde partie de cet article, nous proposons une sélection de règles importantes de la grammaire française.

7- Se relire attentivement et à haute voix

Il est indispensable de se relire avec attention afin de détecter ses propres fautes. Il est possible aussi de se faire relire par un(e) collègue ou un(e) ami(e), surtout si le message est important. Enfin, n’hésitez pas à vous relire à haute voix. Cela permet de mesurer plus facilement la qualité de votre texte et de repérer d’éventuelles « lourdeurs » – comme des répétitions – qui, sans être des fautes, peuvent appesantir votre prose.

8- Lire le plus possible, au moins 30 minutes par jour

Plus on lit, plus on se confronte à la grammaire et à l’orthographe, et moins on fait de fautes. Ainsi, le Projet Voltaire vous conseille de lire au moins 30 minutes par jour. Le matin en vous levant, en prenant votre café, dans le métro, le soir… Quand vous le souhaitez en fait, mais lisez, vous n’en écrirez que mieux !

9- Faire des phrases courtes

Quand une phrase est longue, elle contient souvent de nombreuses propositions subordonnées, beaucoup d’accords… Ne plus faire de fautes, c’est aussi s’entraîner à écrire simplement. Fixez-vous les règles suivantes : pas de phrase de plus de deux lignes, une idée par paragraphe. Ainsi, vous éviterez sans doute de nombreuses erreurs.

10- Réviser avec le Projet Voltaire

Dernier conseil : profitez des offres du Projet Voltaire, bien sûr ! Avec ou sans coaching, vous pouvez bénéficier de formations efficaces ou de modules de révision en ligne. Attestez vos progrès et votre maîtrise de la langue en passant le Certificat Voltaire.

Je découvre les offres de formation du Projet Voltaire

10 règles de grammaire à connaître absolument

1- « é » ou « er » ?

Vous hésitez ? Remplacez tout simplement votre verbe du premier groupe par un autre, du deuxième ou du troisième groupe : finir, prendre, etc. Si vous obtenez un infinitif, il faut écrire « er ». Sinon, il faut écrire « é ».

Découvrez la règle en détail : « é » ou « er »

2- « ses » ou « ces » ?

« ces » est un adjectif démonstratif, et « ses » est un adjectif possessif. Le premier s’emploie quand on peut le remplacer par « ce », « cet » ou « cette » au singulier. Le second s’emploie quand on peut le remplacer par « son » ou « sa » au singulier.

Découvrez la règle en détail : “ses” ou “ces”

3- « on » ou « ont »

« On” est un pronom indéfini, et « ont » est le verbe « avoir » conjugué à la troisième personne du pluriel. Si vous pouvez remplacer le mot par « avaient » dans votre phrase, il faut écrire « ont ». Sinon, c’est « on ». C’est on ne peut plus simple, pas vrai ?

Découvrez la règle en détail : “on” ou “ont”

4- « a » ou « à »

« À » est une préposition et « a » est le verbe « avoir » conjugué à la troisième personne du singulier. De même que dans le cas précédent, si vous pouvez remplacer le mot par « avait », il faut écrire « a ». Sinon, c’est « à ».

Découvrez la règle en détail : “a” ou “à”

5- « à l’intention » ou « à l’attention » ?

« À l’attention » s’emploie pour désigner un destinataire : « Cette lettre est à l’attention du président. » « à l’intention » signifie plutôt « en l’honneur de » : « Ces festivités ont été organisées à l’intention de Carole, qui part à la retraite. »

Découvrez la règle en détail : “à l’attention” ou “à l’intention »

6- L’accord des couleurs

Comment accorde-t-on les adjectifs de couleur ? C’est très simple ! L’adjectif de couleur s’accorde en genre et en nombre (des chats noirs, des robes blanches). Mais si un nom est utilisé comme un adjectif de couleur, il devient invariable : marron, orange, etc. On écrit donc : « des maillots orange ». « Écarlate », « fauve », « incarnat », « mauve », « pourpre » et « rose » font exception.

Découvrez la règle en détail : l’accord des couleurs

7- Bien employer « bien que »

C’est très simple : avec « bien que », comme avec « afin que », « pour que », « jusqu’à ce que », et « quoique », le verbe qui suit est toujours au subjonctif : « Bien qu’il soit des nôtres, je me méfie de lui. »

Découvrez la règle en détail : “bien que”

8- Futur ou conditionnel ?

« Je viendrai si j’ai le temps » et « je viendrais si j’avais le temps ». La confusion entre futur et conditionnel est fréquente. Là encore, usez du remplacement. Si vous pouvez remplacer par « nous viendrons », c’est que vous êtes au futur, il faut donc écrire « je viendrai ». En revanche, si vous pouvez remplacez par « nous viendrions », vous êtes au conditionnel, il faut donc écrire « je viendrais ».

Découvrez la règle en détail : futur ou conditionnel

9- « notre » ou « nôtre » ?

Une fois de plus, un petit accent change tout. « Notre » et « votre » sont des adjectifs possessifs que l’on place devant un nom : « Votre voiture », « Notre maison ». « Vôtre » ou « nôtre » est un nom et s’emploie donc comme tel : « c’est le nôtre », « c’est le vôtre ».

Découvrez la règle en détail : “notre” ou “nôtre”

10- « cent » ou « cents » ? « mille » ou « milles » ?

Terminons par une question d’accord. « Cent » et « mille » prennent-ils la marque du pluriel ? Dans le cas de « cent », oui, dès lors qu’il est multiplié (deux cents, trois cents…) mais il perd cette marque s’il est suivi d’un autre adjectif numéral (deux cent quarante personnes). Quant à « mille », il est invariable (deux mille, trois mille…) sauf si l’on parle du mille marin.

Découvrez les règles en détail : cent et mille

Découvrez également sur ce blog :

Articles liés

Laissez un commentaire
*