Conjonctions de subordination

« Nous sortirons aujourd’hui si le temps le permet. » « Elle souhaite que le groupe les accompagne. » « Puisque tu es là, reste dîner avec nous… »

Ces phrases ont en commun de contenir une proposition principale (« nous sortirons aujourd’hui », « elle souhaite ») et une proposition subordonnée (« si le temps le permet », « que le groupe les accompagne »). Entre les deux, on trouve la conjonction de subordination qui, dans la langue française, a pour fonction de relier ces deux propositions. La proposition principale, on le constate, est dépendante de la proposition subordonnée.

C’est bien là l’objet de la conjonction de subordination : elle établit un rapport de dépendance (ou de subordination) entre les deux propositions. Pour rappel, en grammaire française, la subordination consiste à joindre deux phrases par l’enchâssement de l’une dans l’autre (la proposition subordonnée étant enchâssée dans la principale). Comment reconnaître et utiliser les conjonctions de subordination ? Détails dans ce dossier Voltaire.

Sommaire :

Qu’est-ce qu’une conjonction de subordination ?

La conjonction de subordination est un mot de liaison invariable : comme, quand, lorsque, puisque… Elle entre dans la catégorie des subordonnants (qui comprend aussi les pronoms relatifs et les prépositions). Comme vu plus haut, elle a pour fonction d’introduire une proposition subordonnée (qui est dite « conjonctive »).

La conjonction de subordination doit être strictement distinguée de la conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car). Cette dernière établit non pas une subordination, mais un lien logique entre des éléments de même nature syntaxique : aucun ne dépend de l’autre.

Découvrez les solutions d’entraînement du Projet Voltaire : orthographe et expression

Les conjonctions de subordination simples

Il existe des conjonctions de subordination dites « simples » ou « normales », très utilisées dans la langue française.

  • Que : Elle introduit le plus souvent une proposition subordonnée complétive. « Je pense qu’elle arrivera bientôt », « Tu crois que je peux y arriver ? »
  • Comme : Elle peut introduire différents types de propositions subordonnées circonstancielles. La cause : « Comme j’étais absent, ils n’ont pas pu terminer le projet. » Le temps : « Comme j’arrivais à la maison, l’orage se mit à gronder. » La manière : « J’ai agi exactement comme tu me l’as demandé. »
  • Lorsque : Elle introduit une proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de temps. « Lorsque les policiers sont arrivés, les cambrioleurs se sont enfuis. »
  • Puisque : Elle introduit généralement une proposition subordonnée circonstancielle de cause. « Puisque tu es là, nous pouvons commencer la discussion. »
  • Quand : Elle introduit une proposition subordonnée circonstancielle de temps : « Quand tu seras là, nous pourrons commencer. »
  • Si : Elle introduit une proposition subordonnée circonstancielle de condition : « Si tu viens, nous pourrons faire une partie d’échecs. »

Les locutions conjonctives de subordination

En plus des conjonctions de subordination simples, il existe des locutions conjonctives de subordination. Elles sont très nombreuses : à condition que, à mesure que, ainsi que, au cas où, d’autant que… Il est difficile d’établir une liste des locutions conjonctives de subordination qui soit parfaitement exhaustive. Elles peuvent exprimer différents types de relation entre la proposition principale et la subordonnée et introduire un complément circonstanciel spécifique.

  • Le but : pour que, afin que, c’est pourquoi, de sorte que, de peur que…
  • La cause : parce que, étant donné que, du fait que…
  • L’opposition ou la concession : alors que, bien que, quoique, encore que, qui que…
  • Le temps : à mesure que, tandis que, avant que, aussitôt que…
  • La comparaison : de même que, plus que, moins que…
  • La condition : à supposer que, au cas où, à condition que, dans la mesure où…
  • La manière : ainsi que, sans que, selon que…
  • La conséquence : au point que, tellement que, tant que…

Repérer la conjonction de subordination

Pour mieux la repérer, on peut se rappeler que la conjonction de subordination est toujours placée au début de la proposition subordonnée enchâssée dans la phrase.

Parfois, il peut y avoir une confusion pour « que », qui peut être une conjonction de subordination ou un pronom relatif. Pour ne pas se tromper, il faut se souvenir que la conjonction de subordination n’a pas de fonction syntaxique. Cela signifie qu’elle ne reprend aucun élément de la phrase (contrairement au pronom relatif). Par exemple, dans la phrase « J’aimerais vraiment que tu viennes », « que » est bien une conjonction de subordination, car « que » ne reprend aucun élément de la phrase en question.

À titre de contre-exemple, prenons la phrase « C’est le chat que j’ai vu depuis ma fenêtre », où « que » est un pronom relatif puisqu’il reprend le groupe nominal « le chat ».

Attention : « si » peut être une conjonction de subordination, mais aussi un adverbe d’intensité.

Progressez en orthographe et en expression grâce à nos formations

Quelques exercices : entraînez-vous !

Vous voulez aller plus loin ? Voici quelques exercices pour vous entraîner ! Choisissez la bonne conjonction de subordination :

  • (Quand / Puisque / Si) _______ tu arriveras, nous pourrons commencer.
  • (Quand / Puisque / Si) _______ je parviens à le convaincre, nous réglerons cette affaire plus facilement.
  • (Quand / Puisque / Si) _______ tu es là, inutile d’attendre plus longtemps.
  • (Comme / Lorsque / Que) ________ je le disais, il est têtu !
  • (Comme / Lorsque / Que) Je souhaiterais _____ tu t’exprimes lors de l’assemblée générale.
  • (Comme / Lorsque / Que) Pense à remettre la clé sous le paillasson ______ tu repartiras.

Réponses :

  • Quand tu arriveras, nous pourrons commencer.
  • Si je parviens à le convaincre, nous réglerons cette affaire plus facilement.
  • Puisque tu es là, inutile d’attendre plus longtemps.
  • Comme je le disais, il est têtu !
  • Je souhaiterais que tu t’exprimes lors de l’assemblée générale.
  • Pense à remettre la clé sous le paillasson lorsque tu repartiras.

Découvrez également sur ce blog :

Articles liés

Laissez un commentaire
*