Le parasol et autres noms composés du préfixe para-


Le mois d’août touche presque à sa fin mais les parasols n’ont pas dit leur dernier mot ! Il est encore temps de nous interroger sur l’origine de leur nom formé à l’aide du préfixe para-. Si l’on devine le lien existant entre « parasol » et « parapluie » par exemple, quel rapport ces noms entretiennent-ils avec « paradoxe » et « paranormal » ? Absolument aucun, car il ne s’agit pas tout à fait du même préfixe. En effet, il n’y a pas un mais deux para- : l’un est italien, l’autre grec, et chacun a un sens bien déterminé.

Le para- italien

Le premier para-, issu de l’italien parare (« parer » en français), signifie « protéger, garantir contre quelque chose ».

Ainsi, le parasol (de l’italien parasole) est composé de para- + sole (soleil) : il protège donc du soleil. Quant au parapluie (para- + pluie), il a été formé sur le même modèle. Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’on eut l’idée d’imperméabiliser les parasols pour se protéger de la pluie. Mais comment faisait-on avant ?

D’autres mots usuels sont formés à parti du para- italien, par exemple :

– le parachute (para- + chute) est un appareil constitué d’une voilure et d’un système d’attaches qui permet de ralentir la chute d’une personne ou d’un objet qui tombe d’une hauteur. À noter qu’il a été formé sur le modèle de parasol et donc de… parapluie (bravo, vous suivez !) ;

– issu de l’italien paravento, le paravent (para- + vent) était à l’origine un « meuble constitué d’un ou plusieurs écrans, destiné à protéger des courants d’air ». Très en vogue aux XVIIe et XVIIIe siècles, il disparut de l’ameublement courant en raison de l’amélioration des conditions de chauffage. Dès lors, il ne protégea plus que des regards indiscrets !

– le parapet empêcherait-il les gaz intestinaux bruyants et/ou malodorants ? Perdu ! Si une telle trouvaille existait, cela se saurait ! Ce nom vient de l’italien para- + petto (poitrine), littéralement « qui protège la poitrine », d’où « mur à hauteur d’appui ». On retrouve petto dans la locution in petto qui signifie « dans le secret du cœur », « en le pensant sans le dire ».

En résumé, le para- italien entre surtout dans la composition de noms d’objets utiles dont on devine assez facilement le sens, ce qui n’est pas le cas du para- grec.

Le para- grec

À l’origine, le préfixe grec para- voulait dire « contraire à ». Mais depuis qu’il est entré dans le vocabulaire médical et biologique, il signifie aussi « à côté de ».

Il sert surtout à former des mots savants ou techniques, par exemple :

– la paranoïa (para- + noia, de noos, « esprit, intelligence ») est ce qui est contraire à l’entendement, qui relève donc de la folie ;

– le paradoxe (para- + doxa, « opinion ») désigne, mot pour mot, une opinion contraire à l’opinion commune ;

– la parapharmacie (para- + pharmacie) est l’ensemble des produits non médicamenteux vendus en pharmacie. Ils se situent donc à côté des produits pharmaceutiques ;

– le paranormal (para- + normal) caractérise ce qui se situe en marge (c’est-à-dire à côté) de la normalité.

Et le paradis ? De quoi protège-t-il ? De quoi est-il le contraire ? Le paradis ne fait rien de tout cela : il n’est formé ni du para- italien ni du para- grec ! Il s’agit d’un autre préfixe grec peri-, « autour de », que l’on retrouve, par exemple, dans « périscope » (regarder autour) ou « périurbain » (autour de la ville). Étymologiquement donc, le paradis est un jardin entouré d’une clôture ou, si l’on remonte encore plus loin dans le temps, un parc clos où se trouvent des bêtes sauvages. Un enclos ? Des animaux féroces ? Pas sûr qu’il y ait assez de place pour tout le monde !

 

Sandrine Campese


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

4 réponses à Le parasol et autres noms composés du préfixe para-

  1. BÜRRI dit :

    Bonjour,
    Je découvre votre site par hasard. Un réel plaisir. Merci.

  2. Benhamou elisabeth dit :

    Bonjour, a propos du paradis il me semblait que le mot venait du persan pardes qui signifie jardin (et qui est anterieur au grec)

    • Sandrine dit :

      Bonjour Elisabeth, voici « l’historique » complet du mot : « paradis » est emprunté au latin paradisus, lui-même emprunté au grec paradeisos, lui-même emprunté au persan pardez (enceinte), devenu palez (jardin). Ce qui me semble essentiel à retenir, c’est le sens du préfixe grec péri, distinct de para- et signifiant « autour de ». Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *