actualités

Publié le 9 janvier 2019

Auspice ou hospice ? Mite ou mythe ? Ras, rat ou raz ? Révisez les homophones ! (5/5)

L’année 2019 se déroulera-t-elle sous de bons hospices… heu… auspices ? Espérons que la promesse de jours meilleurs ne soit pas un mite… ou plutôt un mythe ! Tout en évitant le raz de marée, ne restons pas au ras des pâquerettes… En ce mois de janvier, nous concluons notre série spéciale « homophones » avec trois nouveaux couples de mots qui s’écrivent différemment mais se prononcent de la même façon.  auspices / hospice Le nom auspice vient du latin auspicis, formé de avis (oiseau) et de spicere (examiner). À l’origine donc, l’auspice était le prêtre romain qui prédisait l’avenir en examinant le vol des oiseaux. Désormais…

Publié le 8 janvier 2019

À trancher une bonne fois pour toutes : « le frère à ma mère » ou le « frère de ma mère » ?

Volontairement provocateur, le titre de ce billet invite le lecteur à s’interroger sur le choix de la préposition servant à indiquer l’appartenance. Car cette règle, ou plutôt cette convention, est plus subtile qu’elle en a l’air et permet même quelques écarts. Voici donc les arguments à connaître si vous souhaitez signaler avec tact et délicatesse à votre interlocuteur qu’il emploie « à » là où « de » est de « meilleur usage ». « À » condamné Selon les règles du bon usage, seule la préposition « de » marque l’appartenance. Le fait d’employer « à » dans le même sens est vivement critiqué. La tournure ainsi formée est considérée comme étant…

Père Noël devant la cheminée
Publié le 27 décembre 2018

Participe passé : 5 règles à réviser pendant les fêtes

Au Projet Voltaire, toutes les occasions sont bonnes pour améliorer son orthographe et soigner sa langue. Et ce ne sont pas les fêtes de fin d’années qui vont nous faire déroger à la tradition ! Au contraire, la période est propice à l’envoi de nombreux messages qui peuvent contenir des erreurs, en particulier des erreurs d’accord du participe passé. Qu’à cela ne tienne, ces cinq règles en tête, même le participe passé aura un air de fête !  Le soir du réveillon, les familles se sont réunies.  Le verbe réunir est « occasionnellement pronominal ». Autrement dit, il peut s’employer à la forme simple…

Superman
Publié le 19 décembre 2018

Kryptonite, némésis, sentai… Parlez-vous le langage des super-héros ?

Ah, les super-héros ! Eux aussi, ils ont le vent en poupe pendant la période de Noël. Qu’ils se retrouvent au pied du sapin ou derrière l’écran, impossible de ne pas les remarquer ! Problème : à part Superman, le super super-héros, vous peinez à les distinguer. En fait, vous ne savez pas vraiment ce qu’est un super-héros. Au cas où l’un d’entre eux débarquerait chez vous à la place du père Noël, voici quelques mots de vocabulaire. ALTER EGO  L’alter ego, c’est le super-héros qui se la joue incognito. Le super-héros veille à ce que son alter ego ressemble à Monsieur Tout-le-Monde…

pièce de 2 euros
Publié le 13 décembre 2018

À trancher une bonne fois pour toutes : faut-il mettre un « s » à « euro » ?

Voici une question qui est régulièrement posée sur notre blog : au pluriel, faut-il mettre un « s » au mot « euro » ? Certains défendent l’invariabilité au motif qu’il s’agit d’un symbole et que celui-ci est au singulier sur les billets et les pièces. D’autres assurent qu’il prend la marque du pluriel, comme les autres noms de monnaie. À l’occasion des fêtes de fin d’année, où l’euro va plus que jamais circuler, il est temps de clore le débat ! « Euro » s’écrit sans « s » sur les billets et les pièces  Si vous regardez une pièce ou un billet, vous constaterez que le nom euro apparaît au…

La Belle au bois dormant
Publié le 6 décembre 2018

Anastrophe, antithèse, mot-valise…  Quelles figures de style se cachent dans ces titres de dessins animés Disney ?

Que vous soyez entouré(e) d’enfants ou non, vous n’échapperez pas, en cette fin d’année, aux traditionnels dessins animés Disney ! Et comme nous savons que vous les connaissez par cœur, nous vous proposons de saisir l’occasion pour enrichir votre culture linguistique. Comment ? En révisant les figures de style contenues dans le titre de trois grands classiques : Les Aristochats, La Belle et la Bête et La Belle au bois dormant. Les Aristochats : le mot-valise  Lorsque Wolfgang Reitherman décida de mettre en scène une famille de chats distingués, héritiers de la fortune de leur maîtresse, il se demanda comment il pourrait les nommer. Il…

Bouchées gastronomiques
Publié le 19 novembre 2018

Fusion, organoleptique, saisonnalité… Parlez-vous la langue des fins gourmets ?

Précédemment, nous nous sommes intéressés au vocabulaire du vin. Pour que le « menu » soit complet, il ne reste plus qu’à mettre des mots sur les mets ! Que vous appréciez dîner dans de bons restaurants ou que vous préfériez cuisiner vous-même, vous serez sensible au « langage gastronomique ». Encore mieux que la vie de château, voici dix mots et expression pour vous initier aux joies du palais ! AFFINAGE  C’est le nombre de mois durant lesquels un producteur laisse reposer un aliment pour qu’il se forge un goût affirmé, une saveur corsée. Un fin gourmet sera toujours sensible au caractère d’un comté ou…

Mains stylisées tenant des verres de vin
Publié le 15 novembre 2018

Biodynamique, carafer, rétro-olfaction… Parlez-vous la langue des œnophiles ?

Ce jeudi 15 novembre 2018 est une date importante pour tous les œnophiles, les amoureux du vin : on célèbre l’arrivée du beaujolais nouveau ! L’occasion de déguster ce cru (avec modération) et surtout d’en parler. Or, comme toute passion, l’œnophilie a son langage. En témoignent les nombreuses encyclopédies du vin qui paraissent chaque année. Vous n’y connaissez rien, et vous n’avez pas le temps de lire un dictionnaire entier ? Pas de panique, voici 10 mots et expressions pour vous initier au vocabulaire du « nectar des dieux » et faire forte impression lors d’une future dégustation. BIODYNAMIQUE Un vin biodynamique est un vin…

Portrait de la talonnière Julie de Lespinasse
Publié le 9 novembre 2018

Les salons littéraires : Julie de Lespinasse

Si cette jeune femme fut surnommée « La reine de Paris » ou encore « La muse de l’Encyclopédie », c’est parce qu’elle sut, avec peu de moyens, mais des amis fidèles, faire briller les plus grands esprits de son temps. C’est avec elle que nous clôturons notre série sur les salonnières célèbres des XVIIe et XVIIIe siècles. Où était situé le salon de Julie de Lespinasse ?  En 1764, à l’âge de 32 ans, Julie de Lespinasse ouvre son salon à l’angle de la rue Saint-Dominique et de la rue Bellechasse, dans le 7earrondissement de Paris. Immédiatement, les plus beaux esprits de Paris fréquentent cette maison…

lettres majuscules À È
Publié le 6 novembre 2018

À trancher une bonne fois pour toutes : l’accent sur les majuscules

Doit-on accentuer les majuscules ? Voici une question récurrente en orthographe, et plus précisément en orthotypographie. Loin d’être une fantaisie, l’accentuation des majuscules donne de la lisibilité à nos écrits et supprime les ambiguïtés. Pourtant, cette convention, nécessaire à la compréhension, fait l’objet de débats. Sans plus attendre, mettons l’accent sur les majuscules ! Pourquoi on hésite à accentuer les majuscules  Quand on aborde le sujet, les réactions ne se font pas attendre. Nombreuses sont les personnes affirmant qu’à l’école, elles ont appris qu’on ne devait pas accentuer les majuscules. Sans doute ces recommandations étaient-elles en vigueur avant que l’écriture informatique ou…

Portrait de Madame du Deffand
Publié le 12 octobre 2018

Les salons littéraires : Madame du Deffand

Notre cycle sur les salonnières se poursuit avec Madame du Deffand. « Son histoire, écrit l’académicien André Bellessort, est à la fois extrêmement brillante et infiniment triste ». C’est que Madame du Deffand perdit progressivement la vue vers l’âge de 50 ans et ce drame ajouta à un pessimisme déjà prononcé. Faisons connaissance avec cette « aveugle clairvoyante », comme la nommait Voltaire. Où était situé le salon de Madame du Deffand ?  Dans un appartement du couvent Saint-Joseph, là où avait logé précédemment Madame de Montespan, célèbre favorite de Louis XIV. Lorsqu’elle ne recevait que ses intimes, Madame du Deffand les réunissait dans…

encrier et sa plume sur une feuille de papier
Publié le 11 octobre 2018

Ancre ou encre ? compte, conte ou comte ? panser ou penser ? Révisez les homophones ! (4/5)

Voici l’avant-dernier volet de notre série qui met les homophones à l’honneur. Saviez-vous que ancre s’était d’abord écrit « encre » et ancre, « encre » ? Pas étonnant qu’aujourd’hui encore, leur orthographe ait du mal à s’ancrer dans notre mémoire ! Même chose pour « compte », « conte » et « comte », qui sont encore plus proches que ce que vous pouvez panser, heu, penser ! ancre et encre  Ancre et encre n’ont rien trouvé de mieux que d’échanger leur orthographe au fil du temps ! Ancre, d’abord encre en vieux français, est un emprunt au grec ankura, avec l’idée de crochet, de chose recourbée. Assez logiquement, le nom a évolué pour désigner l’instrument de…

Page 1 sur 1912345...19