À trancher une bonne fois pour toutes : « continuer à » ou « continuer de »


Voici une question que noscontinuer lecteurs ont dû se poser au moins une fois au moment d’employer le verbe « continuer ». Avec quelle préposition se construit-il : « à » ou « de » ? Les deux ! Mais alors, laquelle choisir ? Voici quelques éléments pour se décider… une bonne fois pour toutes !

Une différence de style

À l’instar du verbe « commencer », qui s’emploie fréquemment avec la préposition « de » dans la langue écrite, la forme « continuer de » se rencontre chez de nombreux auteurs. Par exemple, Zola écrit dans La Bête humaine (1890) : « il continuait de faire chaud ».

Faut-il en conclure que « continuer de » est réservé à la littérature et « continuer à » à la langue populaire ? Non, puisque Francis Cabrel emploie « continuer de » dans un titre de son dernier album intitulé Partis pour rester : « Mais l’horloge […] peut continuer de tourner », chante-t-il. Si l’artiste à l’accent méridional, connu pour la beauté et la poésie de ses textes, a choisi la préposition « de », c’est que cette tournure est forcément la plus élégante !

Une nuance de sens

Autre argument encourageant à distinguer les deux tournures, « continuer de » et « continuer à » n’auraient pas exactement le même sens. « Continuer à » s’appliquerait à une action commencée et qui se poursuit ; « continuer de », à une action que l’on a l’habitude de faire.

Un seul exemple pour vous en convaincre : un homme qui « continue à boire » poursuit l’action qu’il avait commencée, à savoir porter un verre à ses lèvres pour boire le liquide qu’il contient. Alors qu’un homme qui « continue de boire » persiste dans ses habitudes d’alcoolisme. Autrement dit, en confondant les prépositions, vous risquez de faire passer un homme consommant simplement un apéritif pour un ivrogne !

En fait, dès que vous voulez dire « ne pas cesser de », c’est « continuer de » qui convient. C’est facile à retenir, la préposition « de » est présente dans les deux cas.

Un confort de prononciation

En plus du sens, la prononciation guide dans l’emploi de ces prépositions. On préférera « de » chaque fois que l’on peut éviter une liaison malheureuse ou un hiatus.

Parmi les cas de hiatus (succession de deux voyelles), citons, par exemple, « j’ai continué à appeler », qui est tout de même plus agréable sous la forme « j’ai continué d’appeler » !

En conclusion, se « tromper » de préposition ne saurait constituer une faute, mais choisir celle qui est la plus adaptée au contexte, la plus fidèle au sens et la plus flatteuse pour l’oreille fait partie des petites subtilités de notre belle langue dont, il faut bien l’avouer, nous continuons de raffoler !

Sandrine Campese


À propos de Sandrine

Contributrice et modératrice

21 réponses à À trancher une bonne fois pour toutes : « continuer à » ou « continuer de »

  1. Valika dit :

    Pour réagir au commentaire de Joe, « l’artiste connu par la beauté… » est aussi correcte, non? C’est la voix passive

    • Sandrine dit :

      Bonjour Valika, donc à la voix « active », cela donnerait : « la beauté connaît l’artiste ». C’est joli du point de vue stylistique, mais au niveau du sens, cela sonne étrangement, vous ne trouvez pas ?

  2. Joe dit :

    Dites-donc Sandrine, « l’artiste connu par la beauté de ses textes », vous êtes sûre que ça se dit !? °_°
    C’est plutôt « connu pour… », logiquement.

  3. Nicolas dit :

    Bonjour,

    Pouvez vous m’éclairer sur « la volonté à ou de » ? Est de même ?

    Merci

    • Sandrine dit :

      Bonjour, la construction « volonté de + verbe » est la plus courante. D’après le Trésor de la langue française, on parle de « volonté d’agir, de croire, de douter, de gagner, de guérir, de vaincre. L’homme ne peut, par aucun recours, échapper à l’insuffisance ni renoncer à l’ambition. Sa volonté de fuir est la peur qu’il a d’être homme (G. Bataille). » Bon dimanche.

  4. Maj dit :

    Très joliment dit. Merci.
    Maj

  5. Marie dit :

    Bonjour,

    Diriez-vous, « je continue à me former régulièrement » ou « je continue de me former régulièrement » ?
    Il s’agit d’une personne qui a déjà une formation et précise à sa clientèle qu’elle compte effectuer des formations complémentaires.

    Merci !

  6. V. dit :

    Puisqu’il s’agit ici d’analyse de la langue, je me permets de souligner votre « cas de hiatus ».
    D’hiatus, très chère, d’hiatus. Je sais, c’est moche.
    V.

    • Sandrine dit :

      Bonjour, voici ce qu’indique l’Académie française : en ce qui concerne « hiatus », les auteurs ne s’accordent pas tous sur le « h » initial. Les uns le considèrent comme aspiré et les autres comme muet. Nous avons suivi Grevisse qui écrit : « ce hiatus », « au hiatus », « du hiatus ». Il est vrai, cela étant, que pour la huitième édition de notre Dictionnaire, nos prédécesseurs l’avaient considéré comme muet et on lisait « cet hiatus », « l’hiatus ». Avec hiatus, cher V., j’ai l’impression qu’on est tombés sur un os ;-). Bon week-end !

  7. Pythagoras dit :

    Article intéressant. Je trouve « continuer de » plus soutenu.

    En revanche, votre exemple me laisse perplexe.

    Dans le premier cas, «  »il continue à boire », le verbe boire est utilisé dans son sens premier. Alors que le second exemple fait référence à « boire », dans le sens d’être porté sur la boisson.

    Aussi auriez-vous pu dire: « Cet ivrogne continue à boire. » et cela aurait toujours le même sens. Qu’importe l’action.
    Ou inversement: « Le président posa son verre puis finalement continua de boire. »

    • Sandrine dit :

      Bonjour Pythagoras, l’exemple cité ne fait qu’illustrer la nuance selon laquelle « continuer à » s’appliquerait à une action commencée et qui se poursuit ; « continuer de », à une action que l’on a l’habitude de faire. Suivant cette logique, « Cet ivrogne continue à boire » signifie « Cet ivrogne est toujours accoudé au bar et se fait servir un autre verre ». Si vous intervertissez les deux prépositions, la nuance s’estompe. En revanche, dans l’exemple sur le président, la préposition « de » semble mieux convenir pour une question d’euphonie (« continua à » n’est pas très gracieux). Bonne journée.

  8. Margimond dit :

    Merci pour cette réponse toute simple et précise… Je me la posais depuis bien longtemps. Finalement inconsciemment j’appliquais cette méthode (celle de la musicalité de la phrase) Quant à cette différence très ténue, il semblerait que ça s’applique comme de nouveau et à nouveau.
    Bien cordialement et merci encore

  9. zzipas dit :

    Je ne vois dans cet article qu’un alignement d’arguties : style, sonorité, sens … faites votre marché en fonction de votre humeur !

  10. marteenee dit :

    Bonjour à tous,

    Dans ce cas, Sandrine, je continuerai d’aimer vos billets!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *