« des robes blanc et noir » ou « des robes blanches et noires » ?

Erreur d’accord des adjectifs de couleur composés

Pourquoi est-il faux de parler des pièces noir et blanc du jeu de dames ?

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs !

Règle d’accord des adjectifs de couleur composés

Si l’on parle de robes blanc et noir, c’est que chacune des robes contient à la fois du blanc et du noir.

En revanche, si l’on parle de robes blanches et noires, c’est que certaines sont blanches et d’autres noires, ce qui était aussi le cas des pièces du jeu de dames évoquées plus haut. .

Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Dès lors qu’elle n’est pas gratuite et permet une utile distinction de sens, toute subtilité est évidemment bonne à prendre. Là encore, pourtant, force est d’admettre que plus d’un écrivain a fait litière de ces consignes. L’excellent Julien Gracq pourrait certes invoquer le bénéfice du doute quand il fait état, dans Balcon en forêt, de « vaches blanches et noires qui paissaient çà et là »… si, quelques pages plus loin, il ne les qualifiait imprudemment de « pie » !

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Les élèves de cette école privée portent des cravates rayées bleues et vertes.
  2. Les panneaux rouges et blancs de sens interdit jalonnent les rues de ce quartier.
  3. Les joueurs français sont bien sûr ceux qui portent des tenues bleu, blanc, rouge.
  4. Ces champignons rouges et blancs, les amanites tue-mouches, sont vénéneux.
  5. Le soir de la victoire de la France, la foule brandissait des drapeaux bleus, blancs, rouges.
  6. La mosaïque est composée d’une alternance de carreaux rouges et blancs.
  7. Ce magasin de déguisements propose des costumes rayés noirs et blancs de bagnards.
  8. Les culottes bleu et blanc d’Obélix sont célèbres dans la bande dessinée.
  9. Les touches noir et blanc du piano semblent une denture monstrueuse.
  10. Les logos vert et jaune de ce célèbre fast-food se retrouvent dans le monde entier.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Les élèves de cette école privée portent des cravates rayées bleu et vert.
    On écrit « bleu et vert », au singulier, car chacune des cravates contient à la fois du bleu et du vert.
  2. Faux. Il faut écrire : Les panneaux rouge et blanc de sens interdit jalonnent les rues de ce quartier. Un panneau de sens interdit contient à la fois du rouge et du blanc. Il faut donc écrire « les panneaux rouge et blanc ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Ces champignons rouge et blanc, les amanites tue-mouches, sont vénéneux. Les amanites tue-mouches sont bicolores : elles contiennent à la fois du rouge et du blanc. Il faut donc écrire « ces champignons rouge et blanc ».
  5. Faux. Il faut écrire : Le soir de la victoire de la France, la foule brandissait des drapeaux bleu, blanc, rouge. Chacun des drapeaux mentionnés dans la phrase contient les trois couleurs du drapeau français : on écrit « des drapeaux bleu, blanc, rouge ».
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : Ce magasin de déguisements propose des costumes rayés noir et blanc de bagnards. On écrit « noir et blanc », au singulier, car chacun des costumes mentionnés ici contient les deux couleurs.
  8. Phrase correcte.
  9. Faux. Il faut écrire : Les touches noires et blanches du piano semblent une denture monstrueuse. Certaines des touches du piano sont noires, d’autres blanches. Il faut donc faire l’accord et écrire « les touches noires et blanches ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 4 millions d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire
Articles liés

Laissez un commentaire
*

Bonjour,

J’ai parfaitement saisi la nuance de sens entre  » les gemmes bleu et vert » où il faut comprendre que toutes les gemmes sont bicolores, et  » les gemmes bleues et vertes » où nous devons imaginer certaines pierres totalement vertes et d’autres totalement bleues. Dans le second cas, il me semble qu’il s’agit d’un mode de raccourci du langage ; il est en effet plus rapide de prononcer  » les gemmes bleues et vertes » que « les gemmes bleues et les gemmes vertes ».

Néanmoins, j’ai un doute sur une construction dont je voudrais, avec votre aide, vérifier la validité.

Prenons la phrase simple suivante :  » Les gemmes bleue et verte de feu mon trisaïeul se trouvent dans le bric-à-brac de la cave »

Dans l’esprit, je m’imagine, peut-être à tort, deux gemmes en question. L’une étant complètement bleue et l’autre complètement verte. Est-ce que la tournure « nom au pluriel + deux adjectifs féminins de couleur coordonnés  » est valable grammaticalement ?

Quoique je sois un pur amateur de la langue française (mais néanmoins passionné), voici (et non voilà) mon avis sur la question. Je pense que ce type de construction rejoint celui où un nom au pluriel est qualifié par deux adjectifs au singulier. L’exemple bien connu de cette subtilité grammaticale est le suivant :  » Les civilisations grecque et romaine », il n’existe qu’une seule civilisation grecque et une seule civilisation romaine donc les deux adjectifs doivent rester au singulier.

Un autre exemple, moins connu et concernant ma profession, est le suivant : Les activités antipyrétique et antalgique du paracétamol constituent une denrée précieuse pour bon nombre de fêtards ». La molécule salvatrice présente une activité antipyrétique et une activité antalgique, d’où, là encore, l’accord de ces deux adjectifs au singulier.

Bref, revenons donc à nos bizets.

je pars de l’hypothèse que la tournure « les gemmes bleue et verte » est correcte. En partant de ce postulat, j’aurais donc tendance, peut-être à tort, d’interpréter une tournure telle que  » les joyaux gris et blanc » de deux façons possibles. Soit nous avons affaire à un nombre indéterminé de joyaux dichromatiques contenant à la fois du gris et du blanc, soit nous avons affaire à deux joyaux, l’un étant totalement gris, l’autre étant totalement blanc.

Tout cela est-il recevable grammaticalement ?

Je voudrais désormais vous soumettre un deuxième problème d’accord concernant les adjectifs de couleur coordonnés, tiré cette fois-ci du domaine de la vexillologie. Le drapeau espagnol bicolore contient deux bandes rouges et une bande jaune. Si l’on parle bien dans ce cas de drapeaux rouge et jaune, je suis plus sceptique lorsqu’on doit déterminer la couleur desdites bandes.

Prenons la phrase suivante :  » les drapeaux espagnols jaune et rouge sont des étoffes aux bandes jaune et rouges ».
Est-ce correct grammaticalement de faire suivre un nom pluriel (bandes dans ce cas) par deux adjectifs de couleur coordonnés, l’un étant au singulier (jaune dans ce cas), l’autre au pluriel (rouges dans ce cas) ?

En vous remerciant vivement de m’apporter la lumière sur ces considérations chromatiques (merci la langue grecque) et en espérant ne pas vous avoir pris sans vert, je me permets de vous complimenter à nouveau pour ce site remarquable consacré à la langue française.

Xavier

Post-scriptum : Désolé si mon texte contient çà et là des erreurs typographiques.
L’emploi des signes de ponctuation constituent pour moi la plus grande difficulté de la langue française, et je suis persuadé que bon nombre d’usagers de notre langue me rejoindront sur ce point ; témoin par exemple la quasi-disparition du point-virgule dans les textes courants.

    Cher Xavier, c’est toujours un plaisir de vous lire : vous maîtrisez si bien le verbe ! Le sujet que vous soulevez a, je le crois, vocation a être discuté et débattu. C’est pourquoi je vous invite à le publier notre forum http://www.question-orthographe.fr. Il pourra ainsi recueillir les avis et réactions d’experts et de passionnés, comme vous ! Bon après-midi.

    Bonjour, on écrit « Elle s’est plu en Amérique », car ici le pronom réfléchi « se » est COI et non COD (sous-entendu « Elle a plu à elle-même »). En revanche, « Elle s’est rendue en Amérique ». Bon après-midi

J’aime vos rappels, mais Monsieur Dewaele pourrait-il gagner en simplicité et en naturel? La règle est faite pour être comprise, et son style fleuri est souvent obscur. C’est dommage.

    Bonjour, l’intervention de Bruno Dewaele est située juste au-dessous de l’explication de la règle. Il y apporte un regard différent, complémentaire, voire décalé. Bonne journée !

Bonjour,
J’ai recherché en vain sur les grammaires récentes et anciennes la règle dont vous parlez dans cet article.
Je n’ai trouvé, dans le TFLi (Le Trésor) que l’expression ROUGE ET OR à l’entrée ROUGE.
Auriez-vous l’amabilité de m’indiquer vos sources ? Merci d’avance.
http://www.cnrtl.fr/definition/rouge
Rem. 1. Lorsque rouge est qualifié par un autre terme, adj. ou subst., il est considéré comme subst. et l’ensemble est inv.: Teintures rouge clair, foncé, sang (Thomas 1956); étoffes rouges ou rouge foncé (Hanse Nouv. 1983). V. infra 1 a ? ex. de Bourde et III A 1 a rem. 2. Lorsque rouge fait partie d’un groupe coordonné, l’invariabilité est fréquente mais non constante et la substantivation est appelée en renfort pour justifier logiquement cette invariabilité d’usage: Les gros bouquins rouge et or (où l’on voit du rouge et de l’or) (d’apr. Grev. 1964 § 381, p. 315).