Adjectifs de couleur : comment les accorder sans douleur ?

En ce mois de février, partout dans le monde, le carnaval est à l’honneur. Et qui dit « carnaval » dit «  explosion de couleurs » ! Mais, à propos, doit-on parler de masques orange ou oranges ? de chapeaux mauve ou mauves ? de déguisements vert pomme ou verts pommes ? de chars brun-rouge ou bruns-rouges ? L’occasion est toute trouvée de faire le point sur cette règle subtile qu’est l’accord des adjectifs de couleur.

L’adjectif de couleur s’accorde…

Comme un adjectif ordinaire, l’adjectif de couleur s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. Exemples : des chats noirs, des drapeaux rouges, des olives vertes, des chaussures bleues, des dents blanches…

Voilà pour la règle générale, mais, comme souvent en français, une règle ne serait pas une règle sans les fameuses « exceptions ».

Pour s’entraîner : « des nuages blanc » ou « des nuages blancs » ?

… Sauf s’il est tiré d’un nom…

Quand l’adjectif de couleur est à l’origine un nom commun, il demeure invariable.

Il s’agit principalement de noms :
– de fleurs et d’arbres : acajou, ébène, fuchsia, indigo, paille, pastel, pervenche… ;
– de fruits : abricot, cerise, citron, kaki, marron, noisette, olive, orange… ;
– de métaux ou de minéraux : argent, brique, bronze, grenat, ocre, or, turquoise, vermillon ;
– d’animaux : carmin ou cramoisi, chamois, corail, pie, saumon

Prenez garde à fuchsia, en plus d’être invariable, son orthographe est difficile ! Cet adjectif de couleur est tiré du nom d’une plante nommée ainsi en l’honneur du botaniste allemand Leonhart Fuchs (1501 – 1566).

Sont également invariables : chair, crème, marine, moutarde

Exemples : des cheveux acajou, des collants chair, des chemisiers crème, des ballons orange, des canapés marron…

Hormis orange et marron, il s’agit principalement de couleurs originales, parfois rares, bref, qui sortent des sentiers battus. Cela devrait vous mettre la puce à l’oreille !

Pour s’entraîner : des maillots « orange » ou « oranges » ?

… Qui ne fait pas partie de cette liste…

Bien que dérivés de noms, rose, pourpre, mauve, fauve, écarlate et incarnat se comportent comme de véritables adjectifs : ils varient en genre et en nombre.

Exemples : des layettes roses, des fleurs pourpres, des rideaux mauves, des sacs fauves, des joues écarlates, des velours incarnats…

Trois nuances de rouge : incarnat = d’un rouge clair, pourpre = d’un rouge vif, écarlate = d’un rouge très vif.

Ainsi, le film de Mathieu Kassovitz sorti en 2000, avec Jean Reno et Vincent Cassel à l’affiche, s’intitule Les Rivières pourpres.

… Et sauf s’il est composé.

Courage, c’est la dernière exception !

Quand deux mots sont employés pour qualifier une seule couleur, aucun ne varie.

Exemples : une souris gris clair, des rideaux vert pomme, des murs blanc cassé, des ongles rouge sang, des chemises bleu pâle, des costumes bleu foncé, des feutres jaune citron…

Pour s’entraîner : des tuniques « bleu foncé » ou « bleues foncées » ?

Si ces mots sont tous les deux des adjectifs de couleur, un trait d’union les lie, et l’ensemble reste là aussi invariable.

Exemples : des yeux gris-bleu, des lagons bleu-vert, des toits brun-rouge…

Dernière chose : des drapeaux bleu, blanc, rouge sont des drapeaux qui contiennent tous du bleu, du blanc et du rouge. C’est le cas des drapeaux français, qui sont tricolores. À ne pas confondre avec des drapeaux bleus, blancs, rouges, qui sont unicolores : bleus ou blancs ou rouges !

Pour s’entraîner : « des robes blanc et noir » ou « des robes blanches et noires » ?

À lire également : Améliorez votre vocabulaire : les couleurs

Sandrine Campese
Crédit photo

Articles liés

Laissez un commentaire
*

Des articles toujours fort intéressants et très complets. Merci pour votre intérêt à notre si belle langue que vous voulez bien, de surcroît, faire partager

    Un grand merci, Claude, pour votre message qui fait au chaud au coeur. C’est un plaisir de vous compter parmi nos lecteurs. Bon après-midi.