Participe passé : 5 règles à réviser pendant le confinement !

En cette période si particulière, il semblerait que nous n’ayons jamais autant communiqué, par téléphone, bien sûr, mais aussi par écrit. Courriers, courriels, SMS, publications et commentaires circulent à l’envi. Et quelques erreurs de grammaire aussi ! Et si l’on profitait de ce ralentissement forcé pour réviser les principales règles d’accord des participes passés ?

1- Dès le début du confinement, les Français ont applaudi les soignants.

Parce que le sujet est « les Français », masculin pluriel, il peut être tentant d’écrire « les Français ont applaudis ». Or, ici, le participe passé applaudi est employé avec l’auxiliaire avoir (ont). Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde pas avec le sujet. On écrira donc : « Les Français ont applaudi les soignants. »

Pour réviser : 5 minutes pour réviser : l’auxiliaire et le participe passé
Pour s’entraîner : « Elle a chanté » ou « elle a chantée » ?

2- Je ne compte plus les amis que j’ai appelés en vidéo pour prendre l’apéro !

Parce que le participe passé est employé avec l’auxiliaire avoir (ai), il peut être tentant d’écrire « les amis que j’ai appelé ». Sauf que le complément d’objet direct (COD), « les amis », est placé avant le verbe. Or le participe passé s’accorde avec le COD quand celui-ci est placé avant le verbe.

On pose la question : « J’ai appelé qui ? », « les amis », nom masculin pluriel. Puisque la question est « qui ? », « les amis » est bien COD. De plus, il est placé avant le verbe. Par conséquent, on accorde le participe passé appelé au masculin pluriel, d’où : « les amis que j’ai appelés ».

Pour s’entraîner : « Les fraises que j’ai mangé » ou « les fraises que j’ai mangées » ?

3- C’est sûr, cette épreuve nous a changés : j’ai appris à cuisiner !

Parce que le COD est ici un pronom et non un nom, il est tentant d’oublier de faire l’accord et d’écrire « cette épreuve nous a changé ». Pourtant, la même règle s’applique lorsque le COD est un pronom, à savoir : le participe passé s’accorde avec le COD quand celui-ci est placé avant le verbe.

On pose la question : « Cette épreuve a changé qui ? », « nous », pronom masculin pluriel, d’où « cette épreuve nous a changés ». Si nous ne représentait que des femmes, alors on écrirait « changées ».

Pour réviser : 5 minutes pour réviser : le COD et le COI

4- À 20 h, à leurs fenêtres, les voisins se sont salués.

Le verbe se saluer est « occasionnellement pronominal ». Autrement dit, il peut s’employer à la forme simple (sans pronom personnel réfléchi) ou à la forme pronominale (avec pronom personnel réfléchi). Dans ce cas, il faut s’intéresser à la fonction du pronom réfléchi (se).
Quand le pronom réfléchi (me, te, se, nous, vous, se) est complément d’objet direct (COD), le participe passé s’accorde avec lui.

On pose la question : « Les voisins ont salué qui ? », « se » (les uns et les autres), pronom masculin pluriel. Puisque la question est « qui ? », « se » est bien COD. Par conséquent, on accorde le participe passé salué au masculin pluriel, d’où « les voisins se sont salués ».

5- Ceux qui habitent en vis-à-vis se sont même souri !

Parce que le participe passé est employé avec l’auxiliaire être, on a envie d’accorder le participe passé et d’écrire « les voisins se sont souris » ! Or, c’est la fonction du pronom réfléchi (se) qui nous intéresse ici…

Quand le pronom réfléchi (me, te, se, nous, vous, se) est complément d’objet indirect (COI), le participe passé d’un verbe pronominal ne s’accorde pas avec lui.

On pose la question : « Ils ont souri à qui ? », « à se », pronom réfléchi masculin pluriel. Puisque la question est « à qui ? », « se » est bien COI. Par conséquent, on n’accorde pas le participe souri dans « ils se sont souri ».

Pour s’entraîner : « Ils se sont téléphoné » ou « ils se sont téléphonés » ?

Sandrine Campese
Articles liés

Laissez un commentaire
*

Bonjour,
C’est la seconde fois que je prends un module supérieur. Je suis déçu de voir que plusieurs règles importantes, comme celle de l’accord des verbes pronominaux , qui étaient dans ce module, sont passées dans le module Excellence. De plus, quelle déception de voir qu’il n’y a aucun moyens d’avoir une idée de son score lorsqu’on fait le test blanc du module supérieur. On a seulement un affichage d’un pourcentage de règles maîtrisées. Pouvez-vous m’expliquer à quoi correspond 50 %, 60%, 70%, 80% et 90% des règles maîtrisées par rapport à l’échelle des scores de la certification ? D’ailleurs, il n’y a aucun test blanc officiel, du type de la certification, avec ou sans le corrigé sur le site. Il faut obligatoirement acheter un livre, en plus du module, pour en avoir ! Pourtant, cela permettrait aux personnes de se mettre dans les vraies conditions de la certification au moins une fois. C’est bon pour tout le’ monde. Faites-le-moi savoir si je me suis trompé !
Avant ce deuxième abonnement, je parlais beaucoup du projet Voltaire autour de moi (je suis enseignant dans le supérieur), cela risque de changer !
Sachez que même avec ces remarques, que j’espère constructives, je pense que le projet Voltaire est un bon outil.

Cordialement,

Anonyme

    Cher Anonyme, merci d’avoir pris le temps de nous adresser un avis argumenté. Je transmets vos remarques à notre équipe. Bonne journée.