Améliorer son français écrit au travail

Une mauvaise maîtrise du français peut-elle « plomber » une carrière ? La réponse est claire : selon un sondage Ipsos réalisé en octobre 2021 pour le Projet Voltaire, un grand nombre d’employeurs ne sont pas prêts à accorder une promotion aux salariés qui s’expriment mal à l’écrit ou à l’oral. Autrement dit, faire des fautes, c’est prendre le risque de stagner professionnellement.

Le quotidien n’est pas agréable si l’on a constamment peur de se faire reprendre sur son orthographe. Parfois, un verbe mal conjugué ou un adjectif mal accordé peuvent avoir des conséquences désastreuses : un client (ou un partenaire) peut cesser de prendre au sérieux son interlocuteur, ce qui a des répercussions financières pour l’entreprise. Dans le domaine professionnel, il est donc indispensable d’écrire sans fautes, autant que possible. Comment ?

Nous vous conseillons d’abord de revoir quelques règles très simples pour mieux maîtriser le français : infinitif ou participe passé, COD, COI…  Vous allez voir, ce n’est pas si difficile ! Si cela ne suffit pas, la solution Projet Voltaire – qui s’appuie sur la technologie de l’Ancrage Mémoriel® – vous permettra d’améliorer votre niveau durablement. Enfin, il est intéressant de se certifier une fois que l’on a progressé, grâce au Certificat Voltaire. Ensemble, passons en revue ces différentes points.

Dix règles de grammaire et d’orthographe dont on se sert dans le cadre du travail

D’abord, pourquoi ne pas prendre un moment pour voir ou revoir quelques règles de français ? Commençons par celles que l’on doit mobiliser en français dans le cadre professionnel… Nous vous en présentons dix ci-dessous. Nous vous recommandons de les lire avec attention, en prenant votre temps, et éventuellement de vous référer aux articles fournis qui comportent tous des exercices d’entraînement (voir les liens). À la fin de votre lecture, c’est promis, vous aurez progressé !

1- La terminaison d’un verbe à la troisième personne du pluriel

« Jean et Laure finisses de travailler sur le dossier… » ? Certainement pas ! La terminaison d’un verbe conjugué à la troisième personne du pluriel est « -nt ». Il faut donc écrire que Jean et Laure finissent de travailler sur le dossier.

« Ils chantent » ou « ils chantes » ? Je découvre la règle en détail.

2- Faut-il écrire « -é » ou « -er » ?

S’agit-il d’un verbe à l’infinitif ou d’un participe passé ? Pour le savoir, remplacez-le par un verbe du troisième groupe, « vendre » par exemple.

  • « Elsa a quitté l’entreprise. » : « quitté » est un participe passé, car vous pourriez le remplacer par « vendu ». Il faut donc écrire « -é ».
  • « Martin pourrait s’appliquer, tout de même ! » : « s’appliquer » est un infinitif, car vous pourriez le remplacer par « vendre ». Il faut donc écrire « -er ».

« Il a mangé » ou « il a manger » ? Je découvre la règle en détail.

3- L’accord du participe passé : l’auxiliaire « être » et l’auxiliaire « avoir »

Abordons un point légèrement plus complexe : comment s’accorde le participe passé ? C’est très simple ! Il suffit de repérer l’auxiliaire :

  • Avec l’auxiliaire « être », le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. « Paul et Georges sont arrivés tôt ce matin pour réceptionner les commandes. »
  • Avec l’auxiliaire « avoir », le participe passé ne s’accorde pas avec le sujet : « Paul et George ont bien réceptionné les colis ! » Ah ! mais il y a une exception… que l’on aborde dans la règle suivante. ?

« Elles sont venues » ou « elles sont venu » ? Je découvre la règle en détail.

4- L’accord du participe passé avec le COD quand le verbe est conjugué avec l’auxiliaire « avoir »

On vient de dire qu’avec l’auxiliaire « avoir », le participe passé ne s’accorde pas avec le sujet…  En revanche,  le participe s’accorde avec le COD, mais seulement si celui-ci est placé avant lui. Par exemple : « Les colis ? Paul et Georges les ont réceptionnés ! »

« Les pommes que j’ai mangées » ? Je découvre la règle en détail.

5- « Je ferai » et « je ferais »

Êtes-vous certain que vous pourrez vous en occuper ? Alors il faut écrire le verbe au futur simple : « Je le ferai ! » . Cela dépend de facteurs que vous ne maîtrisez pas et vous n’êtes pas sûr de pouvoir le faire ? Alors il faut écrire : « Je le ferais… »  Le verbe est alors conjugué au conditionnel (souvent suivi d’un « si » introduisant une condition).

« Je ferai » ? « Je ferais » ? Je découvre la règle en détail.

6- « dont » ou « que »

« C’est le dossier que je t’ai parlé ? » Certainement pas. En revanche, il s’agit peut-être du dossier dont vous avez parlé.  Le pronom « que » remplace un complément d’objet direct et « dont » remplace un complément construit avec la proposition « de ».

7- « Je peux », mais « il peut »

Eh oui ! on écrit : « Je peux (traiter ce dossier) », « tu peux » et « il peut ». De même, on écrit : « je veux », « tu veux », « il veut ».

« Je peux », « il peut » : je découvre la règle en détail.

8- L’adverbe « mieux »… avec un « x », c’est mieux !

« Il vaut mieux prendre de l’avance, car nous sommes en déplacement la semaine prochaine. » Et il vaut mieux mettre un « x » à mieux par ailleurs, car ça s’écrit comme ça ! ?

« Mieux » ou « mieux » ? La règle en détail.

9- En « fesant » ou en « faisant » ?

Souvenez-vous qu’il s’agit du verbe « faire » : ce sera plus simple pour se rappeler que son participe présent s’écrit « en faisant ».

« En faisant » ou « en fesant » ? La règle en détail.

10- « J’envois » ? « J’envoie » ?

Rappelez-vous : on écrit « J’envoie les documents dès aujourd’hui. » Pas de « s ». Et on écrit « un envoi », sans « e » et sans « s ».

« J’envoie » ? « J’envois » ? La règle en détail.

S’entraîner avec le Projet Voltaire

Vous avez le sentiment que la révision des règles proposées ne suffit pas ? Ou bien… vous maîtrisez déjà ces points et vous voulez affronter des règles plus complexes ? Nous vous invitons à faire notre test de positionnement : cela permettra de situer au mieux votre niveau pour choisir un parcours adapté et progresser… vers l’excellence. Après tout, pourquoi pas ?

Découvrez nos solutions pour préparer le Certificat Voltaire

La solution Projet Voltaire repose sur l’Ancrage Mémoriel® : cette technologie vous permet de mémoriser de manière durable l’ensemble des règles d’orthographe que vous apprenez ou révisez. Vous êtes ainsi automatiquement dirigé vers un parcours entièrement personnalisé, à même de corriger vos lacunes, tout en optimisant votre temps de formation.

Notez-le : le Projet Voltaire est accessible sur ordinateur et mobile. Notre solution est également disponible sous forme d’application.

Certifier son niveau

Enfin, passer une certification une fois que l’on a progressé permet d’attester son niveau… y compris devant un employeur. Nous vous encourageons vivement à passer le Certificat Voltaire, reconnu par les entreprises. Sur un CV, la mention du Certificat Voltaire est une véritable plus-value. À profil égal, 70 % des recruteurs choisissent un candidat dont le CV mentionne le passage du Certificat Voltaire.

Articles liés