Expression écrite : comment l’améliorer ?

Au cours de vos études, dans une lettre de motivation ou lors d’un simple échange de courriels, la qualité de votre expression écrite peut être un sérieux atout. Syntaxe, ponctuation, vocabulaire, orthographe, orthotypographie… Autant d’éléments qui peuvent vous mettre en avant au quotidien. À l’inverse, une mauvaise expression peut nuire à votre crédibilité. Heureusement, il existe de nombreux moyens d’améliorer son niveau de français !

Alors comment améliorer son expression écrite ? Dans cet article, nous faisons le tour de la question.

Sommaire

Pourquoi améliorer son niveau d’expression ?

À l’heure des correcteurs orthographiques intégrés à nos ordinateurs et téléphones, vous pourriez vous demander : « Pourquoi chercher à améliorer mon expression en français ? » La réponse est simple : au-delà de la seule orthographe, une bonne maîtrise de la langue peut vous aider sur bien des plans !

Préciser sa pensée grâce à une meilleure maîtrise du français

Lorsque vous rédigez un texte, vous mettez par écrit votre pensée pour que quelqu’un d’autre vous comprenne. Cela passe par des arguments, des exemples et des conclusions choisis avec soin, le tout lié avec des connecteurs logiques (donc, en effet, etc.). Sans ces éléments, votre interlocuteur risque de ne pas suivre votre pensée ! 

La production écrite exige donc une structure et une certaine précision pour être efficace. En faisant l’effort de préciser votre pensée pour la passer à l’écrit, vous parvenez à mieux la définir. Finalement, une pensée définie et structurée vous permet au quotidien :

  • de réfléchir de façon plus cohérente ;
  • de nuancer votre pensée, grâce à un vocabulaire précis ;
  • de vous exprimer avec plus de justesse, à l’écrit comme à l’oral.

En bref, mieux écrire, c’est mieux penser !

Faire passer des messages clairs

Même sans fautes d’orthographe, votre interlocuteur peut ne pas comprendre le sens de votre texte. Erreur de syntaxe, absence de connecteurs logiques, arguments imprécis, phrases trop longues… Le sens de votre message peut se perdre de nombreuses façons ! 

C’est pour ces raisons qu’améliorer son expression est si important. Alors que les contenus textuels sont de plus en plus nombreux (SMS, courriels, réseaux sociaux…), parvenir à rédiger un message clair est indispensable.

Gagner en efficacité professionnelle

Une bonne rédaction est essentielle dans un contexte professionnel. Pour obtenir un emploi, il est fondamental de proposer un CV et une lettre de motivation sans fautes d’orthographe, bien structurés et correctement argumentés. Sans ces impératifs, vous risquez de paraître moins crédible aux yeux des recruteurs, avant même qu’ils examinent votre profil et vos compétences ! Ils sont en effet 82 % à se déclarer sensibles au niveau de maîtrise de la langue des candidats. Après l’embauche, une bonne expression écrite reste indispensable pour être efficace dans un contexte professionnel, surtout à l’heure où le télétravail se démocratise. 

Un salarié peut passer jusqu’à quatre heures par jour à consulter et rédiger des courriels. En utilisant les codes précis de ce format, en évitant les fautes, en parvenant à être concis, vous gagnerez du temps à la rédaction et à la relecture. Mieux encore, vous ferez gagner du temps à vos interlocuteurs, qui comprendront rapidement le message que vous voulez transmettre, et sauront quelles actions vous attendez d’eux. 

Par ailleurs, les employeurs recherchent de plus en plus des profils capables de convaincre, d’argumenter et de s’exprimer correctement. Une raison supplémentaire pour chercher à améliorer son français, à l’écrit comme à l’oral.

Comment structurer sa pensée ?

Une pensée bien structurée est essentielle pour rédiger des contenus de qualité. Mais comment structurer ses productions écrites en français ? Cela passe par trois étapes clés, qui vous rappelleront sans doute vos cours de français !

Construire un plan pour éviter la page blanche

Pour que vos lecteurs suivent le cheminement de votre pensée, vous devez l’organiser pour montrer sa logique et sa cohérence. C’est pour cette raison que la première étape de toute production écrite est la préparation d’un plan

C’est là qu’intervient le triptyque de la rédaction :

  • introduction ;
  • développement ;
  • conclusion.

L’introduction permet de définir de quoi vous allez parler et pourquoi vous en parlez. Selon le format, vous pouvez également annoncer le contenu qui sera développé par la suite.

Le développement permet d’entrer dans le détail des éléments de votre pensée. Là aussi, une planification est nécessaire :

  • Quelle idée présenterez-vous en premier ? 
  • En deuxième ?
  • Quels arguments seront les plus pertinents ?
  • Comment lier ces arguments pour convaincre votre interlocuteur ? 
  • Comment arriverez-vous à votre conclusion ?

La conclusion de votre texte doit clore votre propos. Le développement de vos arguments doit être terminé, et la conclusion ne doit servir qu’à en faire la synthèse et rappeler le fond de votre message.

Organiser son texte

Au sein même de votre développement, votre travail de rédaction doit conserver une structure pour que les idées s’enchaînent de façon cohérente

La règle d’un texte bien organisé est la suivante :

Une idée = un paragraphe

Chaque fois que vous abordez une nouvelle idée ou un nouvel argument, veillez bien à aller à la ligne. Cela permettra d’aérer votre texte, et de faire comprendre de façon visuelle que l’idée précédente a trouvé sa conclusion. 

Une fois cette règle en tête, il vous reste à organiser vos paragraphes. Dans l’idéal, la structure d’un paragraphe est la suivante :

–  Idée principale 

–  Développement / exemple

Exemple de paragraphe pour une lettre de motivation :

« J’ai commencé ma carrière en apprentissage chez un artisan boulanger, où j’ai beaucoup appris.

J’ai d’abord pris en charge des tâches simples, avant de me voir confier des responsabilités. Aujourd’hui, je suis chargée de la confection de toutes les pâtisseries. »

Bien se relire, une étape primordiale !

Personne n’est parfait : une faute d’orthographe, de syntaxe ou de ponctuation est vite arrivée ! L’essentiel est de prendre le temps de vous relire convenablement pour repérer vos erreurs.

Retrouvez tous nos conseils pour ne plus faire de fautes d’orthographe.

Voici quelques conseils pour une bonne relecture :

 Segmentez votre relecture : si vous le pouvez, relisez votre texte par petites portions, afin de concentrer votre attention sur un faible nombre de mots à chaque fois. 

 Relisez-vous une dernière fois lorsque votre rédaction est terminée, afin de remarquer d’éventuelles incohérences (abréviations, majuscules…) ou répétitions d’une partie à l’autre. 

–  Si possible, laissez reposer votre texte avant d’entamer votre relecture. Prenez le temps de relire votre rédaction avec un œil neuf. Vous pouvez également demander à un proche de vous relire, surtout s’il s’agit d’un écrit important, comme une candidature.

S’adapter à ses lecteurs pour une bonne expression écrite

Que vous rédigiez un commentaire sur YouTube, un SMS à un ami, un courriel à un collègue, ou une dissertation, vous n’allez pas utiliser les mêmes mots ou le même ton ! C’est pourquoi l’un des grands défis de l’expression écrite est de s’adapter à son interlocuteur.

Bien choisir son niveau de langage

Il existe trois niveaux de langage : le langage familier, le langage courant et le langage soutenu.

Le langage familier

Il s’agit du langage que vous employez avec vos amis ou votre famille : il se rapproche notamment du langage oral. Il peut comporter de l’argot, des abréviations, des fautes de grammaire et de ponctuation, voire des émoticones.

Exemple de langage familier : « À la semaine pro ??? »

Le langage courant

Celui-ci est le plus neutre, à l’oral comme à l’écrit. Il respecte en général les règles de grammaire, d’orthographe et de ponctuation, tout en restant sobre dans ses formules. Il s’emploie notamment avec vos collègues de travail.

Exemple de langage courant : « À la semaine prochaine ! »

Le langage soutenu

Enfin, le langage soutenu est surtout employé à l’écrit, notamment lorsque votre interlocuteur est votre supérieur hiérarchique ou que vous ne le connaissez pas. Dans ce cas on utilisera un vocabulaire recherché qui répond souvent à des codes établis, notamment dans le cadre du travail.

Exemple de langage soutenu : « En attendant notre rencontre de la semaine prochaine, je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées. »

Quel niveau de langage utiliser en expression écrite ?

Pour savoir quel niveau de langage utiliser, vous devez avoir conscience de la relation que vous entretenez avec votre interlocuteur :

  • Connaissez-vous cette personne ?
  • Est-ce votre supérieur hiérarchique (professeur, employeur, autorités…) ?
  • Envoie-t-elle des signaux précis sur la façon de communiquer avec elle ? Vous a-t-elle déjà demandé de la tutoyer, par exemple ?

C’est en connaissant les codes propres à chaque niveau de langage et en faisant preuve de bon sens que vous parviendrez à choisir le niveau de langage à employer. Dans le doute, nous vous recommandons d’être prudent(e) et d’opter pour le langage soutenu.

Ajuster sa tonalité

De même que pour le niveau de langage, le choix de la tonalité à utiliser en expression écrite tient du contexte et du bon sens. Voici les principales tonalités à utiliser à l’écrit : 

  • la tonalité comique, destinée à provoquer le rire de l’interlocuteur (comédies, histoires drôles, caricatures…) ; 
  • la tonalité ironique, qui utilise le second degré pour faire passer son message (textes argumentatifs, satires…) ; 
  • la tonalité pathétique, qui cherche à susciter la compassion du lecteur face à une situation difficile (tragédies, avis d’animal perdu…) ; 
  • la tonalité polémique, qui cherche à critiquer de façon agressive (réquisitoires, discours judiciaires…) ; 
  • la tonalité didactique, qui a pour but d’instruire, d’enseigner et d’expliquer (instructions, tutoriels, recettes…).

Soigner son style pour une meilleure expression écrite

À force d’entraînement, il est tout à fait possible d’améliorer votre style à l’écrit. Bonne nouvelle, vous profiterez également de vos progrès à l’oral.

Diversifier son vocabulaire

En premier lieu, vous pouvez enrichir votre vocabulaire. En sachant mieux manier les mots de la langue française, vous pourrez : 

  • éviter les répétitions, qui alourdissent les phrases ; 
  • nuancer vos propos avec des termes précis ; 
  • maîtriser les codes de chaque niveau de langage, notamment du langage soutenu.

Améliorer la structure de ses phrases

Au-delà du vocabulaire, la syntaxe et la ponctuation sont des éléments essentiels de l’expression écrite. En effet, elles permettent de structurer vos phrases et d’en faciliter la lecture.

Attention aux phrases lourdes !

Une phrase longue, qui éloigne le sujet de son verbe, ou qui multiplie les propositions relatives, peut présenter plusieurs risques. À la rédaction, elle peut provoquer des erreurs de grammaire, tandis qu’à la lecture, il faudra être relativement concentré pour en comprendre le sens. Même sans fautes, une phrase très longue peut être pénible à lire !

La solution : sujet – verbe- complément

Pour limiter les risques de phrases trop longues ou mal structurées, la solution est souvent de revenir à une structure de syntaxe simple : sujet – verbe – complément. Revenir à ces fondamentaux vous permettra de vous assurer que le sens premier de votre texte sera bien compris.

Dans la lignée de la règle « une idée = un paragraphe », faites en sorte qu’une phrase porte un argument précis. Si votre phrase est vague ou qu’elle constitue une redite, peut-être que sa structure est à simplifier.

Rassurez-vous : les propositions relatives, la ponctuation et les adverbes ne sont pas à bannir pour autant ! Veillez simplement, à la rédaction comme à la relecture, à vous poser la question suivante : « ai-je formulé mon idée de la façon la plus claire possible » ?

Bien utiliser les connecteurs logiques en français

Les connecteurs logiques sont des éléments indispensables de la rédaction. Ils permettent de lier deux phrases ou groupes de mots. Ils peuvent exprimer : 

  • la conséquence : c’est pourquoi, ainsi, donc, si bien que… ;
  • la cause : puisque, car, comme, en effet… ;
  • le but : pour, afin de, à cette fin… ;
  • l’opposition : mais, or, en dépit de, même si… ;
  • l’addition : et, ainsi que, enfin… ;
  • la condition : si, selon… ;
  • la comparaison : plus, moins, comme… ;
  • l’exemple : ainsi, par exemple… ;
  • la reformulation : en bref, en d’autres termes… ;
  • l’alternative : ou, soit… soit… ;
  • la gradation : également, et même… ;
  • la conclusion : pour finir, enfin…

Pourquoi utiliser les connecteurs logiques ?

Les connecteurs logiques permettent de souligner la cohérence de vos idées les unes avec les autres. Pour argumenter, raconter une histoire ou expliquer une situation, les connecteurs fluidifient votre texte en liant ses différentes parties. 

Pour bien utiliser les connecteurs logiques et améliorer votre expression écrite, n’hésitez pas à développer votre vocabulaire et entraînez-vous !

Les bonnes pratiques de l’expression écrite selon le contexte

Voici trois exemples de bonnes pratiques de rédaction à appliquer en fonction des cas que vous rencontrez.

Comment rédiger un courriel professionnel ?

Le courriel est un mode de conversation qui répond à des règles particulières. Que mettre en objet ? Qui mettre en copie ? Quelles formules de politesse employer ? Il est primordial de connaître les codes de ce moyen de communication pour éviter les impairs. Retrouvez tous nos conseils pour rédiger un courriel professionnel parfait !

Comment rédiger un compte rendu ?

Si vous assistez à une réunion, une conférence ou un événement, vous aurez peut-être à rédiger un compte rendu ou un rapport. Voici quelques éléments incontournables : 

  • les informations pratiques : la date et le lieu de l’événement, le nom des intervenants et, si nécessaire, leur poste et leur employeur (dans le cadre de réunions, par exemple) ; 
  • le sujet abordé ou l’ordre du jour ; 
  • les grandes tendances de la présentation ou des échanges ; 
  • les conclusions ou les décisions prises. 

N’hésitez pas à prendre de nombreuses notes, quitte à n’en utiliser qu’une petite partie lors de la rédaction de votre compte rendu. Notre conseil : n’attendez pas trop longtemps après l’événement pour passer à la rédaction de votre compte rendu ! Votre document sera plus précis si les informations que vous rapportez sont encore fraîches dans votre esprit.

Comment rédiger une candidature ?

La lettre de motivation, que ce soit pour formuler un vœu Parcoursup, postuler à un stage ou répondre à une offre d’emploi, est un incontournable de toute candidature. Là encore, il existe des codes bien précis à ne pas négliger : 

  • Pensez à respecter les codes de l’en-tête (expéditeur, destinataire, objet…). 
  • Commencez votre lettre par « Madame, Monsieur », et terminez-la par une formule de politesse (« Veuillez agréer, Madame, Monsieur… »).
  • Utilisez le langage soutenu
  • Restez clair et concis : en général, une lettre de motivation ne dépasse pas une page !

Les 5 erreurs les plus courantes qui changent le sens d’une phrase

Voici quelques exemples d’erreurs d’orthographe, de syntaxe ou de ponctuation que l’on retrouve souvent. Ayez-les en tête pour ne plus les faire !

La ponctuation (et notamment la virgule)

La ponctuation peut changer le sens d’une phrase ! On pensera au fameux exemple « On va manger, les enfants ! », qui prend un tout autre sens si on l’écrit sans sa virgule…

Les homophones

Méfiez-vous des homophones, ces mots qui se prononcent de la même manière, mais qui n’ont pas la même orthographe ! Si vous aimez manger du pain, vous êtes un gourmand. Mais si vous aimez manger du pin, vous êtes un castor !

Les paronymes

Des paronymes sont deux mots qui se ressemblent beaucoup, et dont les sens peuvent être proches. Mais ils ne sont pas synonymes pour autant : il est donc très facile de les confondre ! Voici quelques exemples de paronymes

  • attention et intention
  • acception et acceptation
  • allusion et illusion

Pour éviter les erreurs liées aux paronymes, vous pouvez améliorer votre vocabulaire et redoubler de vigilance à la relecture !

La coréférence du sujet

La coréférence désigne le fait que plusieurs mots ou groupes de mots renvoient au même sujet. Pour mieux comprendre ce phénomène, prenons un exemple : « L’équipe accueillit l’entraîneur, épuisée. » 

C’est grâce à la coréférence du sujet que l’on comprend que c’est l’équipe qui est épuisée, et non l’entraîneur. On peut le comprendre grâce au contexte, mais aussi grâce aux règles grammaticales : un sujet en coréférence exige un accord en nombre et en genre. C’est parce que l’adjectif « épuisée » est au féminin que l’on peut comprendre qu’il s’agit de l’équipe. 

En cas de faute de grammaire, la phrase peut prendre un tout autre sens. Si on avait écrit « l’équipe accueillit l’entraîneur, épuisé », « épuisé » aurait renvoyé à l’entraîneur. 

Veillez donc à respecter les règles de grammaire, ou à clarifier votre propos pour éviter toute ambiguïté ! En plus de l’accord en genre et en nombre, c’est généralement la proximité avec le sujet qui permet d’établir une coréférence en cas de doute.

La reprise pronominale

« J’adore ce groupe de musique, il faut que tu écoutes ce groupe de musique ! » Cette phrase vous fait tiquer ? C’est normal ! 

Le groupe nominal « ce groupe de musique » est utilisé deux fois en peu de temps, ce qui alourdit le tout. C’est pourquoi l’usage est d’utiliser un pronom pour donner : « J’adore ce groupe de musique, il faut vraiment que tu l’écoutes ! ». On parle de reprise pronominale, car le pronom reprend le groupe de mots précédemment cité. 

Là encore, la règle est d’accorder le pronom en genre et en nombre avec le mot ou groupe de mots auquel il fait référence. Mais les erreurs grammaticales sont fréquentes, notamment parce qu’on s’en permet à l’oral ! Ainsi, « J’adore ce groupe de musique, il faut que tu les écoutes » n’est pas correct. Même si on pense aux musiciens du groupe en écrivant « les », le pronom est bien censé renvoyer au groupe en lui-même, au singulier.

Améliorer son expression écrite avec le Projet Voltaire

Alors que, ces dernières décennies, le niveau des Français à l’écrit est en baisse, le Projet Voltaire a développé une solution en ligne pour développer leurs capacités. Cet outil permet de réviser de manière ludique les règles fondamentales de l’expression : orthographe, grammaire, conjugaison, syntaxe, enrichissement du vocabulaire, bonnes pratiques du courriel professionnel… 

Quels que soient votre niveau et votre objectif, le parcours d’apprentissage s’adapte à votre progression de manière individualisée.

Articles liés

Laissez un commentaire
*