Les salons littéraires : Madame de la Sablière

Nous l’avons vu dans le premier volet de notre série sur les salonnières, consacré à la marquise de Rambouillet : la langue française trouvait dans les salons littéraires un terrain d’expression inégalable. On y récitait des poèmes, on lisait des ouvrages, on jouait la comédie… Comment aurait-il pu en être autrement ? Ces lieux d’effervescence littéraire et intellectuelle réunissaient les plus beaux esprits du XVIIe siècle. Aujourd’hui, poussons la porte du salon de Madame de la Sablière et rencontrons ses hôtes, parmi lesquels le grand La Fontaine !

Où était situé le salon de Madame de la Sablière ?Portrait de Madame de la Sablière

Il se tenait dans un hôtel de la rue Neuve-des-Petits-Champs. Cette voie, qui se nomme ainsi car elle a été « percée à travers champs », était perpendiculaire à la rue Croix-des-Petits-Champs, dans le 1er arrondissement de Paris.

Qui était Madame de la Sablière ?

De son vrai nom Marguerite Hessein, Madame de la Sablière est née à Paris en 1640. La Fontaine, qui était son protégé (elle l’hébergea dans sa maison durant vingt ans, de 1673 à 1693), a écrit que son esprit avait « beauté d’homme et grâces de femme ». C’est que Madame de la Sablière était non seulement savante et spirituelle, mais également d’une grande beauté : un corps bien proportionné, des cheveux blond cendré, des yeux bleus, la peau blanche, de belles mains et une belle gorge. Elle était surnommée « la tourterelle » par Madame de Sévigné.

Était-elle une « femme de lettres » ?

Madame de la Sablière était une femme cultivée, mais elle n’a pas, à l’instar de Mesdames de Sévigné ou de La Lafayette, écrit de correspondances ou d’ouvrages qui soient passés à la postérité. Elle s’intéressait à la littérature (poésie), à la philosophie et aux sciences (physique, astronomie, mathématiques).

Quelle était sa relation avec La Fontaine ?

Nous l’avons vu, Madame de la Sablière était la protectrice de La Fontaine, qui le lui rendait bien. Il lui a dédié une fable, Les Deux Rats, le Renard et l’Œuf, qui s’accompagne d’un Discours à Mme de la Sablière. Dans ses vers, La Fontaine la nomme « Iris », comme la déesse grecque. C’est une belle déclaration d’amitié, car c’est uniquement l’amitié qui unissait la salonnière et son poète. Précisons que Madame de la Sablière était séparée de son mari, Antoine de la Sablière, et qu’elle s’est ensuite éprise du poète La Fare.

Qui fréquentait son salon ?

Outre La Fontaine, qui habitait l’hôtel, Madame de La Fayette et Madame de Sévigné, on pouvait y croiser Charles Perrault (que Madame de la Sablière appelait son « maître ») ainsi que Fontenelle. Et, bien entendu, d’autres gens de lettres, des gens de cour, des diplomates, des abbés…

Pourquoi le salon a-t-il cessé ses activités ?

En 1679, la fin de ses amours tumultueuses avec La Fare plonge Madame de la Sablière dans le désespoir. Le salon ferme ses portes. Durant les dernières années de sa vie, la salonnière se détache du monde pour mieux se rapprocher de Dieu. Elle décède en 1693, à l’âge de 53 ans.

Sandrine Campese

Crédit photo
Source : Les grands salons littéraires, XVIIe et XVIIIe siècles, Conférences du musée Carnavalet de 1927, édition de 1928.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles liés

Laissez un commentaire
*