Ces cuisiniers aux noms prédestinés

Après les footballeurs, les cyclistes et les athlètes, quittons  le domaine du sport pour nous intéresser à quelques grands noms de la gastronomie française et québécoise. Cuisinier, œnologue, sommelier, boucher ou pâtissier, ils ont tous un patronyme en lien avec leur activité (aptonyme), ou, plus rarement, à contre-emploi (contraptonyme). Vite, faisons les présentations !

grappe de raison noir

Le chef Grappe aime les petits fruits

 Tout le monde a entendu parler de Marc Veyrat, reconnaissable à son grand chapeau noir et à ses lunettes de vue rondes. Né en 1950 à Annecy, ce grand chef cuisinier a un palmarès exceptionnel : il a obtenu (à deux reprises) trois étoiles dans le Guide Michelin et la note maximale de 20 sur 20 dans le Gault et Millau. Savez-vous ce que Marc Veyrat aime particulièrement cuisiner ? Les côtes de porc au café !

Né deux ans après Marc Veyrat, Jean Soulard a un patronyme tout aussi remarquable ! Il a dirigé pendant vingt ans les cuisines du prestigieux Château Frontenac au Québec. Hasard ou destin ? Jean Soulard aime cuisiner à base de vin, en particulier le pétoncle et le homard !

Mais ce n’est pas tout ! Originaire de Dijon, Jean-Paul Grappe a fait carrière à Montréal, au Québec, où il a ouvert quatre restaurants. Il est l’auteur de nombreux livres de cuisine, dont l’un, publié en 2005, s’intitule… Petits Fruits !

Enfin, le benjamin de la « tribu », le chef Christophe Hache, est né en 1981. En 2010, il succède à Jean-François Piège comme chef des cuisines du restaurant Les Ambassadeurs de l’Hôtel de Crillon à Paris. Bien sûr, pour en arriver là, Christophe Hache a maintes fois éprouvé sa technique du « haché menu »…

Ils ont de la bouteille !

La spécialité de l’œnologue Chantal Armagnac ? L’armagnac, pardi ! En 2010, à l’occasion du 700e anniversaire de la célèbre eau-de-vie, elle publie son troisième ouvrage sur le sujet : L’Armagnac pour les nuls. Chantal Armagnac est lucide sur l’attrait de son nom auprès des éditeurs : « Nous étions plusieurs sur les rangs. Mon nom a certainement joué », a-t-elle reconnu.

Quant à Kler-Yann Bouteiller, né en 1981, il connaît les bonnes bouteilles et pour cause, c’est un sommelier réputé ! Originaire de Lyon, il exerce son talent au Québec. En 2009, il a été distingué comme meilleur jeune sommelier et « premier nez » pour ses qualités de dégustateur. Il est également enseignant en sommellerie et chroniqueur en vin pour des magazines.

Lebœuf, meilleur boucher de France

Chez les Lebœuf, on est boucher de père en fils ! Suivant les traces de son père et de ses deux frères, Romain Lebœuf, né en 1988, a été sacré meilleur apprenti boucher de France puis champion d’Europe de boucherie avant de devenir, à l’âge de 27 ans, meilleur ouvrier de France en boucherie. Pas de doute, il est à la hauteur de son nom !

Un pâtissier nommé Carême…

L’inventaire ne serait pas complet sans un célèbre pâtissier français : Antonin Carême (1784-1833). Il fut surnommé le « cuisinier des rois » et le « roi des cuisiniers » pour la qualité de ses pièces montées dont l’architecture suscitait l’admiration générale. Or, dans la religion catholique, le carême désigne une période de jeûne et d’abstinence de quarante jours. Carême est donc un contraptonyme !

Sandrine Campese

Crédit photo

 

 

Articles liés

Laissez un commentaire
*