« Pierre ou Paul t’aidera » ou « Pierre ou Paul t’aideront » ?

Erreur d’accord du verbe avec un sujet complexe

Faut-il dire « à l’issue de ce match, l’Italie ou l’Espagne sera championne d’Europe de foot » ou « à l’issue de ce match, l’Italie ou l’Espagne seront championnes d’Europe de foot » ?

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs !

Règle avec des sujets reliés par « ou »

Quand « ou » coordonne deux noms au singulier, le verbe se met au singulier ou au pluriel selon les cas :

– il se met au singulier si l’un des deux noms exclut l’autre.

> Le président de la République ou le Premier ministre présidera la réunion.

– il se met au pluriel si l’on peut dire « l’un et l’autre » ou « l’un comme l’autre ».

> La fatigue ou l’imprudence sont à l’origine de bien des accidents.

Si « ou » unit deux synonymes, le verbe se met bien sûr au singulier.

> Élisabeth Ire ou la Reine vierge a régné quarante-quatre ans.

N.B. Le même raisonnement vaut pour l’accord du verbe après « ni » : il se met au singulier si l’un des deux noms coordonnés par « ni » exclut l’autre. Dans les autres cas, il se met généralement au pluriel.

> Ni Philippe ni Jérôme n’a été élu président de la République.

> Ni la mer ni la montagne ne m’attirent.

Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Du moins s’agit-il là de ce que proposent les grammairiens, par avance résignés à ce que l’usage dispose ! Faisons donc mine d’oublier que l’édifice est branlant au moment de lui apporter une pierre : il va de soi que, si « ou » est suivi de l’adverbe « plutôt », le verbe reste a fortiori au singulier, le second terme éclipsant le premier. C’est ainsi qu’on lit chez Alexandre Dumas : « Quoique mon nom ou plutôt le nom de mon frère se trouve mêlé dans tout cela… »

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Selon ce sondage, c’est le président sortant ou Hollande qui sera élu.
  2. Pour votre tenue, un tailleur ou une robe habillée feront l’affaire.
  3. Dans un monde idéal, un ouvrier ou un cadre serait traité avec la même considération.
  4. Scorsese ou Coppola dirigera ce film.
  5. Paris ou la Ville lumière attirent toujours autant de touristes.
  6. Le président ou le Premier ministre représentera la France aux funérailles de la reine d’Angleterre.
  7. La fatigue ou une baisse de tension peut expliquer votre évanouissement.
  8. Romuald ou Julie présenteront ce projet à nos partenaires.
  9. Une infirmière ou un médecin sauront répondre à tes questions.
  10. La pomme ou la poire convient pour cette tarte.

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : Pour votre tenue, un tailleur ou une robe habillée fera l’affaire. Le verbe se met au singulier car la « tenue » ne peut être constituée que de l’une des toilettes mentionnées (le « tailleur » ou la « robe habillée »).
  3. Faux. Il faut écrire : Dans un monde idéal, un ouvrier ou un cadre seraient traités avec la même considération. Les deux termes unis par « ou » ne s’excluent pas l’un l’autre. On pourrait dire « l’un comme l’autre seraient traités… ». Le verbe se met donc au pluriel.
  4. Phrase correcte.
  5. Faux. Il faut écrire : Paris ou la Ville lumière attire toujours autant de touristes. « Paris » et « la Ville lumière » sont synonymes. Puisqu’ils représentent une seule et même chose, le verbe se met au singulier.
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : La fatigue ou une baisse de tension peuvent expliquer votre évanouissement. Les deux termes unis par « ou » ne s’excluent pas l’un l’autre. On pourrait dire « l’un comme l’autre peuvent expliquer votre évanouissement ». Le verbe se met donc au pluriel.
  8. Faux. Il faut écrire : Romuald ou Julie présenterace projet à nos partenaires. Seule l’une des deux personnes nommées « présentera ce projet ». Les deux termes s’excluant l’un l’autre, le verbe se met au singulier.
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : La pomme ou la poire conviennent pour cette tarte. On pourrait dire « l’une et l’autre conviennent pour cette tarte ». Il faut donc mettre le verbe au pluriel.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs !

Auteurs Projet Voltaire :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire
Articles liés

Répondre à Anne Annuler la réponse.

Laissez un commentaire
*

    Bonjour Cathyca, d’après Le Petit Robert, oesophagite est un nom désignant Inflammation de l’œsophage. Ce n’est pas un adjectif. Bon après-midi.

Merci pour ces explications. Une précision reste, à mon avis, à porter dans le cas d’un nom singulier et un autre au pluriel. Si je veux dire « merci de me faire parvenir le ou les justificatif(s) reçu(s) après cette date » ?

      Je comprends la question d’Alix. Et dans l’article que vous indiquez, il n’y a pas, me semble-t-il, de correspondance entre moi et toi par la conjonction de coordination « ou ». Alix se demande s’il faut écrire « C’est moi ou toi qui ai mis le beurre au frigo » ou « C’est moi ou toi qui as mis le beurre au frigo ». Le mieux est peut-être d’écrire : « C’est moi qui ai mis le beurre au frigo, ou toi ? »

        Bonsoir Anne, sur cette question, je vous renvoie (ainsi qu’Alix) vers cet article qui balaie tous les cas de figure. Bonne soirée.

          Je dois être stupide (mais apparemment nous sommes plusieurs dans ce cas), car je ne vois ni dans le présent article, ni dans celui que vous citez, où le cas qu’Alix et Anne est traité. Dans les explications données, soit le verbe doit être au pluriel, soit il est au singulier, mais dans ce cas, les deux sujets potentiels sont à la même personne. Le cas où les deux sujets potentiels sont à deux personnes différentes et le verbe au singulier n’est pas traité.
          Pouvez-vous donc nous donner la réponse : Faut-il écrire « C’est moi ou toi qui ai mis le beurre au frigo » ou « C’est moi ou toi qui as mis le beurre au frigo »? Puisque dans cette phrase, l’un ou l’autre peut effectuer l’action, mais pas les deux, quelle personne choisir?

          *** BONJOUR *** Casfossat, avec des sujets de personne différente (moi ou toi qui…), le verbe s’accorde plus fréquemment avec le premier terme, mais peut aussi s’accorder avec le dernier terme. Exemples : « Est-ce moi ou vous qui organiserai / organiserez la formation ? », « J’ignore si c’est elle ou moi qui a / ai écrit cette note. » Bon week-end.

Bonsoir Erick,

Votre réponse m’est une belle occasion de vous demander de prendre mieux position au Projet Voltaire sur les questions de genre des mots…
Vous êtes sur le bon chemin avec le « genre neutre », mais l’Académie a émis en 1984 un avis circonstancié encore plus tonique : dans les langues indo-européennes, la règle est le genre non-marqué (plus radical que le neutre), et on doit donc le privilégier. « Accessoirement », on marquera un genre, sans contrainte autre que l’usage. Les notions de « masculin/féminin » doivent être délaissées.
Rénovation linguistique nécessaire, mais qui va la mener ? Vous êtes mieux placés que quiconque.

Bien littérairement.
Chambaron

    Bonjour Laura, dans un cas comme celui que vous indiquez, c’est le genre neutre qui s’impose – le genre neutre étant le masculin. Cela donne donc : « le bénéfice ou la perte envisagé »