Icône question orthographe

« huit heure » ou « huit heures » ? Comment écrire l’heure en français

Sans doute parce qu’on voit indiquée une heure et une seule sur le cadran de l’horloge, on oublie souvent d’écrire « huit heures », avec un « s » à « heure ».

Icône réponse question orthographe

« Huit » (de même que « quatre », « sept », « seize », etc.) exprime un pluriel, il est donc logique de mettre un « s » au nom qui le suit, même s’il s’agit d’une heure. « Il est huit heures et dix minutes. »

Lisez également : comment écrire « à tout à l’heure » sans se tromper.

Arrêtez de douter de votre orthographe !
Découvrez les modules d'entraînement Projet Voltaire. JE TESTE GRATUITEMENT

Icône avis expert orthographe

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographe Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

La raison que nous avancions plus haut est probablement aussi à l’origine de l’hésitation qui, dans la foulée, entoure l’accord du verbe qui suit. Si Stendhal écrit des plus logiquement, dans Le Rouge et le Noir, que « onze heures sonnèrent », Roger Vailland, dans 325 000 francs, n’hésite pas à lui opposer un « dix heures sonna ». À l’inverse, c’est bien le singulier que l’on attend après « midi » et « minuit », ce qui n’a pas empêché Zola d’écrire, dans L’Œuvre, que… « minuit sonnèrent » !

Icône exercices orthographe

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. L’assemblée ordinaire aura lieu de midi à quatorze heures.
  2. Soyez là à quinze heures sans faute.
  3. Le film commence à vingt heure quinze.
  4. Notre vol ayant été retardé, nous n’avons décollé qu’à vingt heure.
  5. Un veilleur de nuit est présent dans l’usine à partir de vingt-deux heures.
  6. L’alarme s’est déclenchée à trois heure du matin.
  7. La livraison aura lieu à partir de onze heure.
  8. Mon rendez-vous de seize heure est-il confirmé ?
  9. La pancarte indique que la boutique ouvre à dix heures.
  10. Le transporteur nous promet une livraison avant dix-sept heure.
Icône réponses exercices orthographe

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : Le film commence à vingt heures quinze.
    « Vingt » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qui le suit : on écrit « vingt heures ».
  4. Faux. Il faut écrire : Notre vol ayant été retardé, nous n’avons décollé qu’à vingt heures.
    « Vingt » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qu’il détermine : on écrit « vingt heures ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : L’alarme s’est déclenchée à trois heures du matin.
    « Trois » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qui le suit : on écrit « trois heures ».
  7. Faux. Il faut écrire : La livraison aura lieu à partir de onze heures.
    « Onze » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qui le suit : on écrit « onze heures ».
  8. Faux. Il faut écrire : Mon rendez-vous de seize heures est-il confirmé ?
    « Seize » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qu’il détermine : on écrit « seize heures ».
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Le transporteur nous promet une livraison avant dix-sept heures.
    « Dix-sept » exprime un pluriel, il faut donc mettre un « s » au nom qui le suit : on écrit « dix-sept heures ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Découvrez les modules d'entraînement Projet Voltaire. JE TESTE GRATUITEMENT

Icône auteur règle orthographe
Auteurs Projet Voltaire :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire
Articles liés

Répondre à laura oultaf Annuler la réponse

      Les sous-entendus, c’est facile à inventer, mais, quand ils n’existent en fait pas, ils ne sont que le cache-misère de raisonnements flous.

      À vous en croire, il faudrait éliminer quelques exemples du Bon Usage de Grevisse : «Il est dix heures et demie passées», «À sept heures et demie précises», «Il est trois heures bien sonnées.»

        Bonjour wodom, à quel moment ai-je parlé d’éliminer quoi que ce soit ? Quant au Grevisse, tout est l’intérêt de l’ouvrage est de transcrire la totalité des usages. À chaque emploi correspond, peu ou prou, un emploi contraire. Difficile, dès lors, de pouvoir s’y fier pour établir une « règle ». Bon week-end.

          Grevisse ne met jamais sur le même plan bon et mauvais usage, vous caricaturez.

          L’ensemble de vos réponses sur cette page va à l’encontre de ce que font de nombreux bons auteurs et de ce qu’approuve un excellent grammairien. On pourrait faire un inventaire plus riche (Larousse donne «à deux heures précises», «trois heures sonnent» et «trois heures sonne»; Robert donne «quatre heures précises»; le TLF donne «onze heures passées», etc.), mais votre seul argument étant l’autorité de votre champion et une logique qui, premièrement, ne se défend pas plus que son contraire et, deuxièmement, vous appliquez sans rigueur, à ce stade, ce serait superflu.

Bonjour,
lorsque l’on écrit huit heures, cela ne veut -t’il pas signifier qu’il s’agit de la huitième heure, et donc qu’il n’y en a qu’une ?
Je me pose souvent la question. Merci de me répondre.
Cordialement

      Malheureusement, l’auteur s’est discrédité avant même de formuler sa règle, en écrivant : «on oublie souvent d’écrire “huit heures”, avec un “s” à “heure”.»

      En effet, ce n’est pas « huit heures » qu’on oublie d’écrire, mais seulement le « s ».

      Ainsi, même si sa règle est juste, ce n’est pas l’argument d’autorité qui peut nous en convaincre.

        Bonjour wodom, je crains de ne pas bien comprendre votre remarque. Il n’y a pas écrit « on oublie souvent d’écrire huit heures« , mais « on oublie souvent d’écrire huit heures avec un « s » à heure« . On aurait pu dire aussi, « on oublie souvent le « s » à heure dans « huit heures ». Bon week-end.

          Vous oubliez dans votre citation la virgule. Je ne vous apprendrai pas qu’elle n’est pas négligable. Mais, même sans elle, non, votre interprétation n’est pas rigoureuse.

          Malheureusement, la démonter demande beaucoup de travail; que le lecteur juge, donc – peut-être que j’ai tort.

          Je donnerai juste un exemple analogue qui sera peut-être éclairant :
          Si je dis «on oublie souvent de signer son attestation, avec un stylo», ça ne veut dire «on oublie souvent, quand on signe son attestation, d’utiliser un stylo» que dans une langue floue qui n’est pas appropriée pour une leçon de grammaire.

    Premièrment, « 6 h 15 », c’est « six heures quinze ». « Six heures et quart », c’est moins précis, et ça ne peut pas s’écrire avec des chiffres.

    Par ailleurs, on ne mélange pas des nombres écrits en chiffres avec des nombres écrits en lettres, par souci d’élégance?; et encore moins des quantités pas vraiment numériques (ici, «quart») écrites en lettres avec des nombres écrits en chiffres.

    Enfin, quand on écrit en toutes lettres les nombres, on écrit leurs éventuelles unités en toutes lettres aussi, c’est-à-dire non abrégées?; ici, « six heures » et non « six h ».

Drôle cette manière très française de JUSTifier une règle d’orthographe
(ici, elle serait LOGIQUE)
Quand on dit
« IL EST onze heureS »
soit la phrase est incorrecte
soit des mots y sont sous entendus
Il est l’heure nommée onze (numéro pas de S)
Il est un moment situé après onze (quantité) heureS

C’est le même chemin qui a été pris
(confusion entre numéro et quantité)
pour nous expliquer que l’an 2000 n’était pas la première année du XXI eme siècle
(Des scientifiques sont passés à la télé et à la radio pour cela)

parce que nos stupides ancêtres
ne connaissant pas le zéro
ou si peu
avaient omis l’année 0 !

A quand le projet de faire commencer le mois avec le jour 0 ?
Ce serait … LOGIQUE ?

A propos
quand travaille-t-on cette notion capitale à l’école ?

Bonjour, je ne suis pas d’accord avec le principe.. on parle ici d un moment dans le temps et non pas d une quantité.. il ne devrait pas y avoir de s.. d’ailleurs la question reflète bien cette logique.. on dit » il est qu’elle heure ? » et non pas « combien d’heure? »

      Bonjour Michel, je suis désolée, mais « 8 heure » et « 16 heure » sont incorrects. Si on veut indiquer un horaire de début et un horaire de fin, on écrira « Ouvert de 8 heures à 16 heures » (ou plus simplement en utilisant l’abréviation « de 8 h à 16 h »). C’est très rarement que l’on donne la « durée » d’une ouverture, auquel cas on écrira, comme vous l’avez fait : « Ce magasin reste ouvert pendant 8 heures sans interruption », par exemple. Dans tous les cas, « heures » se met au pluriel (sauf sans « 1 heure », bien sûr). Bonne journée.

    Quand on pose la question, on n’a pas la réponse. Laquelle pourrait être « une heure », au singuler. De la même façon, on dit « Qui est venu?? », et non « Qui sont venus?? »… même, d’ailleurs, quand on pense que plusieurs personnes sont venues.

Bonjour tout le monde,

Je suis d’accord avec la convention en vigueur (même si c’est une totale découverte pour moi!), pour la simple et bonne raison qu’on dira il est 8 heureS 15 minuteS et 18 secondeS.
Pourquoi mettrait-on un S à minute et seconde et non à heure.

Voilà ma maigre contribution.

L’orthographe, comme on dit traditionnellement le « français » est une langue reconnue dans le monde entier et est très respectée. C’est la langue des diplomates. Voir écrire que notre belle langue est bafouée parce qu’on se contre fiche des règles grammaticales, ça me fait bondir. Je n’ai que mon Certificat d’Etude Primaire, passé en 1968 (je l’ai raté) et, l’ai obtenu l’année suivante, donc je ne suis pas un grammairien de haut niveau, loin s’en faut, mais je tiens par dessus tout au « ph » et non au « f », à l’accent circonflexe, etc. C’est peut être très académique, mais c’est le « français » dans toute sa splendeur, tout en subtilité où, on peut construire une phrase dans un sens et la reconstruire dans l’autre sans pour autant en changer la signification, différente d’un palindrome. Il est indéniable qu’il faut s’y exercer régulièrement. Mais la lecture, c’est bien mieux que des émissions télévisuelles insipides et sans saveur. A chacun ses choix chez soi. Ouf!!!

    Bonjour Périchon, la rigidité que vous prêchez pour cette langue que vous aimez tant en sera également la perte. Le français est aussi connu pour sa logique parfois défaillante excusée par ses puristes. Excuses qui ne tiennent souvent à pas bien plus que des codes conventionnels primitifs, dont les justifications demandent chaque fois une expédition archéologique.

    À une époque où les gens apprennent souvent un minimum de deux langues, on découvre que pour l’expression de la même idée, si la convention est d’aller au pluriel dans l’une, elle est de rester au singulier dans l’autre. Où est donc le bon sens dans tout ça? La faveur ira à celle qui saura prioriser sa fonction primaire, la communication, tout en restant simple et cohérente dans la forme, malgré la soit disant esthétique qu’on veut lui insuffler. Le minimalisme revient à la mode dans tous les aspects de la vie au 21ème siècle et ça n’augure pas bien pour le français à mon avis.

    Un lexicographe nommé Noah Webster avait pu discerner jadis les caprices d’une minorité qui était campée sur la sophistication du médium d’expression et le besoin plus réel de la masse de communiquer ses idées. Il a été à l’origine d’une révolution de l’anglais auquel il a apporté de profonds changements qui ont contribué à sa radicale simplification et à son adoption quasi unanime, sur un continent aux populations nouvelles et éclectiques. Ça n’a pas empêché les États-Unis de nous donner plus tard des Ernest Hemingway, J.D. Salinger, Kurt Vonnegut et autres.

J’emm…. les règles et je continuerai d’écrire il est 8 heure. (j’attend l’amende avec sérénité).
c’est la fin de la 8ème heure et le début de la 9ème.

Ce qui tue le français de France c’est l’attachement aux règles du passé par rapport à la logique du terrien qui le découvre.
C’est aussi vrai pour l’anglais d’Oxford vs (intentionnel) celui de Californie ou d’Inde.

65 sons à peu près et plus de 1000 orthographes … 6 ans pour apprendre un français plein d’arbitraires vs 3 ans pour un anglais simplifié et moins encore pour d’autres langues d’avenir.

150 000 ados d’une classe d’age de 800 à 830 000 qui ne savent ni lire et écrire ni comprendre ce qu’ils n’arrivent pas à déchiffrer dans une langue qui n’est pas celle qu’ils parlent.

Heureusement, dans un futur proche, chacun verra le texte qu’il veut lire s’écrire dans la police, l’orthographe, le vocabulaire et la langue de son choix… pas celles-ceux qui serait imposé(e)s par l’auteur ou l’éditeur.

Le travail sur les langues contraintes (on empêche et on entraîne interactivement le rédacteur entre le clavier et l’écran ) permet de n’utiliser que des mots simples sans ambiguïtés dans des tournures claires pour être aisément comprises par tout lecteur et éventuellement traduites automatiquement sans erreur.

La langue et l’écrit sont d’abord des outils d’échanges et de compréhensions entre humains 🙂

    Bonsoir Laurent, vous êtes tout à fait libre d’écrire « il est 8 heure, sans « s » », si vous le souhaitez. Ce n’est pas correct du point de vue grammatical, mais, après tout, chacun a le droit d’écrire comme il l’entend, tant que cela ne lui est pas préjudiciable (professionnellement, par exemple). Mais de là à supprimer tous les « s » que vous rencontrez (j’attendS), il y a peut-être un équilibre à trouver ;-). Par ailleurs, vous concluez en disant « La langue et l’écrit sont d’abord des outils d’échanges et de compréhensions entre humains ». C’est justement pour que l’on puisse échanger et se comprendre que la grammaire, mais aussi la syntaxe et la ponctuation doivent être respectées ! Imaginez : vous payez d’avance dans un magasin. Le vendeur écrit « à payer » sur le bon au lieu de « a payé ». Quand vous y retournez, ce n’est plus le même vendeur. Ce dernier vous demande donc de régler la facture, alors que vous l’avez déjà fait… Bonne soirée.

      D’autant qu’il s’agit là d’un impair obligé par us. Ne parle-t-on pas de « la dix-huitième heure » ? Ce décompte ou compte désigne une seule heure à l’instar de « la troisième somme, la quatrième nuit » et non « la troisième sommes et la quatrième nuits » . Nous pouvons croire qu’écrire 4 heure désigne en fait la quatrième heure et peut être absout de condamnation grammaticale.

        Bonjour Raphaël, ici « il » est un sujet impersonnel ; il ne reprend pas le nom « heure ». On dit bien « quelle heure est-il ? » et non « quelle heure est-elle ? ». D’ailleurs, dans la langue familière, il est souvent remplacé par « ce » : « c’est huit heures ». Autres exemples d’emploi de ce « il » impersonnel : Il fait froid. Il pleut. Il faut travailler… Bonne soirée

          Est-il donc correct d’écrire « quelle heure est-il? » ou ne devrait on pas écrire « quelles heures est-il? » ou de même avec « à quelles heures voulons nous.. » comment est-ce qu’on applique cette règle dans ces cas la ou pourquoi n’est elle pas appliqué? Je m’y perds.

          Bonjour Loan, on demande bien « Quelle heure est-il ? » au singulier. Si l’on met un « s » à « heures » dans « huit heures », c’est bien parce qu’on en compte « huit ». Mais « huit heures » est une heure. Vous voyez ? Bonne journée.

      Moi qui suis juriste, et donc très attaché au sens des mots, j’ai toujours appris et trouve logique de l’on écrive qu’il est 21 heure, car cela désigne la 21ème heure du jour, comme nous écrivons que nous sommes au 21ème siècle et non pas aux 21èmes siècles.

        Bonjour Jean,
        Dans les 2 cas, c’est ce que votre phrase veut dire (on mettra toujours un « s »)
        Si vous vouliez dire que vous avez travaillé entre 8 et 9, vous avez oublié un mot : « de »
        J’aurais travaillé de 8 heures à 9 heures.

        La phrase en elle-même n’est pas très française.
        Pour donner al phrase correspondant à votre définition, on aurait plutôt dit :
        A 9 heures, j’aurais travaillé pendant 8 heures. (le mot « pendant » permet un meilleur repère dans le temps).

    @Jean Ducos
    Le fait que cette supposée incompréhension soit présente à l’oral aussi bien pour «heure», sans «s», que pour «heures», avec «s», ne vous fait pas penser qu’elle n’est qu’un faux problème ?

Je suis né au Maroc ya 67 ans et ce n’est que depuis quelques années que je vois 8 heures prédominer sur 8 heure, au sens 8ème heure et quelle heure est-il, il est 8 heure.

Qui est bcp plus logique, même si un esprit simple voyant 8 avant heure a naturellement envie de mettre un s. (Combien d’heures actuellement, elles sont 8 heures ? ). Cela se saurait si la langue française était simple et logique comme l’Espéranto et le nouveau Néerlandais.

    C’est vrai ! on ne dit pas « quelles heures sont-elles », mais « quelle heure est-il ? ».
    Moi personnellement je n’aurais pas mis de S, car il s’agit de l’heure n°8, on ne parle pas de plusieurs heures.
    Cela dit, je trouve que la complexité de la grammaire et de l’orthographe française fait la richesse de notre langue et qu’il serait dommage d’abolir l’orthographe sous prétexte que de nombreuses personnes ont la flemme de l’apprendre. Et en plus, ça nous donne l’occasion de conversations intéressante !

      Par contre vous écrivez bien « il a 8 ans » sans vous poser de question… or (du moins pour moi) c’est exactement la même chose puisqu’on dit « il est dans sa huitième année » ! Quand on a 8 ans, 8 années sont passées depuis la naissance ; de même,à 8 heures, 8 heures sont passées depuis minuit. Moi, je le vois plutôt comme ça et j’ai toujours mis un s à « 8 heures » =)

      Par contre, ce que je trouve très intéressant dans l’article ce sont les remarques sur « 8 heures sonnèrent / sonna ». Comme j’ai plutôt tendance à dire que c’est l’horloge qui sonne et non l’heure en elle même, je ne m’étais jamais posée la question de l’accord du verbe !

J’avais retenu que, s’agissant de donner l’heure, heure était au singulier; et que, s’agissant d’une durée heure s’accordait en nombre.
Ceci me parait tellement logique!
J’ai du mal à comprendre la logique de certains « décideurs »…
Cordialement.

Je suis d’accord avec Pascal. Durant mes années scolaires j’ai appris que quand il s’agit du temps d’un activité (travail, marche etc…,heure s’écrit avec un S. J’ai travaillé pendant 8 heures. Or, il est 8 heure ne prenait pas d’S. Car c’est la 8 ième heure de la journée. Allez comprendre quelque chose à cela. Vous allez à l ‘examen, si votre correcteur n’a pas appris la même chose. Alors ???????????????????

Je pense qu’il ne faut pas prétendre que c’est logique de mettre un pluriel dans ce cas. C’est une convention.
On aurait pu aussi bien choisir de dire que « huit heure » est une abréviation de « la huitième heure de la journée », plutôt que de dire que « huit heures » vient de « huit heures qui se sont écoulées depuis le début de la journée ».
Par ailleurs, l’utilisation du singulier aurait était plus en harmonie avec les expressions comme « à l’heure du repas » vs « aux heures des repas » : quand on met le pluriel à heures, le moment perd en précision. De plus on dit « À quelle heure ? » et non « À quelles heures ? ».
Mais encore une fois l’académie française a décrété que …