Une heure de temps, prévoir à l’avance, tourner en rond : les pléonasmes (1/4)

Le pléonasme consiste, au sein d’un même énoncé, à dire deux fois la même chose, en associant, sans le savoir, des mots de même sens. Maladresse plus que véritable faute, le pléonasme alourdit nos propos et nous fait perdre du temps. Quels sont les pléonasmes à bannir ? Lesquels ont une utilité ? Notre série du mois devrait vous aider à faire le point.un poisson rouge dans son bocal

 

Des pléonasmes à bannir

En une heure de temps 

Une heure, c’est déjà une unité de temps, une période, une durée. Par conséquent, on sait déjà qu’on ne mesure pas autre chose. Si on supprime cette précision, cela nous empêche-t-il de comprendre la phrase ? « En une heure, j’ai rangé ma chambre » : pas d’ambiguïté, j’ai passé une heure à ranger ma chambre (et je n’ai sûrement pas perdu mon temps !).

Optimiser au mieux

Dans « optimiser », on reconnaît l’adjectif optimal, c’est-à-dire « le meilleur possible ». Optimiser, c’est déjà rendre quelque chose meilleur : une organisation, une qualité, un résultat, une condition…

On remplace par : « optimiser » tout court ou « faire au mieux », « utiliser au mieux ».

S’entraider mutuellement

Le verbe s’entraider est composé du verbe aider et du préfixe entre-, qui contient déjà cette idée de réciprocité. Quand deux amis connaissent des difficultés l’un et l’autre, ils s’entraident. C’est un échange.

On remplace par : « s’entraider » tout court ou « s’aider mutuellement », car l’aide peut être fournie dans un seul sens (dans ce cas la précision apportée par l’adverbe « mutuellement » est utile).

Prévoir à l’avance

Le préfixe pré- (avant) nous met sur la voie : pré-voir, c’est déjà « voir à l’avance ».

De même, dans les expressions « prédire l’avenir », « prévenir d’avance », « préparer à l’avance », la même idée est répétée.

On évite aussi : « pronostic futur » et « projet d’avenir », le préfixe pro- jouant un rôle similaire.

 

Des pléonasmes tolérés

Tourner en rond

Ici, le pléonasme donne au verbe un sens figuré. Si je dis simplement « je tourne », on peut penser que je pivote sur moi-même (sous-entendu, « je me tourne »), voire que je tourne dans le quartier pour chercher une place (sous-entendu « je tourne le volant »). « Je tourne en rond » signifie que je perds mon temps, que je stagne, que je n’avance pas (dans une situation, dans la vie…). D’ailleurs on peut tout à fait « tourner en rond » sans se déplacer, assis sur une chaise !

La marche à pied

Cette précision prête à sourire, n’est-ce pas ? Sur quoi d’autre que vos pieds voudriez-vous marcher ? Les mains, peut-être, mais ce n’est pas très « courant »… Et pourtant ! Le mot marche, employé sans précision, n’est pas systématiquement associé aux pieds. Par exemple, si je dis « Attention à la marche ! », il s’agit de la marche de l’escalier. Autre exemple, une machine qui « marche » n’utilise pas ses pieds, elle se contente de fonctionner. En disant, « marche à pied », pas de doute possible, on parle bien de balade ou de randonnée… pédestre !

 

Sandrine Campese

Crédit photo

Articles liés

Laissez un commentaire
*