Comment complimenter avec de jolis mots ?

À l’occasion de la journée mondiale du compliment, ce lundi 1er mars, le Projet Voltaire vous propose de complimenter avec originalité et élégance les personnes qui vous sont chères ou que vous venez de rencontrer. Mots rares, soutenus, littéraires, imagés, amusants, désuets… il y en a pour tous les goûts. Effet garanti !

Dire autrement le mot « compliment »

Avant toute chose, un peu d’étymologie : le nom compliment a le sang chaud ! Il vient de l’italien complimento, lui-même issu de l’espagnol complimiento

On lui connaît des quasi-synonymes comme éloge ou louange. Attention, le premier est masculin (un éloge), le second féminin (une louange). Eh oui !

Parmi les mots proches, il y a le dithyrambe, d’origine grecque. C’était, à l’origine, un poème en l’honneur de Dionysos. De nos jours, un dithyrambe est un éloge enthousiaste (parfois un peu excessif). Il a donné l’adjectif dithyrambique.

Comment l’utiliser pour complimenter ? « Il n’y a pas de dithyrambe assez fort pour décrire toutes tes qualités »« Ce dithyrambe est encore bien en deçà de ce que je pense de toi ». Autre synonyme : panégyrique (un discours à la louange de quelqu’un). Attention, tout de même, à ne pas passer pour un flagorneur, un caudataire, un thuriféraire, un obséquieux, qui flatte à l’excès !

Enfin, en développement personnel, on parle plutôt de « paroles valorisantes » que de « compliments ».

Complimenter la beauté physique et la tenue vestimentaire

Il est des mots qui ont disparu et qui pourtant étaient bien utiles pour complimenter. Par exemple, la physionomie, c’est-à-dire l’ensemble des traits du visage et surtout leur expression. Ouvrez un livre du XIXe siècle et vous trouverez très certainement un passage disant d’une dame qu’elle est de « belle physionomie » ou d’une « physionomie agréable ». Autrement dit, elle a de bien jolis traits !

Pour complimenter le physique, on peut recourir aux dieux et aux déesses grecs. Pour les hommes : ApollonAdonis, mais aussi, le moins connu Antinoüs ; pour les femmes : les nymphesVénus ou Junon

Pour qualifier une femme fine, on peut dire qu’elle est gracile, élancée, ou que c’est une sylphide, de Sylphe, le génie de l’air dans les mythologies gauloise, celte et germanique. Les mots pour louer les appas, les attraits physiques féminins, ne manquent pas ! Une femme qui a des formes est pulpeuse ou sculpturale, voire callipyge (aux belles fesses rebondies). Et quelle plus jolie expression que celle inventée par Honoré de Balzac pour désigner la poitrine féminine : les avant-cœurs ! Et les hommes, alors ? Jadis, on disait d’un homme qui avait un beau corps, souple, agile, qu’il était bien découplé. Ou encore de belle tournure.

Magnifique, superbe ou splendide ? Magnifique est d’une beauté associée à la grandeur, splendide est d’une beauté éclatante et superbe est d’une beauté imposante.

Dans le langage raffiné, les vêtements se nomment les effets« Tu as de beaux effets, aujourd’hui ! » Les (beaux) atours, ce sont la coiffure, les accessoires, tout ce qui sert à la parure. On disait aussi l’ajustement. Plutôt que de dire qu’un vêtement va bien, on peut dire qu’il sied bien ou qu’il est seyant, du vieux verbe seoir. Enfin, un homme affiche une « nonchalance étudiée », un style « faussement négligé » dans sa tenue vestimentaire ? Complimentez-le, à l’italienne, sur sa sprezzatura !

Complimenter les qualités de l’âme et du cœur

Une personne ou une attitude est gracieuse, avenante ? Vous pouvez dire qu’elle est accorte, un adjectif d’origine italienne ou amène (elle fait preuve d’aménité). Elle accueille et écoute de bonne grâce ceux qui s’adressent à elle ? Alors elle est affable (elle fait preuve d’affabilité). Autres termes proches : urbaincourtois… 

Y’a d’la joie ! Une personne sémillante est d’une vivacité plaisante, agréable. Elle est pleine d’alacrité, c’est-à-dire de gaieté. Quelqu’un de spontané était, jadis, primesautier (le mot est de Voltaire). Un homme bon (un peu trop, même) est débonnaire.

Une personne se montre extrêmement patiente, indulgente ? On peut dire qu’elle est longanime« Merci, cher ami, pour votre longanimité ! » Il existe même l’adverbe longanimement !

Vous connaissez quelqu’un qui adore rendre service ? Alors il est officieux ! Il protège volontiers ? Il est tutélaire (d’où la « figure tutélaire ») !

Et l’intelligence, alors ? Ou la jarnigoine, comment disaient les Québécois ! On peut qualifier quelqu’un de perspicace ou de sagace, sans qu’il s’agace ! Les deux termes désignent un esprit pénétrant, profond, prompt. Les noms associés sont perspicacité et sagacité

Si vous voulez dire à quelqu’un que tout chez lui vous plaît : le fond et la forme, le physique et la personnalité…, vous pouvez utiliser la belle tournure littéraire « le disputer à ». Par exemple : « Ta beauté le dispute à ton intelligence », ce qui signifie « ta beauté rivalise avec ton intelligence ».

Grâce à toutes ces qualités, une personne peut être aimable. Pas au sens actuel de « agréable, poli », mais de « digne d’être aimé » ! Pourquoi ne pas redonner de la vigueur à ce bel adjectif en disant de la personne que vous venez de rencontrer, et qui vous a séduit par ses nombreuses qualités, qu’elle est « aimable » ?

Sources : Le Petit Robert et le Grand Robert de la langue française ; Arthur Masson, Pour enrichir son vocabulaire, collection « Bien écrire et bien parler », Éditions Baude, 1952.

Sandrine Campese

Articles liés

Laissez un commentaire
*