Améliorez votre vocabulaire : les noms (suite)

Il y a quelques mois, nous vous proposions de troquer quelques noms d’usage courant contre des noms d’emploi soutenu. Comme nos lecteurs aiment, semble-t-il, soigner autant leur orthographe que leur vocabulaire, nous vous proposons une nouvelle série de noms littéraires qui n’attendent que vous pour connaître une seconde vie !

Dites « alacrité »

Les deux mains du tableau La création d'Adam de Michel-Ange

… au lieu de « gaieté ».

On pourrait croire que « alacrité », qui fait penser à « âcre », a un sens négatif. Il n’en est rien ! L’alacrité est une gaieté vive et entraînante. On pourrait dire aussi : allégresse, enjouement, entrain…

 

Dites « acrimonie »

… au lieu de « aigreur ».

Quelqu’un de votre entourage est de mauvaise humeur ? Il râle, peste, s’en prend à qui se trouve sur son chemin ? Il manifeste son acrimonie, nom que l’on rencontre aussi sous la forme adjectivale : acrimonieux.

–> Autres mots de sens proche, qui commencent aussi par un « a » : amertume, âcreté…

 

Dites « afféterie »

… au lieu de « manière ».

La personne qui se trouve en face de vous est maniérée dans son attitude ou dans son langage ? Elle fait preuve d’afféterie ! Paul Verlaine a écrit : « Elle passe sous les ramures assombries / Avec mille façons et mille afféteries. » À noter que Larousse autorise la graphie « affèterie », conformément à la prononciation.

 

Dites « démiurge »

… au lieu de « créateur ».

À condition que cette personne ait créé quelque chose de vraiment important, une œuvre incontournable… En effet, au sens propre, le démiurge n’est autre que le dieu créateur de l’univers ! Le démiurge est proche d’un autre nom en -urge : le thaumaturge, c’est-à-dire le faiseur de miracles, le magicien.

 

Dites « peccadille »

… au lieu de « broutille ».

Ce mot, qui vient de l’espagnol peccadillo, signifie « petit péché ». Une peccadille (nom féminin) est une faute bénigne, sans gravité. Dans votre jeunesse, avez-vous commis quelques peccadilles ?

–> Autre mot de sens proche et de même terminaison : une vétille (chose insignifiante).

 

Dites « prédicant »

… au lieu de « moralisateur ».

À l’origine, le prédicant était un ministre de la religion protestante, chargé de prêcher. Au sens large, un prédicant est un individu qui se pose en moralisateur, un prêcheur de morale prétentieux et ennuyeux. Y a-t-il un prédicant dans votre entourage ?

 

Dites « truchement »

… au lieu de « intermédiaire ».

Dans certains articles ou ouvrages, il est fréquent de lire l’expression « par le truchement de quelque chose ou quelqu’un », ce qui signifie « par son intermédiaire ». Un truchement est une personne qui parle à la place d’une autre, exprime sa pensée. Le terme équivaut alors, dans le langage courant, à « porte-parole ».

 

Dites « dithyrambe »

… au lieu de « éloge ».

Avec son « h » et son « y », le nom masculin dithyrambe est d’origine grecque. C’est, à l’origine, un poème en l’honneur de Dionysos. De nos jours, un dithyrambe est un éloge enthousiaste, parfois un peu excessif. On le rencontre également sous la forme adjectivale « dithyrambique » : « As-tu vu cette pièce ? Les avis sont dithyrambiques ! »

–> Autre nom de même sens : un panégyrique (discours à la louange de quelqu’un).

 

Sandrine Campese

Crédit photo

 

 

Articles liés

Laissez un commentaire
*