Rédiger un objet d’e-mail pour obtenir un maximum d’ouvertures

Lorsque vous envoyez un e-mail professionnel à un ou plusieurs de vos contacts ou de vos prospects, l’objet est la première chose qu’ils liront. Il faut donc apporter à sa rédaction un soin particulier. Il doit donner envie au destinataire de cliquer et de lire votre présentation, votre promotion, votre infolettre… ou autre. Un e-mail qui n’est pas ouvert est inutile !

Dans ce cadre, le Projet Voltaire vous donne quelques conseils à appliquer pour voir augmenter le taux d’ouverture, de réponse et de conversion. Nous proposons par ailleurs des solutions de remise à niveau en orthographe et expression et un module Courriel pour travailler spécifiquement sur ces questions.

Sommaire

Qu’est-ce que l’objet d’e-mail et pourquoi l’optimiser ?

Commençons par le commencement : qu’est-ce que l’objet d’un e-mail ? Il s’agit tout simplement de l’intitulé apparaissant dans la messagerie électronique. Plus précisément, il peut être lu dans la file d’attente des messages.

Tant que le destinataire n’a pas cliqué pour ouvrir un e-mail, il ne peut lire que l’objet… d’où, encore une fois, l’importance de cet élément. Le laisser vide représente le meilleur moyen pour que l’e-mail ne soit jamais ouvert ! Mal rempli, il peut atterrir dans les courriers indésirables, ou bien être mis directement à la corbeille.

Sachez qu’en moyenne, le taux d’ouverture d’un e-mail professionnel envoyé à une base qualifiée de client est de 25 %. Un objet d’e-mail bien rédigé peut faire augmenter ce taux… tandis que de mauvais choix peuvent le faire baisser drastiquement ! Voici dix conseils pour ne pas commettre d’erreurs.

10 conseils pour rédiger des objets d’e-mail efficaces

1- Votre e-mail et son objet doivent être personnalisés

En tant qu’employeur, vous détestez probablement – et c’est normal… – recevoir des lettres de candidature stéréotypées, « sans âme », et qui ne correspondent pas à votre activité. Dites-vous qu’il en va de même pour vos cibles ! Celles-ci doivent être identifiées avec soin : âge, sexe, centres d’intérêt, secteur géographique…

C’est en fonction de ces informations que vous devez calibrer les informations que vous envoyez et rédiger votre objet d’e-mail. Ainsi, chaque cible reçoit un message spécifique, qui correspond à ses besoins ou à ses préoccupations. Cette tâche doit être prioritaire. Inutile de s’occuper des neuf autres points de cette liste tant que vous n’aurez pas défini avec précision qui sont vos prospects et dans quelle « catégorie » les ranger. Au besoin, n’hésitez pas à créer des personas.

Lisez aussi sur notre site : comment écrire un e-mail professionnel.

2- Rédigez des lignes d’objet courtes : 30 à 40 caractères au maximum

Attention : l’objet d’e-mail n’est pas extensible à l’infini, loin de là ! Vous disposez de 30 à 40 caractères pour écrire l’essentiel, c’est-à-dire pas plus de six ou sept mots. C’est peu, certes… mais cela vous contraint à faire un exercice intéressant : présenter très rapidement votre activité ou vos services ! Pour chaque communication, votre valeur ajoutée doit sauter aux yeux de vos cibles. Cela vous aidera à rédiger des e-mails plus percutants.

Sachez-le par ailleurs, il existe un débat sur les émojis. Ces petites images peuvent parfois dire bien plus que des mots et faire grimper le taux d’ouverture. Attention toutefois : cela ne convient pas à toutes les activités ni à tous les publics. Abuser de cette stratégie peut même s’avérer contre-productif et générer un phénomène de désintérêt… et de désabonnement, si on en croit cet article du Blog du modérateur. En outre, cela peut avoir pour effet de voir son e-mail finir directement dans les courriels indésirables de la messagerie.

3- Évitez la ponctuation excessive et les mots qui alertent les systèmes antispam

Bannissez de vos objets d’e-mail la ponctuation excessive : plusieurs points d’exclamation ou d’interrogation qui se suivent par exemple… rien de plus exaspérant ! D’une manière générale, dites-vous que cela ne permet pas de mieux présenter votre offre. Restez sobre en matière de ponctuation.

Par ailleurs, évitez surtout de placer dans vos objets d’e-mail des termes qui risquent de faire basculer vos communications dans les courriels indésirables : « acheter », « gratuit », « offre exceptionnelle », « gagner de l’argent », « promotion », etc. Vous pouvez vous distinguer autrement.

Lisez aussi sur notre blog : quelle formule de politesse utiliser dans un e-mail.

4- Posez une question au destinataire, ou utilisez une accroche efficace

Poser une question – de préférence ouverte – dans l’objet de votre e-mail peut être un moyen intéressant de susciter la curiosité de vos destinataires. La forme interrogative, en effet, donne envie d’en savoir davantage sur ce que vous proposez.

Autre solution : utiliser une accroche efficace, comme les teasers au cinéma. Une phrase courte et efficace attire l’œil de votre lecteur et lui permet de se projeter dans la réalisation de son projet avec vous. Attention cependant à rester honnête et ne pas survendre vos services ou vos produits, sous peine de générer une déception lors de l’ouverture de l’e-mail.

Et pourquoi ne pas… raconter une blague ? oser un jeu de mots ? Oui, dans certains cas, vous pouvez. Cela peut favoriser le taux d’ouverture. Prenez garde cependant à réserver cela aux situations qui le permettent et le justifient.

5- Votre message principal doit apparaître dans l’objet d’e-mail

Cela peut paraître basique, mais il faut y songer, quelle que soit la stratégie que vous adoptez par ailleurs : mieux vaut que votre message principal apparaisse dans l’objet d’e-mail. Sans quoi, assez naturellement, le public passera à côté de l’information. Notez que certaines entreprises misent uniquement sur le suspens (« Nous avons une grande nouvelle à vous annoncer… »), mais sauf si vous entretenez une relation privilégiée avec vos clients et si ceux-ci ont auprès de vous un engagement fort, ce n’est pas une option à privilégier.

6- Évitez absolument les fautes

Les fautes d’orthographe et d’expression sont plus courantes qu’on ne le croit, y compris dans les messages publicitaires. Vous en doutez ? Suivez donc notre compte Facebook et vous constaterez que cela n’est pas rare mais est même fréquent ! Une faute ou une maladresse dans l’objet d’e-mail peut non seulement réduire le taux d’ouverture, mais aussi casser durablement votre crédibilité auprès de vos cibles.

Pour éviter cela, découvrez les solutions que propose le Projet Voltaire : des formations de remise à niveau en orthographe et en expression.

Je découvre les solutions du Projet Voltaire

7- Imprégnez-vous de l’actualité de votre secteur

Il est nécessaire de vous tenir au courant de l’actualité de votre secteur d’activité. Faute de quoi vous n’apparaîtrez pas au bon moment auprès de vos clients (vos concurrents, eux, seront « sur le coup », vous pouvez en être sûr). Dans ce cadre, visez les périodes « clés » pour déterminer la date de vos campagnes d’e-mailing. Il peut s’agir des fêtes de fin d’année, de la rentrée, des vacances d’hiver ou d’été… mais aussi d’autres événements propres à votre activité uniquement (un salon ou un festival par exemple). Vos objets d’e-mail, bien sûr, devront être adaptés aux circonstances. Autre point positif : vous montrez à vos prospects et à vos clients que vous comprenez leur réalité.

Notez que cela rejoint le premier point de cette liste : certaines de vos cibles peuvent être intéressées et concernées par un événement particulier, et d’autres pas du tout. D’où l’importance, encore une fois, de bien connaître le public auquel vous vous adressez.

8- Envoyez votre e-mail au bon moment

Il ne suffit pas de connaître les événements particuliers que vos clients potentiels apprécient. Il faut aussi envoyer vos e-mails au bon moment… car si vous ne le faites pas, ils ne seront peut-être pas lus, tout simplement, car ils se perdront dans une multitude d’autres messages. Vos interlocuteurs n’auront pas forcément envie de vous lire si votre e-mail est noyé parmi d’autres le lundi matin.

Difficile cependant de vous donner un calendrier précis. Tout dépend de vos cibles, de leurs habitudes de travail… Les connaître vous permettra de leur envoyer votre prose au bon moment.

9- Essayez l’AB testing pour déterminer ce qui fonctionne ou pas

L’AB testing est une solution qui consiste à comparer deux versions d’une page web ou d’une application pour savoir laquelle fonctionne le mieux. Cela fonctionne aussi pour l’objet d’e-mail. En effet, certaines solutions permettent de tester deux objets lors d’un envoi afin de déterminer lequel est le plus efficace. Selon le taux d’ouverture constaté, cela vous donnera de précieuses indications pour d’autres campagnes d’e-mailing :

  • Votre public est-il plus sensible aux informations brutes ?
  • Apprécie-t-il l’humour ?
  • Est-il réceptif au suspens ?

En fonction de vos informations, adaptez vos objets d’e-mail.

10- Soignez aussi le reste de votre e-mail !

L’objet d’e-mail n’est pas tout. Répétons-le : l’ouverture ne doit pas être suivie d’une déception. Il faut travailler aussi le contenu de votre courriel, et l’adapter en fonction des attentes et des besoins de la clientèle que vous ciblez. Dans ce cadre, découvrez le module Courriel, proposé par le Projet Voltaire.

Au programme :

  • 24 règles ;
  • 5 niveaux basés sur l’Ancrage Mémoriel® ;
  • des conseils de rédaction ;
  • des techniques de mise en forme.

De bonnes pratiques de l’e-mail pour une correspondance qui fera mouche auprès de vos destinataires !

Je découvre le module Courriel du Projet Voltaire

Notez que, pour des raisons de référencement sur Internet, nous avons pris la liberté d’employer « e-mail » au lieu de « courriel » et « A/B testing » au lieu de « test A/B ».

Articles liés

Laissez un commentaire
*