Blockbuster, prequel, reboot… Petit lexique des anglicismes du cinéma (et comment les franciser)

Les mots qui suivent, les cinéphiles et les sériephiles les connaissent bien ! Mais quand on n’est pas spécialiste, il est facile de se perdre dans ce jargon peuplé d’anglicismes. Or, si la salle est « obscure », la langue doit être claire ! Définition, origine, anecdote, équivalent français… Aujourd’hui, braquons le projecteur sur les mots du cinéma.

BLOCKBUSTER

Trois critères définissent un film que l’on nomme blockbuster : grand public, gros budget, forte médiatisation. Il s’inscrit généralement dans la pure tradition hollywoodienne (blockbuster hollywoodien). Ce mot anglo-américain est composé du nom block, « pâté de maisons », et du verbe to bust, « détruire ». En effet, pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés américains l’employaient pour désigner une bombe si puissante qu’elle pouvait détruire tout un pâté de maisons ! Par extension et au figuré, le terme s’est appliqué dans les années 1950 au théâtre pour désigner une pièce « qui frappe fort », explosive, et enfin, au cinéma.

Comment le dire en français ? Superproduction, voire grosse machine.

Antonyme : le film d’auteur, plus élitiste et à budget limité, qui implique que le scénariste et le réalisateur soient une seule et même personne.

Le saviez-vous ? Un blockbuster grossièrement parodié est un mockbuster doublé d’un DTV (direct-to-video), un film qui ne passe pas par la case cinéma…

TEASER

À la manière du strip-tease qui dévoile progressivement certaines parties du corps pour faire monter l’excitation, le teaser distille quelques images du film ou d’une série pour appâter les spectateurs !

Généralement, le teaser est diffusé bien en amont de la sortie du film. Il peut y en avoir plusieurs, échelonnés dans le temps. Quant au contenu, il est énigmatique, suggestif, sibyllin, toujours à l’image du strip-tease ! Souvent, les images s’enchaînent très rapidement, comme des flashs sans lien logique apparent. Le but : faire marcher l’imagination, nourrir les suppositions au sein des communautés de fans, actives sur les forums et les réseaux sociaux.

À l’origine : Le nom anglais teaser est issu du verbe to tease qui signifie « taquiner ». Le terme vient de la publicité. À l’origine, le teaser est le premier message d’une campagne publicitaire, conçu de manière à éveiller la curiosité.

Comment le dire en français ? Aguiche ou accroche.

À ne pas confondre avec le trailer, traditionnelle « bande-annonce », plus construite et qui apparaît généralement après les teasers.

PREQUEL

Le mot anglais prequel (prononcez [pricol] avec l’accent anglais, bien sûr) est un mot-valise, formé par le préfixe pre-, « pré- », et le nom sequel, « suite », dont on n’a conservé que la fin, -quel. Car, dans le cinéma, on a d’abord pensé à faire des suites !

Le prequel sort après le film d’origine, mais traite d’événements se déroulant avant le récit initial. Cet « épisode zéro » explore le passé des personnages, offrant un éclairage nouveau sur l’histoire. Prometheus, de Ridley Scott, est un préquel de la saga Alien.

Comment le dire en français ? Même si l’on peut noter une tentative de francisation, par l’ajout d’un accent aigu sur le premier « e » (un préquel) voire de la terminaison -elle (une préquelle), on peut lui préférer antépisode, comme disent les Québécois.

Le saviez-vous ? Lorsque plusieurs films constituent un préquel, on parle de prélogie. Ainsi, Le Hobbit est une prélogie à la trilogie Le Seigneur des anneaux.

À ne pas confondre avec le flashback, « retour en arrière » au sein d’un même film ! En littérature, le procédé de style par lequel on revient sur un événement antérieur au récit en cours est une analepse.

SPOILER

À l’origine de cet anglicisme : le verbe anglais to spoil. Spoiler un film, c’est gâcher le plaisir du spectateur en dévoilant un élément clé de l’intrigue. Ainsi « spoilé », on est privé de l’effet de surprise, qui fait le sel de toute histoire, de toute fiction. Le verbe existe sous forme de nom : « un spoiler ». Ainsi, sur Internet, les critiques de film précisent généralement « Attention spoiler ! » ou au contraire « Garanti sans spoiler ! ».

Le saviez-vous ? La révélation selon laquelle Dark Vador est le père de Luke Skywalker, dans l’Épisode V : L’Empire contre-attaque de la saga Star Wars, est l’un des spoilers les plus célèbres du cinéma !

À l’origine : Spoiler est à l’origine un vieux verbe français, espoillier, qui a donné spolier chez nous et qui s’est épanoui outre-Manche sous la forme spoiler. En fin de compte, seul le « i » a vraiment voyagé…

Comment le dire en français ? Divulgâcher, s’agissant du verbe ; divulgâcheur pour le nom. Ces deux mots-valises, formés sur les verbes divulguer et gâcher, figurent depuis peu dans les dictionnaires Robert et Larousse.

REBOOT

« Rédémarrage » d’une saga qui s’essouffle. L’aventure se poursuit avec un nouveau réalisateur et un nouveau casting. C’est une adaptation libre ! Par exemple, c’est Marc Webb (web = toile !) qui a réalisé The Amazing Spider-Man, reboot de Spider-Man sans Tobey Maguire (snif).

Comment le dire en français ? Redémarrage. Désolés, on n’a pas mieux.

À ne pas confondre avec le remake, qui est la « reprise » d’une œuvre déjà existante, généralement dans un nouveau format ou support. Un livre qui est repris au cinéma, par exemple, est un remake. Un film peut faire l’objet d’un remake. Exemple, Massacre à la tronçonneuse sorti en 2003 est le remake (une autre version) du film du même nom, sorti en 1974.

SPIN-OFF

Dans Le Petit Robert de la langue française, on apprend que spin-off est un nom masculin invariable et qu’il vient du verbe to spin off (dériver). Dans le jargon artistique, un spin-off est un film dérivé d’un autre. Généralement, ce film dérivé se centre sur la vie d’un des personnages du film originel. Par exemple, Harley Quinn est le spin-off de Suicide Squad, Harley Quinn étant un personnage de Suicide Squad. Les spin-off sont légion chez les franchises des super-héros : Marvel et DC Comics.

Autre sens : Le terme spin-off est également utilisé dans le domaine de la finance, où il a un tout autre sens. Il désigne alors une « opération de scission visant à séparer les différentes activités d’une entreprise en créant de nouvelles sociétés ».

Comment le dire en français ? Version dérivée (ou en précisant : film dérivé, série dérivée…).

FOUND FOOTAGE

C’est un genre de fiction réaliste qui se présente comme un documentaire. C’est comme si le réalisateur avait retrouvé des images filmées en caméra amateur et qu’il les avait montées ! Ainsi, la frontière entre réalité et fiction est savamment brouillée. Cette technique est particulièrement efficace dans les films d’horreur comme Le Projet Blair Witch et Paranormal Activity.

Comment le dire en français ? Enregistrement trouvé, images trouvées, séquences trouvées.

Sandrine Campese

Avez-vous tout retenu ? Pour le vérifier, faites ce quiz proposé par le Projet Voltaire et rédigé par Sandrine Campese sur le site l’Etudiant : Parlez-vous la langue des cinéphiles ?

Articles liés

Laissez un commentaire
*