Béni(t), inclus, tabou… Quel est le féminin de ces adjectifs ?

La journée du 8 mars a fait des droits des femVisage d'homme avec une croix sur la bouchemes une cause internationale. Et si nous aussi, au Projet Voltaire, mettions le féminin à l’honneur ? Commençons par quelques adjectifs courants qui sont cause de nombreuses erreurs dès qu’il s’agit de changer leur genre. Faut-il ajouter un « e » final ou peut-on s’en passer ? Doit-on aller jusqu’à modifier leur terminaison ? Voici de quoi apaiser vos hésitations !

bénit —> bénite

Le verbe bénir a deux participes passés et adjectifs : béni et bénit, qui, au féminin, donnent bénie et bénite. Comment choisir entre les deux ? Avec un « t », bénit(e) se dit de certaines choses (pain, eau), qui ont reçu la bénédiction d’un prêtre. L’adjectif est tiré du latin benedictum, qui a donné « benoît ». On écrit donc : pain bénit, eau bénite. Dans tous les autres cas, même s’il s’agit de la bénédiction de Dieu, c’est béni(e) qui convient. Exemples : un enfant béni, un jour béni, une maison bénie

Astuces pour distinguer les deux formes :
« L’eau bénite, c’est un rite ! » ;
Le « t » final de bénit est contenu dans le nom prêtre.

enclin –> encline

Cet adjectif aussi a son féminin ! Pourquoi y échapperait-il, alors que « coquin » fait bien « coquine » ? Enclin signifie « porté naturellement à quelque chose, prédisposé à quelque chose ». Une personne peut donc être encline au bien, au mal, à la paresse, aux mathématiques… Étymologiquement, enclin est issu du verbe latin inclinare qui a donné « incliner ». En fait, incliné et enclin sont des doublets lexicaux. Le premier a gardé un sens propre, le second a pris un sens figuré.

inclus –> incluse

L’adjectif inclus se termine par un « s » final, hérité du participe passé latin inclusus. On écrira donc, au féminin, « la surprise est incluse dans le paquet », « les charges sont incluses dans le loyer ». Si l’on est tenté d’écrire « inclue » ou « inclues », formes fautives, c’est sans doute parce que l’on pense à l’adjectif contraire exclu, lequel fait bien exclue au féminin ! Pourquoi n’a-t-il pas de « s », celui-là ? Parce qu’il est directement formé sur le verbe exclure, auquel on a ôté la terminaison.

malin –> maligne

Maligne, avec un « g », est le féminin traditionnel de malin. De même, bénin fait bénigne. D’où vient ce « g » ? Du latin malignus (méchant) et benignus (bienveillant). On parlera donc d’une fille maligne, d’une tumeur bénigne… Cependant, Larousse indique que la forme « maline » est de plus en plus courante à l’oral, au sens de « malicieuse, astucieuse ». Cela serait, d’après le dictionnaire, plus cohérent par rapport à des « couples » déjà existants, tel marin, marine. Quoi qu’il soit, on continuera d’employer maligne dans la langue soignée !

tabou –> taboue

Au masculin, on parle d’un mot tabou, de sujets tabous. Et au féminin ? D’une maladie taboue, d’une pratique taboue, de questions taboues… Rappelons que ce qui est « tabou » fait l’objet d’un tabou, c’est-à-dire d’une interdiction (religieuse à l’origine). Le mot a été emprunté à l’anglais taboo, qui est aussi le nom d’un célèbre jeu de société, lui-même issu du polynésien tabu, « sacré ».

Sandrine Campese
Crédit photo

Articles liés

Laissez un commentaire
*

Je reviens !
Je pense que le contexte apporte l’éclairage nécessaire. Cette maison est bénie ; ceux qui l’habitent semble si heureux (Dieu doit les protéger…)/Cette maison est bénite (le curé du village est passé un jour la bénir…).
Bonne soirée (qu’elle soit bénie, pas forcément bénite :)) ! ).

Bonjour, Sandrine. Je ne comprends pas très bien la distinction entre béni et bénit. Ou plutôt je crois comprendre que bénit s’applique strictement à des choses (ou des personnes) dont on est certain qu’elles ont reçu concrètement la bénédiction d’un prêtre. Cependant, pour ce qui est des exemples donnés, est-ce qu’un enfant et une maison (on bénit bien des bateaux , et peut-être aussi des avions, etc.) ne peuvent pas avoir été bénis (tiens, là, au fait,dans la conjugaison, c’est toujours « i » !) par un prêtre ? (Un jour, peut-être pas, encore que…).
En un mot, cette règle, ou du moins son énonciation, me paraît personnellement un peu confuse… Amicalement.

Bonjour Sandrine et un grand merci pour ces éclairages. J’aurais aimé que soit évoqué l’adjectif « partisan » (je suis partisan de…), comment dire au féminin ?! Merci par avance de votre réponse.

    Bonjour Geneviève, c’est toujours avec plaisir ! Vous avez raison, j’aurais pu ajouter à la liste l’adjectif partisan qui fait « partisane » au féminin, avec un seul « n ». Il pourrait être tentant, en effet, d’écrire « partisant’ avec un « t » et d’ajouter un « e » au féminin ! Bon après-midi.