Assertif, confusant, définitivement… Ces adjectifs et adverbes cachent des anglicismes !

Après les verbes qui cachent des anglicismes, voici les adjectifs et les adverbes ! Même principe que précédemment : à première vue, ces mots paraissent français, mais, dans l’usage, leur acception (ou l’une de leurs acceptions) est calquée sur l’anglais. Certes, ce n’est pas une erreur à proprement parler que de les employer, mais dans la « langue surveillée », il est préférable de les éviter. Ça tombe bien, on vous dit par quoi les remplacer !

ASSERTIF

L’adjectif assertif (assertive, au féminin) existe bien, avec deux acceptions précises : « qui exprime une vérité de fait » (un jugement assertif) et « qui exprime une assertion » (une phrase assertive). Ce sont les deux seuls sens que reconnaît l’Académie. Pourtant, il n’est pas rare de rencontrer cet adjectif au sens d’« assuré » (sûr de soi). Pour l’institution, cet emploi, calque de l’anglais assertive, est fautif. On préférera dire « affirmé », voire « péremptoire », pour qualifier un caractère, un ton… À noter que Le Petit Robert accepte ce sens, en le limitant à la psychologie : une personne assertive est capable de s’affirmer tout en respectant les autres.

CLAIREMENT

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement… » Pas sûr que le poète Nicolas Boileau apprécierait que son clairement, qui signifie ici « d’une manière claire » et même « d’une manière claire à l’esprit », prenne, sous l’influence de l’anglais clearly, un sens tout à fait étranger. En anglais clearly a la même signification qu’en français (ainsi dans la célèbre chanson de Johnny Nash I can see clearly now), mais il a aussi le sens de « évidemment », « manifestement ». Dès lors, pourquoi ne pas employer ces adverbes-là, et rendre au poète (par ailleurs académicien en son temps) ce qui lui appartient ?

CONCLUSIF

Attention à ne pas s’emmêler les pinceaux ! L’adjectif conclusif existe à côté de l’adjectif concluant. Ils ont même un ancêtre commun, le verbe latin concludere. Mais alors, quelle différence ? Un seul d’entre eux signifie « qui conclut en éliminant toute incertitude, qui prouve bien ce qu’il faut prouver ». C’est concluant ! L’autre, conclusif, se contente d’« exprimer une conclusion » (un paragraphe conclusif) et c’est tout ! Pourtant, sous l’influence de l’anglais conclusive, il n’est pas rare de rencontrer conclusif au sens de concluant. En résumé, une expérience peut être concluante (mais pas conclusive !) si elle a été convaincante, décisive, probante

CONFUSANT

Confusant est la copie (francisée) de l’anglais confusing. Certes, les deux termes ont une racine commune, que l’on retrouve en français dans confus. Problème : si confusing est un adjectif verbal, issu du verbe to confuse, ce n’est pas le cas de confusant, en dépit des apparences ! En effet, il n’existe pas (jusqu’à nouvel ordre !) de verbe confuser. Il y a donc un « chaînon manquant ». En outre, plusieurs adjectifs français peuvent traduire l’anglais confusing : déconcertant, perturbant, troublant, lesquels, au passage, sont bien issus d’un verbe (déconcerter, perturber, troubler) ! Autre possibilité : conjuguer le verbe embrouiller. « Ces propos contradictoires sont confusants. » « Ces propos contradictoires nous embrouillent. »

DÉFINITIVEMENT

Certes, l’adverbe définitivement existe en français : il signifie « de manière définitive ». C’est son emploi au sens anglais de definitely, pour renforcer une réponse affirmative, qui constitue un anglicisme. Or, ce choix n’est pas exempt d’ambiguïté. Comme le souligne facétieusement Sir Michael Edwards de l’Académie française, dans sa chronique sur les « anglicismes furtifs », que comprendre d’une phrase comme « Il parle français avec un accent définitivement italien » ? Qu’il gardera son accent italien ad vitam æternam ou qu’il a absolument, nettement, vraiment l’accent italien ? Et si ce définitivement venait à s’employer tout seul, pour exprimer une approbation, on pourrait sans mal lui substituer « oui, bien sûr », « tout à fait », « assurément » et, pourquoi pas, le délicieusement désuet « indubitablement » !

DOMESTIQUE

Au sens strict, l’adjectif français domestique qualifie tout ce qui a trait à la maison (domus en latin). On parle de travaux domestiques, d’accidents domestiques… Ce sens, l’anglais domestic le recouvre, mais il en a un autre : il qualifie plus largement tout ce qui concerne un pays, le territoire délimité à l’intérieur de ses frontières. Or, pour traduire cette réalité, le français a déjà intérieur, voire national. Un vol domestique peut donc aisément rester un vol intérieur !

JUSTE      (GÉNIAL)

Dire « C’est juste génial », c’est recycler, mot pour mot, la tournure anglaise « It’s just (great, amazing)… » qui sert à manifester une approbation enthousiaste. Sans surprise, l’Académie condamne cette « extension de sens abusive », selon sa propre expression. Le Petit Robert, lui, note que c’est un emploi critiqué. Il est vrai qu’en français, pour rendre un effet d’insistance, il existe bien d’autres tournures : tout à fait, tout simplement, franchement, vraiment…

Notons, au passage, que la même Académie condamne l’emploi de l’adjectif génial pour accueillir, ponctuer une information simplement « agréable » alors que celui-ci relève quand même du génie !

Sandrine Campese

Sources : Site internet de l’Académie française, rubrique Dire, ne pas dire ; Le Petit Robert de la langue française (version numérique, 2021).

À lire également :

Articles liés

Laissez un commentaire
*