Déjà-vu, derrière, du jour : trois expressions françaises dont les Anglais raffolent ! (4)

Quand un Anglais emploie une expression française, il faut bien reconnaître, en toute modestie, que c’est d’un chic ! Tiens, « chic », un autre mot français passé tel quel dans le vocabulaire anglais. En réalité, il y en a pléthore ! Est-ce pour son élégance, sa précision, sa poésie que la langue française s’invite régulièrement chez sa voisine anglaise ? Le soupçon de snobisme qu’elle véhicule est, en fin de compte, très « british » ! Passons en revue la lettre D pour nous en assurer…

 Déjà-vupeinture d'une femme de dos servant le thé

Cette expression, que l’on pourrait traduire en anglais par already seen, décrit la sensation d’avoir déjà vécu une situation qui se déroule en réalité pour la première fois. Elle est d’abord apparue dans la traduction française du livre Psychopathologie de la vie quotidienne de Sigmund Freud, publié en 1901. Pour le fondateur de la psychanalyse, le « déjà-vu » serait le souvenir d’une rêverie subconsciente. Les Anglais comme les Français se servent de cette expression pour qualifier ce phénomène inexpliqué, et l’emploient également lorsqu’un événement présent est similaire à un autre événement qui s’est déroulé dans le passé.

Ce que disent les Anglais :« Homeowners watched interest rates rise with an unnerving sens of déjà-vu. » (Les propriétaires regardaient les taux d’intérêt avec une impression troublante de déjà-vu.)

Derrière

Le derrière est l’une des parties du corps humain que l’on peut nommer de multiples façons ! La plupart de ces mots sont arrivés dans la langue anglaise au XVIIeet au XVIIIesiècle : des termes d’argot, des euphémismes, parmi lesquels behind.Dès lors, on ne sait pas trop comment le gallicisme « derrière » a atterri dans la langue anglaise ! Est-ce parce que certaines personnes, comme les servantes et les enfants, parlaient le français ? Ou peut-être que le terme français paraissait tout simplement moins vulgaire que des équivalents anglais comme arse, bumet backside, qui signifient, dans la langue de Voltaire, « cul » !

Ce que disent les Anglais : « I don’t know what I’m going to do with that budgie. I bent down to pick up some seeds that had dropped from its cage and it leant through the bars and pecked me on thederrière. »(Je ne sais pas quoi faire avec cette perruche. Quand je me suis baissé pour ramasser des graines qui étaient tombées de sa cage, elle s’est penchée à travers les barreaux pour me picorer le derrière.)

 Du jour

L’expression « du jour » (of the dayen anglais) s’emploie de deux manières. D’abord au restaurant, à propos d’un plat fraîchement préparé qui n’est disponible qu’un jour à la carte, par exemple « a soupdu jour » (une soupe du jour). Plus récemment, il s’utilise au sens large pour qualifier quelque chose de très récent (very now,diraient les Anglais), dont la popularité sera de courte durée. En ce sens, « du jour » serait synonyme de « du moment ». Dans les tabloïds anglais, enfin, l’expression française « femme du moment » désigne la dernière girlfrienden date de tel ou tel playboy qui, décidément, a du mal à s’engager !

Ce que disent les Anglais : « Monique had slept through her alarm on the morning of the Paris Fashion Show, but she thanked her lucky stars as she caught sight of the catwalk. Un-brushed bed hair was apparently the look du jour. »(Monique n’avait pas entendu son réveil le matin de la « Paris Fashion Show », mais elle remercia sa bonne étoile quand elle aperçut le podium. Les cheveux ébouriffés façon « saut du lit » étaient apparemment le look du jour.)

Source : Chloe Rhodes, A certain je ne sais quoi, Words we pinched from other languages, Michael O’Mara Books Limited, 2015.

Sandrine Campese

Crédit photo

 

À la carte, à la mode, amuse-bouche : 3 expressions françaises dont les Anglais raffolent ! (1)

Bête noire, blasé, bon mot : 3 expressions françaises dont les Anglais raffolent ! (2)

Carte blanche, c’est la vie, cordon bleu : trois expressions françaises dont les Anglais raffolent ! (3)

Articles liés

Laissez un commentaire
*