Icône question orthographe

« tout énervée » ou « toute énervée » ?

Qu’on écrive « elle est tout énervée » ou « elle est toute énervée », on entend la même chose. Comment savoir, dès lors, qu’il faut écrire « elle est tout énervée » et non « elle est toute énervée » ?

Icône réponse question orthographe

Quand « tout » peut être remplacé par « entièrement » ou « complètement », il est invariable devant un adjectif masculin (« tout bons ») comme devant un adjectif féminin commençant par une voyelle (« tout énervée », « tout énervées »). Devant un adjectif féminin commençant par une consonne, l’accord se fait (« toute belle », « toutes belles ») :

Ces jouets sont tout cassés. = Ces jouets sont complètement cassés.
Cette poupée est tout abîmée. = Cette poupée est complètement abîmée.

mais

Les robes de ma Barbie sont toutes décousues. = Les robes de ma Barbie sont complètement décousues.

Arrêtez de douter de votre orthographe !
Découvrez les modules d'entraînement Projet Voltaire. JE TESTE GRATUITEMENT

Icône avis expert orthographe

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographe Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

La règle se complique encore quand l’adverbe « tout » précède un adjectif féminin ayant pour initiale un « h ». Pour peu qu’il s’agisse d’un « h » muet, il est tenu pour quantité négligeable et c’est de la voyelle qui suit qu’il faut tenir compte : « Elle est tout habillée. » Si en revanche le « h » est aspiré, il est considéré comme une consonne à part entière et l’accord de « tout » s’impose : « Elle est toute hérissée. »

Icône exercices orthographe

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. La salle était tout enthousiaste à l’annonce de cette nouvelle.
  2. La secrétaire était toute effrayée à l’idée de rencontrer son nouveau patron.
  3. Tout autre fut la réaction de son entourage.
  4. Toute étonnée, elle se fit répéter plusieurs fois la nouvelle.
  5. L’écolière était tout émoustillée à l’idée de partir en classe de neige.
  6. Sa veste était tout déboutonnée quand il s’est présenté à l’accueil.
  7. Cette élève est tout attentive aux paroles de son professeur.
  8. Pendant les fêtes de Noël, l’église était toute éclairée.
  9. Ils étaient tout essoufflés quand ils sont arrivés, ce matin, au bureau.
  10. Toute énervée, la cliente avait fait irruption dans le bureau du directeur.
Icône réponses exercices orthographe

Réponses

  1. Phrase correcte.
  2. Faux. Il faut écrire : La secrétaire était tout effrayée à l’idée de rencontrer son nouveau patron.
    L’adverbe « tout » reste invariable quand il est suivi, comme ici, d’un adjectif féminin commençant par une voyelle (« effrayée »).
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Tout étonnée, elle se fit répéter plusieurs fois la nouvelle.
    L’adverbe « tout » reste invariable quand le suit un adjectif féminin commençant par une voyelle (ici « étonnée »).
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Sa veste était toute déboutonnée quand il s’est présenté à l’accueil.
    L’adverbe « tout » s’accorde avec l’adjectif qui le suit si ce dernier commence par une consonne : c’est le cas ici de « déboutonnée ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Pendant les fêtes de Noël, l’église était tout éclairée.
    Quand il est suivi d’un adjectif féminin commençant par une voyelle (ici « éclairée »), l’adverbe « tout » reste invariable.
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Tout énervée, la cliente avait fait irruption dans le bureau du directeur.
    L’adverbe « tout » reste invariable quand il précède un adjectif féminin (« énervée ») dont l’initiale est une voyelle.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Découvrez les modules d'entraînement Projet Voltaire. JE TESTE GRATUITEMENT

Icône auteur règle orthographe
Auteurs Projet Voltaire :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire
Articles liés

Répondre à Erick Annuler la réponse

    Bonjour Vincent B, on écrit : « Il a les mains tout abîmées » = « complètement, totalement abîmées ». Écrire « Il a les mains toutes abîmées » revient à dire que toutes ses mains sont abîmées, ce qui est un peu étrange, n’est-ce pas ? 😉 Bonne journée.

Bonjour,
Dans l’appréciation suivante, dois-je écrire « toute en discrétion » ou « tout en discrétion » ?
« De beaux progrès ce semestre. Tout en discrétion, Mathilde a su fournir le travail nécessaire pour atteindre ce niveau… »

    Bonjour Estelle, l’adverbe « tout » peut aussi accompagner un groupe « en + nom » (en bois, en fleurs, etc.) qui a la valeur d’un adjectif. « Tout » est alors généralement invariable. Il signifie « entièrement ». Certains grammairiens toutefois présentent comme possible l’accord de tout lorsque l’expression qualifie un nom féminin singulier. Conclusion : dans votre exemple, on peut donc écrire les deux, « tout en discrétion », « toute en discrétion ». Bon après-midi.

    Bonjour rid, oui, on peut ! « Les salles sont toutes allumées » = « Toutes les salles sont allumées » (donc chaque salle). En revanche, si on écrit « Les salles sont tout allumées », cela veut dire que « Les salles sont totalement, complètement allumées » (ce qui suppose qu’elle pourrait ne l’être qu’à moitié, qu’un peu…). Bonne journée.

    Bonjour Coco, voici la réponse, trouvée sur la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française : https://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2907

    « Toujours employé comme adverbe, tout peut également qualifier un nom. Dans certains emplois, le nom tient lieu d’adjectif en exprimant une qualité portée à un haut degré; tout signifie alors « entièrement », « tout à fait ». Les règles d’accord présentées pour tout accompagnant un adjectif s’appliquent.
    Exemples :
    – Sylvain est tout pragmatisme et tout indépendance.
    – Maryse est toute loyauté et toute franchise.
    – Jacques est tout feu, tout flamme lorsqu’il parle de cinéma.
    – Il fallait être tout yeux, tout oreilles pour bien apprécier le spectacle.
    – Irène portait une magnifique jupe tout laine.
    – C’est tout Denise d’arriver sans prévenir. »

    Bon après-midi !

Bonjour, comment accordez vous « toute » dans : ces vieilles bourgeoises siliconées et toute refaites … ce n’est pas toutes les bourgeoises qui sont refaites, mais celles qui le sont sont en effet toute refaites, alors comment accorde-t-on dans ce cas ? Merci !

    Bonjour Martine, « refaites » étant un adjectif féminin commençant par une consonne, on accorde dans ce cas l’adverbe « tout » au féminin pluriel, pour maintenant l’euphonie (l’harmonie dans les sons). Seul le contexte permet alors de dire si « Elles sont toutes refaites » (= Toutes sont refaites) ou « Elles sont toutes refaites (= totalement refaites). Bon après-midi.

    Bonjour, « tout » étant issu un adverbe qui précise l’adjectif « nouveaux », il reste invariable, d’où « Ses tout nouveaux vêtements ». Si on l’enlève de la phrase, elle conserve son sens : « Ses nouveaux vêtements ». Bon après-midi.

    Bonjour Thévor, c’est ce que je constate également et je formule souvent des réponses du type « La réponse à votre question se trouve dans l’article que vous commentez. » Soit les gens ne lisent pas l’article, soit ils le lisent et, pour X raisons, ne trouvent pas la réponse à leur question. Ou peut-être cherchent-ils une réponse « humaine », un interlocuteur en chair et en os ? Le mystère reste entier ;-).

Bonjour !
Faut-il écrire « une joie tout enfantine » ou « une joie toute enfantine » ? Ou les deux formes sont-elles correctes suivant le sens qu’on souhaite souligner ? (c-à-d : 1) la joie est complètement enfantine ou 2) toute la joie est enfantine)
Un grand merci d’avance !

Bonjour,
J’écris: les autorités et la Nation TOUTE entière rendent hommages aux vaillants soldats, ou les autorités et la Nation TOUT entière rendent hommages…. » ?

Merci beaucoup et merci de me situer (‘fin ça départagera un ami et moi sur la question)

    Bonjour Vicky, tout est indiqué dans l’article : « Quand tout peut être remplacé par entièrement ou complètement, il est invariable devant un adjectif masculin (tout bons) comme devant un adjectif féminin commençant par une voyelle (tout énervée, tout énervées). » On écrira donc « La nation tout entière… », ou alors « Toute la nation… » Bon après-midi.

    Bonsoir Souad, on écrit « tout » devant un adjectif masculin. Exemples : Ils sont tout contents, ils sont tout étonnés… À ne pas confondre avec « Ils sont tous contents (tous sont contents), ils sont tous étonnés (tous sont étonnés). Bonne soirée.

Bonjour, je sais bien que « toutes » est toujours accordé devant un adjectif au féminin pluriel, et j’accorde…
Mais cela m’agace très souvent . Car parfois il y a un sens différent :
j’ai cinq filles, elles sont toutes belles (les cinq) et tout (totalement) heureuses de porter un chapeau…
A-t-on le droit d’employer ce dernier « tout » ?
Merci de m’éclairer.

Petite question sur un cas particulier :
Si on dit, par exemple, « cette femme est tout aussi étrange que son mari », faut-il accorder « tout » de la façon suivante : « cette femme est toute aussi étrange que son mari » ?
Et de même devra-t-on dire « ces hommes sont tous aussi étranges que leurs femmes » ?
Merci beaucoup.

Mon petit souci est, en l’occurrence, l’emploi de « toute » devant un nom commençant par une voyelle et non devant un adjectif…
C’est la courte phrase : « Elle est toute inquiétude » qui me pose question.
Je serais fort tentée de laisser « toute » parce qu’elle est « totalement dans l’inquiétude ». Qu’en pensez-vous ?

Bonjour,
Cette page résume bien toutes les règles. Par contre, dans le logiciel il existe un moment, alors que nous avons déjà vu les exceptions, où il est expliqué que “tout », adverbe, est invariable. C’est au niveau « excellence ». Pourquoi rementionner la règle générale sans écrire un astérisque pour mentionner l’existence d’exceptions ?

Bonjour !
J’ai un gros doute sur l’accord ou pas de « tout » dans cette phrase :
TOUT de pierre et de métal, les rues de la ville sont glacées.
ou
TOUTES de pierre et de métal, les rues de la ville sont glacées.
Merci pour votre aide ! (Et pour le site !).

    Bonjour Marilène, « toutes » s’accorde dans votre exemple. Il suffit de tourner la phrase autrement pour s’en convaincre. « Elles ont toutes la même longueur » = « Toutes ont la même longueur ». Bon après-midi.

Merci pour cet article. Cependant, je veux être sûr d’avoir bien compris ce qui justifie l’accord en genre et en nombre de « tout » quand il est placé devant un mot féminin commençant par une consonne. S’agit-il bien d’une assimilation euphonique avec l’adjectif « tout » ? Si c’est le cas, on aurait là encore un bel exemple de l’incohérence de nos conventions orthographiques, qui acceptent d’un côté une graphie en raison d’une euphonie (toute belle) alors qu’elle la refuse dans un autre cas (tout énervée), et ce même si la prononciation dans les deux cas fait bien entendre le e de liaison… Les distinctions orthographiques actuelles mériteraient vraiment d’être simplifiées dans le sens d’un accord systématique de « tout », qui correspond à la majorité des graphies du mot, qu’il soit adjectif ou adverbe. Cela nuirait-il vraiment à la compréhension grammaticale ? Non, en tout cas pas plus que la règle actuelle qui est justement incohérente sur ce terrain…

    Bonjour ivoire, je vous invite à lire les précisions de notre expert, contenues dans l’article que vous commentez. « Humide » commençant par un « h » muet (on dit « l’humidité »), on écrira donc « tout humide ». Bon dimanche.

    Bonjour, la règle concerne « tout » placé devant un adjectif féminin. « À l’espoir » n’est pas un adjectif féminin. Par ailleurs, l’expression « toute à l’espoir », si elle est grammaticalement correcte, est peu heureuse. On préférera dire : « (toute) pleine d’espoir », « remplie d’espoir »… Bon après-midi.

    Bonjour, ici, « tout » a le rôle d’un adjectif et non d’un adverbe. On pourrait dire : « une histoire totale », « une histoire entière ».
    Voici ce que dit Grevisse à ce sujet : « Dans la langue moderne, l’assemblage « tout un » sert souvent à souligner le sens authentique et complet du nom devant lequel il est placé ; il prend alors à peu près la nuance de « vrai, véritable » : C’est tout un roman ! C’est tout un problème. Quand il part en voyage, c’est toute une histoire… Bon dimanche.

Je pense que l’exemple donné dans la rubrique « Règle (comment ne plus commettre cette erreur) » mérite d’être reformulé:

« Les robes de ma Barbie sont toutes décousues. = Les robes de ma Barbie sont complètement décousues. »

en réalité on devrait voir

Les robes de ma Barbie sont toutes décousues. = Toutes les robes de ma Barbie sont décousues.

C’est la reprise du « complètement » qui perturbe vos lecteurs.

    Pour répondre à Querico, à propos de l’exemple avec les « robes de ma Barbie » ,
    relisez bien cet exemple et la Règle.
    L’auteur a bien écrit qu’il donnait à « toutes » le sens de « complètement ».
    Son exemple est donc bien fait pour illustrer la règle du « entièrement » ou «  »complètement »,
    dans le cas où l’adjectif féminin commence par une consonne.

    Non justement, si tu remplaces par « toutes les robes » c’est que le « toutes » étaient un adjectif et non un adverbe, et dans ce cas c’est normal qu’il s’accorde, comme on dirait « mes pulls sont tous décousus ».

    Toutes les robes étaient toutes décousues.

    Tous les pulls étaient tout décousus.

      Il me semble que Querico et Destal ont tous les deux raison.
      C’est que Querico souhaite donner à « toutes » le sens de l’adjectif ( toutes les robes );
      alors que Destal souhaite lui donner le sens de l’adverbe ( complètement).
      Les deux phrases sont exprimées en français correct.
      Malheureusement, elles ne signifient pas la même chose !
      Donc, dans ce cas, la règle d’écriture ne permet pas de comprendre la phrase sans ambiguïté. Remarque : en écrivant  » elles sont toute décousues », l’on saurait qu’il s’agit de » complètement »…
      La rubrique Règle ne s’intéresse qu’au cas de l’adverbe, cela aurait dû être souligné pour éviter cette incompréhension !

        Je reprends cet article en détail et constate que votre remarque est des plus perinentes : au féminin pluriel, rien ne permet de distinguer les deux sens, pourtant bien différents. C’est une faille de la règle grammaticale. Comme rédacteur, il vaut mieux modifier la formulation ! L’article devrait souligner cette anomalie…

Bonsoir Monsieur,
Je voudrais avoir si l’ortographe des phrases suivantes est correcte:
Les robes de sa poupée étaient toutes abimées ( tous les vêtements étaient abimés)
les robes de sa poupée étaient tout abimées (completement abimés)
Je vous remercie.
Trés cordialement. Manuela Gosset

    Si « tout » peut être remplacé par « complètement », il n’y a d’accord que devant un adjectif féminin commençant par une consonne. Tout abimées, donc.
    L’exemple que vous donnez est justement l’exemple choisi par Bruno dans son billet.

Bonsoir,
j’aimerais savoir ce qu’il en est pour « tout droit ».
Par exemple pour la phrase « Je suis une fille tout droit sortie d’un roman. », il faudrait donc écrire « Je suis une fille toute droite sortie d’une roman » ?
Merci d’avance pour votre réponse.

    Bonjour, comme l’explique notre billet, si vous voulez faire dire à votre personnage qu’elle est droite comme la justice et raide comme un piquet, il faut faire l’accord. Sinon, comme le contexte de votre phrase l’exige, il n’y a pas d’accord.