5 minutes pour réviser : le COD et le COI

Pour vous, « COD » est l’acronyme du célèbre jeu vidéo « Call of Duty » ? C’est bien, vous connaissez vos classiques, mais savez-vous qu’il signifie aussi « complément d’objet direct » ? Selon la place qu’il occupe dans la phrase, il détermine l’accord ou non du participe passé. C’est dire s’il est important ! Quant à son cousin, le COI, il est tout aussi nécessaire de l’identifier pour ne pas oser un –és injustifié. Vous doutez ? Prenez 5 minutes pour réviser !

Le COD

Qu’est-ce qu’un COD ?

Le complément d’objet direct ou COD désigne l’objet de l’action.

– Il répond à la question qui ? ou quoi ?

– Il n’est jamais introduit par une préposition.

Exemples : Julien attend son frère.

-> Julien (sujet) + attend (verbe) + son frère (qui ? -> COD).

Maxime mange une pomme.

-> Maxime (sujet) + mange (verbe) + une pomme (quoi ? -> COD).

Où se place-t-il ?

Le COD suit généralement le verbe mais il peut être placé avant.

Exemple  : Maxime mange une pomme.

– La pomme que Maxime mange.

– Maxime la mange (ici le COD est un pronom).

À quoi sert-il ?

Quand le verbe est employé aux temps composés, la place du COD détermine l’accord ou non du participe passé.

Dans les exemples suivants, le participe passé s’accorde avec le COD (nom féminin singulier) car celui-ci est placé avant le verbe.

Maxime a mangé une pomme.

– La pomme que Maxime a mangée.

– Maxime l’a mangée.

Le COI

Qu’est-ce qu’un COI ?

Le complément d’objet indirect ou COI désigne également l’objet de l’action.

– Il répond à la question à qui ? ou à quoi ?

– Il est introduit par une préposition.

Exemples : Maxime téléphone à son ami.

-> Maxime (sujet) + téléphone (verbe) + à son ami (à qui -> COI)

Virginie pense à ses vacances.

-> Virginie (sujet) + pense (verbe) + à ses vacances (à quoi -> COI)

Le COI répond également à la question de qui ? ou de quoi ?

Exemple : Maxime parle de cette femme.

-> Maxime (sujet) + parle (verbe) + de cette femme (de qui ? -> COI)

Où se place-t-il ?

Le COI suit généralement le verbe mais il peut être placé avant.

Exemple : Maxime parle de cette femme.

– Cette femme dont Maxime parle.

À quoi sert-il ?

Quand le verbe est employé aux temps composés, la place du COI n’a aucune incidence sur l’accord du participe passé. Celui-ci reste invariable, même si le COI est placé avant le verbe.

Exemple : Maxime a téléphoné à une amie.

– L’amie à qui Maxime a téléphoné.

– Maxime lui a téléphoné.

– Ils se sont téléphoné.

-> Dans tous les cas, poser la question à qui ? permet d’identifier le COI et de ne pas accorder le participe passé.

Pour aller plus loin, lisez notre règle sur le COD… et ses subtilités.

Articles liés

Répondre à Toufa Annuler la réponse

Bonjour,
Que mettrait-on dans le cas suivant :
 »Elle y a demeuré » ou  »Elle y a demeurée » ?
Sachant qu’on parle ici d’une maison. Le COD devrait être  »y » qui désigne la maison. Mais j’ai un doute car on ne peut pas dire  »Elle a demeuré qui/quoi ? »
Doit-on accorder avec  »y » dans ce cas de figure ?
Merci

Bonjour. Dans la phrase suivante, j’aurais tendance à accorder le verbe aider avec « les personnes », mais j’aimerais en être certain. Pouvez-vous me dire si cela est correct ?
«Notre gratitude va aux personnes qui nous ont aidées »

    Bonjour Rémy, vous voulez dire « accorder le participe passé aidé », car on n’accorde pas un verbe, on le conjugue :-). Pour répondre à votre question, on accorde « aidé » avec le COD « nous » placé avant le verbe, ce qui donne « aidés » ou « aidées » (si « nous » ne représente que des femmes). « Les personnes » est le sujet de la phrase, il n’a aucune incidence sur l’accord du participe passé, puisqu’il est employé avec l’auxiliaire avoir, seul le COD joue ici un rôle. Il suffit de décortiquer la phrase pour s’en assurer : les personnes qui nous ont aidés –> les personnes nous ont aidés –> les personnes ont aidé… Bonne journée.

Bonsoir, dans l’exemple:
– Maxime parle de cette femme.
– Cette femme dont Maxime parle.
– Maxime en parle
Ce n’est pas plutôt: Maxime parle d’elle
« En » c’est pour les objets seulement ou il y a des exceptions?
Merci d’avance pour votre réponse

    Bonsoir Esther, c’est exact, le pronom « en » ne peut généralement pas remplacer une personne, sauf dans un cas, par exemple : « Tu as un professeur particulier? -> Oui, j’en ai un. » Nous avons supprimé l’exemple de notre article. Bonne soirée.

Bonjour
Nous avons un problème d’accord pour une chanson,je demande votre avis sur les cod suivants:
Les techniciens sont arrivés,les techniciens ont ordonné
Aux paysans manipulés,toutes les haies ont arraché
Toutes les collines,ils ont rogné
Je vous remercie

    Bonsoir Joséphine, ces paroles sont un peu bancales au niveau de la grammaire et de la syntaxe. En effet, on ordonne à quelqu’un de faire quelque chose.
    Les techniciens sont arrivés, les techniciens ont ordonné
    Aux paysans manipulés, toutes les haies, d’arracher
    Toutes les collines, de rogner…
    Bonne soirée.

    Bonsoir Marie M., non il n’y a pas d’ordre, le COD peut être placé avant ou après le COI et vice-versa. Exemple : Je donne un livre (COD) à une amie (COI) ; L’amie (COI) à qui j’ai donné un livre (COD). Bonne soirée.

Bonjour,

Je n’arrive pas à trouver de réponse quant à l’accord dans le cas précis :
« Cette démarche globale m’a conduit à une reprise d’études. » => Le sujet étant une femme j’ai un doute.
Dois-je me dire : « Ma démarche a conduit à quoi ? Auquel cas, je n’accorde pas le participe passé ou Ma démarche a conduit qui ? Moi sujet féminin donc accord du participe passé ».

Par avance merci

Bonjour, j’aimerais savoir si l’analyse grammaticale est la même lorsqu’il y a une phrase de dialogue. Voici mon exemple:
Elle disait:
– S’il vous plaît… dessine-moi mouton!
Est-ce que S’il vous plaît est un COD? Merci

Bonjour,

Sauriez-vous expliquer le terme « complément d’objet » à un enfant de 9 ans ?
J’avais l’habitude de dire « complément » = qui complète, « d’objet » = ce dont on parle (par exemple l’objet d’un email),
donc COD = qui complète ce dont on parle.
Mais il semblerait que ce soit erroné.

Merci de votre aide !

    Bonjour Elisa, peut-être pouvez-vous lui dire que généralement, dans une phrase, il y a :
    – le sujet de l’action : il fait l’action.
    – l’objet de l’action : il subit l’action, c’est sur lui que s’exerce l’action.
    Exemple : « Le petit garçon envoie le ballon. »
    Le sujet est : « le petit garçon » : il fait l’action ; l’objet est « le ballon », qu’on appelle « complément d’objet » car il complète le verbe. Sinon il manquerait quelque chose : le petit garçon envoie… oui, mais quoi ? De plus, ce complément d’objet suit directement le verbe, donc c’est un complément d’objet direct.
    S’il y avait une préposition, il ne serait plus directement lié au verbe, ce serait un complément d’objet indirect : « Le petit garçon envoie le ballon à sa sœur« .
    Voir notre rappel : https://www.projet-voltaire.fr/regle-orthographe/revisions-notions-bases-cod-coi-complement-objet-direct-indirect/
    J’espère que cette explication vous aidera un peu !
    Bonne journée.

    Bonjour Vanessa, on écrit « J’ai acheté des livres » (le COD « livres » est placé après le verbe) ; « Je les ai achetés » (le COD « les », mis pour « livres », est placé avant le verbe) ; « Je lui ai demandé » (« lui » est effectivement COI, pas d’accord). Bonne journée.

Bonjour, permettez-moi de vous féliciter pour votre travail et quelle joie immense de s’enrichir grâce aux commentaires ! En effet, certains d’entre eux m’ont aidé à mieux comprendre, à m’entrainer avec plus d’exemples et à confirmer que telle ou telle règle est claire. Mille merci. Votre site est le meilleur !

    Bonjour Jacline, on écrit bien « Les ateliers m’ont amenée » (Questions : Les ateliers ont amené qui ? m’, à quoi ? à enrichir…). Le pronom « m' » est bien COD, placé avant le verbe. Le participe passé « amené » s’accorde donc avec lui, ici au féminin singulier, d’où « amenée ». Bon après-midi.

    Bonjour Lyad, non, on écrira « Ce certificat lui a été délivré », car même si le pronom « lui » est féminin, il est COI : « Ce certificat a été délivré à elle. » Or, comme vous le savez, on n’accorde jamais un participe passé avec un COI, quand bien même il est placé avant le verbe. Bonne fin d’après-midi et bonne année.

    Bonjour ! J’ai bien lu et compris les informations, toutefois une question demeure. Par exemple, si j’écris « les projets que nous avons considéré comme néfastes », dois-je placer un « s » à « considéré » ? Si oui, pour quelle raison ?
    Merci d’avance !

      Bonjour Sarah, en effet, on écrit « Les projets que nous avons considérés comme néfastes ». « Considérés » s’accorde avec le COD « projets », placé avant le verbe. De même, « Les robes que nous avons trouvées belles ». Bonne journée.

Exemple : Maxime mange une pomme.

– La pomme que Maxime mange. bonjour je n’ai pas compris la pomme est COD malgré qu’elle est au début de la phrase ? Pouvez-vous m’éclairer s’il vous plaît ?
– j’ai du mal à comprendre la différence entre la nature et la classe grammaticale Bien cordialement

    Bonjour Julie, en effet, un COD peut être placé en début de phrase (en tout cas, avant le verbe) : La pomme que Maxime mange, La pomme que Maxime a mangée. La nature et la classe grammaticale, c’est la même chose. Exemple : la nature de « pomme » ? nom. « Pomme » appartient à la classe des noms. Bonne journée.

    Bonjour Hélène, on écrit « je ne les envie pas ». Voici la conjugaison du verbe envier au présent de l’indicatif : j’envie, tu envies, il, elle, on envie, nous envions, vous enviez, ils, elles envient. C’est aux temps passés (par exemple au passé composé) qu’on accorde le participe passé (ici, « envié ») avec le COD placé avant le verbe (ici, « les ») : « je ne les ai pas enviés ». Bonne journée.

Bonjour,
J’ai du mal à savoir comment on écrit « offenser » dans la phrase:  «  je vous prie de bien vouloir encore une fois m’excuser pour mes nombreuses maladresses qui vous ont offensé » Est-ce que ça prend é ou ées?

    Bonjour Fleur, tout dépend de ce que représente « vous », qui est ici COD (placé avant le verbe). C’est donc bien avec ce « vous » que se fait l’accord du participe passé offensé.
    – Est-ce une personne de sexe masculin ? Auquel cas : « mes nombreuses maladresses qui vous ont offensé. »
    – Est-ce une personne de sexe féminin ? Auquel cas : «  »mes nombreuses maladresses qui vous ont offensée. »
    – Sont-ce plusieurs personnes (masculines ou masculines + féminines) ? Auquel cas : « mes nombreuses maladresses qui vous ont offensés. »
    – Sont-ce plusieurs personnes (uniquement féminines) ? Auquel cas « mes nombreuses maladresses qui vous ont offensées. »
    Bonne journée.

Bonjour ! Merci pour ce rappel mais j’ai une question. Dans cette phrase : « Contribuer à la prévention et à la lutte contre l’exclusion sociale fait définitivement parti de mes aspirations professionnelles », parti se termine par -i ou par -ie ?
Merci beaucoup !

    Bonjour Priego, on écrit, au choix :
    – Où as-tu mis ma peluche ? (ou, à l’oral / dans la langue familière : « Tu as mis où ma peluche ? »)
    – Où l’as-tu mise ? (ou « Tu l’as mise où ? ») : le pronom « l' », COD placé avant le verbe, remplace le nom peluche, féminin singulier, d’où l’accord du participe passé mis au féminin singulier : mise.
    – Où l’as-tu mise, ma peluche ? (« Tu l’as mise où, ma peluche ? ») : effet d’insistance.
    Bonne journée.

    Bonjour Aude, on écrit : « Cette chose qui nous a tant manquée ». Ici le participe manqué s’accorde avec le COD chose, placé avant le verbe, donc au féminin singulier : manquée. « Nous » est ici un COI : il n’a pas d’incidence sur l’accord du participe passé. En effet, le verbe manquer, dans ce sens, se construit avec un COI (on manque à quelqu’un). Bon après-midi.

      Bonjour Sandrine,

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur un point. Dans « Cette chose qui nous a tant manqué(e) », qu’est-ce qui a manqué ? C’est bien la chose : pour moi, « cette chose » est donc sujet (en réalité, c’est le pronom « qui » dont « cette chose » est antécédent, mais je ne crois pas que cela change grand chose à l’accord) et à ce titre ne s’accorde pas avec le participe passé puisqu’ici l’auxiliaire est avoir.
      Par contre, je suis tout à fait d’accord pour dire que « nous » est COI. C’est pourquoi j’écrirais « manqué » au masculin singulier.
      Mais je me trompe peut-être : dans ce cas, pourriez-vous m’expliquer comment vous montrez que « cette chose » est COD ? Je vous remercie.

        Bonjour Céline, décortiquons ensemble la phrase :
        1/ « Cette chose a manqué » : « cette chose » est le sujet du verbe « a manqué ». Or, quand il est conjugué avec l’auxiliaire avoir, le participe passé ne s’accorde pas avec le sujet.
        2/ « Cette chose qui a manqué » : idem, la présence du pronom relatif « qui » ne change rien.
        3/ « Cette chose qui nous a manqué »: toujours pas d’accord puisque « nous » est ici COI (cette chose a manqué à qui ? à nous).
        Est-ce un peu plus clair pour vous à présent ? Bonne journée :-).

Bonjour,

Je viens d’écrire une phrase et je suis me suis complètement embrouillée !
« Ceci est donc un bilan de santé complet qui vous permet d’identifier toutes les pénalités qu’il peut vous avoir [vb. attribuer] ».
Ecrit-on « attribué » ou « attribuées » ?

Je vous remercie !

    Bonjour Elisa, « qu’il peut vous avoir attribuées » sous-entend « qu’il vous a attribuées ». Dans les deux cas, on accorde le participe passé avec le COD pénalités, féminin pluriel, placé avant le verbe.

Bonjour, une petite question concernant le COI. Est-ce que seules les prépositions « à » et « de » sont utilisables pour construire le COI ?
Par exemple, dans la phrase : « J’attends avec Marion. », est-ce que « avec Marion » est considéré comme un COI ?
Merci pour votre réponse.

    Bonjour Lorye, très bonne remarque ! Le complément introduit par « avec » n’est pas un COI mais un complément circonstanciel d’accompagnement. En effet, il ne répond pas à la question « à qui ? » ou « de qui ? », mais à la question « avec qui ? » (ou « sans qui ? », si c’est « sans quelqu’un » ou « sans quelque chose ») posée après le verbe. Bonne journée.

Bonjour,
Une phrase qui possède à la fois un OI et un COD m’interpelle. « C’est Chloé et Antoine qui nous ont conté leurs aventures ». Ici, faut-il écrire « conté » en relation avec le COD placé derrière, ou « contés » en rapport au COI « nous » ?

    Bonjour Juju, Le titre « Son Altesse royale » n’étant pas employé seul, mais suivi par « Philippe », l’accord devrait se faire au masculin : Son Altesse royale Philippe est décédé. Et pourquoi pas, tout simplement, le prince Philippe est décédé ? 😉 Bon après-midi.

Bonjour,
Nous avons un doute sur les limites des COD/COI dans deux cas :
– Doit-on considérer uniquement la proposition principale de la phrase ? Par exemple dans la phrase « Et si on réfléchissait à cette histoire en faisant du ski ? », « à cette histoire » est bien le COI du verbe réfléchir, mais est-ce que « du ski » est bien le COD du verbe faire ?
– Lorsque le complément est un groupe long et complexe, où sont les limites du CO ? Par exemple, dans la phrase « Il est prêt à devaler les pentes neigeuses qu’il connaît comme sa poche. », le COD est-il uniquement « les pentes », est-ce « les pentes neigeuses », ou est-ce l’ensemble du groupe nominal « les pentes neigeuses qu’il connaît comme sa poche »… sachant qu’on retrouve le problème du premier point ci-dessus : « qu » est-il bien ici considéré comme le COD du verbe connaître ?

Merci d’avance pour vos réponses car s’il est aisé de trouver des explications sur des exemples simples, les cas avec des phrases « à rallonge » sont rarement abordés…

    Bonjour Habiba, « remporter » vous voulez dire ? Un verbe ne peut pas être complément, un verbe peut se construire avec un complément ;-). C’est le nom pluriel « des médailles » qui est le COD (complément d’objet direct), car il répond à la question quoi ? : Elle a continué à remporter quoi ? des médailles. N’hésitez pas à relire l’article que vous commentez. Bon après-midi.

      Il me semblait pourtant que le CO complète un verbe conjugué. Or dans la phrase « Elle a continué à remporter des médailles » le verbe principal conjugué de la phrase est « a continué ». Elle a continué à quoi ? « à remporter des médailles » : COI.
      Un infinitif ne peut-il pas compléter un verbe conjugué…?

        Bonsoir veroh2o, dans cette phrase, il y a deux compléments : le groupe infinitif « à remporter des médailles », COI de « continué à », et le groupe nominal « des médailles », COD de « remporter ». Donc oui, on peut très bien compléter un infinitif dans un groupe infinitif ou une proposition infinitif. Autre exemple : « J’entends cette femme chanter un air connu » (« un air connu », COD de « chanter », et non de « entends »). Bonne soirée.

    Bonjour Pauline, si le sujet « je » dans la première phrase et le COD « t' » dans la seconde sont de genre féminin, alors, oui, on écrira : « Je me suis mise en copie » et « Je t’ai mise en copie ». Bonne journée.

Bonjour, j’aimerais avoir votre avis sur cette phrase: je t’ai mis où mise en copie du mail.
Pronominal occasionnel -> j’ai mis qui elle avant le verbe donc accord ? Mais lorsqu’on y pense difficile de mettre qqn en copie ? Alors pas d’accord ? Je suis un peu perdue. Merci de votre aide et bonne soirée

    Bonjour Ray, dans la phrase « Vous nous les prêterez », nous est complément d’objet indirect (COI) car il répond à la question « à qui ? » (Vous les prêterez à qui ? à nous) et les est « complément d’objet direct » (COD) car il répond à la question « quoi ? » (Vous nous prêterez quoi ? les). Bon après-midi.

    Bonjour maria post, on écrit : « Cette famille s’est offert cette maison. » et « Cette famille s’est payé cette maison. » Dans les deux phrases, le COD (qui répond à la question quoi ?) est maison, placé après le verbe. Quant au « s' », il est COI (répond à la question à qui ?). Or, comme indiqué dans l’article, on n’accorde jamais un participe passé avec un COI, même s’il est placé avant le verbe. Bonne journée.

Bonjour,

Comment fait-on quand dans une phrase, nous avons à la fois un COI et un COD placé avant l’auxiliaire avoir??

Par exemple :
«?Ce livre est génial, je ne te dis pas les enseignements que j’en ai tiré(s).?»
«?La prison d’Alcatraz ne s’accorde pas avec l’image qu’Hollywood en a fait(e).?»

Personnellement, j’accorde les participes passés, car il y a la présence d’un COD avant le verbe, et ce malgré la présence du COI «?en?». Pour moi, la règle du participe passé invariable en présence de «?en?» ne s’applique pas en présence d’un COD. Certains professeurs de français ne sont pas d’accord avec moi. Qu’en pensez-vous??

Bonjour, dans votre dernier exemple : « Ils se sont téléphoné », j’aurais mis « Ils se sont téléphonés », le participe s’accordant avec le sujet. ou peut-être que quelque chose m’a échappé dans la règle…
Cordialement,

Bonjour,
J’ai un souci avec la phrase suivante :
On t’a nommé(e) présidente.
On a nommé(e) qui ? -> t pour une femme, donc « ée » car avant avoir.
On t’a nommé(e) quoi ? -> présidente, donc « e » car derrière l’auxiliaire.
Comment s’applique la règle dans ce cas ?
Merci,

    Bonjour Azaret, la question à se poser est la suivante : qui a-t-on nommé président(e) ? « t' ». Le COD est bien placé avant le verbe, d’où l’accord « nommée » si « t' » représente un féminin singulier. Bon après-midi

    Bonjour (oui, c’est toujours plus poli de saluer son interlocuteur), ce raccourci est volontaire de notre part. Ce qui compte est que le questionnement soit bon et l’accord correct, pas de noyer le lecteur sous des notions grammaticales. Bon après-midi

Vraiment, je reste étonné à votre leçon; je rappelle quand j’ai été professeur de la langue française à Cuba…. il y a plus ou mois 40 ans… Je voudrais maîtriser la langue comme à l’époque.. ceste por cela que il me plait vous lire…. Aujourd’hui, je suis professeur universitaire à la Colombie. Congratulations ! Merci bien !

Dans l’exemple « la pomme que Maxime a mangée  » , le COD n’est pas  » la pomme » mais le pronom relatif « que », mis pour  » la pomme « . Nuance !!
Dans l’autre exemple , le COI est le pronom relatif  » dont « .

    Bonsoir Arno, il peut l’être dans le cas où il abrège le nom du jeu vidéo « Call of Duty » et qu’il se prononce comme un mot normal, soit « cod ». À aucun moment je n’ai écrit que COD (prononcé C-O-D) était l’acronyme de « complément d’objet direct » ! Bonne soirée.

excellente présentation de l’accord du pp passé. Seul bémol: La pomme que Maxime a mangée: j’aurais souligné le pr. relatif (que) et ajouté à la fin de la phrase-exemple: (« que » = mis pour « la pomme »). Merci pour vos articles!

    Bonjour Denise, l’idée est de simplifier au maximum les explications (d’où « 5 minutes pour réviser »), voilà pourquoi nous utilisons ce « raccourci ». « Que » étant, comme vous le rappelez, mis pour « la pomme », cela revient au même concernant l’accord, or c’est bien ce qui importe ici :-). Merci à vous de nous lire !