Icône question orthographe

des « ayant droit » ou des « ayants droit » ?

« Ayant » étant un participe présent, on répugne à l’accorder, même dans « ayant cause » et « ayant droit ».

Icône réponse question orthographe

Les substantifs « ayant cause » et « ayant droit » s’écrivent sans trait d’union. Au pluriel, on accorde « ayant » : « des ayants droit », « des ayants cause ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
testez gratuitement nos modules d’entraînement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 7 millions d’utilisateurs !

Icône avis expert orthographe

Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographe Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Quiconque a lu l’Andromaque de Racine et se souvient de « la veuve d’Hector pleurante » aux genoux d’Hermione sait qu’autrefois le participe présent pouvait varier, en genre comme en nombre. La langue juridique, qui cultive avec soin sa différence, en a visiblement conservé le souvenir… pour le plus grand plaisir des inconditionnels de la dictée de Pivot, lesquels arrosent l’exception comme ils le feraient d’une plante en pot !

Icône exercices orthographe

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Les ayants-cause ont refusé que l’œuvre soit adaptée au cinéma.
  2. Les ayants droit des victimes de l’attentat réclament justice.
  3. Vous et vos ayants droits êtes affiliés au régime général de sécurité sociale.
  4. Les ayants droits s’opposent à toute utilisation publicitaire des dessins de l’auteur.
  5. Prenez contact avec les ayant droit si vous souhaitez utiliser cette photo.
  6. Les héritiers sont intervenus en qualité d’ayants droit.
  7. Les ayants cause portent plainte pour plagiat.
  8. Toute copie faite sans l’accord de l’auteur ou de ses ayant droits est illicite.
  9. Les enfants sont rattachés à leurs parents assurés en qualité d’ayant droits.
  10. Toute utilisation commerciale des photos nécessite l’accord des ayants droit.
Icône réponses exercices orthographe

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Les ayants cause ont refusé que l’œuvre soit adaptée au cinéma.
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : Vous et vos ayants droit êtes affiliés au régime général de sécurité sociale. Le substantif « ayant droit » ne prend la marque du pluriel qu’au premier terme : on écrit « vos ayants droit ».
  4. Faux. Il faut écrire : Les ayants droit s’opposent à toute utilisation publicitaire des dessins de l’auteur. Au pluriel, le substantif « ayant droit » fait « ayants droit », sans « s » à « droit ».
  5. Faux. Il faut écrire : Prenez contact avec les ayants droit si vous souhaitez utiliser cette photo. « Ayant », bien que participe présent, prend la marque du pluriel dans les substantifs « ayant droit » et « ayant cause ». Il faut donc écrire « les ayants droit ».
  6. Phrase correcte.
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Toute copie faite sans l’accord de l’auteur ou de ses ayants droit est illicite. « Ayant droit » fait au pluriel « ayants droit », avec un « s » à « ayant » mais pas à « droit ».
  9. Faux. Il faut écrire : Les enfants sont rattachés à leurs parents assurés en qualité d’ayants droit. Dans le substantif « ayant droit », seul le premier élément prend la marque du pluriel. On écrit donc « en qualité d’ayants droit ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Testez gratuitement nos modules d’entraînement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 7 millions d’utilisateurs !

Icône auteur règle orthographe
Auteurs Projet Voltaire :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire
Articles liés

Répondre à Jérôme Bastianelli Annuler la réponse

Laissez un commentaire
*

    Bonjour DocSeven, les dictionnaires (Larousse, Robert) n’indiquent que deux formes pour ce nom : le singulier ayant droit et le pluriel ayants droit. Bonne journée.

      À noter, cher Jacques, que les formes féminines de « avocat » et « procureur » figurent dans les dictionnaires de référence (Le Petit Robert et Le Petit Larousse). Il s’agit de « avocate » et de « procureure ». Ce dernier est courant en français du Canada, comme l’indique Larousse. Bonne soirée.

Bonjour,
Dans mon comité d’entreprise, un ayant droit peut bénéficier d’une prestation au titre d’un ouvrant droit.
Un salarié est un « ouvrant droit », son conjoint et ses enfants sont potentiellement des « ayants droit ». Je m’interroge sur les pluriels, je lis ici « ayants droit », mais en est-il de même pour « ouvrants droit » ?

    Bonjour Eric, je ne peux malheureusement pas vous répondre : « ouvrant droit » (en tant que nom) n’est pas dans le dictionnaire (contrairement à « ayant droit »). L’expression est sans doute circonscrite au jargon juridique, et n’est pas (encore ?) passée dans la langue courante. Bonne journée.

Chère Sandrine, je suis triste. J’aime beaucoup le Bled. Depuis mon enfance. De bons souvenirs… C’était l’ouvrage que j’avais en classe et je l’ai gardé. Or les termes « ayant droit » et « ayant cause » y figurent avec un trait d’union, et je l’écris donc ainsi. Cependant, je découvre dans « Les Dictées » de Bernard Pivot (et Micheline Sommant) ce que je viens de vérifier sur votre page, à savoir qu’ils n’en prennent pas. Monsieur et Madame Bled pouvaient donc se tromper ? ! J’essuie une larme… Bonne nuit tout de même (il se fait tard.)

    Merci Nfg ! Si je peux me permettre d’apporter deux petites corrections à votre sympathique message, on écrit « faites » et « intéressants ». Bonne soirée.

Bonjour,
je cherche le terme qui désigne le fait d’utiliser un nom comme symbole pour lui donner un autre sens (ex : Tu es une vipère. Tous ces Mussolini). Et doit-on accorder lorsqu’il s’agit d’un nom propre.

Il me semble qu’en bon français actuel, on peut tout aussi bien écrire « la veuve pleurante au pied de la stèle », ou « la femme pleurant sur la tombe » : soit on choisit l’adjectif qui s’accorde (état dans lequel se trouve la veuve), soit le verbe au participe présent (acte qu’elle est en train d’accomplir).

    Exactement ce que je pensais. Au fond ayant/ayants droit prouve jusqu’à quel point les pseudo intellos peuvent déconner avec le français. Et les
    « prière de trouver ci-joint » ou « tous les lundis soirs », les explications, en fin de compte deviennent la connerie totale.

      Ces discussions ont l’intérêt de rappeler, justifications à l’appui, les conventions en vigueur en matière d’orthographe et de grammaire de la langue française, et aussi de fournir l’opportunité d’un exercice de logique.
      Cela ne m’empêche pas de penser que les règles devraient souvent être plus « ouvertes » pour permettre l’expression plus marquée de nuances (un ayant-droit si le rédacteur veut évoquer dans le cas considéré une personne ayant plusieurs droits, un ayant-droit lorsqu’il veut parler du seul droit dont il est question ici) et qu’au lieu de réformer l’orthographe comme cela a été fait, il vaudrait mieux changer les barèmes de correction en fonction de la filière à laquelle est censée mener un examen ou concours (un futur ingénieur peut être excellent même s’il fait des fautes d’orthographe, un futur prof de lettre ou greffier ne peuvent pas être des bons en ne sachant pas parfaitement écrire dans leur langue).

        Je voulais évidement écrire dans mon commentaire ci-dessus « un ayant droits » si je voulais parler de quelqu’un ayant plusieurs droits, et « un ayant droit » si mon texte voulait évoquer un certain droit que détient celui dont je parle. Mais je sais que pour le moment, je n’ai le droit que de le mettre au singulier même si je désirais en exprimer la pluralité.

à mon humble avis il faut parler d’un ayant droits
la question est de savoir si la personne concernée a le droit, un droit ou des droits
les victimes d’un accident ont ni « le droit » ni « un droit » mais bien « des droits »
idem pour les affiliés au régime général de sécurité sociale…