« un envoi » ou « un envoie » ?


Erreur couramment commise

« Envoi » et « envoie » étant de la même famille et se prononçant de la même façon, il n’est pas rare de trouver l’un écrit pour l’autre : « l’envoie du colis est gratuit » pour « l’envoi du colis est gratuit ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus d’1,5 million d’utilisateurs !

Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

Ne confondez pas le nom « envoi » (« un envoi », « vos envois »…), qui ne prend jamais de « e », et les formes du verbe « envoyer » qui se prononcent de la même façon mais prennent toujours un « e » : « j’envoie », « tu envoies », « elle envoie », « ils envoient ».

Pour les distinguer, remplacez le terme qui pose problème par « expédie ». Si le sens de la phrase est conservé, il s’agit du verbe « envoyer », et vous écrirez « envoie » (ou « envoies » à la 2e personne du singulier et « envoient » à la 3e personne du pluriel). Sinon, écrivez « envoi ».

Il envoie les données cryptées. = Il expédie les données cryptées.

mais

 

L’envoi des données devra être crypté. ≠ L’expédie des données devra être crypté.

Vidéo


Bruno Dewaele - champion du monde d'orthographeAvis de l’expert –
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Aussi bien, le seul nom masculin courant à utiliser la finale « -oie » est « foie » ! Voilà qui devrait brider les imaginations par trop débordantes et dissuader d’ajouter un « e » à l’« emploi », à « l’octroi », au « pourvoi », etc.

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. À 21 heures, l’arbitre a donné le coup d’envoie.
  2. Notez bien la date limite d’envoi des dossiers.
  3. L’envoie de lettres anonymes est le propre du corbeau.
  4. Vous serez prévenu par e-mail de l’envoie de votre commande.
  5. Tout envoi en recommandé doit être réceptionné par le destinataire.
  6. Si l’envoie d’une lettre de rappel est nécessaire, il vous sera facturé.
  7. Notre société se charge de l’envoi de vos excédents de bagages.
  8. Ce forfait ne comprend pas l’envoie de SMS.
  9. Si le fichier n’est pas lourd, son envoie se fera en pièce jointe.
  10. Avec ce code promotionnel, les frais d’envoi sont offerts.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : À 21 heures, l’arbitre a donné le coup d’envoi.
    Si, en remplaçant « envoie » par « expédie », la phrase reste correcte, c’est que l’orthographe « envoie » est juste. Mais « l’arbitre a donné le coup d’expédie » ne veut rien dire. On n’écrit donc pas « envoie », mais « envoi ».
  2. Phrase correcte.
  3. Faux. Il faut écrire : L’envoi de lettres anonymes est le propre du corbeau.
    « L’expédie de lettres anonymes est le propre du corbeau » ne veut rien dire. « Envoie » ne pouvant être remplacé ici par « expédie », c’est qu’il ne s’agit pas du verbe « envoie », mais du nom « envoi ».
  4. Faux. Il faut écrire : Vous serez prévenu par e-mail de l’envoi de votre commande.
    « Vous serez prévenu par e-mail de l’expédie de votre commande » ne veut rien dire : c’est qu’il ne s’agit pas du verbe « envoie », mais du nom « envoi » et qu’il faut écrire « l’envoi de votre commande ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Si l’envoi d’une lettre de rappel est nécessaire, il vous sera facturé.
    « Si l’expédie d’une lettre de rappel est nécessaire, il vous sera facturé » ne veut rien dire, signe qu’on n’a pas affaire ici au verbe « envoie », mais au nom « envoi ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Ce forfait ne comprend pas l’envoi de SMS.
    « Ce forfait ne comprend pas l’expédie de SMS » ne veut rien dire. On n’écrit donc pas « envoie », mais « envoi ».
  9. Faux. Il faut écrire : Si le fichier n’est pas lourd, son envoi se fera en pièce jointe.
    « Si le fichier n’est pas lourd, son expédie se fera en pièce jointe » ne voulant rien dire, on en déduit qu’il ne s’agit pas ici du verbe « envoie », mais du nom « envoi ».
  10. Phrase correcte.

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus d’1,5 million d’utilisateurs !

Auteurs :
Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes
Agnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnelle
Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et de la Certification Voltaire

17 réponses à « un envoi » ou « un envoie » ?

  1. Paul A dit :

    « Il envoie les données cryptées. = Il expédie les données cryptées. »

    Le verbe crypter (et donc son participe passé…) n’existe pas. C’est un anglicisme certes très fréquent, mais ce mot n’est pas reconnu par la langue française.
    Je suppose comprendre que vous vouliez dire des données « chiffrées ».
    De même, on ne parle pas de « cryptage » mais de « chiffrement ».

    Tant qu’à écrire correctement, autant employer des mots qui existent dans la langue française :)

    Merci pour ces explications par ailleurs.

    • Erick dit :

      Pardonnez-nous de répondre ausi tard, Paul. Le verbe « crypter » est dans le Larousse. ;)

      • Paul A dit :

        Oui, et c’est une hérésie ! :D
        Je vous invite à consulter ce document http://www.bortzmeyer.org/cryptage-n-existe-pas.pdf

        Par ailleurs, je viens de lire mon précédent commentaire, et j’ajoute la correction suivante : c’est l’Académie Française qui n’a pas reconnu « crypter », pas la langue française elle même, bien entendu…

        • Said dit :

          Je vous conseil de lire cet article, à propos et bien plus encore ..

          http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/c-est-nature-qui-a-commence-01-01-2000-89095

          Un parallele remarquable entre les langues parlés/ecrite et le language génétique.

        • Chambaron dit :

          Même avec quelque retard, il peut être intéressant de revenir sur certains échanges, car ils contiennent des éléments structurants et qui doivent guider les échanges de manière permanente…
          1. Je ne comprends pas qu’un contributeur soit d’emblée si agressif dans ses remarques. La langue relevée est affaire de doigté, et non de brutales affirmations.
          2. Ce Monsieur crie à l’anglicisme: je ne trouve aucune trace du verbe « to crypt ». Peut-il nous éclairer sur ce point ? En revanche, les mots bien français à partir de cette racine grecque sont légion, anciens, et tous dûment estampillés par l’Académie: crypte, décrypter, cryptogamie, cryptogramme…
          3. Le texte cité à l’appui de sa colère est certes intéressant, mais contestable quant à l’objet de la discussion : il ne porte que sur le codage de textes humains. Or, le mot crypter est plus large, et peut s’appliquer à d’autres actions. La Nature peut crypter, on peut crypter ses sentiments sans faire intervenir un « chiffre » au sens strict.
          4. Reste qu’effectivement l’Académie n’a pas (encore) enregistré le mot. La belle affaire ! Elle n’est pas la source absolue, même si une place particulière lui est due. Les grands auteurs, les nouvelles techniques, les influences étrangères, la langue de la rue, sont autant de mouvements qu’elle ne prend en compte qu’à son rythme lent et avec ses critères spécifiques. Sans compter avec ses propres reniements, ni avec ses modes et ses tics.
          J’espère que ce Monsieur « ira à Canossa » dans un prochain message, et se confessera de son outrecuidance, ce qui vous en conviendrez, est de nos jours péché bien véniel dans l’océan d’absurdité qui nous encercle…
          Bien littérairement
          Chambaron

          • Paul A dit :

            Bonjour Chambaron,

            Je vais répondre point par point.

            1. Je n’avais aucunement l’intention d’exprimer une quelconque agressivité. Il s’agit bien évidemment de 2nd degré – d’où les smiley (ou devrais-je dire les « frimousses » ?) !

            2. À vrai dire, c’est le terme « encrypter » qui est un anglicisme, « crypter » en étant un dérivé. Vous trouverez plus d’informations sur cette page http://fr.wikipedia.org/wiki/Crypter#Terminologie où il est par ailleurs mentionné que, en plus de l’Académie française, l’ANSSI réfute également cette utilisation.

            3. Encore une fois, je ne manifestais là aucune colère.
            J’avoue n’avoir jamais rencontré d’autres utilisations du verbe « crypter » – aussi je ne les nie pas. « Décrypter » a une autre signification, qui diffère de « déchiffrer », ce qui rend d’autant plus important l’utilisation adéquate de ces deux termes !

            4. Vous abordez là un tout autre débat pour lequel j’admets, malgré tout l’intérêt que je lui porte, ne pas réussir à trouver de réponse concluante. Bien qu’il soit nécessaire de désigner une autorité décisionnaire, l’Acédémie française ne peut décider des courants et des tendances. Seulement, force est de reconnaître que les procédés d’admission des nouveaux termes ne sont plus en phase – l’ont-ils déjà été ? – avec le dynamisme de l’évolution du langage courant.
            Toutefois, lorsque je constate les mauvaises utilisations des différents mots dans des domaines que je connais, je ne peux que m’interroger sur les manières de prendre pour acquis de nouveaux mots et expressions.
            Prenons par exemple le mot « digital », utilisé à outrance comme synonyme de « numérique », alors que ce mot a déjà une autre définition qui n’a rien à voir avec le numérique !
            Ainsi, je consens au fait que l’on ne peut pas s’en remettre qu’au jugement de l’Académie française, encore faut-il que le terme dont il est question et son utilisation soient établis de façon un minimum raisonnée.

            En espérant avoir fait preuve de suffisamment de pondération, je vous salue.

            Paul

  2. guyennot pascal dit :

    Est-ce qu’on écrit : Envoi du colis à 22h15 ou Envoie du colis à 22h15

  3. zabousasa dit :

    Bonjour

    Est ce qu’on écrit la phrase suivante ; N°1, par cet envoi je tiens à vous dire ou N°2, par cet envoi(e) je tiens à vous dire, quel est la bonne terminaison du verbe envoyer pour cette phrase?
    Personnellement je pense à la phrase N°1

  4. Clément dit :

    Dit-on « message en cours d’envoi » ou « message en cours d’envoie » ?

  5. lelia dit :

    Merci beaucoup, votre blog m’aide énormément à chaque fois que j’ai un doute! bonne continuation.

  6. LACOSTE dit :

    Ce « projet » devrait être obligatoire dans tous les établissements scolaires car il n’y a rien de tel pour ne plus faire de faute ou le moins possible en utilisant des « petits trucs ». Malheureusement je m’aperçois que l’orthographe prend de moins en moins d’importance.

  7. Florent dit :

    Explications claires et très interessantes. Bravo pour le travail effectué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>